Thierry Crouzet

Le Léviathan se mord la queue

Selon Hobbes, les hommes laissés à l’état nature ne sont bons à rien. Il faudrait donc les encadrer pour leur propre bien. Mais qui encadre sinon des hommes eux-mêmes ? Qui alors encadrera les encadreurs ? Cette régression à l’infini suffit à démontrer que les systèmes centralisés n’ont aucune chance d’œuvrer pour le bien commun. Il ne reste qu’une possibilité : l’auto-organisation. Lire la suite →

Schizophrénie… la suite

Je voudrais réagir à l’intéressant commentaire de Vincent suite à mon papier sur la schizophrénie du libéralisme. Lire la suite →

Le libéralisme : une doctrine schizophrénique

Les partisans du libéralisme économique, lorsqu’ils créent des entreprises ou gouvernent des nations, partent du principe que les gens ont besoin d’être managers sinon policés. Ils adoptent le command-and-control, supposant à la suite de Thomas Hobbes et de son Léviathan publié en 1651 que l’homme laissé à lui-même n’est bon à rien et qu’il faut donc l’encadrer par une autorité centrale. Ainsi les managers ont formé la classe privilégiée de notre société. Les écoles comme Harvard sont devenues des must do. Lire la suite →