Thierry Crouzet

Gilles Klein n’aime pas le mot pouvoir

Le patron de pointblog publie un billet critique au sujet du concept de cinquième pouvoir : sous prétexte que pouvoir est un mot ancien, le cinquième pouvoir serait lui aussi dépassé.

Gilles, on ne va pas inventer de nouveaux mots chaque fois qu’on parle de quelque chose de neuf… Imagine un article sur internet qui n’utiliserait aucun mot antérieur à 1990. Essaie de l’écrire. Les mots ont cette capacité, je ne vais pas dire pouvoir pour ne pas te fâcher, de se métamorphoser au cours du temps.

Sinon dans mon livre, tu découvriras que je définis le cinquième pouvoir comme un non-pouvoir, c’est le pouvoir qui permet enfin la disparition des pouvoirs de quelques uns.

Je ne cesse d’écrire sur la complexité, ce n’est pas pour autant que je ne cherche pas à la décrire même si c’est impossible. À t’écouter, nous devrions tous nous taire sous prétexte que le monde est complexe. Je crois le contraire, que des millions de voix doivent s’élever pour manifester cette complexité, c’est cela le cinquième pouvoir. Et tu en fais partie, que tu le veuilles ou non. Sinon, ferme ton blog tout de suite…

PS : Le terme cinquième pouvoir devient à la mode, je n’en suis pas fâché, mais du coup son sens m’échappe totalement. Je sens qu’il va se dire à son sujet tout et n’importe quoi.