Quelques journalistes commencent à me demander si le cinquième pouvoir pèsera lors de la campagne présidentielle 2007. Je n’en sais rien car tout ce qui touche au cinquième pouvoir est du domaine de l’imprévisible, comme tout ce qui touche à l’avenir des structures complexes.

En 2005, lors du référendum européen, personne ne pouvait prévoir qu’un certain Étienne Chouard publierait un papier qui ferait le tour du web en quelques jours.

En 2007, y aura-t-il un nouvel Étienne Chouard, un nouveau héros du cinquième pouvoir, qui viendra renforcer la popularité d’un candidat ou, au contraire, la détruire ? Personne ne peut le savoir, pas même celui, ou ceux, qui risquent de devenir ces nouveaux héros. Tout va dépendre des faits ou des idées qu’ils découvriront et seront capables de mettre en forme. Si l’un d’eux trouve quelque chose de fort, ça atteindra tous les esprits. Les autoroutes pour les idées, en tous cas certaines idées directement liées au débat politique droite-gauche, sont en place.

Je doute toutefois qu’un héros positif se dégage, tant les idées de nos principaux candidats sont mollassonnes, sans cohérence d’ensemble. Nous assistons plutôt à une juxtaposition de mesures sans liens intimes, ce qui fait qu’un programme ne peut pas être démontré meilleur que ceux des adversaires. C’est un drame. La situation était toute différente lors du référendum européen où nous avons assisté à un réel débat d’idée. Pour le moment, je cherche encore les idées originales qui animeraient la campagne présidentielle.

Nous assistons avant tout à une lutte de clan, une lutte partisane. Alors si un héros se dresse, ce sera très certainement un héros négatif, un héros qui trouvera un point faible dans la carapace d’un des candidats et réussira à le toucher à son talon d’Achille.

Mais l’influence du cinquième pouvoir ne se résume pas à des actes spectaculaires. La véritable œuvre du cinquième pouvoir se fait par petites touches imperceptibles, une lente accumulation de grains de sable qui seront capables de créer des avalanches monstrueuses.

À mon sens, le cinquième pouvoir a déjà joué un rôle prépondérant dans la campagne 2007. Sans internet, Ségolène Royal ne tiendrait pas son discours actuel. Dire que le pouvoir est entre les mains des citoyens est un discours purement web 2.0, c’est le discours de tous les entrepreneurs du web, c’est le discours inventé par Joe Trippi lors de la campagne d’Howard Dean en 2003 aux États-Unis. Le cinquième pouvoir a déjà façonné la campagne d’une des favorites à la présidentielle (à tel point que Nicolas Sarkozy semble développer un discours inverse et presque anti web).

Je crois aussi que le cinquième pouvoir a facilité l’accession de Ségolène à la tête du PS lors des primaires de l’automne 2006. Ce fait est moins facile à démontrer que le précédent, il n’est même pas démontrable, mais il ne fait aucun doute que le site Désirs d’avenir a aidé Ségolène Royal à décentraliser sa campagne, c’est-à-dire à donner aux militants les outils pour mener leur propre campagne en région, au niveau local.

Le cinquième pouvoir ne touche peut-être pas encore tous les Français mais il touche à coup sûr les hommes politiques et les journalistes qui ne peuvent plus l’ignorer et se trouvent influencés par lui. Par exemple, si internet n’existait pas, si le cinquième pouvoir n’existait pas, François Bayrou ne se serait jamais lancé dans sa campagne contre les médias dominants, car personne n’aurait relayé son coup de sang.

18

18 comments

  1. Axel says:

    “un réel débat d’idée. Pour le moment, je cherche encore les idées originales qui animeraient la campagne présidentielle.”

    Le vrai problème de cette campagne, ce ne sont pas les idées. C’est surtout la dérive de plus en plus grande vers le culte de la personnalité et la personnalisation du pouvoir.

    Ce qu’on doit attendre du 5e pouvoir, c’est déjà d’en finir avec ce culte des chefs qui se prennent, comme disait un commentateur, l’un pour Napoléon l’autre pour Jeanne d’Arc.

    L’élection du Président de la République au suffrage universel est devenu un cirque, une foire aux mégalos. C’est Rocard qui avait raison il y a quelques mois déjà, jusqu’à s’interroger sur la pérennité de ce régime.

    C’est intéressant de voir, par exemple un versac, dire qu’il y a de bonnes choses dans le programme de l’UMP, et en même temps avoir peur de Sarko, l’homme. C’est exactement cela. Nous n’allons plus nous décider pour le meilleur programme, pour les meilleures idées, mais pour la personnalité qui nous fera le moins peur, qui sera le moins dominée par une exclusive soif de pouvoir.

    Le débat d’idées est court-circuité par une mise en avant excessive de personnalités qui par leurs excès nombrilistes effraient tout le monde.

  2. Je suis d’accord… c’est pour ça que, dans le débat présidentiel, le cinquième pouvoir n’aura sans doute qu’une place pour casser…

  3. jcm says:

    Nous assistons plutôt à une juxtaposition de mesures sans liens intimes, ce qui fait qu’un programme ne peut pas être démontré meilleur que ceux des adversaires. C’est un drame.

    Tout à fait !

    On dirait même qu’il n’existe aucune tentative visant à démontrer les valeurs intrinsèques d’un programme.

    Ayant lu quelques uns parmi les principaux je les appelle des “programmes d’intentions” et les vois parsemés de “il faut” ou formules équivalentes qui le plus souvent ne sont pas tissées entre elles : très peu sur les interactions qu’elles pourraient avoir.

    Cela induit un doute : les auteurs du programme ont-ils procédé à une analyse strictement verticale ou ont-ils fait un examen transversal, dont ils ne feraient pas état mais qui validerait chaque proposition émise sur le mode vertical (ou sectoriel) ?

    On assiste malheureusement à une bataille de personnes, dans certaines sphères du panorama politique (les tendances “écolo” pour ne pas les nommer) avec arrière plan l’idée de “vote utile” et non à une bataille sur le contenu des programmes.

    Programmes qui ne sont pas mis en perspective, qui ne proposent aucun scénario cohérent, et qui par conséquent ne pourraient donner lieu qu’à un débat fragmenté, mesure par mesure, qui n’aura pas lieu…

    Lutte des clans, oui, partisane, oui, dont il me semble qu’elle ne peut mettre en relief que des oppositions.

    Certains Freemen proposent une “union cordiale de l’écologie politique” et il est question de divers rapprochements entre François Bayrou, Nicolas Hulot, Corinne Lepage et Dominique Voynet mais on doit se demander à quoi une telle démarche pourrait aboutir.

    Une négociation sur un candidat unique de la tendance plus ou moins “écolo”, peut-être, mais pour présenter quel programme et sous quelle forme ?

    Il me semble qu’Une “union cordiale de l’écologie politique” ne suffit pas, seul un programme / scénario changerait la donne de l’écologie politique.

    De mon point de vue “les idées originales qui animeraient la campagne présidentielle” seraient de ces programmes / scénario dans lesquels on pourrait lire l’évolution du profil de notre société sur la base de ces “il faut” que contiennent actuellement les programmes qui nous sont proposés.

    Le “New deal écologique” de Corinne Lepage (Ecoresp) fournit une excellente trame à un scénario intéressant.

    Et l’Allemagne nous fournit de bons exemples de scénarios mis en oeuvre de façon fort efficace et dont nous pourrions nos inspirer : Allemagne : rénover des logements sociaux pour diminuer leur consommation d’énergie.

    Car ils affichent des résultats susceptibles de faire comprendre à nos concitoyens tout l’intérêt que nous aurions à nous investir dans les dynamiques que proposent les tendances “écolo” et, par exemple : “…les 150 euros par mètre carré supplémentaires que nécessite une rénovation en mode passif sont amortis dès le départ par la baisse de 80% de la consommation à l’énergie et la valorisation substantielle du bâtiment. … la KfW a, depuis février 2006, délivré plus de 170 000 crédits destinés à la rénovation et construction de bâtiments énergiquement neutres. Selon ses chiffres, cela représente un total de neuf milliards d’euros.

    Un “programme / scénario” pourrait développer ces propositions “il faut” sous le mode de prospectives chiffrées (dans les grandes lignes), l’abord “transversal” montrant les avantages qu’en tirerait la société dans les domaines connexes (emploi, financement des retraites et différentes caisses, dynamisme économique induit par ces mesures…).

    S’il existait véritablement un “5ème pouvoir” aurait-il cette faculté de réorienter cette campagne vers un débat beaucoup plus pragmatique ?

    Car les différentes urgences auxquelles nous sommes confrontés doivent recevoir des réponses aussi concrètes que coordonnées entre l’économique, l’environnemental et le social (transversalité) pour donner des résultats corrects dans ces 3 domaines à la fois : qu’on nous les présente sous cet aspect !

  4. J’aimerais bien que nous ayons ce pouvoir de réorienter la campagne… il nous faut y croire en tout cas… et nous devons éviter de tomber dans le piège du star système… et de nous focaliser sur les personnalités. Aucune ne changera la France à elle seule.

  5. Axel,
    Je te rejoins.
    je me bats pour supprimer le poste de président de la République qui déséquilibre beaucoup trop le rythme de notre démocratie agonisante. C’est inscrit dans mon programme.

  6. Axel says:

    Rachid, as-tu vu que versac annonce qu’il votera pour toi, dans le podcast de Loïc le Meur ?

    http://www.loiclemeur.com/france/2007/01/323_impressions.html

    bon, il le dit comme une blague, mais ça te fait de la pub.

  7. Oui, j’ai vu; c’est toujours agréable à lire…je l’en remercie.
    ça tombe bien, j’aime bien les blagues…sourire

  8. isabelle says:

    Réorienter le débat selon des thématiques, des idées sur nos blogs. Oui. Mais j’observe sur mon blog que c’est lorque je fais un post sur les personnes que le débat naît. Nous non plus (les blogueurs) finalement, n’arrivons pas à passer ce cap.

  9. Anonymous says:

    Billet sur le blog de Jcm:
    “La liberté est la faculté de pouvoir effectuer des choix.
    On ne peut choisir que parmi ce qui existe ET se trouve à notre disposition.
    Vous ne choisirez pas d’essayer de comprendre ce que sont les nombres p-adiques si vous en ignorez l’existence.
    La liberté, cette possibilité de choisir, est donc limitée par l’étendue de ce que chacun d’entre nous sait.
    Et le rêve d’une liberté totale restera à tout jamais un rêve car aucun d’entre-nous ne saura jamais tout ce qu’il serait possible de savoir…
    Mais savoir un peu plus sera toujours être “un peu plus libre” !”

    A graver sur du marbre, ne serait-ce que pour l’exemple: nombres p-adiques.
    C’est une bonne réponse à la moitié ( soyons généreux ) des commentaires faits dans une grande majorité de blogs; D’écrits de journaux… De revues… De livres….

  10. Pour la pétition Bové, ils en sont à 15000 ! Pas mal pour ( peut-etre pas le 5e pouvoir ) le net !
    Par contre je suis scandalisé par ça:
    http://www.unisavecbove.org/spip.php?article136

    Ps: Anonymous est une erreur de ma part, j’ai fais trop vite.

  11. Casabaldi says:

    “Ils en sont à 15 000..”
    “Nous” en sommes à 15 000, oui.
    😉
    (la réaction de Bové, hier soir, est là : http://www.20six.fr/aurelianobuendia )

    Personnellement, je doute qu’il y aille. Mais ça va chauffer sérieux pour les législatives. Et ces idées “d’autre campagne”, sans candidat, sont plus qu’intéressantes.
    Bref, je continue à pousser cette pétition, afin de donner du coeur à l’ouvrage à tou ce petit monde.

  12. Bon ben “vous” en êtes à 15 000 ! Voila. (-:

  13. A Casabaldi ou autres:
    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/228924.FR.php
    A Casabaldi
    Pourquoi je suis scandalisé envers uniavecbove.org:
    http://www.zalea.org/spip.php?article1071
    même si l’ensemble est intéressant, pour ne pas perdre de temps voir à partir de la 73e minutes.

  14. charlie says:

    @ Henri Alberti :
    Pour le premier point, la fin de non-recevoir de Bové par MG Buffet et O. Besancenot, on s’en doutait un peu 😉 Ils auront démontré jusqu’au bout que leurs partis n’ont pas su évoluer, et qu’il faudra faire sans eux à l’avenir. Personnellement, je ne suis pas sûre d’être surprise ou déçue. Je ne crois pas en effet qu’un quelconque avenir politique passe par des organisations réactionnaires comme celles-là.
    Les collectifs de l’alternative unitaire, pour moi, c’est avant tout une formidable opportunité de mobilisation non-partisanne, d’élan citoyen, une démonstration collective d’un intérêt pour la politique. Parasitée, ou pas encore débarassée, de réflexes militants vieillots. Pas encore le 5° pouvoir, mais un début !

    Pour le second point, je n’ai pas d’avis sur la question, je trouve ça un peu anecdotique, mais je comprends aussi que cela vous choque.

    Je signe “autre” ? 😉

  15. casabaldi says:

    > Henri : euh… à la surprise générale, tout pareil que la douce Charlie !
    J’ajoute que, même si j’ai signé et relayé cette pétition et que je suis effectivement “d’inspiration alter”, je ne voterai pas pour José Bové, notamment parce que ça fait bien longtemps que je n’ai plus de carte d’électeur.
    😉
    En l’état, je soutiens plutôt Lepage, Bayrou ET Bové (et au delà de Bové, l’alternative unitaire).
    Je crois que c’est une chance que les alters sachent maintenant clairement à quoi s’en tenir sur l’extreme gauche. Les programmes n’en seront que meilleurs. Il y a en effet, dans l’actuel, des nationalisations qui n’ont à mon avis pas lieu d’être, et certains archaïsmes collectivistes dans la partie “éco”, qui sont plus le fruit de “négos” avec le PC qu’autre chose.
    A partir de là, je crois qu’un vrai boulot entre libéraux ouverts et alters ouverts (entre progressistes, quoi) va devenir possible.
    Nous sommes en effet en phase sur l’essentiel, et pouvons nous accorder (à défaut “d’être d’accord”, ce qui est un luxe morbide) sur le reste.

  16. Bonjour, juste une petite info qui interessera vos blogueurs et blogueuses

    LE GRAND BUZZ / CAMPAGNE ON VA PAS SE FAIRE BUZZER

    http://les-loups.hautetfort.com

    tous le monde parle à qui mieux mieux de brebis de moutons, de loups dans les medias et dans la bouche des candidats , n’est ce pas étrange 🙂 : ) leçon numero 1 gagner la guerre sémantique 🙂 ca c’est fait…

    Votre dévouée Brebis galeuse, agitateuse démocratique, management des guerres sémantiques : )

  17. torrent J says:

    Le “pouvoir Véme” a permi une rélle discussion et un échange de “raison/passion” lors de la campagne du référendum sur l’europe, mais souvenons nous que le lendemain du NON il n’a pas été possible de continuer cette démarche de réflection et que les bons sentiments untaires ont explosés, (d’ailleurs qui parle encore des décision européénnes, l’extension du nombre de pays et la continuités des dernières décisions des commissions n’ont pas même pas été commentées d’aucune maniére, ni aucune demande de validation par la plus grand nombre des politiques qui ont déja oublié cet avertissement.!
    Le choix nous est imposés car pour être réaliste, ce n’est pas les 3,5% des communistes ou les 5% des verts (tant pis pour les surestimations) qui changerons beaucoup les résultats des élections…
    Globalement les politiques veulent nous laisser croire qu’ils ont encore une action possible (vive la démocratie participative, qui soit dit en passant n’est pas compatible avec nos institutions). Après vingt années de destruction massive des bras de leviers de l’état (privatisations tout crin ((j’allais écrire craint mais c’est trops tard)), décentralisation avec des pouvoir de régions qui va accentuer les écarts économique, et désavouemant des mission d’état) il ne reste quasiment que le coté du pouvoir régalien (police/justice/ et encore, à combien de vitesse?/armée (de métier)/imposition bercyenne/les deux chambres et le président….) les autres missions; industrielles, indépendance énergétique, santé, éducation Nationnale (plus pour longtemps!) sont en disparition programmé. (souvenons nous du traité de barcelonne qui signé par M Chirac et M Jospin à l’époque plannifiait le démentélement des services publics…
    Enfin j’irais tout de même voter pour le respect des anciens qui se sont battu pour qu’on puisse le faire. J’irais sans grandes illusions en essayant d’éviter le pire…

  18. mystify says:

    Combien d’entre nous, pouvons penser que Ségolène Royal aura les coudées franches pour gouverner? Car, un signe précurseur de ce qui risque de se passer a été donné dernièrement:

    Vous avez sans doute remarqué qu’elle a changé, au 1er mars, son état major de campagne. Elle a ainsi substitué des J.L Bianco et autres seconds couteaux pour y placer -(les copains)- les anciens mammouths de DSK Mauroy Aubry Fabius et tout le toutim.

    Vous en revoulez pour 14 ans?

    Pas moi merci!

    Les 150 mille morts du sang contaminé s’en retourneraient dans leur tombe.

    Vous savez? “Coupables mais pas responsables …”

    On a la mémoire courte dans ce pays.

    Sans parler des affaires… (Elf, crédit lyonnais etc qu’on n’a pas fini de payer).

    Quant à Sarko, depuis des années qu’il est aux manettes, il aurait eu le temps de mettre – avec sa gouaille habituelle – ses projets à exécution. Et quels projets…

    Vous en voudriez, dans ce cas des délocalisations et autres finesses du genre
    EADS ou autres Daewoo ou autres entreprises qui foutent le camp?

Comments are closed.