En écrivant pour mon prochain livre l’histoire du référendum pour la constitution européenne, j’ai fait une découverte assez déplaisante, déplaisante pour moi car je suppose que tous ceux qui s’occupent de la chose politique en sont conscients. Je suis très naïf je sais.

Un référendum ne peut jamais être démocratique !

Lors du référendum Chirac nous a posé cette question : « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe ? »

Oublions le vote blanc, nous pouvions répondre par oui ou par non. Oui pour accepter la ratification, non pour la rejeter. Il se trouve que le non a toujours un avantage. Nous parlons plus de ce que nous n’aimons pas que de ce que nous aimons. Tous les marketeux le savent. Donc, en posant cette question, Chirac donna un avantage au non, ce qui n’était pas très malin vu qu’il était pour le oui.

Je suppose qu’il aurait pu poser la question autrement et demander : « Voulez-vous que l’Union continue de fonctionner sans constitution ? » Le non aurait alors implicitement approuvé la création d’une constitution.

Mon exemple est peut-être un peu caricatural mais il montre que la formulation d’une question référendaire peut influencer les réponses. La démocratie directe, qui s’appuie sur de nombreux référendums, n’est donc pas la panacée car elle ouvre la voie à la manipulation.

PS : Mon argumentation est tirée par les cheveux, c’est vrai. Je voulais enchaîner sur une mise en question du droit de vote et je ne l’ai pas fait. J’essairai si je trouve le temps pendant les vacances.

8
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

8 comments

  1. Anonyme says:

    C’est vraiment tiré par les cheveux ce raisonnement.

    Le 20 septembre 1992 , le OUI l’emporta lors du référendum sur le traité de Maastrich ; et pourtant, la situation économique de la France n’était pas glorieuse, et la Yougoslavie volait en éclats à notre porte.

  2. Anonyme says:

    Je viens de relire ce billet et il m’apparaît vraiment comme une collection de remarques mal inspirées :

    “« Voulez-vous que l’Union continue de fonctionner sans constitution ? » Le non aurait alors implicitement approuvé la création d’une constitution.” : la belle affaire ; il aurait ensuite fallu dire laquelle… Et puis un NON c’est quand-même nettement moins approbateur qu’un OUI !

    “Mon exemple est peut-être un peu caricatural mais il montre que la formulation d’une question référendaire peut influencer les réponses.” … à condition de ne pas être trop exigent sur la qualité de la démonstration !

    “La démocratie directe, qui s’appuie sur de nombreux référendums, n’est donc pas la panacée car elle ouvre la voie à la manipulation.” : c’est bien connu les Suisses se font horiblement manipulés à longueur de rférendums d’initiative populaire ; et il est bien connu qu’en démocratie représentative il n’y a pas de manipulation !

  3. J’ai pas dit que la démocratie représentative était mieux. Je n’y crois pas plus puisque je suis pour une forme ou une autre de démocratie participative. Et oui, c’est un peu tiré par les cheveux, c’est vrai. Je voulais enchaîner sur une mise en question du droit de vote et je l’ai pas fait. J’essairai si je trouve le temps pendant les vacances.

  4. jylem says:

    thierry, tu as raison c’est toujours les partisans du non qui gueulent le plus fort et cela ce voit dans les commentaires, mais pour moi toute ta reflexion participative est une démarche positive qui doit avancer malgré ces “noneux”. Il ne s’agit pas de prendre leurs armes pour combattre mais d’avancer avec les notres même si ce sera long

  5. Valerio says:

    Poser la question de façon “inversée” aurait surtout été, si elle l’avait été comme proposée ici, inconsitutionnel.

  6. Pourquoi Valerio? J’ai inversé la question de façon caricaturale, on doit pouvoir mieux faire. Mais est-ce que la constitution impose un sens aux questions? ça me paraît difficile. Non?

  7. Valerio says:

    De mes souvenirs, l\’article 89 sur la révision de la constitution par référendum parle d\’approbation.

  8. Souvent en fonction de comment tu poses la question tu peux demander d’approuver une chose ou son contraire, non? C’est ça que je voulais dire. Mais c’est sans doute pas important. C’était juste une idée qui m’est passée par la tête et que j’ai lâchée…

Comments are closed.