J’ai déjà parlé en public trois fois de la longue traîne en politique : devant la jeune chambre économique, à Science Po et lors du LeWeb3, chaque fois très vite, ce qui ne m’a permis que d’exposer l’idée générale.

Je consacre à ce sujet un chapitre dans Le cinquième pouvoir. Résumé : comme dans la consommation on line, une longue traîne est en train d’apparaître en politique. Nous avons de plus de en plus de candidats qui récoltent de moins en moins de voix. C’est un changement profond dans la nature même de la démocratie, c’est, à mon sens, un pas vers plus de démocratie.

Je ne veux pas ici argumenter ma thèse mais juste répondre aux premières critiques que j’ai repérées sur le web.

Denis m’accuse de transposer des données d’un champ du savoir à un autre. Il me conseille de lire Impostures Intellectuelles. Il se trouve que j’ai lu et relu ce livre en 1996 lors de sa sortie. J’ai même assisté à une conférence de Bricmont à Jussieu sur Prigogine et j’ai échangé quelques mots avec lui.

Contrairement à ce que dit Denis, une longue traîne ne représente pas « le montant des ventes d’un produit à travers le temps », faut lire Chris Anderson, mais classe tous les produits vendus sur une période par rang de popularité et indique le nombre d’exemplaires vendus.

J’ai exactement fait la même chose. J’ai classé les hommes politiques par rang de popularité lors des élections présidentielles françaises et j’ai indiqué le nombre de voix récoltées. J’ai obtenu une longue traîne en 2002 et pas avant.

Bricmont reproche aux spécialistes des sciences humaines, ce que je ne suis pas, de s’approprier des théories des sciences dures et de les transposer arbitrairement. Par exemple, de piquer le principe d’incertitude et de l’appliquer sur la psychologie.

Je n’ai pas l’impression d’avoir fait la même chose. La longue traîne n’est pas une théorie mais juste une observation dans le domaine de la consommation, donc celui des comportements humains. J’ai fait la même observation dans un autre domaine des comportements humains, les électeurs lors d’un scrutin électoral.

Pour répondre aussi à ntiourtite sur le blog de Place de la démocratie, je n’ai pas décidé qu’il y avait une longue traîne en politique, je l’ai trouvée, je n’y peux rien, elle est là que vous le vouliez ou non, n’importe qui peut tracer la courbe. Ça ne veut pas dire qu’elle sera là en 2007. Je crois juste que nous allons vers plus de choix politiques. Les intérêts pour les citoyens sont énormes. Je m’explique dans le livre. La longue traîne implique un nouveau régime démocratique dominé par la collaboration et le participatif, la fin de l’oligarchie.

PS : Beaucoup de choses qui seront dans le livre ont déjà été dites ici, mais beaucoup d’autres non, l’essentiel même. J’essaie d’utiliser le blog comme un laboratoire en amont et en aval du livre, je n’aime pas m’y répéter, parce que certaines choses demandent beaucoup de pages… et que le blog n’est pas approprié.

26

26 comments

  1. Version SlideShare avec commentaires.

    Il est sans doute préférable de charger le Power Point avec les animations et les commentaires (en anglais).

    Mes trois brefs exposés ont aussi donné une bonne idée à Ludovic. Il sera vraiment intéressant de voir comment la longue traîne politique va évoluer sur les moteurs. Ça m’a donné des idées de graphiques que j’essaierai d’ajouter sur bonVote.com.

  2. Axel says:

    Attention je viens de voir que son papier est signé “ntiourtite” :

    “Posted by ntiourtite on décembre 15”

    Ce n’est donc pas Xavier Moisant, mais la jeune femme qui participe à son blog.

  3. Merci Axel… je corrige.

  4. Un peu de pub pour Axel… dans ce post il résume ma pensée. Je crois que je vais lui faire écrire mon prochain livre.

  5. J’ai envoyé plusieurs posts sur le blog de Thierry ou je demandais à certains intervenants d’être plus précis. Nous sommes souvent d’accord sur le fond et je déplorais un laisser aller sur la forme ( qui ne consiste pas au « style » d’écriture mais à l’argumentation fournie, ainsi qu‘à une lecture – la plus objective possible – et non à l‘interprétation fantasmée de ce qui est effectivement écrit ). Je n’ai jamais donné l’exemple ( ne pas se mouiller ); aujourd’hui un bon exemple va me permettre de mettre cette critique en action: Le débat Axel, ntiourtite, Thierry.
    « Un peu de pub pour Axel… dans ce post il résume ma pensée. Je crois que je vais lui faire écrire mon prochain livre. »
    Je répète que je suis d’accord sur le fond, mais pas sur la forme. D’après moi Axel analyse non les propos de ntiourtite mais ce qu’elle serait censé penser, ce que fait d’ailleurs ntiourtite envers Thierry. Si on prenait la peine de lire effectivement ce qu’elle dit sans arrière pensée, je retiendrais ceci:
    Pour Ntiourtite, je ne reprends pas le début; un résumé interprété de ce qui lui semble être les idées de Thierry, mais cet extrait :
    « Il ne met en avant que la multiplication des candidatures, comme s’il allait de soi qu’une telle multiplication assurerait :
    – un agenda politique enrichi
    – une représentation plus complète
    – un plus démocratique
    Il se réjouit que tous puisse intégrer la long tail de la politique pour “se faire entendre”. Il réduit la politique à un jeu d’expression. Quid du projet, des propositions et capacité d’action ? »
    mériterait peut-être pas un débat mais au moins une réponse. A ce niveau je ne vois rien d’idéologiquement Sarkozyste. Par contre dans ce qui suit :
    « A la tribune se trouvait également Olivier Mazerolle, qui ne voit que risque d’atomisation dans ce que déroule Thierry Crouzet comme perspective heureuse. »,
    iI serait judicieux de la part d’un connecteur de présenter qui est Mazerolle:
    http://www.toutelatele.com/article.php3?id_article=3210 pour une meilleure argumentation . Ainsi que la suite : « Cette situation politique existe en Israël ; et elle n’a rien d’idyllique, souligne-t-il : cela donne une multiplicité d’égos qui s’exprime au plus haut niveau et une classe politique engluée dans le manque de vision politique. On ne peut que le suivre. ». Là on peut notée la nullité de l’argumentation de Mazerolle et de ntiourtite qui le suit. Comparer la France avec un pays pratiquement en guerre permanente,( avec tout le chaos et les traumatismes ce qui permet évidement de pratiquer une démocratie sereine ) depuis 50 ans. Je ne parle pas du contexte explosif de la région ( sans parti pris ).
    Axel choisit de reprendre:
    « Thierry Crouzet semble s’enivrer d’une illusion de pouvoir à portée de net : ” the power is to us and not to them”. Le net permettrait aux internautes citoyens de se substituer au pouvoir politique. Or nous parlant de pouvoir, il ne nous parle que d’expression et non d’action. Le pouvoir politique reste encore une force d’action sur le collectif. Et le pouvoir qu’a démontré le net jusqu’à présent était surtout celui du “pouvoir de s’organiser en contre-pouvoir”. Et si le 5ème pouvoir n’était qu’un contre-pouvoir ? ».
    Et d’interpréter ce passage par :
    « Ntiourtite défend-elle comme Xavier Moisant l’idée sarkozyste de projet politique, appuyé sur un parti fort, visant à rassembler une capacité d’action maximale ?
    (….) Est-ce à dire que l’opposition se situe entre action et discussion, comme le laisse entendre Ntiourtite ? ». Apres suit un portrait comparé entre la pensée d’un Sarkozy et d’un Crouzet. Mais l’analyse du projet politique, appuyé sur un parti fort, visant à rassembler une capacité d’action maximale ne peut-elle pas être transférée dans la différence de point de vue entre un Crouzet et TOUT les partis politiques SANS exception ? De l’extrême gauche jusqu’à l’extrême droite ? L’action n’est-elle pas entre autre le but d’un parti ?
    Ntiourtite pose une question qui encore mérite une réponse voir un débat :« Et si le 5ème pouvoir n’était qu’un contre-pouvoir ? ».
    Il me semble que d’après mes petites critiques, la réponse générique de Thierry est pour le moins maladroite:
    « Je consacre à ce sujet un chapitre dans Le cinquième pouvoir. Résumé : comme dans la consommation on line, une longue traîne est en train d’apparaître en politique. Nous avons de plus de en plus de candidats qui récoltent de moins en moins de voix. C’est un changement profond dans la nature même de la démocratie, c’est, à mon sens, un pas vers plus de démocratie. »
    Ce qui voudrait dire que pour accéder a quelques arguments et explications, il faut acheter ton livre ? Je sais que ce n’est pas le cas, il suffit de parcourir le blog et on trouve des explications. Mais les lecteurs ont-ils ce réflexe de lire un maximum sur le sujet pour se faire un début d’opinion ? Et de lire correctement ?
    Je reviens au portrait comparé entre la pensée d’un Sarkozy et d’un Crouzet, et la j’avoue ne pas comprendre ne serait-ce que son existence. C’est le genre de chose que l’on peut lire dans nos médias ( 4e pouvoir ).
    Prenons que des faits avérés et colossaux sans essayer d‘interpréter mes propos:
    Mr Sarkozy est ministre de l’intérieur ( entre autre des RG ). Il est le président d’un parti majoritaire ( majoritaire à tous les niveaux ) sauf par rapport aux électeurs qui est un détail pour les représentants de son parti. Il est candidat aux présidentielles.
    Ces simples faits sont suffisant pour trouver la chose unique et anormale et ne peuvent qu’empêcher de débattre rationnellement avec un candidat dans cette situation.
    Si l’on rajoute le ralliement exclusif des propriétaires ( grande finance ) des médias, et de l’élite médiatique, cet individu à la main mise sur les quatre premiers pouvoirs.
    Comment peut on faire dans le monde libre du 5e pouvoir une quelconque analyse fine, subtile et polie d’un tel candidat, en imaginant encore un sens au mot démocratie ?
    Enfin bref, le but de mon amicale critique pourrait se résumer à: critiquer plus durement ce qui est dur et plus subtilement ce qui est subtil sans se tromper de sens.

  6. Ludovic says:

    Finalement, plus que le cinquième pouvoir, Internet et ses blogs ne semble être que le reflet d’une classe moyenne , une classe qui représente la population ayant accès à l’information sur Internet.

    Chacun va vers sa niche, d’où une multitude de candidats inéligibles.

  7. Axel says:

    Henri, on pourrait répondre à Ntiourtite sur bien d’autres points, et de façon plus fouillée. Mais Thierry rappelle qu’il le fera dans les 80 dernières pages de son livre. 😉

    Mon billet a été rédigé très rapidement, en rebondissant sur un aspect de la critique de Ntiourtite : l’opposition action/discussion. C’est plus un billet d’humeur écrit d’un jet, qu’une thèse. Ce n’est pas moi qui écrit le livre 😉

    Cette critique revient très souvent à propos du 5e pouvoir, accusé de ne consister qu’en parlote virtuelle, déconnectée de l’action.

    Dans mon billet je rappelle que, même pour un politique comme Sarkozy, la communication ne peut pas être coupée de l’action. La communication EST action, et sans bonne communication il n’y a pas d’action.

    Ce que les partisans du 5e pouvoir essaient de dire, c’est que la vieille forme de communication utilisée par les partis politiques, n’est plus ressentie comme une vraie forme de communication, et qu’elle n’est plus efficace pour “déverrouiller l’action”. Elle crée plus de blocages qu’elle n’en lève. Il faut repenser la communication, avec d’autres méthodes. Les “discussions”, loin d’être seulement un “contre-pouvoir” comme dit Ntiourtite, sont des leviers pour agir.

    On pourrait à la fois développer cela davantage, et l’on pourrait aussi revenir sur les autres points du billet de Ntiourtite. Je ne réponds que très partiellement.

    J’ajoute qu’au départ, j’ai écrit mon billet en pensant que l’article était écrit par Xavier Moisant, qui travaille pour la com de Sarkozy. D’où les nombreux parallèles faits avec Sarko et sa stratégie Internet.
    Je n’ai vu qu’après le petit “ntiourtite” en bas.
    Je ne connais pas les opinions politiques de Ntiourtite, et je ne sais pas si elle travaille également avec Xavier sur ce plan de la stratégie de Sarko.
    J’ai modifié un peu le billet , mais une partie reste centrée sur Xavier et la stratégie Internet de Sarko. Même si cela déborde le cadre de Ntiourtite, cela nourrit le débat global.

  8. @Henri Beaucoup de choses qui seront dans le livre ont déjà été dites ici, mais beaucoup d’autres non, l’essentiel même. J’essaie d’utiliser le blog comme un laboratoire en amont et en avant du livre, je n’aime pas m’y répéter, parce que certaines choses demandent beaucoup de pages… et que le blog n’est pas approprié.

    Il m’est difficile de répondre à une critique de ma pensée qui n’est même pas tout à fait ma pensée. Je ne force personne à lire mon prochain livre, mais j’espère que je réussirai à m’y expliquer en tout cas. Sur le fait que le cinquième pouvoir n’est pas qu’un contre-pouvoir par exemple.

  9. Wynot says:

    Le PS est averti 😉
    Merci pour cette analyse pertinente. meme si nous n’avons pas toujours les memes conclusion. A vous lire je me dis qu’il faudrait faire qq chose de cet afflux de candidats, de cet apport de démocratie….
    Que faire de la Longue Traine politique ??
    Je ne desespere pas de trouver avant mai 2007
    Pour info, la Longue Traine présentée aux SES de fin Novembre (on en parlait pour la 1ère fois, un comble) http://www.slideshare.net/Wynot/pratique-de-la-longue-traine-sur-les-mots-cle/
    Cordialement
    David

  10. ottakar says:

    @ thierry
    Toi qui parles du bienfait des système open souce, pourquoi ne les utilises tu pas?

    Je suis sous ubuntu et je dois dire que ta présentation pose problème.

  11. Pour Thierry, Axel et éventuellement Ntiourtite:
    C’était un exemple choc, je choisie l’auteur du livre et du blog, un post encouragé par l’auteur, et une personne critiquée dans un autre blog sur des propos assimilés à un contexte: parti politique sarkozesque.
    Les habitués du blog et moi-même ne pouvons être que d’accord avec Axel. J’essai de serrer la main à une mouche avec un gant de boxe. J’ai critiqué l’incritiquable, c’était le but.
    J’attends de pied ferme et avec enthousiasme le 12 janvier, mais par exemple, et avec un minimum d’effort il me semble que la réponse d’Axel est plus pertinente pour quelque un comme Ntiourtite que sa critique précédente.
    J’espère que ma critique a servit au moins à comprendre qu’il est impossible d’argumenter rationnellement idée contre idée, projet contre projet avec le candidat Sarkozy. Pas à cause de l’individu lui-même mais à cause de ses fonctions. On peut discuter du 5e pouvoir face ou avec les quatre autres. Le cas Sarkozy est à part, les quatre pouvoirs ne font qu’un, fait unique depuis de Gaulle.
    Un post sérieux, écrit à la hâte par une envie irrépressible et absolu de répondre et qui montre par l’exemple ce que j’entends par précision est celui de Casabaldi qui cible la cible tout simplement.

  12. Axel says:

    “Le cas Sarkozy est à part”

    Cela m’intéressait de répondre sur le cas Sarkozy, car je suis un ancien militant UMP, qui a quitté l’UMP ne partageant pas les méthodes et les choix de communication.
    J’avais eu quelques contacts avec Xavier Moisant aussi.
    De là que je souhaitais rebondir sur ce débat, de la com de Sarko, qui me semblait important.

    Mais vous avez raison, que pour le bien de la pédagogie, si l’on veut expliquer le 5e pouvoir, il vaut mieux éviter de mettre en scène la question Sarkozy, qui aura le don de soulever des polémiques sans fin détournant de la cible.

  13. Casabaldi says:

    Le time magazine Time vient de choisir sa fameuse “person of the year”.
    (roulements de tambour please…)
    C’est nous !

    Enfin “nous”, “vous” quoi. Bon et moi aussi, donc nous.

    Person of the year : You.
    Yes, you.
    You control the information age.
    Welcome to your world.

    Thierry, voilà l’illustration de ton prochain post. 😉
    http://www.time.com/time/covers/0,16641,20061225,00.html

  14. Axel says:

    Enorme !
    Je vais mettre l’illustration aussi, mais en disant qu’elle vient de toi et d’ici, Casa 😉

    Cette illustration du Time va faire le tour des blogs je pense.

  15. Xavier says:

    Je me suis permis de poster deux commentaires chez page2007 pour parler du procès d’intention qu’il faisait à Nadia (assez comique au demeurant) en enfermant ses commentaires dans une comparaison avec Nicolas Sarkozy.
    Par ailleurs, je questionne un peu plus la comparaison avec la long tail, si vous voulez poursuivre cet échange (je reposte aussi cette partie de mes commentaires dans notre blog).

  16. Si tu veux Xavier… mais il peut-être préférable que mon texte complet soit publié… pour ne pas discuter sur un truc un peu bancal. Pour le moment, je me suis contenté de dire qu’il y a une amorce de longue traîne en 2002 🙂 J’ai longuement discuté des conséquences dans mon livre… et j’ai ni l’envie, ni le courage de tout reprendre ici pour le moment. Je suis en bouclage. 🙂

  17. Axel says:

    Xavier, la comparaison avec Sarko est valable, que Nadia soit de gauche ou de droite.
    Ce n’est pas un procès d’intention.

    Lorsque Nadia critique l’éparpillement des partis qui mènerait à l’inaction, on peut faire une comparaison avec une stratégie de parti fort, pour juger si cela produit de meilleurs résultats sur le plan de l’action politique .

    Si je cite Sarkozy et l’UMP, c’est parce que je connais mieux cet exemple que celui du PS, n’ayant jamais été membre du PS. Ce n’est pas une charge politique contre Nadia, que je ne connais pas.
    Je ne l’ai croisée qu’une seule fois, à la république des blogs.
    Par ailleurs je n’ai rien contre elle, je trouve très bien qu’elle ouvre ce débat, même si je ne partage pas ses conclusions.

    Je réponds plus longuement à votre dernier commentaire de Page 2007 ici, avec les exemples de la 4e République etc : http://www.page2007.com/?p=2103#comment-5162

    Là encore, la comparaison avec Sarkozy n’est pas à prendre comme un procès d’intention, mais comme un exemple de stratégie de communication déployée par un parti fort, à comparer avec les effets de l’éparpillement des partis.

    Que vous votiez Royal, Sarko, Nekkaz ou Bayrou ne change rien à la justification de citer cet exemple connu de Sarkozy.

  18. Xavier says:

    Thierry – J’attendrai avec impatience la sortie de ton livre alors !

    Axel – Je trouve votre raisonnement binaire. “Un autre monde est possible” entre la fragmentation et votre exemple. Je vous ai donné sur votre blog l’exemple de l’utilisation d’Internet par les activistes américains pour s’impliquer concrètement dans la campagne. Je ne vois rien de tel en France et je ne vois pas non plus, au niveau mondial, de “peuple du cinquième pouvoir” qui s’unirait pour créer ensemble. Thierry me convaincra sans doute dans ces 80 dernières pages ;o)

  19. [ Xavier:“Je reviendrai sur le fond du commentaire d’Henri Alberti qui pointe lui aussi les procès d’interprétation de ce billet.”
    J’aimerais bien parce que pour le moment j’ai l’impression que mon post est encore “interprété” de travers.
    Pour Axel: “car l’écriture sur un blog n’exige pas la même rigueur que pour un journal professionnel.” Les journalistes sont rigoureux ? Ah bon. Ah oui.. ne pas dépasser le nombres de lignes allouées ! ]
    Le modérateur de page 2007 a refusé ce post, c’est vrai qu’il n’est pas d’une importance vitale, mais bon.

  20. Axel says:

    @ Xavier

    Sur le côté binaire, je suis d’accord, c’était une simplification rapide et l’on ne va pas écrire le livre de Thierry sur son blog, attendons Janvier et les débats continueront après sur une base plus approfondie.

    Je réponds sur vos questions sur de Gaulle / Coty etc :
    http://www.page2007.com/?p=2103#comment-5195

  21. Axel says:

    “Le modérateur de page 2007 a refusé ce post, c’est vrai qu’il n’est pas d’une importance vitale, mais bon.”

    @ Henri

    Aucun message n’est refusé, sauf les spams et les messages racistes ou débiles.
    Si les commentaires n’étaient pas modérés a priori, il y aurait 100 messages racistes par jour, j’avais fait l’expérience avec un précédent forum, devenu illisible et impossible à modérer.

    Il faut simplement parfois attendre quelques heures avant publication, car les quelques personnes qui se relaient pour valider les commentaires n’assurent pas une continuité 24/24.

  22. J’ai posté une réponse dans les commentaires de Page2007. Je vous invite à aller la consulter. Je commence, comme Xavier, en attendant avec impatience la sortie du livre.

  23. Axel says:

    Petit ajout sur la confusion entre Nadia et Xavier, qu’aussi bien Thierry que moi avions fait au début, confusion qui explique au moins la moitié de mon billet, avec les allusions à Sarko :

    http://www.page2007.com/?p=2103#comment-5211

    (Xavier, ce serait bien d’ajouter dans “A propos de l’auteur”, sur votre blog, un mot au sujet de Nadia et sa participation. Quand on débarque, on pense que tous les papiers sont de vous. “posted by ntiourtite” est écrit en trop petit).

  24. Xavier says:

    J’ai rajouté un lien dans le “à propos” vers le billet où Nadia s’était présentée pour qu’il n’y ait plus de confusion entre les billets signés en bleu et en rose sur le blog et dans le fux qui prêtent beaucoup à confusion…

  25. Axel says:

    Super.

    Au plaisir de lire les prochains billets de Nadia, sans confusion cette fois. 😉

Comments are closed.