Thierry Crouzet

La SF souffre d’embonpoint

Je parle de la SF que je lis aujourd’hui, à petite dose il est vrai, chaque fois qu’un ami me donne un conseil. Je vais même restreindre ma critique à mes deux dernières lectures, Robert Charles Wilson et sa trilogie Spin, Alastair Reynolds et Janus. Lire la suite →

50 Micronouvelles 50 Auteurs

Hemingway n’a peut-être jamais écrit « For Sale, Baby Shoes, Never Worn ». Cette petite annonce a pourtant popularisé la microfiction, un genre littéraire qui fait fureur aujourd’hui, sur Twitter et ailleurs. Lire la suite →

Wintrebert, Caza, Ayerdhal

Wintrebert, Caza, Ayerdhal

Roland C. Wagner, 1960–2012

Je ne sais pas quelle mort a souhaité Roland. Pour le peu que je le connaissais, à travers deux repas passés avec lui, à travers la lecture de ses livres, j’imagine que la violence ne lui aurait pas déplut. Celle qui l’a saisi hier n’en reste pas moins trop absurde pour ceux qui l’aimaient. Lire la suite →

Promouvoir un livre au temps du numérique

J'ai passé la journée d'hier avec quelques auteurs, dont Roland C. Wagner qui venait de me faire beaucoup rire avec le tome 1 des Futurs mystères de Paris et Jean-Claude Dunyach de qui j'ai publié ici même Le manuel du parfait epub. Comme Jean-Claude travaille à un nouveau guide, cette fois à l'intention de tous les auteurs et éditeurs qui voudraient faire un pas vers le numérique, j'ai dit qu'il était important de parler de la propulsion. Publier en ligne ne sert à rien si derrière nous ne sommes pas capables de faire parler du texte. J'ai affirmé que les auteurs eux-mêmes devaient se retrousser les manches. Lire la suite →

Renverser l’économie du livre

Le Bélial, éditeur spécialisé dans la littérature de l’imaginaire, a lancé sa plate-forme de diffusion numérique avec un petit coup marketing : deux romans, un de Roland C Wagner, un autre de Thomas Day, sont accessibles à un prix libre ! Si cette méthode de diffusion a marché pour la musique, pourquoi ne marcherait-elle pas pour des livres ? L’expérience me paraît intéressante, nous verrons à la fin de l’opération quel en sera le bilan. Je me suis donc empressé de récupérer les deux textes, sans dépenser un euro. Pourquoi ai-je été pingre ? Lire la suite →

Le désespoir, c’est l’absence de tout espoir

Ayerdhal termine pratiquement sur ces mots, « le désespoir, c’est l’absence de tout espoir », Résurgences, sont vingt-et-unième roman. À la suite de Sartre, il affirme la nécessité de l’engagement créatif autant que politique. Et l’on comprend que, lui, l’auteur engagé, a décidé de s’engager plus encore, non seulement dans la dénonciation de ce qui ne tourne pas rond dans nos sociétés, mais aussi dans la construction d’une nouvelle harmonie. Lire la suite →

C’est quoi la SF ?

Il m’arrive de sortir de chez moi. Ayerdhal m’a connecté avec Joëlle Wintrebert, la papesse de SF française, qui m’a donné rendez-vous à Montpellier à l’occasion d’une conférence organisée par Olivier Legendre le spécialiste SF de la libraire Sauramps. Je me retrouve avec entre les mains Retour sur l’Horizon, une anthologie de science-fiction dirigée par Serge Lehman. Lire la suite →

Transparence

C’est le titre du triller haletant d’Ayerdhal. Personne ne remarque l’héroïne alors qu’elle est extraordinairement belle. Elle a découvert comment devenir tout le monde même auprès des gens qui l’aiment. Lire la suite →

Demain, une oasis

Le 12 septembre dernier, suite à un de mes billets, Isabelle me suggère de lire Ayerdhal. Je ne le connaissais pas. J’ai 2 000 livres de SF à la maison mais, depuis vingt ans, je me suis détourné du genre, n’y revenant que pour lire un peu de Bordage, de Gibson et quelques récits de fantasy dont je tairai les noms. J’ai alors demandé à Isabelle par quel livre je pouvais commencer. Lire la suite →