Dolores Park, San Francisco, dimanche 12 septembre 2004. Les citadins profitaient des derniers rayons de soleil qui illuminaient les tours du Financial District. Parmi eux, deux jeunes hommes discutaient.

— Ils m’ont piqué les roues du vélo, dit Chris Brennan .

— Tu avais des cadenas Kryptonite ?

Chris acquiesça.

— On peut les forcer avec un Bic !

Chris éclata de rire mais, une fois rentré chez lui, dans son appartement encombré de BD, de vinyles vintages et de carcasses d’ordinateurs, il déboucha un stylo et introduisit le tube en plastique dans la serrure circulaire d’un cadenas. Les deux pièces semblaient faites pour s’ajuster. Une brusque rotation à gauche : le cadenas s’ouvrit aussi facilement qu’avec sa propre clé.

Chris n’en croyait pas ses yeux. Pour lui, c’était comme s’il venait de découvrir que n’importe qui pouvait retirer de l’argent sur son compte en banque. Fou de rage, il publia sur bikeforums.net un message intitulé « Votre nouveau cadenas n’est pas sûr ».

Quand j’y enfonce un stylo de 5 cents et l’ouvre, je ressens un profond sentiment de trahison. Personne dans le département de recherche [de Kryptonite] n’a pensé à introduire un objet cylindrique dans le trou de la serrure !

Immédiatement, les visiteurs du forum commencèrent à discuter. Le lendemain, plus de 11 000 cyclistes découvrirent comment forcer les cadenas Kryptonite et les blogueurs relatèrent la mésaventure de Chris. Le 14, certains publièrent sur internet des vidéos mode d’emploi. Le 15, plus d’un millions d’internautes savaient que les cadenas n’étaient pas sûrs. Le 16, Kryptonite affirma la fiabilité de ses cadenas tout en avouant travailler sur une nouvelle technologie. Le 17, le New York Times relata l’histoire , puis d’autres journaux, radios et télévisions la reprirent.

 

Le 22 septembre, Kryptonite accepta d’échanger tous ses produits défectueux. Coût de l’opération : 10 millions de dollars. Chris Brennan, un anonyme San Franciscain, avait déclenché une petite révolution dans le monde des cyclistes urbains. Il avait démontré que sur internet, la parole m’appartient, vous appartient, nous appartient.

Nous n’avons pas besoin d’être une star ou une vedette politique pour nous faire entendre.

Nous n’avons pas besoin de structures gouvernementales ou associatives pour que les choses changent.

En 1992, la BBC avait évoqué la vulnérabilité de certains cadenas mais la nouvelle ne s’était pas propagée. En 2004, le tissu social qui nous unissait les uns aux autres avait beaucoup évolué. Quand Chris Brennan publia son article, d’autres citoyens s’en emparèrent, le complétèrent, l’illustrèrent de vidéos, et la nouvelle se propagea sur internet comme un virus d’une virulence extrême. Plus personne ne pouvait l’ignorer, y compris les médias traditionnels.

Je comptais débuter Le cinquième pouvoir avec ce texte, en montrant comment un citoyen anonyme peut se faire entendre et faire très vite changer les choses. Mon éditeur m’a conseillé de commencer par un exemple politique. J’ai donc écarté cette histoire mais je continue de penser qu’elle est particulièrement frappante de la puissance du cinquième pouvoir.

26
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

26 comments

  1. charlie says:

    Pareil avec le purin d’ortie : la nouvelle avait été évoquée par la presse traditionnelle mais sans plus, c’est le fait d’être reprise sur le web qui lui a donné sa visibilité !

  2. Axel says:

    “Mon éditeur m’a déconseillé de commencer par un exemple non politique. J’ai donc écarté cette histoire”

    C’est dommage d’avoir dû l’écarter. L’accusation permanente faite au sujet de la blogosphère étant d’être un fantasme de bobo sans grande puissance réelle. Tous les exemples positifs sont bons à prendre.

    La politique est la vie de la cité, et pas seulement ce qui tourne autour des élections. Tout ce qui concerne les liens sociaux entre citoyens est politique.
    C’est même le plus important, ce qui se passe ENTRE les élections.

  3. Je suis bien d’accord mais parfois fatigué de me battre 🙂

  4. charlie says:

    Tout à fait d’accord avec Axel. Malheureusement, les impératifs médiatiques [et éditoriaux] font que la définition de la politique tend à se confondre avec l’élection : l’élection elle-même, les élus ou candidats, les “petites phrases” et les “grand thèmes” consacrés :o(

    Du coup, je comprends bien les nécessités d’un exemple pour ton bouquin, qui illustre le “blog power”. Celui des cadenas est particulièrement bon, puisqu’il ne s’arrête pas seulement à la “reprise” de l’info par les médi traditionnels. Il y a des “vrais effets”, dans la “vraie vie” [puisque, comme le sous-entend la critique rebattue, le media “virtuel” fait sans doute se parler des gens “virtuels” ;)]. C’était en ça un super bon exemple, qui évitait le piège d’évaluer l’efficacité d’un buzz en ligne par son passage au 20H [sur lequel on est en plus tous critiques]. Dommage. Je te fais confiance pour en trouver plein d’autres… sinon, on lance ici même une campagne de “commentaires de soutien à l’exemple des cadenas” 😉

  5. arthur says:

    ton editeur est un cretin, et s’ il n a pas compris que les hommes politiques n ‘ont plus aucun pouvoir et que donc leurs buzz non plus, il ne comprendra surement pas la philosophie du connecteur qui est plus proche des problemes de la vie courante, contrairement aux politiciens. Ne transforme pas ton ouvrage en un énième livre de politique (ou s appuyant dessus pour vendre) dans quelques semaines l’election sera passé et ton livre sera toujours en librairie. Etpuis savoir qu’une entreprise (plutot grosse) nous ment en nous vendant un produit et refuse de l’admettre mais y est force par la voix du peuple , je ne trouve pas meilleur symbole du pouvoir du peuple. le “vieille” politique devrait s en inspirer.

  6. Le livre doit aussi être pédagogique… je fais le grand écart… j’ai d’autres exemples heureusement.

  7. Nathalie says:

    Hmm, s’il t’a déconseillé de commencer par un exemple non politique, qu’est-ce qui t’empéche de mettre en ouverture un exemple politique et de le faire suivre immédiatement par l’exemple du cadenas? Je le trouve très bon et ce serait dommage de le laisser passer à la trappe.
    Et puis, deux exemples d’un même mécanisme appliqué à deux sujets différents seraient peut être plus percutants qu’un seul exemple sur un unique sujet, surtout si le sujet est la politique (politicienne) dont on sait tous qu’elle n’est que du vent.

  8. Je viens de corriger dans mon billet le PS où un non s’était glissé par erreur… c’est bien par un exemple politique que mon éditeur me conseille de commencer… en fait je commence du coup en entrant directement dans le sujet du livre.

  9. jylem says:

    alors là…
    il y a toujours deux manières ( au moins de commencer) soit on introduit, soit on commence par frapper fort les imaginations.
    si ta cible c’est uniquement les connecteurs ton éditeur a raison, si comme je l’espère le but de ton livre c’est de gagner de nouveuax connecteurs à “la cause” alors bats toi, car il a tort. Une exemple au début aidera les moins convaincus à rentrer dans le livre et ses idées.

  10. clem says:

    A force le Blog risque de devenir un média comme les autres… ni plus ni moins. Autant y mettre une dose de fun et d’insolence tant que cela est encore possible !

  11. Pierre says:

    Thierry,
    change d’editeur !
    Le monde politique est un monde qui a besoin de contre-pouvoir !

    Commence STP par un exemple politique !!!

    Pierre

  12. Iza says:

    ouh la la, cette histoire de double négation embrouille tout. J’avais cru comprendre par ton dernier commentaire qu’il te conseillait de commencer par un exemple politique (et que donc il trouvait que l’histoire des U ne l’était pas assez), mais je relis ton PS qui dit l’inverse (c’est le commentaire de Pierre qui m’a fait douter)

  13. Vous êtes super attentifs. Je viens encore une fois de changer mon PS. JE VAIS COMMENCER PAR UN EXEMPLE POLITIQUE.

    Cette incompréhension montre un des travers du blog… j’ai écrit mon PS sans me relire, le l’ai corrigé sans vraiment me relire… Désolé (surtout pour mon éditeur qui a les oreilles qui sifflent).

  14. Francois says:

    Cet exemple est LE cas d’école sur le pouvoir de la blogosphère. Il a été décortiqué par de nombreux experts.

    Il est intéressant de rappeller que le graphique vient de projections (audiences et pertes financières) calculées par le magazine fortune.

    L’article initial était publié ici :

    http://www.fortune.com/fortune/technology/articles/0,15114,1011763,00.html
    Mais il a disparu de la version en ligne.
    D’autres articles mentionnent les chiffres ici :
    http://search.money.cnn.com/pages/search.jsp?QueryText=kryptonite&search.x=0&search.y=0&magazine=web&source=money&query=&invocationType=search%252Ftop

    Le livre “Naked Conversations” de Shel Israel & Robert Scoble avait suivi cette aventure. Ils avaient donné la parole à Donna Tocci (PR Manager) qui avait tenté un an après les faits de rétablir leurs versions des faits. Chacun peut lire entre les lignes 🙂

    http://www.shoob.com/fr/blog/archives/industrie_web/gestion_de_crise_le_point_de_vue_kryptonite.html

    Il aura fallu 1 année (fin 2004 > fin 2005) pour que des responsables Kryptonite ouvrent des blogs.

    Et si mes souvenirs sont bons, l’article engadget qui avait re-publié la vidéo en ligne (youtube n’existait pas encore) a trusté les premières places de classements dans Google largement au dessus du classement des sites corporates. Les efforts de marketing moteurs de recherches SEO/SEM ont du être colossaux pour ré-imposer un autre classement.

    Les différentes notes que j’avais postées à l’époque sur shoob se trouvent ici :

    http://www.shoob.com/cgi-bin/MT/mt-search.cgi?IncludeBlogs=4%2C5%2C6%2C10%2C11%2C13&Template=shoob&search=kryptonite

  15. Merci pour toutes ces infos. Je vais me passer du cas d’école… 🙂

  16. Enfant Terrible says:

    Que penseriez-vous alors, si cet article avait permis à l’entreprise citée d’économiser ces 10 milliards en rectifiant plus tôt encore cette erreur de conception, permettant à ceux qui les ont fournis d’obtenir, à la base, de meilleurs produits?
    Toute cette “paluchade” autour du pouvoir ou d’un google fight devrait, je l’espère, devenir obsolète. Car si Chris acquiescait, c’est que l’info devait déjà du pas mal circuler dans le monde réel avant qu’il fasse l’acquisition de ces cadenas…

  17. L’info avait circulé mais pas suffisamment pour que Kryptonite prennent le problème au sérieux. Quand on bosse on néglige toujours des petits détails pour aller de l’avant. Cette fois le détail rattrapa Kryptonite. La perfection n’existe pas. Si une boîte cherche à l’atteindre, elle meurt. Tout ça n’a rien avoir avec google.

  18. Déterrage de classiques 😉 "Une histoire de deux roues" : http://blog.tcrouzet.com/2006/11/27/une-histoire-de-deux-roues/ (Kryptonite)

  19. Une histoire de deux roues http://bit.ly/aHL1e5 (via @crouzet) #kryptonite #example #mcms #disaster

  20. Rene Luria says:

    RT @stephtara: Une histoire de deux roues http://bit.ly/aHL1e5 (via @crouzet) #kryptonite #example #mcms #disaster

Comments are closed.