Réagissez : peuple des connecteurs

En postant des commentaires ici…

53
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

53 comments

  1. Domi Joassart says:

    Suis tombée par “hasard” (!!!) sur votre bouquin. Le titre ne pouvait que m’interpeler: ils ne votent pas, n’étudient pas, ne travaillent pas … le portrait de quelqu’un que je cotoie de très près et qui (peut-être désespérément …) essaie de me faire comprendre quelque chose et dont je pressens que oui “quelque part” il se pourrait bien qu’il contribue à “changer le monde”. Je l’ai donc acheté pour m’y plonger illico et découvrir … toute une série d’autres choses que je tentais (peut-être désespérément …) de communiquer moi aussi à ce quelqu’un. Bref. Voilà un livre qui risque de nous éviter l’onéreuse dépense d’une thérapie familiale ! Je ne l’ai pas encore tout à fait terminé mais je le trouve passionnant.

    A pour échange d’idées, de pistes et de … questions sans doute etc…

  2. Arabelle Pairon says:

    La Suisse découvre ses connecteurs aussi.

    Bonjour,

    Je suis une “petite suisse” genevoise qui a eu le plaisir d’assister à votre conférence chez rézonance et ce fut un bonheur absolu.

    C’est ce que je pense depuis toujours, et c’est la raison pour laquelle ma rencontre avec vous n’a fait que confirmer cette rézonance qui vibre en moi depuis toujours.

    Cela est d’autant plus amusant que je suis une formation continue et qu’en sortant de là, je n’avais qu’une seule envie, c’était de tout envoyer ballader.

    Le plus étrange, est que plus le temps passe et plus cette puissance par le haut devient petit à petit incohérente et hors de la réalité.

    Tant que certains auront besoin de se rassurer et d’être constamment confirmés dans leurs pensées, ce système fonctionnera.

    Le plus beau dans l’histoire est que ce peuple des connecteurs prend, jours après jours, non pas une puissance certaine, mais une certaine évidence.

    Merci simplement d’exister pour ce que vous êtes et peut-être à bientôt chez Geneviève à Genève ou à Lausanne.

    Amitiés aux connecteurs

  3. PESCE Jean-Luc says:

    Super livre Thierry,

    Bien que l’idée d’une société décentralisée ne soit pas nouvelle, la maniére concréte dont tu la décris démontre que ce n’est pas (plus?) une utopie.
    Une société ‘heureuse’, et harmonieuse passe évidement par un fonctionnement ‘bottom-up’ (du bas vers le haut), chacun étant responsable à son petit niveau de ce qu’il peut engendrer autour de lui, à son échelle, de par les liens qu’il tisse à chaque rencontre avec les autres et depuis sa naissance.

    Malheureusement, nous prenons aujourd’hui conscience de la finitude de notre monde : finitude des ressources energetiques (fossile, uranium, etc.) et la non reconstitution de celles que nous avons détruite. Alors attention que l’infinité de notre monde (au niveau des possibles et de notre imaginaire), ne fasse pas croire à l’infinité de ses ressources. La croissance dans nos sociétés ‘modernes’ est glorifiée et recherchée à tout prix au dépends des ces mêmes ressources et des êtres humains qui y contribuent. Prôner la décroissance est une piste pour enrayer nos sociétés ‘rouleaux compresseurs’ et remettre l’être humain au centre.

  4. @PESCE Jean-Luc

    Pas décroissance mais autre croissance. Il faut réinventer la façon de mesurer la croissance. Voir mon post sur la croissance illusoire :
    http://blog.tcrouzet.com/2006/05/30/croissance-illusoire/

  5. Tonton says:

    Bonjour,

    Après avoir lu 50 pages de votre livre, je me sens connecteur.
    Je connais bien Naples et les habitants de cette ville s’auto-organisent pour le traffic, les feux de signalisation ne servent pas, il ralentissent le traffic et donc les gens ne les respectent pas. Il y a moins d’accident car tout le monde est vigilant et on fonctionne en lançant des signaux (klaxons, gestes,) qui en France seraient très mal interprétés.
    Ensuite, je sens que le pouvoir politique classique vacille face au peuple des connecteurs. On le remarque avec le meurtre d’un jeune garçon Joe (17ans) en Belgique à qui les assassins ont voulu volé son MP3. L’élan de solidarité fait en sorte qu’il y a une réappropriation de la “chose publique” par les connecteurs, et on voit les politiques tétanisés, qui ont peur de perdre les cartes s’ils disent quoique ce soit (ils se feraient incendier sur les blogs). Je sens que quelque chose est en train de bouger… dans le bon sens… celui d’une démocratie plus directe.
    Je vais continuer à lire !
    Merci.

  6. Mcpheng says:

    Finalement je vous ai lut… en fait je vous ai decortiqué… J’ai noté tous vos exemples et j’ai profité de toutes vos sources pour aller explorer d’innombrables voies. La complexité, l’autoorganisation, la decentralisation, la programmation… Depuis je commence a manipuler Starlogo, le jeu de la vie, j’aimerai me lancer dans corewars, je participe au test de Milgram lance sur le net..etc.. Je crois que j’ai compris votre but et vos envies. J’avoue que j’ai du lutter contre mes prejugés pour accepter certaines de vos reflexions les plus poussées mais au final je crois que j’ai toujours plus ou moins adheré a cette idée que nous pouvons nous autoorganiser,vivre ensemble, coopérer… Je n’ai jamais compris la politique et j’avoue que je ne m’y suis jamais vraiment interessé…pour moi les gouvernements s’enchainent et rien n’a jamais vraiment changé.. Je ne suis pas pour la negation de ce qui ce passe actuellement et pour la manifestation “contre”. Je suis pour l’action positive. Comme disait machin : “si le monde va mal, c’est à cause de l’inaction des hommes de biens” . Internet nous ouvre la voie vers un monde décentralisé et je suis heureux de voir autant d’actions et de gens qui vont dans ce sens et qui travaillent pour faire avancer les choses. Votre livre à l’air de faire l’objet de nombreuses polemiques à cause de la forme que vous avez utilisé. Ne fléchissez pas! Je comprends votre point de vue. A toujours prendre des pincettes on finit par s’autocensurer, et c’est la censure la plus dure! Si vous n’aviez pas pris ce ton je pense que vous n’auriez pas put ecrire ce livre, bloqué et figé dans des dogmes. Continuer dans ce sens et continuer a nous transmettre vos exemples si pertinents!! a oui au fait…. : ” JE SUIS UN CONNECTEUR!!”

  7. Robert Mamet says:

    Commentaire d’un pauvre exclus de la société des connecteurs !

    Pourquoi faut-il étre né après 1960 : vous les prenez au biberon ?
    Je suis né en 1922 (non, non, après vérification, il n’y a pas de faute de frappe !) et, avant même d’avoir lu votre livre, je me sens assez “en phase” : j’ai lu “Nouvelles sciences, nouveaux citoyens” de J.P. Baquiast (en édition libre sur le Web : un hyper-connecteur) et je suis bien conscient de l’émergence d’une nouvelle humanité; certes, son livre m’est souvent passé par dessus la tête : j’ai l’impression que vous simplifiez beaucoup le problème (je ne sais pas si c’est un compliment ou une critique…).

    Que sera cette société ? Que sera cette trans-humanité, ou post-humanité ?
    J’avoue que lorque je vois la petite frimousse de mes arrière petits enfants, j’ai un peu peur pour leur avenir.

    Cette nouvelle société sera-t-elle suffisamment solidaire pour éviter le pire ?
    Mais, malgrè mon âge, je me sens (pour rependre l’image classique citée par Baquiast), comme un papillon dont un battement d’aile peut avoir des conséquences imprèvisibles : connecteur plus que jamais !
    Cordialement

  8. Y’a pas d’âge. Je connais d’autres connecteurs de votre âge. Et comme je le dis à la fin du livre, les gens de votre génération sont très ouverts aux idées nouvelles, souvent plus que les étudiants de la nouvelle vague (même les résultats du sondage le confirment: http://www.tcrouzet.com/connecteurs/resultat.php)

    Dans le livre, je présente Alan Turing, Norbert Wiener, Karl Popper… et bien d’autres comme les instigateurs de ces idées nouvelles. Je pense juste que les utilisateurs des ordinateurs commencent à s’approprier leurs idées inconsciemment. Mais beaucoup de ces idées existent depuis longtemps et des gens les ont toujours partagées. J’ai écris un livre non publié sur Ératosthène: il était déjà connecteur au troisième siècle avant Jésus Christ.

  9. Thierry Groussin says:

    Connecteurs et solidarité

    N’étant né qu’en 1948, j’avais cependant l’impression d’une certaine rareté de connecteurs en comparaison d’autres générations, mais me voilà rassuré par le commentaire de Robert Mamet.

    La question de la solidarité, soulevée par ce dernier, mérite selon moi qu’on s’y attarde. Je crois aux vertus du métissage et j’ai la vague croyance que le besoin de solidarité se croisant avec la connectivité peut favoriser l’émergence de nouveaux processus de solidarité. Qu’en pensez-vous ? Avez-vous des exemples (ou des contre-exemples) ?

  10. Solidarité numérique

    D’un point de vue purement logique, il me semble que plus nous sommes interconnectés, donc plus en relation les uns avec les autres, mieux nous nous soutenons les uns les autres. Dans le livre, j’imagine que le réseau deviendra une sorte de sécurité sociale .

    Une fois informés de ce qui se passe dans le monde à l’échelle planétaire, nous devenons attentifs aux problèmes environnementaux (c’est un exemple de solidarité). Par analogie, une fois connectés, une fois informés de la vie personnelle de dizaines, voire de centaines de personnes, nous devenons plus attentif à leurs problèmes, mais aussi à leur bonheur, à leurs trouvailles, à leurs espoirs. Le réseau nous donne et nous devons, par solidarité, lui donner à notre tour, sinon ça ne fonctionne pas. C’est exactement le principe du P2P. Je donne mes fichiers, vous donnez les vôtres, nous partageons. C’est un exemple de solidarité numérique (comme l’open source).

    Si quelqu’un a d’autres exemples… plus humanitaires.

  11. domij says:

    Bien sûr qu’il n’y a pas d’âge pour être connecteur …
    Plus important: “cette nouvelle société sera-t-elle assez solidaire pour éviter le pire ?”

    La réflexion sur la “charte” dont vous parliez ailleurs, me paraît fondamentale.
    Même si le respect d’une charte sera lui aussi “incontrôlable” … on ne perd rien à y réfléchir, à en définir les grandes lignes et à commencer à les appliquer …

  12. Les “dabbawalas” de Bombay

    Très belle illustration relatée par L’Expansion de ce mois ci (n° 706) d’un réseau (low tech) de connecteurs : le cas des “dabbawalas” de Bombay.

    Il s’agit de porteurs de gamelles qui livrent aux cadres et employés des plats préparés à domicile par leurs épouses ou cuisinières. Ils arrivent toujours à l’heure en se jouant des embarras de circulation et difficultés logistiques !

    Je cite : “Le système mis en place par l’association des dabbawalas est tellement bien huilé que les retards se comptent en secondes – un miracle, dans cette ville capharnaüm de 17 millions d’habitants. Les ratés d’aigguillage sont quasi nuls : un sur 16 millions de transactions… Une performance réalisée par des hommes illettrés et sans l’aide d’aucune technologie moderne.”

  13. Indian connexion. Superbe exemple après celui évoqué dans mon blog.

    http://blog.tcrouzet.com/2006/03/09/20-000-litres-deau-pour-1-kg-de-caf/

    Les Indiens seraient-ils les champions de l’auto-organisation ?

  14. Mcpheng says:

    Je suis en train de lire votre livre et je le trouve super utile. J’y trouve enormément d’exemple de concepts qui vont me permettre d’avancer dans mon travail d’étudiant. Je suis actuellement en médiation scientifique et je compte m’orienter vers la réalisation de documentaire pour pouvoir avoir l’opportunité de devenir généraliste en traitant les sujets qui m’interessent. Je travail actuellement à la rédaction d’un mémoire et d’un projet documentaire sur l’intelligence collective. Votre livre m’est très utile et je voudrais savoir si vous aviez des informations sur les projets visant à faire progresser le partage des connaissances dans le milieu scientifique en particulier(c’est la problématique de mon mémoire)?

  15. Ce n’est pas du tout mon domaine. Mais je ne vois pas pourquoi le partage des connaissances scientifiques serait un cas particulier. Le Web, les blogs, les wikis sont des outils de partage… Vous devriez généraliser votre sujet !

  16. PHENG says:

    Precision. Pour mon documentaire je pense generaliser le sujet et donner de nombreux exemples de domaines dans lesquels l’intelligence collective (ou une sorte d’intelligence collective…c’est une expression un peu tabou) est déja exploitée et utilisée. Pour mon mémoire je voulais réfléchir au moyen pratique de pouvoir adapter ca au millieu scientifique qui juge assez facilement ce genre d’idées comme Farfelues!! L’exemple de l’experience de pierre levy et de michel authier en est la preuve…Je cherche donc les projets scientifique qui se cache sous un autre terme qu’intelligence collective mais qui travail sur la même problématique.

  17. C’est vrai: l’intelligence collective évoque souvent les insectes, les petits soldats bien disciplinés. Pourtant nous savons aujourd’hui que notre propre intelligence est collective puisqu’elle résulte de la collaboration de divers sous-systèmes dans notre cerveau. Que nous le voulions ou non, à force de nous interconnecter, nous inventons une intelligence collective humaine. Le tabou que vous évoquez finira bien par tomber. L’existence d’une intelligence collective n’implique pas la disparition des individus. Au contraire.

  18. NingúnOtro says:

    Intelligence collective

    Evidamment! L’example de l’intelligence collective des insectes est souvent mal choisi. Il ne s’agit pas de copier un mecanisme de survie qui magnifie la force d’une action concrète en la faisant executer par des nombres croisants d’individús sincronises. Ce type de civilization a un ritme d’evolution trop lent pour survivre l’avalanche de changements actuels.

    Moi, j’envisage l’intelligence collective moderne comme un réseau de collaboration presque instantané entre individualités tres developés avec des idees propres, de sorte que les solutions aux problèmes qui se posent, quels-quils soient, puissent trouver une solution rapide avec l’apportation de l’individu ou collectif qui par le hasard le plus complet se trouve en possession de la predisposition mentale et/ou même les habilités techniques les plus utiles que ce cas concret demande, et que cette solution, a laquelle quiconque ait une idee ou un detail a apporter peut collaborer, soit une fois conçue mise a disposition de tout le monde pout être appliquée la ou il s’avère necessaire sans restraintes possesives de l’ordre de la propiété intellectuelle, materielle ou quelconque autre.

    Pour rester dans la thematique des connecteurs, il s’agiraît de mettre en comun le potentiel individuel et unique de chacun pour atteindre un resultat qui soit infiniment plus performant que la somme mathematique des parts.

    Si nous voulons corriger le destin de notre monde, nous devons être capables d’implementer une intelligence collective nouvelle basé sur un modèle de collaboration en réseau solidaire qui puisse s’apropier des resources materielles et intellectuelles de ses integrants et les organiser de telle façon qu’elles soient utilisées d’une manière hautemant performante mais au même temps tres responsable. C’est en incorporant chaque fois plus de gent responsable a ce reseau solidaire que nous pouvons vaincre l’alternative capitaliste en faisant qu’il lui reste de moins en moins de resources “libres” a exploiter d’une façon “economiquement rentable” (c’est à dire, sans qu’il y ait une opposition organisée trop couteuse à vaincre).

    L’internet à fait possible la coordination de réseaux à nivel mondial, mais la tecnologie est encore trop exclusive et coûteuse pour être disponible à tout le monde. Néaumoins, les nodes externes du réseaux pourraient se voir idealement complementés par l’invention déjà agé de notre ami Gutemberg. Ainsí, on devrait creer un reseau poliglotte d’acces libre auquel chacun pourrait acceder dans sa langue preferée pour apporter des informations et des opinions et qui comprirait un service collectif de traduction dans n’importe quelle autre langue dans laquelle il y aurait une demande. De cette sorte on ferait viable une alternative locale de communication qui se nourisserait pour les infos internationaux des ocurrences locales des autres lieux, priorisant les infos les plus relevants selon les interets locaux, et qui pourrait faire face comme reseau mondial a l’influence des mass-media et la défence des interets de leur propietaires les corporations capitalistes. Des medias alternatifs pour redonner au monde une vision alternative de la realité qui puisse leur faire concevoir de l’espoir.

    Seul un idiot a besoin d’argent pour acheter ce qu’il n’est pas capable de créer lui-même.

    P.S.: Veuillez pardonner les fautes ortographiques et grammaticales, mais le français n’est pas ma langue maternelle et ça fait plus de quinze années que je ne l’tilisais plus.

  19. Vous avez totalement raison.

  20. Bodard daniel says:

    Connecteur ou deconnecte ? Comment etre en 10 questions marrantes devoile comme connecteur ou autre ? Ben… Je suis plus humble que ça car l’etre humain est complexe et souvent difficilement identifiable en tant que tel ou tel personne, alors connecteurs seront ceux qui veulent croire mais acteur d’un monde en mouvement dans tous les sens du terme je serai . L’informatique n’a qu’une duree de vie limitee a l’echelle du monde car meme l’homme n’est que de passage … A plus !

  21. Denis says:

    Bravo pour votre ouvrage !

    Un petit bémol toutefois : mentionner le refus de limitation de vitesse sur les autoroutes comme conseil est inapproprié. Autant je cautionne les les 11 autres conseils, autant celui-là me semble aller à l’encontre de votre philosophie. Pouvez-vous expliquer votre choix ?

    Cordialement

  22. Moins de contrôle pour plus de sécurité. Dans le livre, j’explique longuement que légiférer plus n’est pas un gage de plus de sécurité, notamment sur la route. C’est le sujet du second chapitre. Dans les douze commandements pour être connecteur, sorte de résumé du livre à la Paris-Match, je m’en suis pris aux limitations de vitesse parce que c’est un sujet à la mode, mais mon propos va bien au-delà (j’espère).

  23. Page2007.com says:

    “Malheureusement, nous prenons aujourd’hui conscience de la finitude de notre monde : finitude des ressources energetiques (fossile, uranium, etc.) et la non reconstitution de celles que nous avons détruite.”

    L’épuisement de matières premières est en-effet le principal obstacle objectif à une cohabitation harmonieuse entre six milliards d’habitants.

    Je crois qu’Hubert Reeves retenait le chiffre d’un milliard d’habitants sur Terre, chiffre au-delà duquel les hommes entrent dans une concurrence pour les matières premières, qui ne permet pas la cohabitation pacifique (en-dehors des autres causes possibles de guerres qu’ont connu les hommes).

    A propos de connecteurs, avec l’explosion du prix des matières premières (en grande partie du fait de la croissance chinoise), on assiste à quelques faits de … vols de connecteurs : les fils en cuivre du téléphone, qui sont volés pour être revendus aux ferrailleurs :

    “A cause d’un vol de câble téléphonique, plus de 100 foyers ont été privés de téléphone et d’Internet en Meurthe-et-Moselle. Les portables ne sont pas en reste car ce câble était relié à une antenne de téléphonie mobile. Conséquence : aucun réseau mobile disponible dans un rayon de 3 à 4 kilomètres. Ce sont 150 mètres de câble téléphonique en cuivre qui se sont volatilisés ce week-end. Ce métal est de plus en plus recherché car son prix atteint des sommets.”

  24. latifa says:

    salut,j\’apricie tout ce que j\’ai lue et j\’aisentie une certaine sagesse qui n\’apas de pourcentage niintellectuel,ni d\’intellegence nide richesses materiel

  25. Mitos says:

    Une petite pierre à votre réflexion sur l’établissement des hiérarchies peut se trouver dans le livre d’Henri Laborit “Eloge de la fuite”. Partant de la biologie des comportements, il explique que nos systèmes nerveux sont malheureusement orientés vers des relations de type dominant-dominé, et cela fait quelques millier d’années que ce programme s’applique pour des raisons “psycho-sociales” et politique à priori sans rapport avec de quelconque notions de complexité croissante.

  26. Merci de cette info, je vais essayer de lire.

  27. Adrien says:

    Je ne fait que prendre connaissance de ce site sur les connecteurs. Je ne puis m\’empêcher de diffuser une autre idée qui peut-être intéressera aussi les amateur de cette problématique : le contagionnisme, la mèmerie. Voir http://www.contagions.com/

  28. Le jacobinisme est une pratique d’une naîveté affligeante: comment peut-on aujourd’hui vouloir tout régenter, tout contrôler ?

    Je ne vois pas ce que le jacobinisme apporte à la gestion de la France, encore moins à la gestion de l’Europe. Et c’est précisément cela qu’il faut dénoncer, ainsi que le discours ambiant des nationalistes de tout poil qui nous rendent la vie si difficile.

    Pour la nième fois, faire remonter au sommet tous les pouvoirs, y compris les problèmes qui y sont liés, c’est à peu près aussi idiot que de vouloir traiter de la misère économique alors que l’on habite Versailles (je n’ai rien contre Versailles, mais enfin…).

    Le chômage, l’exclusion, le racisme, voire la situation post-coloniale et le communautarisme se nourrissent du jacobinisme.

    La violence par exemple, l’acculturation (problème d’identité), l’analaphabétisation, autant de questions qui pourraient être traitées au niveau des communes et de la région.

    Or, une certaine idéologie jacobine et souverainiste veut totalement les traiter au niveau de l’état. Résultat, l’état se donne bonne conscience en adoptant l’attitude tartarinesque que l’électorat droitiste attend de lui, mais n’agit pas en profondeur, car les problèmes cités plus haut sont du domaine du local. Comment s’étonner alors que certaines associations (locales elles aussi) prennent l’atttitude pseudo courageuse du défenseur du dominé et s’opposent aux décisions gouvernementales, notamment en matière de gestion des immigrés sans papiers.

    Ceux qui nous gouvernent sont aussitôt condamnés, ce sont des racistes, des fachos, des sales beaufs…

    Je ne suis sûr de rien pour 2007, mais je suis sûr que le jacobinisme, s’il perdure, engendrera ce type de discours complaisant et démago, qui n’est pas pour rien dans le retour en force de la connerie.

    Je recommande la lecture du livre de Thierry Crouzet, “Le Peuple des Connecteurs”. Il explique que les structures sociales complexes n’ont pas nécessairement besoin pour s’épanouir de chef et de commandement central.

    http://blog.tcrouzet.com/2006/09/

    Claude Guillemain
    Girondin de Bretagne et fédéraliste français et européen
    http://www.breizh-2004.org

  29. Adrien says:

    Le site que je cite le 23/8 a été retiré.
    En remplacement on peut visiter http://www.memetique.org/ et systempondent.over-blog.com, problématique qui me semblent liée aux connecteurs.

  30. Trazibule says:

    Ayant vu votre site, (beaucoup à lire) dont je vous remercie, peut-être que le mien pourrait vous interresser. Il est très récent et je progresse tous les jours.

  31. enfant terrible says:

    Avez-vous déjà lu “le monde des non-A” de Van Vogt ?

  32. enfant terrible says:

    Au sujet de “Petard ou alcool” :”Qui peut le plus, peut le moins” est une bien mauvaise politique dans ce domaine.
    juste une question: est-il viable de recommander de l’alcool à quelqun qui prend de l’heroïne?
    pour ma part , je dirais que la situation du personnage s’aggraverait,non?

    Quel est le réel problème de ceux qui maintiennent leur “douleur d’être” au meilleur niveau par tous ces adjuvants?(deuxième question)
    Doit-on les rendre encore plus influençables qu’ils ne le sont déjà?

    Lorsque j’entends parler de dopage, (rapport à la question d’une drogue divine sans effet secondaire du test de connectivité) j’ai toujours fortement l’impression qu’il ne s’agit pas d’aider les gens à libérer leur véritable potentiel…Mais n’est-ce sans doute qu’une simple impression…

  33. @enfant terrible Oui j’ai lu et relu le monde du non-A quand j’étais ado. C’était mon livre culte. Pour le reste je réponds avec un post.

  34. Nathalie says:

    Je ne saurais vous remercier d’avoir écrit le Peuple des connecteurs. Votre livre m’a permis de renouer des fils qui s’étaient séparés avec le temps. En effet, il y a un certain temps, alors que je faisais des études de lettres classiques, je me suis beaucoup intéressée à l’approche systémique et aux sciences de la complexité. Mais je travaillais dans un domaine peu propice aux idées nouvelles qui, malheureusement, se sont peu à peu mis en veilleuse. Quelle joie donc de retrouver bien tous ces souvenirs de lecture, surtout appliqués au domaine qui m’intéresse actuellement, Internet. Ça c’est pour le côté personnel.
    J’ai fait une petite critique de votre livre sur mon blog. Comme le veut le genre, j’y ai trouvé quelques défauts, mais c’est pour mieux le louer. Si j’étais tout à fait consciente de la dynamique du Web, de son auto-organisation, j’ai pris conscience en vous lisant de ce qui est peut-être un changement très profond de paradigme, à savoir l’influence de l’informatique non seulement comme outil de travail et de communication, mais aussi comme mode de réflexion. Bien entendu, je me suis jetée sur le livre de Wolfram. J’avais déjà entendu des conférences et lu des textes sur les automates cellulaires, mais je réalise aujourd’hui que leurs implications sont bien plus profondes que je l’avais imaginé.

  35. Chromatic says:

    Le web ne change fondamentalement rien.
    On va simplement plus vite.
    Les blogs ont simplement remplacé les conversations de café de commerce.
    Et je note que Monsieur Crouzet vend un bon vieux livre…

    Nous nous dirigeons vers un nouveau moyen âge informatique,
    le web étant simplement la nouvelle cathédrale, la nouvelle
    bibliotheque d’Alexandrie.
    Le progrès technologique va atteindre d’ici cinq ans un plateau qui durera sans
    doute des siècles.
    Il n’y aura pas de singularité, les machines ne penseront pas, et vous ne serez pas immortels. Avec l’épuisement du pétrole, les sociétés occidentales vont s’écrouler.
    Nous mourrons de faim et de froid, et de guerres civiles.

    Et Dieu est plus savant.

  36. Anonymous says:

    Sommes-nous des antennes ? Notre cerveau est une antenne !
    Commençons par une petite observation des antennes de télé. Pas besoin d’être spécialiste. Les plus anciens, se souviennent des grandes antennes, dites VHF. C’était les premières années de la télé. Ensuite sont arrivés des modèles plus petits (UHF). Chaque région avait son style. Le « râteau » était plus ou moins grand, horizontal, vertical… Les antennes sont polarisées. En fin de compte ne peuvent communiquer que les antennes qui se ressemblent. Avez-vous fait le lien avec la structure des antennes des insectes ? Chaque espèce possède des antennes caractéristiques. Mais c’est un autre sujet d’étude.
    Passons à une autre observation : Le micro-onde agite les molécules d’eau et ainsi réchauffe la nourriture qu’il contient ! Les ondes et la matière sont étroitement liées. Il en va de même avec le magnétisme entre votre corps et les appareils médicaux à RMN (Résonance magnétique nucléaire).
    C’est pareil pour le cerveau. Il émet des ondes, mais surtout il est en même temps sa propre antenne !
    Les observations du cerveau démontrent que l’activité de ses différentes zones dépend de ce que nous sommes en train de faire… dormir, manger, courir, penser… Les zones activées constituent une forme caractéristique de ce qui sommes en train de faire. Par les ondes qu’elle émet, cette forme plus existée peut entrer en communication avec des formes identiques se trouvant sur la même longueur d’onde. Peut-on parler de syntonie ?
    On pourrait imaginer que les zones actives fonctionnent en émetteur alors que leur image complémentaire, les zones passives, sont limitées au rôle de récepteurs.
    La personne change d’activité. L’image des zones actives du cerveau change aussi. L’antenne change de forme. Elle rentre en liaison avec les personnes offre une la même image d’antenne cérébrale… et peut-être le même activité physique.
    Belle hypothèse pour revisiter quelques principes des sciences humaines. Votre avis sur : http://spesaltera.canalblog.com/

  37. alex says:

    Merci pour votre site

  38. esteban says:

    Bonjour Thierry,

    Là je viens de publier un ‘guide des médias alternatifs’ le 19 septembre 06′ (plus de 600 contacts déjà recensés et classés) ; si cela t’intéresse (d’après ton blog oui .. ) , pour en savoir plus visite cette page :
    : http://www.guidaltern.org/article.php3?id_article=23

    En voilà des connecteurs qui veulent remettent de l’humain et des rapports non marchands entre les êtres !

    belle journée cher connecteur !

    esteban

    .: Contact :.

    éditions le p’tit gavroche,
    3 bis rue des lilas,
    69008 Lyon, France

    * Courriel : [email protected]
    * Site ressources : http://www.guidaltern.org
    *Cyberlettre du p’tit gavroche : pour s’y abonner, la découvrir : http://listes.samizdat.net/sympa/subscribe/guidaltern_l

    ** Pour une présentation du guide : http://www.guidaltern.org/article.php3?id_article=23

    *

  39. Blogospherus says:

    L’avenir n’est pas écrit.
    Le temps des connecteurs est arrivé.

    Thierry Crouzet, Le peuple des connecteurs.

    La blogosphère est-elle un mythe?
    Quelle puissance virale est la sienne ?

    Existe-t-elle ailleurs que dans l’imaginaire de quelques papes des blogs ?

    La blogosphère a-t-elle pour seule demeure Technorati ?

    Blogospherus est créé pour tester la réactivité de la blogosphère, comme une expérience scientifique.
    Combien de temps faudra-t-il pour fédérer les blogs de la blogosphère ?

    Le principe:

    Un premier message est déposé sur un blog.
    Aucune autre forme de publicité ne sera faite pour indiquer l’existence de Blogospherus.

    Blogospherus a choisi pour premier blog celui de l’auteur du Peuple des connecteurs.
    Quel meilleur symbole pour une expérience qui vise à tester la connectivité de la blogosphère ?

    A partir de cette unique bouteille jetée sur cet unique blog, chaque blogueur découvrant ce message devient libre d’être un connecteur.

    Il peut signaler son existence à Blogospherus, il peut signaler l’existence de Blogospherus.

    Tout repose sur le système du Trackback, instrument de la connectivité blogosphérique.

    Pour signaler son existence à Blogospherus, un blogueur poste un message sur son blog annonçant l’existence de Blogospherus, et envoyant un trackback vers ce message : http://www.blogospherus.net/wp-trackback.php?p=3

    Chaque lecteur de ce nouveau message, s’il est blogueur lui-même, peut alors poursuivre la chaîne des connecteurs.

    L’expérience permettra de visualiser, par la succession des trackbacks, le chemin blogosphérique parcouru par le message originel.

    Une cartographie de ce chemin sera enfin construite, menant d’un blog à l’autre, reconstituant l’espace blogosphérique viral du Web francophone.

    Blogospherus
    blogo(at)blogospherus.net

    http://www.blogospherus.net

  40. kfigaro says:

    Je partage entièrement l’avis de Mitos, ce livre me semble très important, il pose des questions essentielles et élabore une stratégie de développement pour une nouvelle société qui tombera pourtant à mon avis à l’eau à cause tout simplement de la psychologie humaine ! (le livre n’évoque jamais les relations parfois perverses entre les gens qui font naître des hiérarchies, ni les névroses, le masochisme, le sadisme, etc… et c’est loin d’être si rare que ça dans toute société humaine)

    D’autre part, j’ai été choqué par la fin du livre assez peu éthique (alors que j’ai assez aimé le début), j’ai trouvé notamment très fumeuses les théories sur le “droit de l’homme” d’ingérer toutes sortes de substances pour qu’il vive plus longtemps. Contrairement à l’auteur, je ne vois pas vraiment de vrai “humanisme” là dedans, surtout lorsqu’il établi des analogies avec les fumeurs…

    Mon avis est donc très mitigé.

  41. Garbun says:

    Effectivement tu as des problèmes avec le spam Thierry… 😉

  42. CT says:

    Parce que ne pas être totalement d’accord avec le “gourou” des connecteurs et ses théories parfois fumeuses, c’est être un vulgaire spammeur selon vous ? je me passe très bien d’un tel raisonnement pour ma part…

    quelle belle ouverture d’esprit !!

  43. Garbun says:

    Non je ne parlais pas pour ça, il y avait un spam d’un site étranger mais qui a été viré visiblement.

  44. Garbun says:

    @CT : au passage, quelles sont les théories fumeuses en question ?

  45. Oui je vire les spam dès que les vois. Et je confirme que Garbun parlait de ce message d’enlargement de pennis.

  46. CT says:

    Merci Garbun, je ne comprenais pas 😉

    Pour les théories fumeuses, ce sont, à mon humble avis, surtout celles développées dans la partie “Ne pas mourir” de l’ouvrage qui auraient à mon avis plus leur place dans un ouvrage de fiction comme ceux de Houellebecq que dans un essai “sérieux”, par contre j’ai trouvé très pertinentes et légitimes les réflexions relatives à la force d’un “réseau sociétal” (bien qu’elles ne soient en aucun cas nouvelles, car j’ai entendu dire qu’un Bakounine en parlait déjà à la fin du 19ème siècle, sans parler de l’ouvrage de Jacques Bureau : “L’ère logique” datant de 1969 et prophétisant déjà “L’abolisation d’un chef, de l’autorité, du dogme et des partis… [qui permettra l’avènement] des mécanismes auto-adaptatifs, auto-évolutifs…” etc…)

  47. adjaya says:

    J’ai lu, il y a quelques jours une histoire d’un message, tel une unique bouteille à la mer sur un blog, proposant au lecteur qui en découvre l’existence de devenir lui-même connecteur en signalant son existence à Blogospherus. Je ne me suis pas encore lancé dans cette aventure mais aime bien remonter à la source. J’ai donc découvert ici cette unique bouteille qui aura eu le mérite de me faire découvrir ce site !
    Adjaya

  48. Bonjour,
    Je n’ai pas lu vos livres, mais en parcourant votre blog, deux idées me viennent spontanément : l’évidence d’un pouvoir citoyen possible, alternatif au vote, par l’échange sur écrans pour compenser la pensée unique produite par les médias, et par là même la naissance d’une nouvelle forme de démocratie… mais aussi malheureusement et en même temps, une société un peu plus en perte du lien humain car l’écran remplace souvent et de plus en plus le contact direct. En somme beaucoup plus d’une certaine forme de communication, et beaucoup moins d’une autre.
    Carmen

  49. Au contraire… nous sommes en train de nouer les uns avec les autres de plus en plus de contact direct, nous n’avons jamais autant parlé je crois… J’essaie d’expliquer tout cela dans mon prochain livre.

  50. Garbun says:

    D’autant que beaucoup de gens qui discutent via le net en viennent à se rencontrer “en vrai”.

  51. La rencontre physique est fondamentale, oui.

  52. kvonk says:

    né en 1959,il semblerait que je sois trop vieux pour etre un connecteur.Je m’en passerais donc,à regret et en me déchirant les paupières de desespoir devant tant de ségégration!!!

  53. robert says:

    Comme je vous l’ai déjà dis, j’ai bcp aimé votre livre le cinquième pouvoir, par contre il va falloir que je relise à nouveau stylo à la main le peuple des connecteurs. si je n’avais pas lu le cinquième pouvoir, j’aurais été assez réservé, alors je ne suis pas d’accord sur tout, notamment quand vous parlez de ne pas croire, et de ne pas mourrir… le chrétien que je suis à un peu du mal… mais je suis ouvert et prêt à discuter avec vous.

Comments are closed.