Thierry Crouzet

Les outils de l’écrivain

Cuisine 4/49

La mécanique du texte est un essai plutôt théorique qui traite de l’influence de la technologie sur l’écriture, et on me demande parfois de le compléter d’un volet pratique. Depuis des mois, j’ai esquissé une liste des outils que j’utilise, mais aussi ceux que je pourrais utiliser lors d’ateliers d’écriture (où on n’écrit pas, mais où on expérimente). J’ai décidé de la publier dans son état d’ébauche, et de la compléter au fur et à mesure des trouvailles et des suggestions.

À la place du papier

  • MacBook Il y a quelques années, j’aurais dit un PC portable quelconque sous Windows ou Linux, mais l’innovation logicielle côté écriture se joue essentiellement sur Mac OS, donc nous autres écrivains n’avons pas beaucoup le choix si nous voulons travailler avec les outils de notre temps.
  • iPadPro Le MacBook est assez léger pour être transporté partout, mais un iPadPro avec un clavier et un stylet est un véritable carnet numérique. On peut écrire, dessiner, prendre des notes manuscrites. On a le numérique avec tous les avantages du papier. Perso, j’aime changer d’environnement d’écriture, donc sortir pour écrite, mais aussi changer ce que j’ai sous les yeux (ce qui me pousse à tester de nouvelles applications).
  • Kindle Pour me relire dans des conditions optimales, sans pour autant utiliser une imprimante, j’envoie mes textes sur mon Kindle (je préfère lire ainsi que sur l’iPad, bien que cela m’arrive aussi). N’importe quelle autre liseuse pourrait convenir, mais j’ai un faible pour le l’indestructible Kindle.

Mes outils

Mon atelier d’écriture

  • Ulysses (indispensable) C’est un traitement de texte pensé pour les auteurs et non un outil de bureautique comme Word (comparaison). Son seul défaut : il ne tourne que sur Mac, iPad, iPhone (et partage les mêmes documents entre ces appareils en temps réel, cette transversalité est pour moi sine qua non pour un outil d’écriture moderne). Sous Ulysses, j’écris bien sûr en Markdown (suis incapable d’écrire en devant me servir d’une souris ou d’un trackpad). Oublier les fichiers, on travaille avec des feuilles rangées dans des dossiers. On les sélectionne pour les exporter en HTML, DOCX, PDF, ePub… à travers des feuilles de styles. Ulysses est un véritable gestionnaire de projet d’écriture.
  • iThoughtsX De plus en plus souvent, je cartographie mes textes avec un logiciel de mind mapping. J’utilise parfois xMind.
  • Excel/Google Sheets Il m’arrive souvent de créer des chronologies avec des formules, par exemple pour calculer les durées, les âges relatifs des personnages, jouer avec les fuseaux horaires…
  • Penultimate Sur iPad, j’utilise cette appli pour prendre des notes manuscrites et gribouiller des croquis (je dessine plutôt avec Procreate).

D’autres applications d’écriture en vrac : Scrivener (à utiliser sous Windows ou Linux faute d’avoir Ulysses), iA Writer (le plus proche compétiteur d’Ulysses, tourne aussi sous Android), byWord (dédié à l’univers Apple, Markdown avec filtres d’export), Day One (pour la tenue d’un journal sur MacOS et iOS), FocusWriter (gratuit sur MacOS, Windows et Linux, mais ni iOS ni Android, sans distraction, mais non Markdown), Manuskript (gratuit, multiOS, mais ni iOS ni Android, se veut proche de Scrivener et d’Ulysses, tout en étant encore très instable), yWriter (alternative libre à Srivener, sous Windows et Linux), FreeWriter (Windows), Texts (éditeur Markdown pour Windows et Mac), Typora (éditeur Markdown dédié à l’écriture pour Windows, Mac et Linux avec de nombreuses feuilles de styles), MdCharm (Markdown pour Linux et Windows), Sublime Text (le plus puissant des éditeurs Markdown mais aussi le plus complexe, multiOS), Paragraph, Bear (MacOS et iOS), Auteureist (iPad), Matcha, Hanx Writer, Place to Write, Write, Mou, Ghostwriter (multi OS), oStoryBook (multi OS), ZenWriter (Windows)…

Si vous voulez changer de logiciel, changez d’abord de format de fichier avec l’indispensable Pandoc.

J’ai pas encore testé Persona pour travailler les personnages, Rough Draft pour simuler l’écriture sur papier, on ne peut pas couper, juste barrer, Bibisco qui sous Windows ou Linux aident à structurer une histoire visuellement en plus de permettre de l’écrire…

Pour ceux qui aiment dicter : Dragon, l’incontournable, mais je n’ai jamais réussi à m’y faire.

Enfin, il reste beaucoup d’aficionados de LaTeX, surtout dans le monde universitaire.

Outils d’écriture dans le navigateur

Idéaux pour expérimenter en atelier, sans avoir à disposer d’un matos particulier.

  • Google Docs L’équivalent de Word, donc pas très adapté à l’écriture créative, même s’il permet l’écriture collaborative.
  • Penflip Superbe éditeur Markdown, dédié à l’écriture et aux révisions collaboratives (dans la version gratuite, les textes sont publics).

  • GitBook Un concurrent de Penflip.

  • True Novelist Une sorte de Scrivener.

  • StackEdit Éditeur markdown avec rendu en parallèle du texte (parfait pour comprendre la philosophie du Markdown).

  • Typewriter Éditeur Markdown agréable et minimaliste.

  • Draft Outil minimaliste, écrire seulement écrire (mais pas de rendu du Markdown en temps réel). Possibilités collaboratives.

  • ZenPen Juste écrire.

  • Framapad Pour écrire immédiatement à plusieurs. Ne supporte malheureusement pas le Markdown. Interface à l’ancienne, loin du minimalisme des applis modernes.

  • Atavist Création de documents enrichis.

Autres solution Calmly Writer, Yarny, BlankPage, Dellinger

Relire et corriger

  • Antidote (indispensable) Je suis encore surpris de croiser des gens qui n’utilisent pas ce correcteur. Il a remplacé tous mes dictionnaires. J’aime particulièrement ses outils statistiques (exemples).
  • Ulysses (indispensable) J’exporte mes textes en epub ou en PDF pour les relire à l’écran sous un mode très différent de celui de l’écriture. Pour moi, il est très important de séparer le texte brut du texte mis en forme (mise en forme qui dépendra du système de lecture).
  • Calibre (indispensable) Gestionnaire de bibliothèque ebook, liseuse, convertisseurs… c’est la boîte à outils vitale pour qui lit en électronique, et donc pour qui se relit. J’envoie mes epub vers mon Kindle via Calibre.
  • GoodNotes Un carnet de notes numérique sur iPad, qui permet notamment d’annoter les PDF. Tous les éditeurs et correcteurs devraient utiliser ce logiciel plutôt que faire des sorties papier, puis les scanner, avant de les renvoyer aux auteurs.
  • Word/Page/Libre Office Parce qu’Ulysses ne dispose pas encore d’un mode révision. J’exporte donc mes textes en DOC, mon éditrice les corrige sous Word et me les renvoie pour que je les réimporte sous Ulysses après validation des corrections.

Maquetter

  • InDesign Si vous devez créer des PDF impeccables, impossible de ne pas maîtriser cet outil de PAO, plus simple que XPress et sans doute désormais plus performant. Ulysses sait générer des PDF parfaits pour la relecture, mais leur rendu n’est pas professionnel (par exemple, gestion des césures encore imparfaite).
  • Sigil Si vous créez des epub à partir d’Ulysses, InDesign ou autre, il est souvent nécessaire de les fignoler à la main (pour ma part, j’évide ce bidouillage, je préfère coder des macros qui font ça à ma place).
  • Photoshop Pour retoucher des images, ça reste la Rolls.

Bêta-lecture

  • Wattpad Cette plateforme est incontournable, surtout pour publier de la littérature de genre. Idéal pour tester un texte et recevoir des commentaires.
  • Scribay Une sorte de Wattpad orienté mise au point d’un texte, avec une gestion poussée de la communauté, des versions des textes…
  • WordPress Parce que bloguer, c’est aussi partager ses textes et les mettre à l’épreuve.

Autres services : Reedsy, Atramenta, Préambule, Pronoun, Movellas, 404 factory

Diffusion

  • WordPress La plateforme de blog la plus riche.
  • CreateSpace La plateforme de Print On Demand d’Amazon. Qualité des livres papier parfaite, prix imbattables, facturation au mois…
  • MailChimp Pour diffuser une newsletter, une vieille technique, mais sans doute une des plus adaptées à l’activité d’auteur, car désengagée du temps réel, elle donne du temps aux textes.