Thierry Crouzet

De l’interconnexion à la conspiration

En introduction du Peuple des connecteurs, je fais l’hypothèse que notre réseau social se densifie, que nos degrés de séparation diminuent. D’après Milgram, nous étions à six à la fin des années 1960, à combien sommes-nous maintenant que des outils comme Facebook se développent ? Cinq ? Quatre ? Bientôt moins sans doute. Alors des papiers comme celui-ci vont se multiplier. Chaque fois que quelqu’un commettra une faute, on pourra le rattacher à quelqu’un d’autre et mettre en cause cet autre, ces autres. Je ne veux pas défendre Sarkozy dans l’affaire Arche de Zoé sur laquelle je ne n’ai aucun avis mais juste attirer l’attention sur le fait qu’il est simple d’impliquer n’importe qui dans n’importe quoi pour peu que cette personne soit très connectée, ce qui est nécessairement le cas d’un politicien.