Thierry Crouzet

Déclaration d’indépendance

Après la déclaration d’interdépendance, il est naturel de proposer une déclaration d’indépendance.

Comme l’explique Edgard Morin dans sa Méthode, nous nous retrouvons face à une boucle de feedback. Il faut être indépendant pour se reconnaître interdépendant, cette reconnaissance permettant sans doute de s’affirmer plus indépendant et ainsi de suite. En informatique, nous parlons de bootstrapping. Douglas Hofstadter évoque les boucles étranges à l’origine de la conscience. Elles sont indissociables de toute pensée de la complexité.

En février 1996, John Perry Barlow publia depuis Davos la Déclaration d’indépendance du Cyberspace. Ce texte exalte ma fibre libertaire. Oui, je n’ai jamais donné mon consentement à nos gouvernants de me gouverner. Ils n’ont aucune légitimité.

Pour autant, je ne peux comme Barlow leur ordonner de nous laisser tranquille. Je ne peux l’ordonner ni aux gouvernants, ni à aucun autre homme. Nous sommes interdépendants et personne ne peut laisser tranquille personne. Parce que nous vivons dans un espace clos saturé par nos interactions nous ne pouvons nous ignorer les uns les autres. Que nous nous affirmions citoyens d’un pays, du cyberspace ou de n’importe quelle entité non territoriale ne change rien.

L’indépendance ne se conçoit que dans un espace déconnecté des autres espaces, déconnecté physiquement et culturellement. En conséquence, en l’état de nos technologies, en l’état du monde, l’indépendance est une chimère.

En revanche, nous pouvons et nous devons nous déclarer indépendants moralement, politiquement, économiquement… de tous ceux qui refusent d’admettre l’interdépendance, de tous ceux qui tentent de freiner les échanges qui nous lient les uns aux autres.

Si vous limitez notre liberté de parole, si vous bridez nos canaux de communication, si vous les contrôlez, les écoutez, les piégez, les taxez, nous nous déclarons indépendant de vous.

Nous nous revendiquons libres de nous parler de vive-voix comme à travers les ondes, de nous parler dans le secret de l’intimité comme sur les places publiques.

Vous n’avez pas le droit d’entraver ces échanges qui structurent notre interdépendance. Nos paroles n’appartiennent à personne puisque, par nature, elles transitent de personne en personne.

Nier l’interdépendance est à nos yeux une atteinte à l’intégrité de la biosphère. C’est un acte de guerre.

Parce que nous dépendons de vous, parce que vous dépendez de nous, nous devons nous déclarer indépendant de vous pour montrer que nous ne cautionnons pas vos crimes. Nous avons besoin d’affirmer cette indépendance pour construire d’autres mondes.

En tant qu’indépendants, nous sommes responsables, responsables de votre irresponsabilité.

Vous rêvez de solutions globales, nous ne pouvons pas les accepter, elles sont dangereuses.

Vous proposez de régler nos problèmes, laissez-nous définir nous-mêmes ce qui est bon pour nous.

Vous voulez contrôlez le monde, commencez par contrôler vos vies.

Maintenant, nous sommes indépendants.

Ne l’oubliez pas.

Faites-nous confiance.

Faites-vous confiance.