Une expérience intéressante vient d’être lancée depuis mon blog sans que j’y sois pour quelque chose. Un certain Blogospherus a posté un commentaire dans ma zone forum à seule fin de tester notre niveau d’interconnexion.

La blogosphère est-elle un mythe ? se demande Blogospherus. Quelle puissance virale est la sienne ? Existe-t-elle ailleurs que dans l’imaginaire de quelques papes des blogs ? […] Blogospherus est créé pour tester la réactivité de la blogosphère, comme une expérience scientifique. Le principe : Un premier message est déposé sur un blog. Aucune autre forme de publicité ne sera faite pour indiquer l’existence de Blogospherus. Blogospherus a choisi pour premier blog celui de l’auteur du Peuple des connecteurs. Quel meilleur symbole pour une expérience qui vise à tester la connectivité de la blogosphère ? A partir de cette unique bouteille jetée sur cet unique blog, chaque blogueur découvrant ce message devient libre d’être un connecteur. Il peut signaler son existence à Blogospherus, il peut signaler l’existence de Blogospherus.

Blogospherus aurait sans doute mieux fait de commencer chez Loïc Le Meur plutôt que chez moi. Mais maintenant Loïc aussi va être au courant. Je vais même lui envoyer un mail.

Ma surprise a été de voir que quelques blogs ont tout de suite joué le jeu de Blogospherus. Blogonautes tout d’abord, puis le blog espagnol e-mercadeo.com. Aujourd’hui 10 blogs participent à l’expérience.

33

33 comments

  1. Vanupieds says:

    Blogosphère, c’est bien comme appellation.
    On dirait un jeu pour enfants.

  2. Blogospherus says:

    Le tournant de l’expérience, ce sera de voir si, et à quel moment, la connection se fera entre “les blogueurs influents” et “les blogueurs lambda”, ceux qu’on ne voit pas dans les classements, notamment le monde immense des skyblogs, qui n’existe même pas sur Google.

    Pour le moment l’expérience tourne autour de deux-trois noeuds de blogueurs influents (Crouzet, Blogonautes, Freemen…)

    Le passage de relais se fera-t-il avec les skyblogs, alors que le concept, volontairement, n’est ni sexy ni polémique ni provocateur, ne contient aucun scoop, aucun élément de nature à accrocher par les tripes ?

    Si le passage de relais se fait avec les blogs des Français “ordinaires”, ceux qui ne vivent pas que dans le monde déjanté des “hyper-interconnectés” de la blogosphère, le test sera vraiment intéressant.

  3. Je crois que les gens qui ne sont pas fondus de théorie ne s’intéresseront pas à la chose… J’aimerais me tromper.

  4. h16 says:

    Et moi je pense que tous types de personnes peuvent s’y intéresser, notamment ceux qui voient de plus en plus le décalage entre les producteurs nets d’information (dont ils font partie) et les média traditionnels…

  5. Blogospherus says:

    Très juste h16.

    Je vois 4 types de motivations possibles pour rejoindre l’expérience :

    1 : pour les mordus de la blogosphère, le côté expérimental, permettant de suivre le chemin de ce test, quel blog va relayer, vers quel blog cela mènera, est-ce que tout va s’arrêter après 50 blogs de mordus, ou cela continuera-t-il plus loin, et jusqu’où ?

    2 : le côté ludique. Même si l’on pense que c’est inutile, c’est un jeu classique de passage de relais, qui peut accrocher des jeunes aussi bien.

    3 : le coté contre-pouvoir. 5e pouvoir. La blogosphère développe et renforce ses liens d’inter-connections pour garantir son indépendance face aux gouvernements, face aux médias traditionnels. Des informations ou des initiatives peuvent partir d’un blog et faire le tour des connectés, sans passer par TF1, sans passer par l’Etat, et sans moyens financiers.

    4 : le côté “faire connaître son blog”, augmenter son PageRank. C’est la motivation la moins intéressante, mais elle jouera pour certains. Même si c’est vulgaire, une telle motivation fait partie des liens d’inter-connections et de la vie du Web. BonVote.com fonctionne sur ce type de motivation : chacun s’inscrit pour gagner en visibilité, c’est égoïste au départ. Après, le classement BonVote débouche sur des résultats qui dépassent les intérêts particuliers. Ce classement renforce la circulation d’informations et invite des blogueurs à développer des liens réciproques. Il peut en déboucher une plus grande curiosité intellectuelle pour les idées du voisin.

    Par rapport à tous les phénomènes viraux qui existent sur le Web, le point qui m’intéresse le plus est le 1 : Le suivi en temps réel d’une idée à travers la blogosphère, de blog en blog.

    Lorsque Thierry étudie l’effet Etienne Chouard, il est condamné à le faire après coup. C’est presque impossible de savoir des mois après, en détail, comment l’info a circulé.
    Ici, on peut suivre en temps réel la circulation d’une idée connective.

  6. Blogospherus says:

    Excellent ton papier, “Idées à 2 balles” 😉

  7. ~laurent says:

    > Pour le moment l’expérience tourne autour de deux-trois noeuds de
    > blogueurs influents (Crouzet, Blogonautes, Freemen…)

    Un peu “noeud noeud” comme expérience non ?

    Blogosphérus, se place au dessus de la blogosphère et nous explique comment il compte mener une “expérience” (qui va étonner le monde entier). Grâce à son génie nous allons découvrir … le marketing viral. … clap … clap … clap 🙂

    > Le suivi en temps réel d’une idée à travers la blogosphère,
    > de blog en blog.

    ben le problème de tout cela c’est peut être qu’il n’y a pas d’idée (comme le soulignait “idée à 2 balles”).

  8. morange says:

    question peut-être naïve mais moi pas trés intelligent et pas tellement m’y connaitre.

    comment reconstituer les “chemins” si les participants de l’expériences se contentent de faire un trackback uniquement vers blogospherus.net (comme cela est indiqué dans le message de la bouteille)? Tout le monde sera de niveau 1?

    Ce qui me parait intéressant c’est aussi d’évaluer le niveau de connectivité/viralité avec les blogospheres non francophones.

  9. Axel says:

    “ben le problème de tout cela c’est peut être qu’il n’y a pas d’idée”

    La connection, on peut voir ça comme une idée, non?
    C’est l’idée du peuple des connecteurs.

    L’idée, c’est de connecter ceux qui croient à la connection.
    Ceux qui croient que la connection est facteur de progrès.

    Ceux qui n’ont pas besoin qu’on leur fournisse une idée matérielle (comme le fait de se rassembler pour dénigrer Ségolène Royal au moyen d’une vidéo, ou se rassembler pour lutter contre une maladie rare.)

    Thierry Crouzet disait à propos de Nekkaz :

    “Ce que j’apprécie chez Nekkaz, c’est la méthode, les idées viendront après. Car de bonnes idées avec les anciennes méthodes ça ne donnera rien de plus que ce que nous avons déjà.”

    Et en rejoignant les Freemen, Thierry a dit : “peu importe les idées à ce stade. Nous devons d’abord construire des autoroutes pour ces idées.”

    Lorsque j’ai cité cela à des amis libéraux, ils ont hurlé :
    – “sacrilège, reléguer les idées au deuxième plan.”
    – “Le medium c’est la finalité? ben on est mal barré”,
    – “L’intendance est le but de guerre ? Mamma mia.”
    etc etc

    Je n’ai pas compris cette incompréhension.

    Le monde a changé avec l’apparition de nouvelles voies de communication.
    Les routes, les autoroutes, les voies maritimes et aériennes, ont changé le monde, en amenant un brassage d’idées. Toute voie de communication nouvelle porte en elle de nouvelles idées à venir.
    Même la plus modeste.

    Je n’ai pas l’impression qu’il faut donner à l’expérience Blogospherus, ni plus de sérieux, ni plus d’inutilité qu’il n’y en a.

    Ce n’est pas aussi inutile que le croient ceux qui jugent cela inutile, car ils ne voient pas que la communication, la connection est une idée, n’a pas besoin d’autre idée.
    Toute tentative de secouer un peu les connections de la blogosphère va dans le bon sens. Même si elle n’a fondamentalement rien de neuf.

    Et ce n’est pas aussi sérieux que peuvent le penser ceux qui veulent y voir un esprit de sérieux ou de prétention.

    J’ai toujours remarqué qu’un des plus grands freins à toutes les coopérations, c’est qu’assez rapidement, face à une initiative, des gens disent “pour qui il se prend celui là? il croit qu’il va changer le monde? il est simplement ridicule, ou prétentieux, ou mégalo, ou imbécile etc etc”
    Et cette question de l’Ego vient occuper toute la place. Des énergies considérables sont dépensées pour ces questions subalternes.

    En définitive, derrière absolument tout, on peut donner la réponse du nihiliste que citait Nietzsche : “à quoi bon ?”

    Le plus petit projet comme le plus grand, peut buter sur cette réponse, “à quoi bon?”

    C’est le mot de Pascal : “On jette enfin de la terre sur la tête et en voilà pour jamais.” Ce mot suffit à lui faire rejeter toute la terre, ses chemins et ses plaisirs. Si la vie a un terme, pour lui tout ce qui précède ce terme est vain.

    Soit. Philosophiquement, on ne peut pas lutter contre l’à quoi bon. On ne peut pas lutter contre le scepticisme (on a eu ce débat au sujet du climat), on ne peut pas lutter contre le nihilisme.

    C’est une question de choix de vie pour chacun. On peut tenter des choses, petites ou grandes, sans se soucier de savoir si c’est ridicule ou pas, si c’est mégalo ou pas (Carlo Revelli une fois ici n’osait plus poursuivre l’explication de ses projets, craignant de passer pour “mégalo” – et il a raison de craindre cette accusation qui peut en un instant venir tout détruire en discréditant l’initiateur d’un projet).

    Blogospherus ne va pas changer le monde. Et après? Cela ruine-t-il l’expérience?
    Sur le site on découvre de nouveaux sites que certains ne connaissaient pas hier. Si Blogospherus a servi ne serait-ce qu’à faire connaître un site intéressant à une seule personne, ce n’est pas inutile.

    Si Blogospherus va plus loin et se développe de blogs en blogs, pour les passionnés de la connection ce sera passionnant de suivre ce chemin, par où il passe, où il conduit, en sachant qu’il ne fédère que des passionnés de la connection pure.

    Après, on peut trouver cela sans intérêt, comme certains n’aiment pas les glaces, ou les frites, c’est la vie de chacun.

  10. Tu t’es trahi Axel. Tout le monde va savoir que c’est toi Blogospherus.

  11. Axel says:

    C’était volontaire Thierry pour ce message. Dès lors qu’on en venait à des débats de fond, je ne pouvais pas les mener sous un pseudo, tout en continuant à parler sous mon nom dans d’autres messages ici, c’était un peu schizo, pas gérable.
    Et on aurait reconnu le style. La solution aurait été de ne pas discuter, mais on perdait l’intérêt de la chose, qui est de réfléchir au fond, pas de réussir un site.

    Il faut replacer ce débat dans celui des connecteurs, celui que nous avons avec les Freemen, avec Carlo et ses pronétaires, etc. Tout cela est lié.

    Le but n’est pas de réussir en soi le “coup” Blogospherus.
    Le but est de relancer l’idée des connecteurs, de chercher des méthodes.

    Quelqu’un dont tu parlais ici avait sorti une carte où les connecteurs pouvaient s’inscrire géographiquement. Cela ne marchait pas, sans doute parce qu’il fallait s’enregistrer, cela prenait du temps, cela faisait davantage parti politique que connecteurs.

    Un connecteur n’aime pas s’enregistrer, n’aime pas avoir de carte, pas même une carte de connecteur.
    Le coup de la carte géographique c’était “je SUIS un connecteur”. C’était essentialiste.
    Blogospherus en ce sens est plus souple, c’est la connection pure, sans carte, sans enregistrement, juste le trackback qui est l’inter-connection pure. Ce n’est pas : “je SUIS un connecteur”, mais “je CONNECTE”. C’est moins essentialiste, moins identitaire.

    On peut sûrement faire bcp mieux, et quand tu auras le temps de développer les outils techniques dont tu me parlais, ce sera encore mieux. 😉

  12. ~laurent says:

    Blogospherus / Axel

    Désolé c’est mon coté un peu provoc (qui fait souvent sortir les anonymes de leurs gonds … et parfois de leur anonymat ;-).

    L’expérience me semblait vouée à l’échec pour plusieurs raison :

    1) l’anonymat, fait que le manque de confiance handicapait “l’expérience”
    2) la viralitée est connue de tout le monde, et le test n’apportait pas grand chose de plus ?
    3) il faut que l’information (l’idée) relayée ait une force, pour ce distinguer des milliers autres qui nous arrivent tous les jours.

  13. Axel says:

    Bonsoir Laurent,

    “1) l’anonymat, fait que le manque de confiance handicapait “l’expérience””

    Moué. En même temps je me demandais si l’inverse ne serait pas vrai.
    Si je ne faisais pas ça sous anonymat, cela passait pour une pub perso, de nature à handicaper l’expérience aussi.

    Finalement, par transparence, je lève l’anonymat pour discuter ici, mais le site lui-même restera anonyme et sans mention de nom.

    “2) la viralitée est connue de tout le monde, et le test n’apportait pas grand chose de plus ?”

    Je ne suis pas d’accord.
    On connait surtout la viralité négative. La viralité positive est bcp plus rare et moins étudiée. Il suffit de comparer la viralité de Chouard, forte, pour attaquer le TCE il y a un an ; et sa viralité, bcp moins forte, pour construire un autre texte aujourd’hui (personne n’en parle à part Thierry).

    Donc les expériences de viralité constructive restent rares et intéressantes.
    Et surtout une expérience en temps réel, où l’on suit la propagation jour après jour.

    “3) il faut que l’information (l’idée) relayée ait une force, pour ce distinguer des milliers autres qui nous arrivent tous les jours.”

    Là je suis d’accord, mais c’était aussi le défi de cette expérience, le côté aventureux. Ne pas choisir la facilité.

    En clair, si le but avait été d’obtenir un Google PR 7 pour cette page, avec le moins de temps possible, il aurait fallu choisir autre chose, être bcp plus percutant, provocateur et grand public.

    Ici ce n’est pas du tout le but.

    Ce point rejoint ton point numéro 2 : si j’avais choisi une grosse ficelle, presque sûre de pouvoir déclencher un gros phénomène viral sur le Net, alors ça n’avait rien d’original, et ton point 2 était juste. On retombait dans la viralité bien connue.

    L’originalité de l’expérience tient au fait qu’elle tente de tester la viralité de l’idée même de connectivité, sans aucun support sexy ou provocateur, sans autre idée que cette idée même des connecteurs.

    Je voudrais justement savoir jusqu’où on peut aller ainsi, en faisant aussi peu de concessions aux grosses ficelles bien connues du marketing viral.
    Est-ce qu’on bloquera à 50 blogs ou pas ? (On a dépassé les 25 là)

    L’échec est sans importance, donc si ça bloque ça bloque, il n’y aura pas mort d’homme, on ne se bat pas ici pour une cause urgente qui ne doit pas laisser place à l’expérimentation hasardeuse.

    Je souhaite au contraire rester dans ce domaine de l’expérimentation hasardeuse, qui m’intéresse bcp plus que la réussite.

    “Désolé c’est mon coté un peu provoc”.
    Y’a pas de souci, Laurent. Les heurts sincères font avancer le schmilblick, c’est toujours mieux que la courtoisie de salon. 😉

  14. Axel says:

    On arrive à 40 blogs, après seulement trois jours !

    Première suprise : grosse représentation des blogs de canadiens (francophones).

    Comme il y a désormais deux blogs en anglais, et plusieurs blogs en espagnol, j’ai ouvert une page internationale, sans bavardage, avec juste la liste chronologique des blogs pour s’y retrouver facilement. C’est ici : http://www.blogospherus.com/

  15. Axel says:

    Par ailleurs je viens de voir dans technorati que le premier blog espagnol (“eCuaderno 3.0”) a avoir repris l’info (dès les premières heures, avant même le billet de Thierry) est un connecteur impressionnant : 1 375e au Rank mondial de Technorati. avec 4354 liens provenant de 1039 blogs.

    (Pour comparaison, Versac est 7352e avec 1496 liens provenant de 354 blogs)

    Sans le frein de la langue française, Blogospherus aurait sûrement eu un écho intéressant en Espagne après ça.

    La langue reste la principale résistance à la globalisation des échanges sur Internet.

  16. casabaldi says:

    Mouaich… j’ai beau avoir participé dans les premiers, je ne suis pas convaincu.

    “tester la viralité de l’idée de connectivité”…
    Si on n’avait que ça à faire pourquoi pas, mais comme on le fait déjà tous les jours et sur des sujets un peu plus.. disons… enfin, vous voyez, quoi…
    Je reste persuadé qu’il n’y a pas de viralité, d’influence, de connectivité sans “contexte”.
    Petit exemple, nous (certains freemen, entre autres) sommes en train d’essayer de faire comprendre qu’il se passe des choses importantes en ce moment même, à Oaxaca, au Mexique. Et c’est dur de bouger du monde.
    Alors oui, en appuyant sur un bouton, je pourrais prévenir instantanément 80 blogueurs freemen que l’expérience “blogospherus” existe. Et que c’est “sympa”.
    Je pourrais, mais je ne le fais pas. Pourquoi ?
    Parce que je préfère utiliser ce “temps de parole” là pour Oaxaca.
    Peut-être qu’un autre le fera.
    De la même manière, j’ai mis un trackback, mais je n’ai pas fait de post. (parce que ça n’aurait pas grand chose à foutre sur mon blog).
    Du coup, la propagation s’arrête là (pour ce qui me concerne).

    Bref, le truc est “sympa” certes. Mais un peu “que” sympa.
    Voilà.
    (c’était juste un petit feedback sans prétention pour aider éventuellement à faire mieux la prochaine fois.)
    Bon courage en tout cas.

  17. Axel says:

    Salut Casabaldi. J’avais vu ton trackback sans post, et je t’ai ajouté parce que c’est quand même un signe que l’info t’est parvenue, même si tu ne la relaies pas.

    Tu as raison de dire qu’il y a des trucs plus urgents, que ce soit le combat que tu cites, ou simplement faire découvrir des auteurs comme Thierry a fait avec Oasis (que j’ai relayé sur Blogosphérus aussi).

    J’aime bien l’idée de la connection pure, mais le contenu c’est important aussi 😉

    En même temps, tu as des gens que tu ne pourrais pas toucher en parlant directement du Mexique, et qui vont connaître ton combat parce qu’ils t’auront vu sur Blogospherus. Le combat emprunte souvent des voies indirectes. C’est parfois une erreur de ne chercher que l’efficacité la plus directe.

    Tout ce que je vois pour le moment, c’est que je découvre plein de blogs sympas que je ne connaissais pas, et rien que pour cette raison, je ne regrette pas l’expérience.

  18. Casabaldi après avoir fait l’éloge du réseau tu peux pas dire que c’est pas important. Sans réseau, il ne passe rien et tu attends que les médias fassent le travail. Si l’expérience Blogosphérus permet de créer de nouveaux liens, c’est tout bénef pour les idées… tu sais les autoroutes qu’empruntent les charrettes…

  19. Axel says:

    @ Casa – J’ai relayé pour le Mexique sur Page 2007, en te faisant confiance car je n’ai pas du tout suivi l’actu à ce sujet (vu surtout qu’à lire José il n’y a pas d’actu à ce sujet dans les médias 🙁

    Je suis moins à l’écoute de la politique internationale en ce moment, après en avoir été un passionné. Parce que je crois vraiment comme Thierry que le plus urgent c’est de construire des autoroutes entre connecteurs. Sinon on s’épuise pour le moindre combat, sans la moindre influence. Cela dit, tu as raison de rappeler que certaines tragédies n’attendent pas la construction des autoroutes, et qu’il faut en parler avec nos petits moyens, pour commencer, faute de mieux.

    Sur Blogo :

    On a dépassé les 55 blogs 🙂

    Déjà 9 pages dans Google pour “Blogospherus” (avec un nom pareil, tout concerne cette expérience).

    Je suis surtout content d’une chose : pour le moment, tous les blogs liés sont vraiment intéressants, humainement. Pas de déchets. Beaucoup font référence à Thierry et ses travaux.

    Je fais plein de découvertes. Blogospherus est arrivé au Sénégal, à Dakar, avec les “Chroniques de Ndoumbelane.”

    Je viens aussi de tomber sur un article émouvant de Joel Ronez sur la mort des trackbacks, et cet article j’en ai pris connaissance grâce à un pingback de “cermanon”, parlant de Blogospherus chez Ronez… :

    La mort des trackbacks (Ronez commente la décision de TypePad de désactiver par défaut les trackbacks) :

    “Je ne le présente même plus aux étudiants et stagiaires, car le temps passé à en décortiquer l’intérêt est à mon grand regret un investissement dans l’obsolète.

    Je trouvais le principe du retrolien palpitant, et je me rappelle avoir éprouvé le même frisson, quand je l’avais enfin compris, que lorsque j’avais assisté pour la première fois à un clic sur un lien hypertexte (Toulouse, CICT, 1995).

    Las ! Ce truc bizarre aura été le mal aimé de la révolution bloguienne. Accusé de favoriser le squat de visibilité, puis d’influencer l’auteur dans sa rédaction, il a ensuite pris gros sur le carafon avec les attaques monumentales de spammeurs qui ont lui fermé les vannes, souvent à jamais.”

  20. e-znogood says:

    Blogosphère, blogosphère est-ce que …
    Il ne s’agit pas de la réplique d’anthologie du chef d’oeuvre de Marcel Carné mais d’une expérience originale en cours. La blogosphère est-elle réelle ? Quelle gueule a-t-elle au juste ?

  21. Axel says:

    La première semaine de Blogospherus se termine.

    Bilan de cette première semaine : 91 connecteurs. 🙂

    Je commence d’illustrer le site avec des découvertes faites sur tel ou tel blog connecté. Ce soir je suis tombé sur de superbes photos d’une photographe connectée aujourd’hui, et le modèle posant pour ces photos avait pour nom : Ariane !
    ça ne s’invente pas. Voilà un fil d’Ariane qui promet d’autres belles découvertes pour la suite.

    Vraiment sympa cette expérience.

    Je vais finir par remercier Aurel d’avoir si peu cru à la blogosphère, ce qui par défi me conduisit à lancer cette expérience folle sur un coup de tête…

    Finalement, comme le dit quelqu’un, sur le Web, “il suffit d’agir”. Pas besoin de tergiverser mille fois.

  22. JM GALAN says:

    j’ai chroniqué l’experience Globospherus sur AligreFM vendredi 8 dans l’emission Recherche en cours. Le podcast est sur http://WWW.recherche-en-cours.org, chronique de 7min a la 49e minute de l’emission pour ceux qui veulent ecouter tout le bien que j’en pense.

    encore un debordement dans la vraie vie!

  23. Axel says:

    Je viens d’écouter, c’est excellent ! Merci Jean-Marc. Très sympa de voir un vrai chercheur relayer l’expérience et en parler ainsi. Un biologiste en plus, ce qui mêle la vie à ce monde virtuel !

    C’est en ligne ici : http://www.blogospherus.net/?p=37

    Nous en sommes à 162 blogs et deux radios.

    Au sujet du passage de relai aux skyblogs, j’ai eu quelques échos de skyblogueuses intéressées par l’idée, mais qui ne se font pas connaître sur le site car leur skyblog est intime, personnel, reservé aux amies et amis, elles ne souhaitent pas afficher leur adresse sur un site fréquenté par des inconnus.

    Il y a ainsi tout un pan de la blogosphère, qui est coupé de la connection ouverte, est constitué de micro-bulles volontairement cachées et isolées, à l’abri de l’intrusion inconnue.

  24. Axel says:

    @ “memes Pegase”

    je viens seulement de voir votre trackback déposé ici, et le message associé sur votre blog, daté du 29 novembre.
    J’ai répondu. http://pegase.wordpress.com/2006/11/29/memes/

  25. Le père Nono says:

    Bonjour,

    Bonjour et … oulala ! Oui oulala, vous m’intéressez tous énormément. Ce sujet et tout ce qui tourne autour me fascine depuis 2 ans au point que j’en ai écrit un bouquin. Bientôt en vente sur Internet. Blogospherus a bien raison : une des motivations de ce genre d’expérience est de se faire connaître.

    Et puis il y a la bonne question du temps entre connexion des bloggeurs anonymes et des big boys.

    Alors, si vous trouviez dommage que l’expérience n’ai pas “d’objet” ou de “sujet” : en voilà un. Le mondial 2006 a eu le tube “Zidane il a tapé” (300.000 exemplaires vendus), et bien maintenant :

    L’élection présidentielle 2007 va avoir son petit livre magique. Accrochez vous bien, c’est Sarkozy qui jour le rôle de Harry Potter et qui rentre dans l’armoire magique de Narnia pour décrypter le Da Vinci code de la grande conspiration fasciste du Nouvel Ordre Mondial.

    Sortie prévue dans quelques semaines. Si ça vous intéresse de particper au buzz, contactez moi sur Viaduc (Bruno François Roques). Mes 77 premiers “prophètes” auront le livre gratuitement.

    Longue vie à la blogosphère et à bientot.
    Bruno.
    pour communiquer hors forum : [email protected]

Comments are closed.