Thierry Crouzet

Nous vivons à flanc de montagne

Je voudrais reprendre une analogie chère aux stoïciens. Selon eux, nous ressemblons à des billes, lâchées sur un plan incliné. Impossible de ne pas rouler vers le bas jusqu’à notre mort, victime du destin, avec tout au plus l’habilité de légèrement dévier notre course. Lire la suite →