Je voudrais revenir sur l’histoire de l’appellation « cinquième pouvoir » telle que je l’ai reconstituée, ce dont je ne parle pas du tout dans le livre (on ne cesse déjà de me poser cette question).

1645 Leveller John Lilburne évoque l’idée de séparation des pouvoirs (info fournie par Sekonda).

1649 L’avocat et orientaliste John Sadler écrit : « On peut soutenir que, par droit de nature, les pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutifs doivent être dans les mains de différents sujets. »  (info fournie par Sekonda).

1748 Montesquieu publie De l’esprit des lois où il présente les trois pouvoirs indispensables dans toute démocratie : exécutif, législatif et juridique (petit rappel sur le blog The 5th power).

1787 Le politicien britannique Edmund Burke invente l’expression quatrième pouvoir (fourth estate).

1841 Thomas Carlyle popularise l’expression quatrième pouvoir dans Heros and Hero Worship in History.

1965 Création par Harvey Ovshinsky du magazine Fifth Estate, qui se veut un véritable contre-pouvoir par opposition au quatrième pouvoir, jugé trop proche des pouvoirs traditionnels.

1978 Lester Bowie sort l’album The 5th power.

1989 Marcel Germon publie Les secrets du cinquième pouvoir: Avec Bernard Brochand voyage au coeur de la publicité, de la finance et de la politique.

1992 Pierre Doré publie un livre de marketing intitulé Le cinquième pouvoir.

1999 Claude Mollard publie Le Cinquième Pouvoir. Culture et Etat de Malraux à Lang (référence trouvée par Thierry Maillet).

2002 Yannick Chatelain et Loïck Roche publient Hackers ! : Le 5e pouvoir : -Qui sont les pirates de l’Internet ? Sur la quatrième de couverture on peut lire « Les hackers forment-ils (après la religion, le droit, l’État et les médias), un 5e pouvoir menaçant pour les gouvernements, les entreprises et les particuliers ? » Nous ne sommes pas loin du cinquième pouvoir tel que je le définis, sinon que désormais nous sommes potentiellement tous des hackers. (ajouté le 1/3/2007 suite à un mail de Yannick)

01/10/2003 Dans Le Monde Diplomatique, Ignacio Ramonet se demande s’il faut créer un cinquième pouvoir pour contrer celui de la presse qui est de moins en moins indépendant. Il ne semble pas prendre conscience que ce pouvoir doit nécessairement se créer de lui même sans être inféodé à aucun autre.

11/10/2003 Richard Greeman publie une [réponse à Ignacio Ramonet] où il explique qu’il n’est point nécessaire de créer le cinquième pouvoir puisqu’il existe déjà.

2004 Gaëlle Grognet publie Médias : Faut-il un cinquième pouvoir ? qui fait suite à l’article d’Ignacio Ramonet. Il s’agit encore de rétablir un contre-pouvoir.

01/2006 Dans La Révolte du Pronétariat, Joël de Rosnay et Carlo Revelli évoquent le cinquième pouvoir, dans la lignée d’Ignacio Ramonet. Je ne relève pas alors l’expression. Même Carlo n’y pense pas quand je recherche un titre pour mon nouveau livre.

05/2006 Toujours dans cette lignée, Erick Jonquière publie un billet intitulé Le cinquième pouvoir.

07/2006 Je commence à travailler à mon nouveau livre, le sujet étant alors « en quoi internet bouleverse la politique », sous-titre resté sur la couverture finale.

04/08/2006 Ne trouvant pas de titre explicite, je publie un billet où je demande à mes lecteurs de chercher quelque chose.

04/08/2006 Le jour même, Erick Jonquière m’envoie un mail et me propose Le cinquième pouvoir. Ça fait immédiatement tilt. Tout de suite, le cinquième pouvoir prend corps, il n’est pas seulement un contre-pouvoir qui va prendre la suite du quatrième mais un nouveau pouvoir exécutif et législatif, il est le pouvoir primordial, celui du peuple. Il ne faut surtout pas le réduire aux blogs, même pas le réduire à internet, c’est un mouvement de fond qui correspond à la montée du désir de participation chez les citoyens. Il s’exprime aujourd’hui parce que la technologie va permettre son ascension. Ce jour-là, Driss Messaoudi publie un billet intitulé Le cinquième pouvoir, encore un de ces hasards de plus en plus fréquents sur internet.

22/08/2006 Le cinquième pouvoir devient le titre officiel de mon livre.

25/08/2006 Philippe Astor publie sur News.fr un article au sujet du cinquième pouvoir après avoir discuté avec moi.

13/09/2006 Dans Libération, Frédérique Roussel publie Candidats dans les starting-blogs, où elle évoque le cinquième pouvoir après m’avoir interviewé.

08/12/2006 En couverture de L’Express titre Le cinquième pouvoir. L’appellation suivant sa nouvelle acceptation commence sa vie propre (les journalistes annoncent la sortie de mon livre).

12/12/2006 François Bayrou et Nicolas Sarkozy parlent du cinquième pouvoir lors du leweb3.

11/01/2007 Sortie de mon livre.

Lors du travail sur le titre, le cinquième pouvoir s’était déjà manifesté de lui-même, c’est un pouvoir de l’action, il ne faudrait pas le limiter à un contre-pouvoir, ce serait, surtout de la part des politiques, une erreur.

18
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

18 comments

  1. Axel says:

    “c’est un pouvoir de l’action, il ne faudrait pas le limiter à un contre-pouvoir”

    Très juste. Les malentendus continuent de courir à ce sujet, on le voit dans le débat avec Xavier et Nadia. Ces malentendus sont peut-être nourris par l’histoire de la notion, sa définition première comme contre-pouvoir.

    Par ailleurs, lorsqu’on parle de “pouvoir du peuple”, je pense qu’il ne faut pas l’entendre au sens de “pouvoir du peuple” contre “pouvoir des politiciens” ou contre “pouvoir des médias”.

    Dans un débat chez versac j’essayais de préciser ainsi, pour émanciper le 5e pouvoir de la notion de contre-pouvoir :

    le 5e pouvoir n’est pas dirigé contre le pouvoir de la presse, ni contre le pouvoir des politiciens.

    Le 5e pouvoir, c’est avant tout une nouvelle forme d’action contre les blocages sociétaux. La société cherche à dépasser ses propres blocages par le dialogue, plutôt que par l’affrontement.

    Changer le personnel politique ne sert à rien. Le but n’est pas de prendre La Bastille ou l’Elysée, de couper la tête à des politiciens.

    Les blocages sont dans la société. C’est à la société qu’il faut parler, c’est à la société de se parler elle-même. Le personnel politique ne fait que suivre ce qui a lieu dans la société. L’homme politique n’est pas l’ennemi.

    Rien à voir avec un simple contre-pouvoir visant médias et politiciens. Le 5e pouvoir est une force active de déblocage des freins structurels, ces barrières que les hommes dressent entre eux faute de dialogue.

    Si l’on considère qu’aujourd’hui, les problèmes politiques, les blocages, sont dans la société, et non dans les ministères, alors, toute forme de dialogue interne à la société se trouve au coeur de l’action politique.

    Les partis politiques ne sont pas du tout structurés pour engager ce dialogue. Ils opposent les uns aux autres.

    Le Web est mieux armé pour engager ce dialogue. En ce sens il détient un pouvoir politique : celui de permettre aux citoyens de se parler des problèmes, sans se jeter à la figure une carte bleue contre une carte rose ou rouge.

  2. e-znogood says:

    oui et pour assurer “un développement durable” du 5ème il faudra aller toujours plus avant maintenir une forme d’agitation participative permanente … que les connecteurs sortent “IRL” pour parler de “décroissance” de revenu universel garanti, de production relocalisée, de principe de subsidiarité, de la place de l’homme ….et “de la perfection des moyens enfin au service d’autres fins “

  3. Iza says:

    “toute forme de dialogue interne à la société se trouve au coeur de l’action politique.”

    Voilà, moi je crois bien à ça. Souvent dans les milieux associatifs ou militants de l’éducation populaire on dit : Si ça fait naître le débat, alors ça sert à quelque chose (quelque soit l’action°;

    Je trouve que ça contre bien l’argument que je lis souvent “tout ça n’est qu’une vaste conversation”, ou l’opposition stérile entre “débat et action” dont nous parlions récemment.

    Débattre, dialoguer, c’est effectivement éminement politique, et plus porteur de changement que certaines postures politiques “à l’ancienne” type “je ne parle pas avec les communistes, le front national, les libéraux…” (rayez l

  4. Pour Axel: Je suis d’accord évidemment avec le fond, mais…
    « c’est un pouvoir de l’action, il ne faudrait pas le limiter à un contre-pouvoir »
    Très juste. Les malentendus continuent de courir à ce sujet, on le voit dans le débat avec Xavier et Nadia. Ces malentendus sont peut-être nourris par l’histoire de la notion, sa définition première comme contre-pouvoir. »

    Je crois que le malentendu vient tout simplement, comme d’habitude, de l’utilisation d’un même mot ( pouvoir ) pour plusieurs notions différentes.
    Si l’on prends les quatre premiers « pouvoirs », on peut les considérer chacun et indépendamment des autres comme des véritables « pouvoirs », mais si on les considère dans leurs ensemble ce sont tous aussi des contre-pouvoirs. Dans une démocratie « correcte » ces quatre contre-pouvoir sont censés se réguler, s’auto surveillant de façon indépendante mais tout en dépendant les unes des autres..
    Mais cela n’a jamais été le cas.
    Une chose à prendre en compte si on veut argumenter efficacement pour le 5e pouvoir, c’est la filière presque obligatoire qu’il faut suivre pour faire parti d’un des quatre premier pouvoir: Écoles particulières, donc éducation particulière, niveau socio culturel, financier, etc… Ces filières sont différentes pour chaque pouvoir, mais ont la même structure: fabriquer de la pseudo élite.
    Qu’est-ce que cela à avoir avec le 5e pouvoir, ou il suffit d’utiliser un ordinateur et une prise de téléphone ( attention à la fracture numérique, problème important ) ? L’action est individuelle et sans répercussion, mais quand elle est multipliée par plusieurs milliers cela devient effectivement un « pouvoir » comparable aux quatre autres et un « contre-pouvoir » par rapport aux autres. La ou la comparaison s’arrête, c’est que le seul « contre-pouvoir » possible pouvant réguler le 5e pouvoir, est le 5e pouvoir lui-même.

    « Si l’on considère qu’aujourd’hui, les problèmes politiques, les blocages, sont dans la société, et non dans les ministères, alors, toute forme de dialogue interne à la société se trouve au coeur de l’action politique. »

    Je te trouve bien indulgent avec les ministères, qui font parti tout compte fait de la société.

    Joyeuses fêtes !

  5. Carlo says:

    Très bien cette chrono… Va falloir cracher du fric aux pronétaires si le bouquin marche…. 😉

    Joyeux Noël Thierry

  6. Iza says:

    Mince alors… tout à l’heure j’ai perdu mon commentaire en ayant cru avoir fait une fausse manoeuvre… il devait etre dans les tuyaux parce que je ne l’ai pas retrouvé et j’ai cru qu’il était juste paumé. J’avais la flemme de retaper et des tas de trucs à faire, j’ai filé. Désolée pour le truc interrompu sans queue ni tete… la suite c’était donc bien sur :

    ..la mention inutile).

    J’aime bien ton analyse Henri, j’aime bien l’idée de préciser ce que recouvrent les désignations “pouvoir” et “contre pouvoir”. La distinction en terme d’accès au 5ème pouvoir me semble pertinente et c’est bien cette fondamentale différence qui compte à mes yeux.

    Par contre, il ne “suffit” pas d’un ordinateur et d’un accès, il faut aussi exercer ce pouvoir. à savoir se donner le droit d’agir justement, quand bien meme cette action ne se résumerait-elle qu’à une simple prise de parole.

    Sans reparler ici du developpement des capacités d’analyse critique des gens, mon leitmotiv, il s’agit là d’autre chose, qui tient plus au developpement de l’autonomie.

    ça ne me parait pas si simple, mais c’est en tous cas une véritable alternative.

    A part ça, je vous souhaite à tous de bonnes fetes !!!

    Je regardais hier l’épisode de Startrek qui s’appelle “premier contact”. le connaissez-vous ? c’est celui où ils retournent vers le milieu du 21ème siècle, au moment ou un certain Cochrane effectue un vol historique qui attire l’attention d’une civilisation plus évoluée, qui effectue alors le premier contact et…. à partir de ce point de rupture (tu as un nom pour ça non Thierry ? état critique ? je ne me souviens plus… le moment où le grain de sable fait dégringoler tous le tas…) il faudra 50 ans pour éradiquer pauvreté, guerres… etc… et le monde change du tout au tout.

    Au moment des adieux entre l’équipe du captain Picard et une jeune femme du 21ème siècle, elle lui dit : “je vous envie de retourner dans un monde si évolué” et lui lui répond “et moi je vous envie d’etre une pionnière à ce moment là de l’histoire de l’humanité”;

    Je me suis dit : c’est ce qui nous arrive ça, tout va changer et on est là en plein dedans … waou ! pour notre malheureuse et triste et desesperée bof génération, quelle heureuse perspective !!! mais je m’emballe …

    En cette fin d’année, je ne nous souhaite donc rien de moins que ça : un progrès social immense, inéspéré et décisif, qui dépasserait nos prévisions et nos analyses.

  7. Voici des mois que je lis, je rencontre, je réagis aux bloggers qui sont ou font le 5ème pouvoir.

    Et plus les jours, les semaines, et mois passent, plus je me demande en quoi les bloggers changent le monde.

    Où leurs actions est visible en terme d’amélioration de la condition sociale de l’humanité?
    En quoi leurs actions est visible en terme de développement de la paix dans le monde ?
    En quoi leurs actions est visible en terme de projet de société ?

    En quoi leurs actions est visible en terme d’élus sur la scène politique ?

    Si je suis égaré, ou aveuglé, ayez la gentillesse d’éclairer ma lanterne. Je suis preneur et serai reconnaissant.

    A bientôt,

    Rachid Nekkaz

  8. Garbun says:

    Tu devrais trouver toutes ces réponses dans le livre de Thierry. 😉

  9. J’y compte bien Garbun…et j’ai hâte de le lire…car Thierry est humain et généreux; et à mon sens, ce sont, ces deux qualité originelles qui le distinguent de tous les autres bloggers

    et je remercie Thierry d’avoir pris la peine de m’éclairer en formulant une réponse.

    J’ai confiance en son optimisme tout en continuant à avoir des “doutes” sur ce nouveau “laisser faire, laisser aller” de la pensée du 5ème pouvoir qui risque de se faire “encadrer” à d’autres fins par d’autres organisés à l’ancienne si on y développe pas une pensée, une vision, des valeurs et un objectif commun pour toute l’humainité.

  10. Sekonda says:

    Pour être précis sur les 3 pouvoirs, on peut ajouter une date : 1645. C’est la date à laquelle le Leveller John Lilburne évoque l’idée de séparation des pouvoirs bien avant Montesquieu (et de façon plus claire).
    En 1649, John Sadler écrit aussi “On peut soutenir que, par droit de nature, les pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutifs doivent être dans les mains de différents sujets.”

    A ce sujet, voir “Histoire des idées politiques …” de Ph. Nemo (p. 282).

  11. Merci pour cette info. Je complète tout de suite la chronologie.

  12. vinci says:

    bonjour à tous

    je prends conscience de cette possibilité qu’offre la communication virtuelle dans le domaine d’échanges d’idées en tant que citoyen “lambda” ! (clin d’oeil à l’éd.pop.!)
    (encore faut-il que le virtuel se concrétise ! et ne demeure pas dans le virtuel !!

    les idées émises me plaisent bien! réfléchir sur une société plus humaine !! où “le peuple d’en bas” pourrait enfin s’exprimer et donner son choix !! du bas, vers le haut vs pyramidal actuel !! l’idéologie de la démocratie mais pas ce que l’histoire en à fait !!

    après toutes ces lectures, je vais prendre du recul et garder l’esprit critique … je les ai trouvées très enrichissantes et vais je continuer à surfer régulièrement …

    à bientôt

  13. Tataiza says:

    Hosannah, Alléluïa !!!! Enfin quelqu’un qui trouve que tout ça fait penser à l’éducation populaire….

    Je te bénis cher commentateur (j’adore les métaphores et autres expressions religieuses, je m’excuse auprès de ceux que ça dérange), tu récompenses tous mes modestes efforts… à moins que tu ne sois arrivé là en suivant un de mes fils ??? auquel cas ce serait bien quand même ;-)))

  14. Anonymous says:

    bonjour tataiza Alléluïa !!!!

    pour ceux qui ne connaissent pas, je donne une définition de l’éducation populaire mais il en existe bien d’autres …

    “l’éducation populaire constitue un enjeu en terme d’accès à la culture, au savoir, à l’information et à la formation dans l’intérêt de la démocratie et de l’exercice de la citoyennété”

    tataiz

  15. vinci says:

    bonjour tataiza Alléluïa !!!! et bonjour à tous

    pour ceux qui ne connaissent pas, je donne une définition de l’éducation populaire mais il en existe bien d’autres …

    “l’éducation populaire constitue un enjeu en terme d’accès à la culture, au savoir, à l’information et à la formation dans l’intérêt de la démocratie et de l’exercice de la citoyennété”

    tataiza (là, il y a eu un bug – j’ai du cliquer où il ne fallait pas !!!) bref

    donc je reprends !!

    je n’ai pas suivi un de tes fils …. je suis anim’ en géronto … bienvenue au club !!!! j’invite les autres à rechercher des infos sur le mouvement et son histoire qui remonte au rapport condorcet 1792 et venir nous rejoindre dans l’état d’esprit “ed.pop.”

    que ce soit le 5eme pouvoir ou le 6eme (qui peut m’éclaircir sur ce sujet – la clérocratie ??? ) l’important c’est d’utiliser cette force que nous offrent les nouvelles technologies….. pourquoi ne pas la nommer ” la 5eme force” !!! ainsi le mot pouvoir ne choquerait plus personne ….

    cela implique aussi peut être : de changer de mode de vie, de système de production etc. il existe l’économie sociale et solidaire – les assos – le système coopératif …. si je suis citoyenne française, je suis aussi citoyenne du monde …. le pays des droits de l’homme peut se faire porteur d’un nouveau courant …. (au delà des clivages gauche/droite !!) il y a aussi l’europe .. encore énormément de liens à créer !!!

    einstein a dit : ” sans utopie, rien ne serait possible ”

    je suis utopiste (un peu raisonnable !!) et je le revendique ….. un monde qui fonctionne en prenant en compte le respect de la terre (elle nous fait vivre !!) et surtout le respect de l’humain !!!!!

    why not !! les débats sont ouverts ….. les “non-écoutés”, les sans voix … les oubliés … oeuvrer ensemble … brain storming virtuel ….

    qu’en pensez-vous ?

  16. @ccalonne @MM_sustainable Voir chronologie du 5e pouvoir http://bit.ly/d7Kky

Comments are closed.