Thierry Crouzet

Clitoria est-il le bon titre ?

Clitoria 3/3

Je viens d’écrire un petit roman historique sans titre en tête, c’est classique, mais quand il s’agit de boucler le projet, il faut bien mettre une étiquette sur une image, publicité oblige, également repérage, identification symbolisation. Pour vous aider à m’épauler, voici la première phrase.

Le 15 septembre 1575, sous le règne nouveau de Henri troisième de France, fils de Catherine de Médicis, et alors que débute la cinquième guerre de religion entre protestants et catholiques, Nicolas Dortoman, professeur de médecine à l’université de Montpellier, découvre le clitoris.

J’ai initialement pensé à Clitoria, du nom d’une fleur évoquée dans le texte. Cette mise en exergue du seul corps de la femme déplaît à Isa, allergique à toute publicité qui objective son genre.

Avant des brouillons de couverture, quelques mots sur le projet de publication. C’est encore une expérience. L’idée. Semaine 1 annoncer la disponibilité du livre en ebook et papier, tout en précisant la suite. Semaines 2 à 11, publication des 10 chapitres, avec chaque fois rappel que l’intégralité est immédiatement disponible en librairie. C’est une façon d’allier la diffusion à travers un blog et les canaux de commercialisation, d’exploiter le freemium et le payant.

Proposition 1

Proposition 2

Proposition 3

Proposition 4