Thierry Crouzet

Comment faire peur à un éditeur

Écrire dans le livre qu’on lui demande de publier, en l’occurrence L’homme qui lave les mains : « J’offrirai le livre que je vais écrire. Les phrases qui le composent en seront la formule. Tout le monde pourra les copier, les traduire, les distribuer ou les vendre, exactement comme la solution hydro-alcoolique imaginée par Didier Pittet et son équipe. À ma façon, depuis mon clavier, je participerai à la vulgarisation de l’hygiène des mains dans le cadre d’une économie de paix. » Lire la suite →

Vision apocalyptique de l’hôpital

Pecub, le philosophe dessinateur suisse, illustrera de quelques planches L’homme qui lave les mains. En avant-goût, voici une des planches que vous ne retrouverez pas dans le livre. Lire la suite →

Un simple geste et vous ?

J’aime depuis longtemps la célèbre phrase de Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » Pour réussir une telle prouesse à grande échelle, et non seulement dans son jardin, encore faut-il que le changement dépende de quelque chose de suffisamment simple, d’accessible, d’économique… pour que quiconque puisse agir. Lire la suite →

Argu : L’homme qui lave les mains

Choisir de diffuser un texte en Creative Common BY-SA, c’est aussi choisir la transparence dans le processus éditorial. Pour motiver un éditeur à rejoindre le projet, voici l'argumentaire de L'homme qui lave les mains. Lire la suite →

Il vous a peut-être sauvé la vie

Offre légale et partage non-marchand doivent coexister ou Reconnaître le Domaine Public Volontaire, ces deux billets de Calimaq m’incitent à préciser ma volonté de distribuer sous licence Créative Commons BY-SA mon prochain livre : L’homme qui lave les mains. Lire la suite →

Le jardin merveilleux

J’ai passé la journée non loin du lac du Salagou, à la bordure de la grande ligne de collines qui depuis les hauts cantons de l’Hérault verse jusqu’à la Méditerranée. Un tapis de verdure brodé de roses et de basalte mène jusqu’à deux tables dressées l’une sous un chêne vert centenaire, au tronc couvert de mousses ardoise, l’autre sous un fringant érable de Montpellier, dont les feuilles vives frétillent aux secousses de la brise marine. Lire la suite →

De l’hygiène des mains à l’hygiène du monde

Une vidéo résume mon état mental du moment. Comment en améliorant la santé des patients dans les hôpitaux on pourrait améliorer la santé de notre monde, non pas seulement sur le plan médical, mais aussi sur le plan social, spirituel et pourquoi pas économique. Lire la suite →

Creative Commons BY-SA

Et si bloguer pour ne rien dire était le véritable art du blog ? Dès que je travaille à un texte un tant soit peu structuré, en ce moment L’homme qui lave les mains, je n’ai plus de place pour écrire des billets, sinon celui-là, pour raconter ma vie. Lire la suite →

L’avenir passera par les entreprises, ben non

Ce matin, en revenant de la piscine avec Émile, j’entends Guillaume Erner sur France Inter évoquer une idée de Hollande : il faudrait enseigner l’entrepreneuriat aux enfants. Et Ener de surenchérir avec « L’avenir passera par les entreprises. » Bien involontairement j’imagine, il traduit ainsi la doxa contemporaine, qu’elle soit de gauche ou de droite, une doxa tout simplement conservatrice. Lire la suite →

L’homme qui lave les mains #1

Quand on se lance dans un nouveau projet d’écriture, surtout quand on s’attaque à un sujet hors de soi, il y a un moment de flottement. Il faut lire, écouter, se créer un univers. On commence souvent par remonter à la genèse du sujet. Par exemple, Kessel commence la vie de Félix Kersten par raconter ses ancêtres. Lire la suite →