Thierry Crouzet

Hacker culture : le remake

Pour moi, un hacker est un provocateur. Il provoque les défenseurs du droit d’auteur. Il provoque même les défenseurs du droit de propriété en posant des questions essentielles. Lire la suite →

Hackulturation

Hier vendredi, j’ai un peu parlé de la hack culture à Marseille. Suite à la conférence de jeudi, où McEnzie Wark, Stephen Wright, Alain Giffard et Patrice Maniglier étaient intervenus et aux questions de la salle, j’avais esquissé un plan en dix points que je n’ai pas tenu car je demande comme toujours à la salle de m'interrompre. Lire la suite →

Culture 2.0

Le 26 octobre, je donne une conférence à Marseille à l’occasion des Rencontres internationales sur le thème de la culture libre. En discutant avec Patrice Maniglier, un des organisateurs, j’ai esquissé quelques points dont je pourrais parler. Lire la suite →

Tous artisans

À partir des années 1950, la guitare électrique rabaissa le prix du ticket d’entrée dans l’univers musical. Au bout de trois mois, on pouvait composer. Avec la distorsion, même les accords mal plaqués devenaient audibles. Les punks revendiquèrent cet à-peu-près (comme Picasso revendiqua une forme d’à-peu-près en peinture à la fin de sa vie). Nous assistâmes à l’explosion de la pop-music. Lire la suite →

Loin d’être libre

Dans A Hacker Manifesto, McKenzie Wark décrit trois modes d'asservissement. Les propriétaires terriens, ou pastorialistes, louent leurs terres aux paysans qui les travaillent. Les industriels, ou capitalistes, louent l’outil de production aux ouvriers qui les exploitent. Les diffuseurs, ou vectorialistes, louent les canaux de diffusion aux producteurs d’informations. Wark nomme hackers c’est producteurs. Paysans, ouvriers et hackers doivent se libérer du jour des pastorialistes, des capitalistes et des vectorialistes. Ils doivent cesser de collaborer avec les classes qui s’engraissent sur leur dos. Lire la suite →