Heureusement que Catherine Nivez a parlé de bonVote ce matin car Google, lui, nous censure ! Depuis une semaine, nous avons disparu de l’index.

A priori, nous ne sommes pas blacklistés car quelques pages sont encore là, mais des pages totalement insignifiantes (moins de 1000 pages aujourd’hui sur Google contre 8 500 sur Yahoo!).

Le cœur du site n’est plus là. La requête « bonvote » renvoie sur tous les blogs qui parlent de bonVote mais pas sur bonVote lui-même.

Comme Google génère en général 80 % du trafic d’un site, notre trafic s’est effondré. Remarquez, c’est un bon moyen d’estimer notre réelle notoriété : en gros 1 000 visiteurs uniques par jours. Avant la disparition de l’index, nous étions monté jusqu’à 11 000 visites/jours.

Si quelqu’un a une explication…

Tout cela démontre une fois de plus que les concurrents de Google ne pèsent pas lourd dans la bataille du search. La plupart des sites dépendent de Google qui peut les tuer quand il veut, sans prévenir, sans aucune explication.

2
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

2 comments

  1. Bernard says:

    Je te soutiens mon cher Thierry,

    Peut-être que google ne sait plus positionner ton site et c’est pour cela qu’il l’a sandboxer. 🙂

    Maintenant il existe d’autres moteurs de recherche qui te référencent.

    Donc en fin de compte la Chine avec la censure qu’elle connait est plus libre que d’autres pays tenus par le capital. 🙂

    J’ai pris ta défense sur : http://www.ressourcesetpotentiel.com/?p=70

    Dans tous les cas le réseau est plus fort.

  2. Garbun says:

    Tiens c’est “drôle”, c’est justement ce dont je parlais, plus ou moins, dans le post suivant sur “comment estimer le taux de connectivité d’un site” :

    http://blog.tcrouzet.com/2006/09/28/pourquoi-bayrou-est-il-venu/#comment-1805

    Là on voit qu’effectivement google est archi leader. C’est interessant parce qu’ils ont toujours misé sur la simplicité poussée à extrème : page d’accueil quasi vide, juste une barre de recherche et une poignée d’options. Ça rejoint tes idées selon lesquelles face à la complexité, la solution la plus efficace est toujours très simple.

Comments are closed.