Les connecteurs formeraient une secte

Hier dans un commentaire j’ai écrit :

Tu peux rester dans l’ancien monde… nous autres habitons déjà ce nouveau monde… et nous le trouvons plus agréable à vivre. Personne n’est forcé de nous rejoindre, les gens le feront à leur rythme quand ils seront prêts.

Quand je me lance dans ce genre d’envolée lyrique, emporté par l’enthousiasme, on m’accuse parfois d’être le gourou d’une secte – même quand j’essaie d’être très sérieux d’ailleurs… être sérieux je ne sais pas trop ce que ça veut dire car je suis persuadé que nous vivons pour nous amuser.

Cette accusation à l’emporte pièce doit quelque peu énerver Miguel Membrado et Bruno de Beauregard, en leur temps aussi accusés d’être membres  d’une secte, au point d’être ruinés (je raconte dans Le cinquième pouvoir). C’était pour eux beaucoup moins amusant. Heureusement, je n’ai pas pour clients la DST et les RG… peut-être qu’ils me lisent un peu. Alors j’essaie de ne rien leur cacher. Ça existe la secte de la transparence ?

Tout d’abord, je revendique ce que j’ai écrit dans ce commentaire, même si ça peut paraître ampoulé ou ridicule – j’aime Hermann Hesse et son style initiatique. Il est toujours plus difficile de proposer quelque chose de mieux que de casser comme la plupart des gens le font.

Plaçons-nous au temps où l’esclavage était chose admise et même chose banale. Il y avait alors des gens qui refusaient de faire travailler des esclaves, qui essayaient de démontrer qu’un monde sans esclaves était possible… Certains de ces antiesclavagistes dirent sans doute comme moi que ce nouveau monde était plus agréable à vivre.

Ces antiesclavagistes appartenaient-ils à une secte ? Je ne le pense pas. En leur temps, ils étaient utopistes, naïfs… tout ce que l’on voudra mais ils ne constituaient pas une secte, pas plus que les gens qui aujourd’hui pensent que la rémunération du capital n’est pas une obligation, que les chefs ne sont pas indispensables et que la croissance matérielle ne peut continuer infiniment dans un monde fini.

Par rapport aux antiesclavagistes, je suis même beaucoup plus tolérant. Vous n’allez pas le croire. Je ne force personne à adopter de nouvelles formes d’organisation sociale. Je parie simplement que sans de nouvelles formes, pour une large part à inventer, nous ne réussirons pas à faire face aux problèmes sociaux et écologiques. J’essaie de proposer des pistes, en m’inspirant de l’organisation d’internet et de la plupart des réseaux naturels. C’est tout. Je ne suis pas très original.

Ces nouvelles formes peuvent germer dans l’ancien monde. Internet en est la preuve. Dee Hock l’a montré avec Visa. Nous ne sommes pas forcés de détruire l’ancien monde. Le nouveau apparaît au-dessus de lui, comme une extension. Chacun peut faire l’upgrade quand il le veut. Je n’ai cessé de parler de révolution douce dans Le peuple des connecteurs.

Certains ont vu les chapitre de ce livre comme les dix commandements de la connexion, oubliant de lire semble-t-il la préface où j’annonçais mon désir d’exagérer afin de mieux montrer en quoi ma position diffère du politiquement correct qui risque de nous conduire à la faillite (l’exagération, c’est mon style… je n’y peux rien mais j’ai essayé de me contenir dans Le cinquième pouvoir).

Est-ce sectaire de prétendre que nous allons dans le mur ? Je ne suis pas le seul à faire ce constat, la plupart des personnalités politiques le font, ce qui justifie leur candidature. Est-ce sectaire de dire qu’il faut innover pour trouver des solutions durables ? Est-ce sectaire de rêver de croissance durable ? Car je pense que c’est possible.

Pour qu’il y ait secte, il faut qu’il y ait des membres. Mais les connecteurs seraient membres de quoi ? Ils ne forment pas un parti, une église, un groupuscule… Il n’y a rien de tout cela, pas plus que de status, de doctrine, d’interdits (Axel regarde la TV), de règles, de lieux de rassemblement… Le connecteur n’existe même pas. C’est une entité sociologique… un ensemble de comportements possibles dont personne ne peut se revendiquer à 100 % pas plus qu’à 0 %. Tout au plus quelques personnes peuvent se sentir des affinités avec une partie des choses que j’ai décrites. Elles peuvent même s’afficher sur une carte, mais ça ne va pas plus loin.

Dans mon Robert, secte viendrait du latin secta qui signifierait suivre. Mais justement les connecteurs ne suivent personne car ils se revendiquent libres. Pour eux, l’interconnexion est plus importante qu’un status quelconque. La personne se définit par les personnes avec qui elle interagit, non pas en elle-même.

Être connecteur, c’est avant tout être ouvert. C’est utiliser les nouveaux outils de communication pour multiplier les possibilités. C’est construire des autoroutes pour les idées par-dessus les autoroutes de l’information.

L’important est que les idées se rencontrent, qu’elles s’entrechoquent, donnent naissance à de nouvelles idées… pour que justement jamais nous ne restions figés sur un dogme ou prisonnier d’une forme de pensée.

Les connecteurs forment une non secte. Je ne les ai pas inventés. J’ai donné un nom à un ensemble hétéroclite de comportements qui me paraissent prégnants chez de nombreux usagers des nouvelles technologies.

Donner un nom à des comportements ne fait pas des gens qui exhibent ces comportements les membres d’une secte. Montrer du doigt les racistes et les xénophobes ne fait pas d’eux les membres de la secte de Le Pen.

Les connecteurs participent à des réseaux qui s’interconnectent à vaste échelle. C’est tout, j’ai envie de dire. Et c’est beaucoup, car c’est révolutionnaire.

Nous commençons par construire les autoroutes. Après nous allons commencer à construire. Faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Trop de politiciens jouent à ce petit jeu. Ils veulent tout changer sans méthode. Ou plutôt avec les vieilles méthodes qui ne marchent plus. Je suis pour l’action mais pas à n’importe quel prix. Ça c’est une petite pique à l’égard de Rachid Nekkaz.

Le monde a changé. Nous devons nous changer aussi. Sinon la dichotomie risque de devenir invivable.

20
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

20 comments

  1. Iza says:

    J’avais préparé un petit commentaire dan la discussion antérieure qui n’a pas été enregistré… le voici du coup ici, puisque tu y consacres un post (tu as bien fait !) :

    En ce qui concerne les sectes, je partage votre sensibilité à la dénomination hative : il suffit effectivement d’une suspicion pour que des mouvements entiers soient décrédibilisés.

    D’ailleurs, certains documents de lutte contre les sectes, (comme celui là, et précisément ce chapitre : http://www.prevensectes.com/guide.htm#1.6.2 ) ont pu présenter comme “facteurs de risque” pour les jeunes, toutes les thématiques un petit peu alternatives… difficile ensuite d’évoquer sereinement certains sujets qui fachent…. (j’avais trouvé à l’époque -2001- ce document carrément facho, je ne trouve plus rien de tel en 2006, mais c’est quand meme inquiétant).

    C’est une parfaite illustration de ce que dit Thierry dans ce post, c’est tellement facile de critiquer quelquechose, encore plus simple de jeter le discrédit sur des pans entiers de réflexion… et hop, dix ans de perdu pour ceux qui veulent changer les choses.

    A ce propos d’ailleurs, Internet permet à la fois de lutter contre ça mais hélas aussi de mettre le doute très vite sur des choses avec des fausses rumeurs….

    Une preuve de plus que qu’il faudra nécessairement exercer (beaucoup, avec acharnement) notre esprit critique pour faire avancer le schmilblick….

  2. NonsJoke says:

    @Thierry: Siddhartha fait partie de ces quelques livres qui ont changé mon point de vue … Je ne pouvais pas laisser passer l’appel du pied.

  3. Axel says:

    Un des cercles vicieux, c’est que chaque fois qu’on met en avant des méthodes nouvelles, cela suscite débats et incompréhensions, qui forcent à s’expliquer, à répéter, pour lever ces malentendus. Et le fait même de s’expliquer, de répéter, peut donner l’impression qu’on nourrit une obsession. De l’homme qui nourrit une obsession au gourou, il n’y a qu’un pas, facile à franchir quand on veut résumer une situation rapidement, s’en faire une représentation mentale simple.

    C’est le cas de l’homme qui découvre que la terre est ronde. Il le dit autour de lui, comme ça, comme une observation, ce n’est pas une obsession pour lui, l’essentiel de sa vie n’est pas là, même s’il pense que cela peut avoir des conséquences sociales intéressantes.

    Mais tout le monde lui dit : “mais non, elle n’est pas ronde”. Alors il répète, il sort ses feuilles de calcul, parfois il s’énerve. Et ses contradicteurs finissent par l’enfermer dans ce statut d’obsédé de la rotondité de la terre, toujours avec ses feuilles de calcul et son prosélytisme, qui n’a rien d’autre à faire dans la vie que de vouloir démontrer à tout le monde que la terre est ronde.

    Les connecteurs ne sont pas des obsédés de la connection. Ils pensent simplement qu’Internet n’est pas qu’un gadget, n’est pas qu’un outil technique, qu’il peut avoir des prolongement plus profonds dans la vie sociale, parce qu’Internet amène avec soi des pratiques d’auto-organisation sans hiérarchies.

    Ce qui a marché pour construire Wikipédia, peut aussi marcher dans d’autres secteurs de la vie sociale, se disent certains. En tout cas on peut expérimenter.

    On supporte de moins en moins qu’un leader politique débarque, parle tout seul pendant deux heures, puis nous demande de lui donner tous les pouvoirs pour décider à notre place de l’avenir du monde, pratiquement sans aucun contrôle pendant 5 ans.

    La participation, on ne l’a pas découverte dans les discours de Ségolène Royal, on la pratique tous les jours, sur Wikipédia et ailleurs. On se dit qu’elle peut s’étendre au monde politique, pas partout, mais dans certains domaines.

    La 5e République devient ringarde. L’autorité d’un chef, ce qui était nécessaire en temps de guerre, dans une période de crise, en l’absence de bons outils participatifs, devient de plus en plus dépassée. “Le Fil de l’Epée”, chef d’oeuvre d’un temps, est archaïque, tout centré qu’il est sur l’autorité du chef. Ses préceptes ne résistent pas à la société de l’information libre et de la participation.

    L’idée d’une 6e République, donnant plus d’importance à la participation, renforçant le rôle des élus, et des citoyens, devient plus crédible, dispose d’outils renforçant ses possibilités d’exécution et de contrôle.

    Comme certains sont toujours à vouloir imposer une vue statique des choses, et prennent appui sur l’impuissance politique actuelle d’Internet pour en tirer des jugements définitifs, qui devraient interdire toute nouvelle expérimentation, alors on en vient à devoir s’expliquer, encore et encore. Et on finit par se prendre au piège de l’obsession.

    Casabaldi disait qu’il fallait cesser de perdre du temps à expliquer à ceux qui sont sceptiques. Il faut se contenter de faire les choses.

    C’est d’ailleurs ce que tu rappelles souvent à propos du développement d’Internet, Thierry : “il a suffi d’agir”, sans perdre trop de temps à convaincre de la justesse d’un projet. Il a suffi d’agir localement, pour tester un logiciel, une méthode, un nouveau concept, un site, pour montrer son efficacité.

    A mi-chemin, il faut sans doute une alternance de moments où l’on s’explique avec transparence, comme tu le fais ici et dans le livre à paraître, pour lever des malentendus, et de moments où l’on avance dans l’action sans rester prisonnier des débats explicatifs qui n’ont jamais de fin.

  4. Quelque chose sur l’esprit scientifique:
    http://henrialberti.blogspot.com/

  5. Garbun says:

    De toute façon pour croire que les connecteurs sont une secte, il faut vraiment ne RIEN avoir lu de Thierry.

    Contrairement au terme “connecteurs”, la formule “5ème pouvoir” commence à être claire pour tout le monde. Donc pour éviter les confusion, il suffit de dire que les connecteurs sont les gens qui participent au 5ème pouvoir.

  6. C’est exactement ça…

  7. Oui cinquième pouvoir est un terme très bon car il peut inclure plein d’entités complémentaires et indépendantes: connecteurs, pronétaires, medias citoyens, freemen ou tout autre réseau de citoyens agissant de manière coordonnée via Internet (via des blogs, des wiki, des mailing list, des forums… etc).

    A part ça Thierry, je comprends bien ce que tu veux dire quand tu dis “nous commençons par construire les autoroutes. Après nous allons commencer à construire”.

    En même temps, je suis très sensible au pragmatisme de Rachid Nekkaz qui en tant qu’homme de terrain doit en avoir marre de tout ce qui est trop théorique et abstrait. Je suis aussi un peu comme lui…

    Je suis donc d’accord quand il dit “quand allez vous enfin nous proposer un objectif, un projet en commun où toutes ces intelligences, toutes ces nuances, toutes ses subtilités, toutes ces énergies, toutes ces expériences que je vois défiler sur les blogs pourront enfin s’exercer, s’exprimer et triompher au grand jour, pas demain en 3799 après JC, mais en 2007, 2008…?”.

    Comme Thierry, je crois à terme à l’avènement d’un pouvoir citoyen capable de s’auto-organiser via Internet et capable de définir des nouvelles règles de fonctionnement en s’affranchissant des règles dictées par les autres 4 pouvoirs sans qu’il y ait forcément de rupture violente ou de révolution.

    Pour moi la présidentielle est un excellent test et indicateur qui nous montrera où nous en sommes réellement. Si le premier tour de la présidentielle se traduit dans le duel Sego-Sarko qu’on nous a vendu d’avance depuis des mois, je saurai alors que le 5ème pouvoir a encore beaucoup de boulot à faire pour imposer sa vision des choses… 🙁

    En effet, force est de constater que la plupart des sites web d’expression citoyenne aspirent à d’autres candidats fussent-ils aux extrêmes, au centre ou parmi les indépendants. Il suffit de parcourir un peu Internet pour s’en rendre compte…

    Même si la présidentielle n’est pas un but en soi, elle constitue un excellent indicateur de l’état de maturité de ce cinquième pouvoir.

    Le défi qui m’amuse et intrigue le plus c’est de voir si les citoyens seront capables de faire élire autre chose que les candidats qu’on leur impose…. Et comme je suis plutôt optimiste de nature, je reste confiant… 🙂

  8. Je crois que notre premier défi… c’est d’essayer de faire élire quelqu’un d’autre… Je vais m’y essayer dans un pur esprit Open Source. J’ai donné des pistes dans mon livre. Et j’essaierai d’y revenir ici. Qui voudra prendra… et à coup sûr les deux cadors ne prendront pas. S’ils le faisaient d’ailleurs, ce serait tout bénef.

  9. Garbun says:

    Et toi ça ne te tenterai pas Thierry ?

  10. 🙂

    Faut laisser ça à ceux qui croient que les hommes de pouvoir peuvent encore faire quelque chose. Moi, je n’y crois plus du tout (ce n’est pas une croyance puisque je suis sûr que c’est un fait).

    Il y a déjà beaucoup de volontaires… Rachid Nekkaz, François Bayrou, Corinne Lepage… Nous devons proposer et s’ils prennent certaines de nos propositions ce sera tant mieux.

  11. Sugus says:

    Et c’est moi qui ai provoqué tout ça? Un petit caillou qui déclenche un tsunami! Pardon mais je prends conscience qu’en France le mot “secte” est très très chargé! Je n’ai jamais pensé que le peuple des connecteurs fut l’OTS!

  12. Axel says:

    “si la présidentielle n’est pas un but en soi, elle constitue un excellent indicateur de l’état de maturité de ce cinquième pouvoir.”

    Concrètement, Carlo, le seul candidat alternatif, autre que Sego/Sarko, que le 5e pouvoir pourrait faire élire en 2007, ce serait Bayrou.

    Nekkaz est encore bcp trop inconnu pour passer d’un coup à la Présidence, le 5e pouvoir n’est pas magique, il repose sur du rationnel. Pour 2007 c’est trop court.

    Idem pour Lepage, pas assez connue pour grimper aussi vite.

    Les alters n’ont pas de candidat charismatique et rassembleur depuis que Buffet s’est imposée, expulsant Bové et Clémentine Autain…

    Je ne pense pas que le 5e pouvoir va soutenir Le Pen.

    Donc il n’y a que Bayrou de crédible, qui soit en piste.

    La carte est en partie entre ses mains. Il est assez solitaire à l’UDF, son équipe n’est pas très fournie, c’est un peu mince face aux armées PS et UMP. Saura-t-il, voudra-t-il, remuer son staff, l’étoffer, sortir de sa solitude ?

    Quitterie, pleine de bonne volonté et d’énergie, a rapporté sur son blog les difficultés internes qu’elle pouvait rencontrer à l’UDF, comme dans tous les partis, chaque fois qu’on essaie de proposer des méthodes nouvelles. Les freins, les noeuds de résistance, les jalousies, les rivalités, les méfiances, sont nombreux. Et avril 2007 cela vient très vite, il n’y a plus bcp de temps.

    Pour le moment, Bayrou séduit les cadres, les professions intellectuelles, les citoyens très informés. D’une certaine façon, il séduit déjà les réseaux (encore faibles) du 5e pouvoir. Donc les marges de progression sont très faibles dans ces niches.

    Bayrou reste méconnu du “peuple”, moins informé, qui a du mal à comprendre le centrisme, c’est là que les marges de progression sont possibles. Mais le 5e pouvoir ne dispose pas encore de bons réseaux dans ces sphères.

    C’est ici qu’on s’aperçoit qu’il manque les autoroutes, des réseaux permettant de toucher rapidement 10 millions de Français.

    Avec les différents sites plus ou moins “5e pouvoir”, on doit buter sur le chiffre de un ou deux millions de lecteurs, déjà en partie favorables à Bayrou.

    Pour aller au-delà, il faut compter sur la viralité, mais elle fonctionne surtout pour les phénomènes négatifs, pour des questions simples, oui/non.

    Ce dont manque le 5e pouvoir, c’est de sites très populaires capables de rassembler “la France profonde”.
    TF1 c’est 9 millions de spectateurs au JT tous les soirs.
    Pour le moment, aucun phénomène viral positif sur le Net permet de rassembler 9 millions d’Internautes chaque jour pour une action en profondeur.

  13. Je pense pas non plus que le 5ème pouvoir va soutenir Le Pen. N’empêche il y a un paquet de monde qui aimerait le voir président uniquement pour que ce soit la révolution au moment de son élection. Mais bon, je pense que c’est un pari fou et perdu d’avance…

    Que ce soit pour Bayrou ou pour quelqu’un d’autre, ce qui manque c’est un acte très fort pour marquer la campagne. Je suis en train d’écrire un article pour AgoraVox à ce sujet. Sans quoi rien ne changera.

    Tu sais que la plupart des gens hors Internet que je rencontre n’ont jamais entendu parler de la fameuse polémique entre Bayrou et Tf1 / Claire Chazal? J’ai constaté ça chez des gens cultivés, au fait de l’actu politique et qui regardent la TV. Tu vois passer même deux fois au 20h ne te donne pas une visibilité sur le long terme.

    Ce qui est paradoxal avec Bayrou c’est que tous les sondages le donnent gagnant au second tour avec n’importe quel adversaire. Et pourtant c’est celui qui a le moins de chance de passer au premier tour parmi les 4 candidats….

  14. Garbun says:

    “Ce qui est paradoxal avec Bayrou c’est que tous les sondages le donnent gagnant au second tour avec n’importe quel adversaire.”

    Ça signifie qu’il est le second choix de beaucoup de monde, ce qui est déjà pas mal. S’il n’est pas élu en 2007, il pourrait donc très bien l’être pour les élections d’après, d’autant que c’est un internaute, le 5ème pouvoir sera positif pour lui.

    M’enfin ça a le temps de bouger d’ici là…

  15. Axel says:

    “Ce qui est paradoxal avec Bayrou c’est que tous les sondages le donnent gagnant au second tour avec n’importe quel adversaire. ”

    Bah oui. C’est le principe du centrisme, on est au centre, donc plus proche de la gauche que ne l’est la droite, et plus proche de la droite que ne l’est la gauche.

    Les ségoliens, à choisir entre Bayrou et Sarko, choisissent Bayrou.
    Les sarkozystes, à choisir entre Ségolène et Bayrou, choisissent Bayrou.

    Ce cas de figure théorique ne veut pas dire grand chose. L’essentiel est de passer au 2nd tour.

    On ne peut pas exclure un faux pas de Sarko, ou de Ségo, qui les ferait exploser en vol. Mais depuis le temps que leurs rivaux l’attendent et le prédisent, ce faux pas décisif, il ne vient pas.

    Il faut donc plutôt chercher un élément déclencheur fort, capable de créer une viralité positive pour Bayrou, dépassant les sphères de la république des blogs parisiens.

    Sur une victoire de Le Pen qui permettrait de dynamiter le système, oui j’entends bcp de gens la souhaiter, et des gens qui n’ont aucune sympathie pour ses idées.

    Je ne suis pas sûr que cela ait les effets escomptés. Par réaction, cela pourrait au contraire relégitimer le système. Les gens auraient goûté d’une alternance radicale, elle n’aurait pas produit de bons résultats, ils en sortiraient encore plus désabusés et soumis.

    J’ai peu de sympathie pour les politiques du pire, qui ont souvent échoué. Chirac, en faisant passer Mitterrand, pensait qu’après 6 mois de socialisme, en 1981, les Français courraient dans ses bras. Il lui a fallu attendre bcp plus longtemps.
    Si c’est pour avoir Jean-Marie puis Marine Le Pen pendant dix ou quinze ans… avec en passant des milliers de morts dans les banlieues s’il y a un soulèvement, puis un couvre-feu et une privation des libertés, non merci !

    Est-ce que les épisodes Franco et Salazar ont permis de casser le système en Espagne et au Portugal ? pas vraiment ! le système s’en est nourri.

  16. jean claude says:

    BAYROU s’est drolement amélioré à la télé, il a appris a parler… ce qui est dommage c’est que pour l ‘instant il ne fait que critiquer, et ne présente pas un vrai programme, qye tout le monde aimerait voir… les gens n ‘aiment pas les donnneurs de lecons, ils veulent des actes… or la droite et la gauche on à vu leurs actes, le résultat c’est des mensonges et 4.7 millions de chômeurs et 1160 milliards d’euros de dettes. au départ de giscard et à l’arrivée de Mitterrand, la france à 260 millards de francs en caisse en réserve d’or… toiut est partit en fumée… dans les mesures sociales sans fin , les 35 heures et autres bêtises…
    VOILA LE PROBLEME…. ALORS que veut dire Ségolène, ces amis de gauche ont fait à 80 % LES DETTES DE NOTRE PAYS, elle était ministre avec mitterrand… une fois élue elle creusera la dette à 1500 milliards et même plus en peu de temps… depuis 1936 la gauche rabache la même chose et à chaque passage nous nous appauvrissons… la droite n’a jamais réagis correctement à gérer mieux le pays…les économies et le désir de rembourser la dette ne sont leur soucis que depuis un an.. BRAVO MR BRETON enfin un PINAY REALISTE , qui sait compter un bubjet… MAIS IL FAUT 20 ANS POUR COUVRIR UNE DETTE DE 1160 MILLIARDS D’ euros, car le budjet est trop faible pour combler le déficit en 3/4 ans…
    voilà le coeur du problème…. le reste est baratin.. et ceci c’est du réalisme mathématique … et n’a rien à voir avec du gauche /droite..
    DEPUIS DE GAULLE NOS POLITIQUES ONT ETE AVEUGLES DEVANT LA REALITE, et n’ont fait que de la politique spectable, et la course aux urnes…
    JE NE DIS PAS QU’ ils se sont enrichis personnellement, non, mais ils ont ruinés le pays… avec leurs taxes, leur social , csg et autres cochonneries , qui vident pas poche des francais..etc…
    ARRETONS DE REVER , vivons sur nos moyens, et dépensons l’argent disponible en caisse et pas celui qui n’est que du vent, de l ’emprunt à long terme… car ceci ne fera que enrichir les grandes masses internationales qui nous prêtent les sous… et qui ruinera la masse..
    MITTERRAND A ENRICHI LES TRES RICHES, sous son règne l ‘argent était à 17 % d’ intérêts…. NE l ‘oublions pas… les preuves existent…je n’ invente rien… je suis réaliste…
    MAIS attention rétablissons un équilibre juste, ne faisont pas fuir les capitaux à outrance, avec une marxisme outrancier.. il nous faut les capitaux , mais il doit servir pour la production et le développement économique des entreprises, et de ce fait des hommes, à leur donner du travail, pas de créer des injustices énormes en privilégiant tout le temps les distributions sociales ….
    le francais ne veut pas le rmi, ni l ‘assedic, il veut travailler…
    DE 1950 à 1975 le francais gagnait de l ‘argent avec son labeur.et il vivait bien, il n’avait pas tout ce social , qui ne développe rien du tout… si une dépendance certaine et ,une accoutumence et des innégalités énormes et qui ne sont pas bénéfiques à la masse dans le besoin…
    IL FAUT RETROUVER UN PAYS avec le minimum de chômeurs possibles, et pour celà seul l ‘investissement dans l’outil de travail et économique sera bénéfique.. et rien d’ autre…
    SI LES 1160 MILLIARDS de dettes avaient été utilisées dans l ‘économie , nos entreprises seraient saines et embaucheraient à outrance, et feraient des profits à réinvestir… or actuellement la plupart vont mal, sauf quelques multinationales …
    BAISSONS LES CHARGES DE 30 % SUR LES SALAIRES, supprimons la csg, baissons les taxes injustes sur les carburants, et le cout du travail baissera, et les caisses se rempliront car 2 à 3 millions de chômeurs trouveront du travail sur 5 ans..
    NOUS NE POURRONS PAS CONTINUER AVEC 80 % DE CHARGES sociales sur un salaire brut… la roumanie rentre dans l’europe le 1 er janvier 2007 avec 37 %… ALORS VOYEZ L ‘erreur..

  17. Après cette fine analyse qui s’approche autant de la perfection, je vous souhaite à tous de bonnes fêtes, j’ai une connection irrémédiable à faire avec une bouteille de champ !!
    ((-: désolé je suis gaucher.

  18. Albert LI says:

    Tout le monde fait partie d’une secte, les “connecteurs” aussi donc.

    Mais ce qui est dommage, c’est que les “connecteurs”, certains du moins, semblent appartenir à la secte de ceux qui se regardent le nombril.

    Oui les sites/blogs changent la donne politique. Dans quelle mesure il l’a changeront réellement, ce serait très difficile à dire.

    Ce qui est sur, c’est que ceux qui passent leur temps à dire en ligne : “j’ai ouvert un blog, je vais donc changer le monde” ne changeront en fait pas grand chose.

    Cordialement,

    Albert LI

  19. Axel says:

    “Ce qui est sur, c’est que ceux qui passent leur temps à dire en ligne : “j’ai ouvert un blog, je vais donc changer le monde” ne changeront en fait pas grand chose.”

    Salut Albert Li,

    après que le Time ait fait sa couverture sur les internautes, YOU, personnalité de l’année, j’ai lu plusieurs critiques ricanant des “blogueurs narcissiques”, “ravis de la crèche” devant cette reconnaissance.
    Xavier, versac, etc, se sont moqués de cette couverture, en y voyant la démagogie du 4e pouvoir rencontrant le narcissisme du 5e.

    Il ne faut pas mettre du narcissisme à toutes les sauces, en voir partout.

    Pour qu’un pouvoir soit efficace, il faut qu’il soit reconnu. Accueillir des signes de reconnaissance, en sachant qu’ils sont des leviers pour agir, n’a rien à voir avec le fait d’accueillir ces signes pour en faire un plaisir narcissique de type “ouah on parle de moi dans les journaux, je suis célèbre, je peux mourir heureux”.

    Ce qui compte, c’est de savoir ce qu’une personne fait de la reconnaissance qu’elle obtient : est-ce qu’elle s’en sert pour agir, mieux et davantage, ou est-ce qu’elle s’auto-contemple le reflet de son nombril dans les médias ?
    C’est uniquement dans cette deuxième circonstance, qu’on peut parler de narcissisme stérile. En revanche, le premier cas n’a rien à voir avec du narcissisme.

    Il y a un équilibre à trouver :

    – entre l’action silencieuse, qui peut rester inconnue et de ce fait demi-stérile, au sens où elle ne rencontre pas de partenaires pour son développement ;

    – et l’annonce bruyante de projets grandioses, qui fait passer pour un mégalo stérile.

    Communiquer sur l’existence d’un projet est utile pour fédérer des énergies, à condition d’agir aussi localement pour construire. L’un va avec l’autre.
    Il n’y a déséquilibre que lorsque l’un va sans l’autre.

    Joyeuses fêtes à toi.

  20. Albert LI says:

    Tout à fait d’accord avec toi qu’il y a un équilibre à trouver.

    Essayons de le trouver pour faire enfin bouger les choses en France.

    Bonnes fêtes à toi aussi (et aux autres bien sur).

Comments are closed.