Nous nous rappellerons peut-être de la semaine que nous venons de vivre comme étant une des plus importantes de la présidentielle 2007, et peut-être un des plus importantes pour la démocratie en souffrance dans notre pays.

Tout avait commencé par le tour de passe-passe de Ségolène Royal dimanche, réinventant le programme le Jospin après des milliers de débats participatifs, il faut le faire, mais je ne vais pas y revenir. Deux autres évènements me paraissent bien plus déterminants.

L’affaire Alain Duhamel

Lors d’une réunion à Science Po le 27 novembre 2006, le journaliste politique avoue qu’il a un faible pour François Bayrou. Un paparazzi web le podcaste, la semaine dernière il publie la vidéo sur Dailymotion, elle se retrouve chez France 2 et Arlette Chabot la patronne de Duhamel le remercie gentiment.

Au premier abord, tout cela est logique. Mais en y regardant plus près, je découvre le ver qui est dans le fruit et le pourrit depuis longtemps.

  1. Il y a une centaine d’années, les physiciens ont découverts que quand on observe quelque chose on influence cette chose.
  2. Quand un journaliste relate quelque chose, il l’influence, tant bien même il veut être objectif. L’objectivité est une impossibilité, une sorte de rêve idéaliste… laissons ça aux divinités.
  3. Un journaliste honnête du vingt-et-unième siècle se doit de donner son prisme de lecture, sinon personne ne peut comprendre ce qu’il dit ni pourquoi il le dit. La meilleure façon de ne pas influencer subliminalement est d’annoncer la couleur.
  4. Cette révolution journalistique est d’autant plus nécessaire que sur internet nous sommes tous des adeptes du je. Nous parlons toujours de notre point de vue, ce qui ne nous empêche pas, parfois, d’essayer d’être objectif et rigoureux.
  5. Le je est en train de s’imposer comme une affirmation de l’impossible objectivité. Quand Arlette Chabot accuse Duhamel d’être sorti des rails qui lui étaient imposés, elle veut faire croire que les journalistes peuvent être objectifs, que les médias peuvent dire la vérité. Cette attitude m’inquiète, surtout quand on connaît les collusions entre les gouvernants et les groupes médiatiques, collusions justement dénoncées par François Bayrou.
  6. Je demande à Arlette Chabot de nous dire pour qui elle compte voter si elle le sait, ce n’est pas pour Bayrou, en tout cas, j’ai l’impression. Tous les journalistes qui traitent plus ou moins de politique devraient annoncer leur couleur, par honnêteté vis-à-vis de leurs lecteurs ou auditeurs.
  7. La réaction d’Arlette Chabot manifeste une rupture entre l’ancien monde et le nouveau monde. L’ancien était coupé en deux : le peuple d’un côté, le pouvoir et les détenteurs de la vérité de l’autre. Dans le nouveau, tout cela est terminé, tout est en train de se mélanger. Alain Duhamel vient de contribuer à mélange fondamental. J’espère que les autres journalistes vont le suivre et se révolter. C’est à eux de nous faire découvrir la campagne sous un nouveau visage. C’est à eux de nous prouver qu’ils sont encore un quatrième pouvoir.

D’ailleurs, je croise et discute assez souvent avec des journalistes, certains ayant lu mon livre, chaque fois ils m’avouent qu’ils ont un faible pour François Bayrou et qu’ils sont fatigués du duel Sarko-Ségo. Ils sont pris dans une bipolarité dont ils n’arrivent plus à se sortir. Alors, pour moi, Alain Duhamel a été involontairement courageux pour tous ceux qui, souvent moins connus, n’ont pas osé élever de protestation.

L’appel au pluralisme

L’autre évènement, je l’ai annoncé hier ici même, c’est l’appel lancé par des citoyens pour plus de transparence électorale, pour demander la fin des magouilles autour des parrainages des candidats à la présidentielle.

Alors que j’écris samedi matin, l’appel a déjà été signé par 500 citoyens et par trois candidats : Corinne Lepage, Edouard Fillias, Nicolas Dupont-Aignan. Dominique Voynet devrait bientôt signer et même François Bayrou, car l’union nationale à laquelle il aspire est en train de se réaliser autour d’une critique nécessaire de nos institutions.

Je ne sais pas encore quel va être le destin de cet appel. J’y suis trop parti-prenante pour être objectif (ne riez pas). Mais, s’il est suivi, il fera basculer l’axe des discussions lors de la campagne, il nous sortira du moribond clivage droite-gauche pour nous faire nous intéresser à ce qui ne marche pas dans nos institutions et nous empêche d’aller de l’avant.

L’appel aura peut-être les mêmes conséquences que le texte posté par Étienne Chouard en mars 2005 peu avant le référendum européen. Il changera peut-être l’avenir que tout le monde croyait écrit.

14

14 comments

  1. Krysztoff says:

    Juste une petite remarque:

    “Il y a une centaine d’années, les physiciens ont découverts que quand on observe quelque chose on influence cette chose”

    Je suppose que vous faites allusion à la théorie quantique et en particulier au problème de la mesure (mis en valeur en particulier par le très fameux chat de Schrödinger). En fait, ce n’est pas tant qu’on influence la chose en l’observant, c’est plutôt que l’on lève l’indétermination sur l’état de la chose observée. C’est en tout cas l’hypothèse de la théorie de la décohérence.

    Sinon pour le reste, totalement d’accord avec vous (et je mettrais ma main au feu – une seule au cas où – que Mme Chabot est une sarkoziste convaincu). Et pourtant, je ne suis pas un fan de Duhamel. Mais cette hypocrisie est insupportable.

  2. Axel says:

    MSN 2007 est down ! Tu as fait sauter le serveur Thierry avec tes articles explosifs.

  3. Je ne voulais pas intervenir la dessus, parce que Thierry n’aime pas jouer avec les mots, mais c’est un peu plus compliqué que ça Krystoff la décohérence en particulier, et la physique quantique en général, évitons d’utiliser des analogies au mieux exagérées, voir fausse. Ceci pour vous deux.

  4. Krysztoff says:

    Je ne vous le fais pas dire Henri, mais ce n’est pas moi qui ai commencé 🙂

    A ce sujet, pour ceux que cela intéresse, un hors-série vulgarisateur intéressant de Sciences et Avenir d’octobre-novembre 2006…

  5. Pour la petite histoire, je suis physicien de formation et, dans ma jeunesse, j’ai lu Feynman dans le texte. J’ai pas été plus précis parce que ce n’était pas nécessaire. C’était l’aspect philosophique qui m’intéressait, le fait qu’observer ce n’est pas neutre. Et si en physique mesurer la vitesse d’une voiture avec un laser n’a pas d’influence sur la voiture (sauf si le conducteur voit le flic), il en va tout autrement pour un journaliste qui se prétend objectif et secrètement fait tout pour favoriser son candidat.

    Les humains sont plus influençables que les particules.

  6. Enfant Terrible says:

    Pour ceux qui n’avaient pas la tv, Jeudi de cette semaine le “a vous de juger” d’Arlette Chabot était en première partie réservée à François Bayrou.
    —apparté:
    Au fait Thierry, la description que tu fais du bonhomme dans ton bouquin me l’a fait voir sous un autre jour. c’est à dire un homme assis sur une mine d’or, qui ne le sait pas encore et qui se demande pourquoi tous les regards sont tournés vers lui. Alors que nous savons déjà comment les deux autres clivages ont gaspillé les autres mines.
    Dans l’émission sus indiquée, j’ai eu envie de lui demander ce qu’il ferait s’il savait qu’il était assis sur une mine d’or.
    —-fin d’apparté.

    L’émission se déroulait “pèpère” (inutile de décrire, nous connaissons tous le format de ces émissions) jusqu’au moment où une intervenante (disciple d’édouard Fillias, je suppose)qui, avant de poser sa question à M.Bayrou, dénonçait, sous les rappels à l’ordre d’Arlette qui elle aussi ne corrige jamais sa copie( clin d’oeil à Krysztoff), le manque de représentativité et de démocratie des émissions “prime” à l’encontre de candidats comme M.Fillas et d’autres. La réaction positive du plublic présent sur le plateau ce soir là ne laissait plus aucun doute sur l’efficacité du Buzz internet.

    Je pense Thierry, que le nombre de signatures à ton appel va très prochainement bientôt augmenter.

    Vive le monde libre les enfants….vive le monde libre.

  7. Bonjour,

    je me permets de vous signaler l’existence du site DIALOGUE CITOYEN http://dialogue-citoyen.blogspot.com/

    Un dialogue est en effet engagé depuis la publication de l’APPEL AUX CITOYENS LIBRES.

    La réponse aux messages reçus est une synthèse élaborée à partir de la réflexion d’un ensemble de personnes engagées dans l’initiative CITOYEN LIBRE

    Avant publication, le Comité de rédaction composé d’une dizaine de personnes, donne son accord pour la Réponse-Synthèse.

    Le but de ce dialogue est de mettre en place un réel Dialogue Citoyen, un espace ouvert à toutes les idées, argumentations et réfutations qui mènent à une réflexion commune.

    Cordialement.

    Jean-Paul OZANON

  8. Bon, je viens de voir sur la 2 le médiateur dont le sujet était justement le cas Duhamel avec Arlette Chabot qui devait s’expliquer. Je suis désolé Thierry mais à ce niveau, ce n’est plus à coups d’arguments que l’on doit régler les problèmes, mais à coups de pelle dans les dents !!

  9. Ce billet est censé être écrit pour MSN ou pas ? MSN refonctionne mais le billet n’y est pas.

  10. “Cette révolution journalistique est d’autant plus nécessaire que sur internet nous sommes tous des adeptes du je. Nous parlons toujours de notre point de vue, ce qui ne nous empêche pas, parfois, d’essayer d’être objectif et rigoureux”.Je comprends ce point de vue, mais même si je suis bloggeur, blogger ce n’est pas être journaliste.Etre journaliste c’est avoir des règles, une déontologie.Aucune de ces règles ,par exemple la vérification de l’information ne s’applique à un bloggeur.
    J’évoque l’affaire Duhamel sous cet angle notamment dans ce post.
    http://bensan.typepad.com/ben/2007/02/mme_sil_naurait.html

  11. J’ai signé la pétition que j’approuve pleinement.

    Sur le regard qui change ce qu’il touche, il y a déjà à lire chez Malebranche vers 1700.

    Sur les journalistes, il me semble, moi qui suis blogueur depuis peu, que l’un des apprentissages “citoyens” (je n’aime pas le mot mais j’en approuve le sens) d’Internet est que, justement, il faut y faire preuve de rigueur intellectuelle. On y parle beaucoup, souvent bien, et le souci de la précision et du distinguo entre l’info et le commentaire naît de lui-même. Et il n’existe pas de vérité sans sa critique bienveillante immédiate comme nous venons de le faire ici. Libres.

  12. Paul Theurkauff says:

    A propos de Duhamel, celui-ci accepte apparemment son sort. Les règles du jeu, ils en redemande. C’est sur internet qu’il tape, cité sur maitre eolas (je l’ai de 2nde main, je ne trouve pas l’original) :
    – ” Il s’est déclaré choqué par le fait que “des propos privés se retrouvent en public”, assurant qu’il ignorait être filmé. Il a également dénoncé “l’effet d’internet”, qui est “à la fois émancipateur” et “totalitaire”, parce qu’il y a “un effet de choc gigantesque”.”
    -“”Sur le fond, je n’aurais pas dû dire ça devant des étudiants”” sur news.yahoo
    L’article 10 de la déclaration des droits de l’homme (nul ne doit être inquiété pour ses opinions, etc.), tout le monde s’assoit dessus, l’intéressé compris. 🙁

    J’ai signé la pétiton, mais je ne pense pas que quiconque manquera de signature. Les socialistes ont tout intérêt à les donner à ceux de droite, et l’UMP à arroser toute l’extrème gauche.” A vérifier dans quelques semaines, on sera fixé si on a la longue traine, ou si la démocratie régresse dans le pays… 😉

  13. De passage, je découvre le blog de Thierry Crouzet que je reçois ce soir. Je partage en gros le même point de vue que j’expose ici:
    http://sylvainattal.blogspot.com/2007/02/avec-alain-duhamel.html
    à ceci près qu’il est difficile d’exiegr des journalistes de dire pour qui il vont voter. A la manière de Schneidermann
    http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=542,
    je suis plutôt un électeur compulsif.
    Mais au moins que l’on cesse cette ridicule chasse aux sorcières.
    L’ère des blogs correspond à l’irruption de multiples personnalités qui s’engagent, s’exposent, prennent parfois des risques dans leur univers perofessionnel (en particulier les journalistes qui officient dans une entreprise de presse). Cela suppose en effet de la clarté, sinon de la transparence qui a un côté un peu “totalitaire”.

  14. Pour contribuer au débat, un peu de culture, voir le texte IRONIQUE de Jacques Bouveresse:
    http://atheles.org/lyber_pdf/lyber_385.pdf
    Ainsi que les autres textes qui suivent pour ceux qui ont le temps.

Comments are closed.