Thierry Crouzet

Modem comique

Ce n’est pas dans mon habitude de rire aux dépends, mais je peux pas m’en empêcher ce matin. Ma page d’accueil coZop (qui offre maintenant de nouvelles fonctionnalités pour les connectés) m’a affiché un article de Christophe Ginisty : Le MoDem, entre innovation et conservatisme. Le titre m’interpelle. Christophe se réveillerait-t-il. Raté.

François Bayrou et Marielle de Sarnez ont imaginé un mouvement très en avance sur leur époque. Ils ont dessiné sur le papier un truc qui n’existait pas encore, incroyablement séduisant d’un point de vue intellectuel mais sans aucun repère réel dans la “vraie vie” politique. Ils ont théorisé le mouvement du 21ème siècle avec des gens du 20ème siècle et celui-ci peine à exister tel qu’il a été conçu du fait d’innombrables résistances, tant au sein de notre famille politique qu’à l’extérieur.

Comment peut-on être aussi aveugle ? Qui a-t-il de neuf dans le projet du Modem ? Rien dans la structure, rien dans les idées, rien dans les hommes et les femmes. Les résistances au sein de votre famille politique, parlons en. François Bayrou et Marielle de Sarnez sont justement eux-mêmes les gens du passé. Repliés sur de vieilles valeurs. Incapables de la moindre imagination, qui ont mis sous l’éteignoir tous les nouveaux adhérents plein d’enthousiasme qui avaient proposé des projets réellement innovants.

F&M ont fait fuir les gens brillants, ils ont gardé autour d’eux les seuls béni-oui-oui qui acceptaient de les flatter. Je conviens que quelque chose a frémi autour de Bayrou fin 2006 mais il a tout dilapidé, tant il est resté attaché à son rêve carolingien. Notre siècle, il n’en veut pas. Il veut être un homme du siècle d’avant. Même Sarkozy est plus lucide. Lui, au moins, a pratiqué l’ouverture que Bayrou a théorisée sans même la mettre en œuvre dans son parti. Et quand Ségolène a proposé l’ouverture, Bayrou a aussi refusé.

Il veut que les gens s’ouvrent à lui, non s’ouvrir aux autres. Sa seule obsession, les élections, son élection. Pour lui tout le reste est accessoire. C’est l’erreur monumentale. Il faut justement innover dans les structures et les idées, enflammer les gens et accessoirement récolter une élection. Le Modem est qu’un appareil électoral incapable de gagner des élections. C’est un corps vide. Nul dans la théorie, nul dans la pratique.

modem
Source