Grâce à Bruno Giussani, j’ai découvert la conférence donnée à TED par Hans Rosling. Avec ses animations qui parlent d’elles-mêmes, Hans Rosling démontre magistralement que les problèmes globaux ne peuvent que se régler par des approches locales. Par exemple, dire que l’Afrique fait face à un problème sanitaire global est un raccourci qui masque la réalité.

Quand on regarde tous les pays africains séparément, on découvre une grande variabilité. Et quand on regarde à l’intérieur de ces pays aussi. Il ne peut donc y avoir de solution universelle mais uniquement des solutions au cas par cas.

Par ailleurs, les animations de Hans Rosling montrent que des pays améliorent très vite leur condition de vie pendant que d’autres restent à la traîne.

Sur toutes ces animations, le plus effrayant est de voir que tous les pays se rapprochent des pays occidentaux qui eux-mêmes depuis 1962 n’évoluent pas beaucoup. J’ai lu tout ça comme une démonstration que la croissance finissait par plafonner.

Il faudrait que quelqu’un se livre au même travail que Hans Rosling sur les problèmes climatiques. Peut-être découvririons nous que les traitements doivent aussi être avant tout locaux (ce dont je suis convaincu).

6

6 comments

  1. Witt says:

    Excellent, tout simplement excellent et ce dans un anglais très abordable !
    Merci de faire partager !

  2. nitramf says:

    Voir également ici : http://www.gapminder.org/

  3. Vincent says:

    Il y a également cette vidéo sur le même sujet :
    http://video.google.fr/videoplay?docid=7996617766640098677&q=gapminder

    Merci Thierry.

  4. Farid Taha says:

    Merci Thierry de nous faire partager ce pur moment de bonheur “statistique” qui me réconcilie avec cette sciences obscure que je detestais jusqu’à aujourd’hui.

    La démonstration est tout simplement GRANDIOSE !

  5. Casabaldi says:

    Sur le changement climatique et les réponses diverses et adaptées, ceux que ça intéresse pourront lire “changements climatiques : impasses et perspectives” sous titré “points de vue du Sud”, dans la collection “Alternatives Sud” aux éditions Syllepse.
    On notera le pluriel à chaque mot… qui résume pas mal l’ensemble et rejoint complètement ton point de vue.
    Non seulement les points de vue du Sud n’ont rien à voir avec ceux du Nord, mais surtout, le problème n’est pas le même du tout, au Brésil, en Inde, en Chine ou dans chaque pays africain. Les solutions non plus, évidemment.

    http://www.syllepse.net/lng_FR_srub_24_iprod_315-Changements-climatiques—impasses-et-perspectives.html

  6. adam kesher says:

    Extraordinaire. Tant sur le niveau du fond que celui de la forme (le discours sur l’attractivité des statistiques n’est pas un mince problème), d’ailleurs.

Comments are closed.