Thierry Crouzet

La présidentielle vous fait-elle perdre le sens de l’humour ?

Je regarde peu la TV, mais je ne rate ni le Tour de France, ni le débat de la présidentielle, événements d’une égale nature sportive. Hier soir, j’ai donc assisté à une ascension nerveuse du Galibier, avec une Le Pen qui ne cessait de planter des banderilles auxquelles Macron répondait au tac au tac. Lire la suite →

Ragdoll : les dangers de survendre un livre

J’ai beaucoup ri en lisant le début de Ragdoll, un roman pourtant censé être plus noir que noir. Je vous ai déjà parlé de ce thriller dont Trapeze, l’éditeur anglais, a fait la promotion durant plus d’un an avant sa publication, annonçant partout, haut et fort, qu’il tenait le prochain Da Vinci Code, si bien que les éditeurs internationaux, Robert Laffont compris, ont fait de gros chèques pour s’arracher ce premier roman de Daniel Cole. Lire la suite →

Ils font tous ça, pourquoi lui en vouloir à lui

Même si je m’intéresse peu à l’actualité politique, ses vagues m’atteignent parfois jusqu’à me donner la nausée. J’ai alors envie de fermer toutes les écoutilles, de me débrancher d’Internet, de me replier dans le cocon familial et de me contenter de grandes balades dans la nature. Mais je culpabilise. En fuyant, j’accepte la décadence de nos institutions. Lire la suite →

Présidentielle, piège à cons

Nos systèmes démocratiques sont entrés dans un âge de totale imprévisibilité. Tout semble possible. Le Brexit l’a emporté, Trump l’a emporté, Le Pen pourrait l’emporter, ou bien Macron, ou même Fillon malgré ses casseroles. Cette imprévisibilité devrait me réjouir. Elle indique que la complexité de nos sociétés augmente, notamment sous l’effet des réseaux sociaux, et du Net en général. Et davantage de complexité, c'est mécaniquement moins de coercition, donc davantage de liberté. Mais, bien sûr, la réaction se fait immédiatement sentir, d’où le Brexit, Trump, peut-être Le Pen. Lire la suite →

Les faux éditeurs siphonnent les petits auteurs

Lors d’un échange par mail, un éditeur m’a déclaré : « Je ne savais pas qu'il fallait donner des à-valoir pour être reconnu comme un éditeur. On est en 2017, pas dans les années 90. […] À-valoir, numérique, pure-player… c'est pas cela qui me préoccupe aujourd'hui et c'est dépassé, je pense. » Lire la suite →

Pourquoi je retourne mon MacBook Pro 2016

Mon précédent MacBook Pro a trois ans (acheté en décembre 2013). J’ai l’habitude de changer de machine tous les trois ans, donc dès qu’Apple a présenté sa nouvelle machine, je l’ai commandée, même si l’annonce n’avait rien d’enthousiasmant sur le papier et même si les prix paraissaient prohibitifs. Lire la suite →

Je m’accuse

Nationalisme, racisme, populisme, démagogie, homophobie, discriminations, conservatisme… je n’ai rien pu faire contre. J’ai milité auprès de tous les gens que j'ai pu croiser, j'ai prêché infatigablement sur tous les médias à ma disposition, et ces maux que je combats ne cessent de prendre de l’ampleur, partout dans le monde. Lire la suite →

Se faire de l’agent de poche en coupant l’herbe sous les pieds des éditeurs

En juillet dernier, sur une plage grecque, ma belle sœur me raconte que sa fille qui entre en cinquième doit lire durant l’été L’homme qui plantait des arbres de Giono, lecture imposée par son collège parisien. Elle a vu sur Amazon mon édition ebook du livre, mais pas de version papier. « Dommage ! Tu as perdu une vente. » Lire la suite →

Le web : une croyance partagée

Dans Sapiens, Yuval Noah Harari s’interroge sur les raisons qui nous ont poussés à nous sédentariser au cours de la révolution néolithique. Lire la suite →

Pourquoi je n’achèterai pas le Kindle Oasis

Parfois, je me demande si les constructeurs de liseuses n’ont pas signé un accord secret avec les éditeurs papier pour tuer le livre électronique. La dernière annonce Amazon est sinon inexplicable. Lire la suite →