Thierry Crouzet

Le manifeste We Demain se mord la queue

Politique 2.0 55/88

La revue We Demain propose de signer un manifeste pour demain. Est-ce que je le signerai ?

Pourquoi pas, je finis par le lire. Je suis d’accord avec tous les « Oui », sauf avec le troisième.

OUI à un Green New Deal européen, car la mise en œuvre de la « troisième révolution industrielle » nécessite un plan d’investissement massif.

Alors qu’il est question dans tous les points de transparence, intelligence collective, décentralisation énergétique et alimentaire… ce troisième point m’apparaît en totale contradiction. Il appelle une décision centrale, il implore les puissants, il leur demande d’intervenir massivement, en fait il nie la possibilité même d’un demain. Ce n’est pas d’eux que viendront les changements. Ils ne les souhaitent pas car notre monde leur convient parfaitement, ils y règnent sans partage.

Autre petit point de désaccord. La troisième révolution industrielle ne se limite pas à l’indépendance énergétique, mais à l’indépendance tout court. Indépendance alimentaire, monétaire, productive…

Encore un petit effort. Vous avez digéré une partie des idées pour aller vers demain, ils vous restent à intégrer les plus décisives. Revenu de base. Désindustrialisation et migration vers l’artisanat high-tech. Auto-organisation. Je suis sûr que vous n’êtes pas contre. Alors réécrivez votre manifeste et je le signerai.