Je vous conseille de lire cette lettre écrite par Hervé Chaygneaud-Dupuy, membre des Ateliers de la Citoyenneté. Il y fait une bonne critique du livre de Pierre Rosanvallon La contre-démocratie.

J’ai aussi lu le livre de Rosanvallon : ma critique est brève. Bravo pour la perspective historique (l’essentiel de son livre), haro pour la vision. Rosanvallon n’a pas vu l’émergence du cinquième pouvoir, de cette force citoyenne qui exerce un contre-pouvoir mais aussi exerce le pouvoir à côté des pouvoirs traditionnels, peut-être un jour à leur place. Rosanvallon passe à côté de cette possibilité, pas totalement utopique comme j’essaie de le montrer dans mon livre.

En novembre dernier, j’ai d’ailleurs envoyé un mail à Rosanvallon pour lui proposer de discuter avec lui, je l’aurais bien fait parler dans mon livre, mais il ne m’a pas répondu alors que ses assistantes au Collège de France avaient été très diligentes pour établir la connexion. On va dire que mon mail s’est perdu… Ça arrive. Il m’arrive aussi d’oublier de répondre. J’aurais dû insister. Je vais le faire tout de suite. Nous avons besoin d’un érudit comme Rosanvallon pour asseoir nos théories.

Pour un peu contredire Hervé Chaygneaud-Dupuy et aller dans le sens de Rosanvallon, je pense que le cinquième pouvoir se limite au local, je pense qu’il n’y a pas d’autre lieu politique possible… mais le global émerge de la juxtaposition de nombreuses actions locales, c’est la seule façon d’obtenir un global solide et qui a fait ses preuves avant de s’imposer à tous.

6
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

6 comments

  1. Comme tu le dis, la “perspective historique” des réflexions de Rosanvallon est indépassable et fondamentale. Et c’est ce qui manque je trouve aux bloggers qui ont oublié que les idées avaient aussi une généalogie et une histoire méconnues du plus grand nombre malheureusement.

    Au sujet de tes remarques sur la proportionnelle intégrale, contrairement à ce que tu dis, elle renforce le pouvoir des partis politiques au lieu de l’affaiblir. Car dans une démocratie qui fonctionne selon le principe majoritaire (dégager une majorité), la proportionnelle intégrale favorise les coalitions et le marchandage entre partis avant la tenue des élections afin justement de se partager le pouvoir en cas de victoire.

    Maurice Duverger dans son classique “les partis politiques” ne cesse de revenir sur cette réalité politique. La proportionnelle, oui, mais en dose raisonnable pour assurer la représentativité de l’ensemble des tendances politiques et philosophiques de la communauté nationale, non en intégralité.

    A bientôt mon ami,

    Rachid

  2. Je suis pas du tout d’accord 🙂
    Quand tu as dix partis c’est vrai… quand tu en as des centaines tout ça vole en éclat.
    Nous entrons dans une époque de marketing de niche comme de politique de niche.

  3. Marc Ayral says:

    Je serai un de tes premiers lecteurs dès que le livre sortira. C’est un sujet qui me passionne, parce que praticien (si l’on peut dire) et nourri au lait des autogestionnaires devenus plus tard la seconde gauche. Responsabilité, autonomie, solidarité. Valeurs d’une république qui pourrait être fédérale et où le citoyen s’engage avant de déléguer son pourvoir à un élu. Voir ma note sur un parallèle (osé) entre le qualificatif de populiste dont on affuble SR et la définition qu’en fait Rosanvallon dans son dernier livre.
    http://paroles.midiblogs.com/archive/2006/10/16/segolene-populiste-non-populaire.html
    En attendant avec impatience votre travail sur le sujet.
    Marc

  4. Xavxav says:

    Thierry Crouzet a écrit :
    “Je suis pas du tout d’accord 🙂
    Quand tu as dix partis c’est vrai… quand tu en as des centaines tout ça vole en éclat.
    Nous entrons dans une époque de marketing de niche comme de politique de niche.”

    Bonjour,

    Je ne suis pas tout à fait sûr de l’aspect mécanique de votre raisonnement.

    Faisons une analogie (qui montre beaucoup de limites je vous l’accorde) avec la télévision : l’avènement du câble et du satellite n’a pas du tout détrôné TF1 de sa fonction de première chaîne généraliste. TF1/France 2 continuent d’être les plus rassembleuses alors même que la “barrière à l’entrée” pour diffuser une chaîne publique s’est considérablement amoindrie.

  5. Xavxav says:

    Pardon je n’ai pas fini 🙂

    Donc pour finir, “la centaine de chaînes de télévision n’a pas fait voler le modèle en éclats”.

  6. ça va venir… manque la techno pour la diffusion de milliers de chaînes… ça arrive voir notamment cet article de Wired.

Comments are closed.