Lors de ma dédicace au divan, l’équipe de Des mots et des Couleurs a demandé à quelques invités ce qu’était pour eux le cinquième pouvoir…


Francesco Casabaldi

Carlo Revelli

Rachid Nekkaz

Isabelle Delanoy

12
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

12 comments

  1. Axel says:

    Original le design ce matin 🙂 tu t’es mis à la colonne unique ?
    Je ne sais pas si tout le monde voit la même chose, mais avec mon écran 1600×1200 je ne vois plus qu’une seule colonne : les vidéos se juxtaposent et la colonne de droite passe en dessous des articles.

  2. Tataiza says:

    Sur Firefox ça me fait ça aussi… je suis rassurée, je pensais que ça merdait chez moi.

  3. ça marchait dur IE… j’ai réparé sur Firefox.

  4. den says:

    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !
    LIBEREZ BOVE !

  5. casabaldi says:

    euh… alors désolé, comme je le disais, y a pas que des fins chez nous…
    celui d’au-dessus à l’air un peu nerveux.
    Toutes nos excuses de la part des vrais alters.

    Bon, je passais juste dire à Henri Alberti que je reviens à l’instant de son blog, que le texte de Musil est géant. D’ailleurs Musil est géant.
    je retiens particulièrement ça :

    Dans les conférences diplomatiques censées résoudre les différends des États, la disproportion entre la dépense et le résultat est si énorme que l’on en vient fatalement à juger ces méthodes incapables de faire progresser d’un pas l’évolution ; et la Société des Nations, sous sa forme actuelle de banquets d’États, apparaît de plus en plus comme une farce. Mais renverser l’État ne se pourrait qu’au prix d’une révolution mondiale : le programme d’organisation de la vie après cette mort de l’ordre ancien est-il prêt, ou n’attend-on pas plutôt que l’évolution., à travers une longue réflexion révolutionnaire, vous décharge de la responsabilité d’une décision ? Quoi qu’il en soit, rien ne peut gêner davantage une articulation naturelle de la société humaine que d’élever au-dessus de l’homme ces deux idéaux : l’État et la nation. La seule issue est de travailler à favoriser l’évolution qui se poursuit en dehors d’eux, d’éveiller et de maintenir vivante la conviction de leur désuétude.

    voilà, voilà.
    (un détail, je le croyais tcheque, je le découvre allemand. Etrange.)

  6. Il était autrichien. Je suis un peu désolé de tellement insister sur cet auteur, mais les articles que je scanne sortent d’un bouquin qui ne s’édite plus ” Les essais “.

  7. jylem says:

    casa et les autres aussi, dont thierry bien sur:

    si j’ai bien compris, les alter ( les vrais) les freeWOmen et josé ont en commun une idée primordiale et défendu par Hulot dans son pacte aussi:
    le problème écologique de notre bien aimée planète a complétement à voir avec les inégalités des richesses au niveau local et global.
    J’ai une proposition à faire : rajoutons la technologie.
    je crois que l’écologie, la plus juste répartition des richesses, l’accession à la technologie ( avec la reflexion qui va avec) soit en fait les trois trépieds d’un monde avec un visage.

    les trois trépieds qui pourrait nous permettre de réinventer et de nous réapproprier une mythologie au sens où l’emploie Joseph Campbell ( c’est mon musil à moi, henri)

    qu’en pensez vous?

  8. Axel says:

    “celui d’au-dessus à l’air un peu nerveux”

    J’ai reconnu Charlie ! 🙂

  9. nicolas says:

    Merci Thierry… Tes livres transmettent toujours agréablement tes visions, sûrement un peu utopistes mais delectables. J’y adhère complètement. On sait que le chemin va être long.
    Tu as compris que la forme influe le fond, plus…elle le modèle.
    Beaucoup de personnes ne comprennent pas assez cela, je crois
    Alors, maintenant, tu pourrais parler d’un sujet politique de fond, et trouver la forme qui pourrait changer les conclusions que les politiques nous donnent actuellement. Je pense au à l’islamisme.
    Traiter un sujet où l’irrationnel a une place importante ne serait peut-être pas évident pour toi, surtout si si c’est pour récolter une fatwa.
    Je te verrais bien “médiateur de la république” entre le gouvernement représentant de tous les français et la communauté musulmane.
    Tu serais bien entendu, un médiateur intouchable car naturellement bon puisque tu n’as pas d’animosité religieuse et crois principalement au developpement personnel.
    A plus

  10. Casabaldi says:

    > jylem : oui ! à fond !
    (ah, ça fait plaisir !)

    Bien entendu, l’écologie, ce n’est pas “faire attention aux arbres et aux oiseaux”.
    C’est comprendre le concept de biosphère.
    Comprendre que l’homme n’est pas plus au centre du vivant que la terre au centre de l’univers. Nous en sommes une partie, liée par une relation d’interdépendance, non seulement entre nous, mais avec tout le reste.
    Il s’agit donc bien sur de repenser et de faire évoluer l’ensemble de nos “systèmes” en mettant cette interdépendance à la base.
    et ça change absolument tout.

    Tes 3 piliers sont très juste. ‘c’est un peu simplificateur, en fait, il y a une infinité de “piliers”, mais disons que c’est une bonne simplification.

    Ecologie : relation “responsable” à la planète.
    Economie : relation “responsable” au reste de l’humanité (y compris générations futures)
    Technologie : la brique “technologique” est complètement indissociable. C’est l’outil.
    Elle est le véhicule de l’évolution humaine. Du premier silex taillé à Internet, en passant par la roue, c’est la création et l’utilisation de l’outil qui “rend possible”.

    Là où le silex améliorait la survie, Internet (come l’imprimerie en son temps) augmente la connexion, l’échange. C’est tout aussi fondamental.
    Regarde le rôle immense de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert dans le mouvement pré-révolutionnaire et regarde aujourd’hui…
    wikipedia !

    Le monde (y compris l’humanité) fait face en ce moment même à une agression d’une ampleur totalement unique à l’échelle de l’histoire humaine.
    Et ils se trouve que nous disposons également d’outils qui n’avaient jamais existé avant et d’une puissance comparable à l’ampleur de l’agressin, pour la contrer et en faire une chance d’évolution.

    Voilà.
    (pour être précis, les deux premiers points (écologie et “humanisme”) pourraient en faire être fondus en un seul (dans le concept d’interdépendance) Et il faudrait également intégrer dans le troisième (l’outil) pas uniquement l’aspect techno, mais aussi l’aspect disons… spirituel. c’est aussi un outil.)

  11. jylem says:

    >Casa
    pourquoi parle t’on surtout des deux premiers: écologie et humanisme et pas du tout du troisième la techno?
    le concept d’interdépendance doit aussi être étendu à l’outil technologique
    Il y a interdépendance ( c’est un système complexe) entre ces trois entités écologie, humanisme et technologie.
    Mais cette interdépendance doit baigner dans ce que tu appelles la spiritualité et ce que je nommais à l’instar de Campbell la mythologie propre de l’homme.

    Nous devons expérimenter, vivre ce concept d’interdépendance et par cela même réinventer une mythologie du XXI ème siècle, une mythologie qui parle à chacun

    allez au boulot!!!

  12. Enfant Terrible says:

    Il y a peu de temps, un article appelé “des mots et des couleurs” avait vu dans un des commentaires ce passage là:

    “Pour faire comprendre à mes élèves, à la fois, pourquoi le langage était un témoignage des pratiques humaines et pourquoi la communication devait se faire dans les meilleures conditions possibles, je leur ai fait faire une expérience simple:

    1) J’ai constitué plusieurs groupes et j’ai donné à chacun des groupes des images différentes d’un même objet. l’une, un dessin, le représentait en 2d sous un angle inédit, l ‘autre était une photo d’un autre angle,d’une échelle différente, etc, etc …

    2) Sans qu’aucun des groupes ne puisse communiquer, j’ai donné comme consigne à chaque groupe de se concerter pour rédiger LA MEILLEURE DESCRIPTION POSSIBLE de ce qu’ils voyaient. Description qu’ils auraient à communiquer à certains des autres groupes, pas à tous.

    3) j’ai réuni toute la classe et, sans les images, après avoir fait lire au communicant de chaque groupe le texte rédigé, j’ai demandé à toute la classe de quel objet il s’agissait. Je me suis ensuite livré à une petite analyse des termes employés par les élèves visant à leur faire comprendre qu’ils n’étaient pas du au hasard.

    4) J’ai réuni devant tout le monde toutes les images et ce n’est qu’à cet instant que l’objet fut “identifié” dans sa fonction. Surprise ! il s’agissait d’une chaise ! ”

    Ce soir, en cliquant sur le lien “des mots et des couleurs” que Thierry a posté je suis tombé sur la vidéo “rencontre des mots et des couleurs”.
    APRES avoir lu mon commentaire allez la voir… Les choses commencent à devenir vraiment intéressantes…

    Je pense sincèrement que deux questions vont rendre la chose plus intéressante encore:
    -habituellement qui fait les photos et les distribuent aux groupes ?
    -dans cette application, ne serait-il pas plus approprié d’ajouter comme contrainte qu’aucun participant n’ai recours aux références par la citation de noms d’hommes politiques?
    A suivre… 🙂

Comments are closed.