Thierry Crouzet

Journée Agoravox

Ce matin à 10 heures, après l’introduction de Carlo Revelli, le boss d’Agoravox, j’aurai 10 minutes pour ouvrir le bal des premières rencontres du cinquième pouvoir. Ce ne sera pas facile. Dans l’usine de Saint-Denis, il y aura beaucoup de gens remontés contre l’idée même d’un cinquième pourvoir… à force de les voir s’exciter je vais finir par me dire que je tiens enfin la preuve que le cinquième pouvoir existe… car s’il n’existait pas vous ne seriez justement pas aussi remonté messieurs les sceptiques. Mais bon, je ne vais pas attaquer comme ça ma présentation. J’aurai sans doute l’occasion de sortir cet argument plus tard.

1/ Analogie physique classique / quantique

Si le cinquième pouvoir existe il ne faut pas le juger avec de vieux critères. C’est un peu comme les physiciens qui essayaient au début du vingtième siècle de comprendre les effets quantiques avec la physique classique. C’est tout simplement impossible.

2/ Une journée trop organisée

Vinvin cherche par exemple à démontrer que le cinquième pouvoir n’existe pas parce qu’il n’est pas organisé. C’est justement parce qu’il ne l’est pas qu’il forme un nouveau pouvoir. Tout ce qui est trop organisé lui est étranger, même cette journée d’aujourd’hui.

3/ Beaucoup de gens flippent

Le cinquième pouvoir n’est pas organisé, n’est pas structuré hiérarchiquement, il n’a pas de porte-parole… tout ça dérange les vieilles habitudes… notamment celles des politiciens et même des journalistes. Mais comment contrôler cette chose ? Je les laisse angoisser car je n’ai pas la réponse.

4/ Métaphore Lego

Je préfère vous parler d’autre chose. Quand j’étais gamin, j’aimais jouer au Lego et je commence à retrouver ce plaisir avec mon fils. Je crois que je reconstruisais tout ce que je voyais mais je n’avais jamais l’impression de jouer. Mes bateaux en Lego étaient de vrais bateaux. Mes fusées de vraies fusées. Je n’avais aucun doute. J’étais sûr que plus tard je les construirais pour de vrai et qu’il n’y aurait pas beaucoup de différences dans la nature du travail. C’est peut-être pour ça que j’ai fait des études d’ingénieur.

Au final, je n’ai pas construit grand-chose de matériel puisque je suis devenu informaticien. Mes programmes étaient tout aussi virtuels que mes maquettes en Lego, ils étaient eux aussi des briques d’informations emboîtées les unes dans les autres.

En fait, je n’ai jamais cessé de jouer au Lego, même aujourd’hui, en ce moment même. Au fond de moi, j’ai toujours pensé que nous avions les moyens de reconstruire le monde à notre guise.

5/ Lego Factory

Ces dernières années, avec le développement des jeux vidéo, Lego a connu quelques difficultés (-500 millions de dollars de CA en 2003 et 2004 sur un total de 2,3 milliards mais Lego renoue avec la croissance en 2005 et 2006). Construire le monde semblait moins intéressant pour de nombreux enfants. Lego, le vieux fabricant danois de jouets, essaya alors de séduire ses vieux fans en lançant Lego Factory. Grâce à un logiciel 3D, il devenait possible de construire des maquettes idéales puis de se faire envoyer la boîte correspondantes.

Miracle. Beaucoup de gens créèrent des boîtes. Certains informaticiens hackèrent même le site de Lego pour optimiser les coûts de production. Résultat, les clients de Lego devenaient en quelques sortes les designers de Lego. En ligne, leurs productions pouvaient être achetées comme celles proposées par la marque.

6/ Le cinquième pouvoir chez Lego

On me demande souvent de définir ce qu’est le cinquième pouvoir. C’est ça : que des gens puissent transformer le monde, qu’ils ne soient plus passifs devant ce que les médias ou les entreprises leur proposent. Les fans de Lego sont en train de créer un cinquième pouvoir dans le monde Lego (toutes les entreprises vont connaître la même transition… tous les partis). Ce monde, à mon sens, est une métaphore de notre monde. Ce qui est possible pour Lego est possible à plus vaste échelle. Il suffit d’y croire et c’est beaucoup plus facile une fois que nous y avons pris goût.

7/ Le pouvoir est addictif

Zephyr Teachout, une des principales animatrices de la campagne de Howard Dean en 2003, a dit :

When people get a taste of their own power, it’s a little addictive.

J’en conviens, je suis un peu drogué. Mon passage dans la presse et mon titre de rédacteur en chef au début des années 1990 m’ont un peu fait tourner la tête. Ils ont aussi éveillé en moi une aversion pour les structures pyramidales, le management et toute autre forme de pouvoir hiérarchique. Quand j’ai vu internet se développer, j’ai compris que nous pouvions expérimenter autre chose.

8/ Une définition

Alors c’est quoi le cinquième pouvoir ? Voici ma meilleure définition à ce jour :

Le cinquième pouvoir, c’est le pouvoir pour empêcher le pouvoir de quelques uns.

Il n’est pas un pouvoir mais une infinité de pouvoirs individuels. Il est un non-pouvoir, il nie la nécessité d’un commandement fort et montre que, entre chacun de nous, des choses importantes se produisent.

Pour répondre à Vinvin, le fait que ce non-pouvoir ne soit pas organisé (sous-entendu hiérarchiquement), c’est toute sa force. Comme il n’a pas de chef, de centre, il ne peut être contrôlé. Bien sûr, il est divers, il se contredit sans cesse, mais c’est la vie… et nous allons le découvrir aujourd’hui j’espère.