Thierry Crouzet

Ce qui manque au blog ou la révolution littéraire

Depuis deux semaines, j’ai The future of the book ouvert dans mon navigateur. Et je ne cesse de me dire, voici le futur, pas tant à cause du texte, que de la façon dont il nous est présenté par The Economist. C’est un essai à double sens, dont la forme illustre magistralement le propos. Lire la suite →

L’alternative nomade 3.0

Alors que j’étais déconnecté et écrivais J’ai débranché, j’ai retravaillé L’alternative nomade, mon texte qui nous engage le plus profondément à la connexion. Lire la suite →

Qu’est-ce qu’un écrivain ?

Personne ne peut répondre à cette question et tout le monde peut y répondre. Je vais jouer à l’entre-deux. Tenter de lister des conditions plus ou moins nécessaires et en aucun cas suffisantes. Lire la suite →

Ces écrivains qui ne sont pas écrivains

Je reprends la bobine déroulée par Éric Chevillard et je vais tenter d’en tirer quelques fils plus abrasifs sur la réalité de notre littérature contemporaine. Lire la suite →

L’homofluxus

À quoi ressemblent ces hommes et ces femmes qui nagent dans le flux ? Je voudrais répondre à cette question, déjà pour m’aider à mieux me situer dans le monde, à accepter les aléas de la vie contemporaine et ne pas perdre courage. Lire la suite →

Nous serons les premiers

J’ai fais aujourd'hui quinze minutes de voiture et j'ai écouté France Culture ! Je suis alors tombé sur une discussion au sujet du journalisme participatif avec Philippe Couve notamment. J’ai noté des préoccupations communes à celles qui interrogent les littérateurs. Lire la suite →

Le Web est mort deux fois

J’ai tardé à réagir à l’article de Chris Anderson dans Wired, parce que, depuis plus d’un an, j’ai annoncé cette mort du Web, et qu’il me semblait inutile de me répéter, et puis parce que la position capitalo-libéraliste d’Anderson commence à me courir sur le haricot. Il oscille au gré des modes, surfant la vague idéologique du moment, pour mieux la rejeter quand il entrevoit une nouvelle possibilité de business. La plupart des auteurs de son espèce ne pensent que gros sous. Ils croient que tout se règlera par des contrats (et par les séries TV qui constituent le summum de leur culture). Lire la suite →

Oubli chez les propulseurs

Alors que j’approche de la fin de la rédaction de la version quasi définitive de L’alternative nomade, je trouve encore des passages qui ont leur place plutôt dans Propulseurs dans le flux. Pour ceux qui ont déjà lu le texte, il vous suffit de vous référer aux chapitres 25 à 29 de la version 1.1. Lire la suite →

Propulseurs dans le flux

J’ai commencé par m’intéresser au superorganisme avec Starglider, j’ai alors glissé vers le flux, ne m’intéressant plus en quelque sorte qu’à la circulation sanguine du superorganisme, j’ai fini par aboutir à l’idée que nous devenions des nomades dans ce flux, des espèces de bateaux ivres. Lire la suite →

L’alternative nomade revisitée

Je ne l’ai pas caché, L’alternative nomade dans sa forme actuelle, plus que dans les idées que j’y exprime, ne me convient pas. Il me semble que le début devrait aller au milieu, que certaines choses n’ont rien à faire dans le texte, l’encombrent, détournent des arguments centraux. Lire la suite →