Sarkozy dira-t-il oui débat sur internet ?

Note : ce papier reprend les posts précédents pour Agoravox

Comment organiser sur le web un grand débat entre les 12 candidats à la présidentielle 2007 ? Si nous trouvons une formule, si nous la mettons sur pied dans les heures qui arrivent, ce sera une première historique.

Petit rappel chronologique. Lundi, Carlo Revelli commence à prendre des contacts à l’UMP et au PS en vue d’organiser un grand débat en ligne sur Agoravox. Il reçoit des échos favorables.

Mardi, lors de sa conférence de presse, à 14 heures, François Bayrou demande aux internautes d’organiser un grand débat entre les quatre principaux candidats, il suggère qu’Agoravox s’occupe de l’organisation.

Il est important de noter que l’initiative citoyenne a précédé l’initiative politique. Bayrou et Revelli ne sont pas parlés de l’idée, comme toutes les bonnes idées elle était dans l’air du temps.

Immédiatement, beaucoup de gens se trouvent séduits par l’idée et les mails commencent à fuser. À 16 heures, Carlo Revelli publie un article où il explique sa démarche. Tous les acteurs de cette aventure, blogueurs, journalistes et médias sont répertoriés sur ce nouveau site dans le but de fédérer l’opération.

Pour le moment, François Bayrou, Ségolène Royal et Jean-Marie Le Pen ont accepté de débattre. Nicolas Sarkozy a refusé dans un premier temps parce qu’il trouvait le débat à quatre trop réducteur et méprisant pour les huit autres. Mais il n’a pas fermé la porte.

Avant d’aller plus loin

Il faut maintenant s’entendre sur une formule pour le grand débat. Il devrait respecter au moins quatre règles (liste non exhaustive à compléter dans les commentaires) :

  1. Le pluralisme doit être respecté. Tous les candidats doivent pouvoir participer d’une manière ou d’une autre.
  2. Les images du débat seront en open source, accessibles en direct et en différé.
  3. Les thèmes du débat seront définis par les internautes et non par les animateurs du débat.
  4. Les images pourront naturellement être reprises par les télévisions dans le respect des règles du CSA. De même, les journalistes qui le souhaitent peuvent assister au débat directement sur le plateau.

Pratiquement, comment réussir un débat entre douze candidats ? Il faut trouver une formule. Voici la plus raisonnable à ce jour :

  1. Les douze candidats sont invités à participer.
  2. Comme débattre à douze autour d’une table est impossible, seuls les quatre candidats ayant une forte chance d’accéder au second tour débattent dans un studio.
  3. Les huit autres se trouvent chacun dans des pièces différentes et regardent le débat principal qu’ils commentent en temps réel, tout en étant filmés.
  4. Ils peuvent transmettre des questions, via oreillettes, aux modérateurs du débat principal qui peuvent les adresser aux quatre.
  5. Les temps de parole devraient s’équilibrer automatiquement. Les candidats commentateurs ayant plus de temps mais devant aussi écouter pour réagir.
  6. Les neuf séquences, le grand débat et les huit commentateurs, sont diffusées en temps réel.
  7. Les internautes choisissent de regarder la séquence qui les intéresse.

De nombreuses autres combinaisons sont sans doute possibles. Par exemple, trois débats pourraient se tenir en parallèle entre quatre candidats. Mais comment désigner qui parle avec qui ? S’appuyer uniquement sur les sondages ne serait pas très réaliste alors que nous les dénigrons souvent.

Une formule osée serait de faire un speed dating, où chacun des candidats parle tour à tour avec chacun des autres pendant 10 à 15 minutes, mais, en si peu de temps, il est difficile de débattre.

Cet article à pour but de lancer la réflexion, de conforter l’option principale envisagée, d’en proposer de meilleures.

21
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

21 comments

  1. jugurta says:

    Thierry,

    Il me semble que la formule avec un débat à quatre plus les huits autres candidats qui regardent et interviennent est la meilleure…elle permet d’avoir un débat de premier tour ou les quatre gros se confrotent..on sait que le vainqueur sera un de ceux là…et les huits participent, commentent, interpellent…l’internaute choisi celui qu’il veut voir…il peut commencer par regarde le débat à quatre puis regarder chacune des huit interventions.. c’est assez libre, souple, mais on peut certainement encore améliorer le truc… comment ben là j’ai pas trop le temps d’y refléchir faut que je bosse aussi :o)

  2. Luc says:

    Je ne pense pas que cela soit une bonne idée.
    ce n’est pas équitable d’exclure une population.

    Pk ne pas baser les temps de paroles en fonctions des % des dernières élections premier tour ?

    Pk ne pas faire un sondage pour le poids des partis :
    quelle parti doit avoir le plus long temps de parole ?

    puis en fonction des % de résultats on réparti les temps de paroles…

    autre solution : une personne énonce une proposition courte, les autres réagissent en deux phrases maximum. répond aux réactions de l’assemblé, et l’on peut tourner comme ca pendant X minutes, puis le candidat qui propose ses énoncés changes…

  3. Personne n’est exclu. Les TV peuvent reprendre les images.

    On ne peut pas tout faire avec les sondages, ni s’appuyer sur les anciens résultats, ce qui donne une trop grande prime aux puissants.

    Sinon votre dernière solution demanderait une vingtaine d’heures, c’est en gros mon idée speed dating sans le parallélisme. Pas réaliste.

    Il ne faut pas demander la lune, on tente quelque chose qui déjà n’a jamais été fait.

  4. Tataiza says:

    et pourquoi pas la formule 4 qui causent + 8 qui regardent en commentant en temps réel (et par écrit), mais avec les 4 premiers tirés au sort ???

    C’est équitable ça non ?

  5. lény says:

    Je trouve la proposition d’Iza intéressante. Ca ne met personne particulièrement en avant de facto, chacun des candidats pourra se mettre en avant par la qualité et pertinence de ces interventions puisque chaque internaute pourra naviguer des uns aux autres.

  6. jugurta says:

    Le tirage au sort retrouverait sa vertu :o) nickel Iza comme proposition :o)…

    En amont peut être préparer les thèmes à soumettre aux 4 candidats tirés au sort. Des thèmes que les internautes pourraeint envoyés en temps réel sur le plateau.

    Ou doit on laisser libre les questions sans modérateur ce qui peut tourner à la cacophonie…non? il faut quoi qu’il en soit un modérateur, un peu comme sur un forum…ou des modérateurs…

    Donc formule à 4 + 8
    -4 tiré au sort au débnut de l’emission
    -8 qui commentent en temps réel
    -l’intenaute choisi ce qu’il veut voir
    -il balance des questions ou des thèmes, des reflexions, aux candidats…
    -les modérateurs font intervenir les candidats, font respecter un minimum de règles de bien séance…

    il faudrait trouver un bon journaliste modérateur en débat, ou des bons journalistes voir des gens du web…pour faire ce job…je sais pas …instictivement ceuc qui me viennent à l’esprit c’est Apathie, Gisbert, Moati…mais bon il doit y en avoir d’autres…

    @ vous

  7. Tataiza says:

    8 qui commentent :

    Il faut deux modérateurs:

    – un qui anime le débat entre les 4 (il ne peut pas en même temps suivre les 8 autres séquence)

    – un qui suit les 8 séquences et selectionne des observations, questions et reflexions des 8 autres… et qui les reformule dès qu’il peut

    + à mon avis

    -une interaction entre “les 8” et “les 4” possible par écrit (tous les candidats ont un chat sous les yeux)

    – une interaction entre les 12 et les internautes directe (là aussi par écrit sous leurs yeux (éventuellement modérée) ils prennent acte ou pas)

    Bon, ça fait beaucoup de choses maismoi c’est ce que j’aimerais

  8. Tataiza says:

    j’sais pas ce qui se passe, me voilà retataizée….

  9. A Izatata et à tous:
    Vous n’oubliez pas un petit détail ?
    Le caractère, la psychologie et les préjugés de douze personnes à l’égo plutôt supérieur à la moyenne ?
    Si un certain Sarkozy pour ne pas le nommer, veut faire disparaitre une chaine publique pour avoir attendu 10 secondes de trop, vous voulez lui faire accepter une méthode qu’il ne connait pas, ne contrôle pas comme ça ? Pour se présenter aux présidentielles il faut avoir un mode de pensée assez “spécial”. Il me semble qu’il faut imaginer quelque chose de plus proche de ce qu’ils ont déjà vécus, sinon les “grands candidats ne viendront pas.

  10. Sarro Philippe says:

    Vendredi soir, Arte passe le téléfilm “Un jour d’été” de Franck Guérin dans lequel joue un petit rôle d’adjoint au Maire mon ami Bernard Blancan (l’Indigènes). Il y est relaté cette affaire d’un gardien de but blessé à mort dans sa cage et pour laquelle un Maire est attaqué sur ses responsabilités. Il semble que l’on est là, bien loin de cette histoire de débat entre candidat sur internet. Mais peut être que l’on aura ça entre candidats pour les futures Municipales, on peut rêver.

  11. Hugues2 says:

    Bonjour Thierry,

    Pourquoi pas un débat à 12. Tous dans la même pièce, c’est quoi ce truc d’en privilégier quelques uns au détriment des autres…? Non, je pense sincèrement qu’il serait bien effectivement qu’ils soient réunis tous ensembles. Sur le modèle de l’Arène de France se Stéphane Bern, disposés : la droite en face de la gauche et diviser le restant au pourtour de ce cercle.

    Le seul inconvénient étant bien sur le temps de parole. Et bien pourquoi ne pas créer la surprise, en réservant un temps démission indéterminé, jusqu’à ce que chacun par la suite dise lui même à la fin, qu’il n’a plus rien à dire ou que pour lui c’est bon. Même si ce débat doit prendre toute une après midi.

    Vu l’importance d’un tel débat, c’est dans l’intérêt de tous les candidats d’avoir suffisamment d’honnêteté pour se prêter au jeu !

    N’oubliez pas Karl Zéro et Arnaud Demanche pour les titiller de près…!

    Amitiés à vous toutes et à vous tous 🙂

  12. Sarro Philippe says:

    Cest bien joli cet éventuel débat, mais les candidats se preteront’ils à un exercice de véritable démocratie participative avec les citoyens ? Cela reste à voir.

    A signaler un livre blanc sur le sujet disponible en Creative Commons par Philippe Aigrain et sa société Sopinspace à l’adresse suivante.

    http://www.co-ment.net/text.xhtml?tid=10

  13. jugurta says:

    La problématique c’est vont-il débattre entre eux ou avec les internautes ou les deux en même temps?

    la difficulté c’est trouver la formule qui convient le mieux…peut être faut il réduire à 4 débat fois trois candidats par tirage au sort un peu comme en sport, qu’en pensez vous?

    Et pourquoi pas une notation….les candidats seraient notés par les internautes durant la soirée et on garderait les quatre meilleurs des débats ensuite on fait une finale avant le premier tour…toujours sur le web pour ne pas être cloisonné par le stupide CSA

  14. lény says:

    Si les candidats refusent de se prêter au jeu, tant pis, ils auront peut être un retour de bâton pour ne pas avoir participer à un vrai débat risqué.
    Et puis je suis d’accord sur le principe d’un débat qui pourrait prendre l’après midi… pourquoi pas. Nous sommes bien suffisamment nombreux pour tous regarder sur une après midi et faire des analyses sur les jours suivant via les blogs… non ?
    En modérateurs, j’verrais plutôt des personnes du web qui du coup pourraient avoir un autre angle de vue que les éternels journalistes politiques qui en fait sont sur le même axe de vision que les candidats.

  15. vero says:

    Sarkozy est-il fasciste ?

    +

    De quoi Sarkozy a-t-il peur ?

    il s’emporte de saillie en saillie, contre l’Allemagne implicitement accusée d’avoir commis le génocide et inventé la solution finale =
    Démonstration d’irresponsabilité de Sarkozy
    http://www.spcm.org/Journal/spip.php?article8543

    +

    sarko et les genes…

    Nicolas Sarkozy et Michel Onfray – CONFIDENCES ENTRE ENNEMIS

    Souvenons-nous : au XIXème siècle, quand la psychiatrie naissante a entrepris de connaître et de classer les différentes formes de « dégénerescence » de l’âme humaine, il s’est trouvé des esprits forts pour établir que ces formes de dégenerescence étaient innées, qu’elles étaient irrécupérables, et qu’il fallait se débarrasser de ceux en qui elles se manifestaient. C’est ce que le nazisme entreprit de faire, en commençant par les dégénérés, puis les homosexuels, les Tziganes, puis les Juifs. Dans l’Histoire, l’essentialisme n’a accouché que du pire.

    +

    Turbulences autour du fichage des enfants

    Délinquance . La mobilisation s’amplifie contre une expertise de l’INSERM, accusée de faire le jeu de Nicolas Sarkozy en préconisant la détection des futurs délinquants dès la crèche.

    +

    il ne suffit pas d’être essentialiste pour être fasciste. C’est vrai. Mais ça commence à faire beaucoup, si l’on rapproche l’essentialisme sarkoziste de ses autres tendances qui font la définition du fascisme dans tous les dictionnaires : l’autoritarisme (faut-il y revenir ? =
    http://www.bigbangblog.com/article.php3?id_article=578
    le nationalisme (relire le premier paragraphe, relier avec le Ministère de l’immigration et de l’identité nationale), et le totalitarisme (se souvenir des tentations/tentatives sarkozistes de réprimander/sanctionner les médias quand ils ne procèdent pas selon son désir : Généstar remercié, Rotschild menacé, Ockrent vilipendée…).

    +
    FRANCE : Le Libéral-fachisme en marche

    RAPPEL DES MENACES QUI PLANENT SUR NOUS…

    La Ligue des Droits de l’Homme dénonce une situation alarmante en France

    Les 3 principaux artisans du recul sans précédent des libertés en France :
    – Nicolas Sarkozy (ex-ministre de l’intérieur),
    – Patrick Devedjian (ex n°2 du ministère de l’intérieur auprès de Nicolas Sarkozy et militant de groupes neo-fascistes dans les années 70), et,
    – Dominique Perben (ministre de la justice, et auteur des lois Perben).

    En Mai 2004, la Ligue des Droits de l’Homme dénonçait dans un rapport une régression assez stupéfiante des droits et des libertés en France, jamais vue depuis la guerre d’Algérie, selon son président Michel Tubiana. Selon lui, cette situation découle de l’effet cumulé de nombreuses réformes engagées par l’actuel gouvernement : scandaleuses individuellement, elles forment un ensemble cohérent qui commence à constituer un changement de nature de la République, estime-t-il.

    La Ligue dénonce la limitation des droits des citoyens et la la volonté du gouvernement actuel de faire adopter des lois sécuritaires et d’appliquer des restrictions aux droits économiques et sociaux. Pour autant, la LDH souligne que les prémices des mesures mises en oeuvre par l’actuelle majorité étaient déjà présentes dans l’action des précédents gouvernements. Intitulé L’Etat des droits de l’Homme en France, le rapport de la Ligue des Droits de l’Homme est paru le 27 Mai en librairie (Editions La Découverte)

    FRANCE – DROITS DE L’HOMME : Lois Perben – un pas de plus vers le fascisme (11.02.2004)
    La loi Perben prévoit notamment :

    – La possibilité d’installer des micros et caméras dans un domicile privé
    – L’allongement de la durée des gardes à vue jusqu’à 4 jours et sans possibilité de faire appel à un avocat pendant les deux premiers jours (au lieu d’une intervention de l’avocat dès la première heure). Une garde à vue de 4 jours est aussi un outil puissant pour faire avouer n’importe quoi à une personne. En 4 jours, il est possible de faire un chantage en privant la personne de nourriture ou de sommeil, ou en l’entassant avec 10 autres prisonniers dans une cellule de 10 mètres carrés (pratique courante aux USA).
    – La banalisation du recours à l’infiltration et au témoignage anonyme, en d’autres termes à la délation.

    La Loi Perben institue aussi une nouvelle procédure semblable à ce qui se pratique déjà aux Etats-Unis : la formule du plaider coupable, qui sera applicable notamment aux délits financiers. Si l’accusé accepte de plaider coupable, le jugement par un tribunal est remplacé par un entretien à huis clos entre l’accusé, son avocat, et le procureur qui décide seul de la peine. Contrairement aux juges qui sont indépendants, le procureur est sous les ordres du Ministère de la Justice. La formule du plaider coupable est dénoncée par les magistrats car elle va permettre au gouvernement d’étouffer plus facilement les affaires de corruption et les malversations financières. Sans procès, avec une procédure entièrement contrôlée par le procureur, les médias et le public ne seront plus informés des scandales financiers qui impliquent des entreprises ou des partis politiques.

    L’émergence du libéral-fascisme

    le libéral-fascisme, combinaison du néo-libéralisme et du fascisme. Les Etats-Unis et la France sont les 2 pays occidentaux les plus avancés dans ce qui est la tendance politique émergente pour le 21è siècle : Le libéral-fascisme consiste à accorder toujours plus de liberté aux entreprises et d’impunité aux élites dirigeantes, et simultanément, à réduire les libertés individuelles et à augmenter la répression contre les citoyens ordinaires en leur appliquant le principe de la tolérance zéro.

    +
    Marine Le Pen remercie
    Nicolas Sarkozy
    La fille du président du Front national remercie celui de l’UMP pour avoir “contribué à rapprocher les électeurs du Front national”.

    +
    “Quand un individu, ministre de l’intérieur, affirme devant un parterre de ministres, que moi, Azouz Begag, j’ai des antécédents psychiatriques, quand il déclare qu’il faut associer immigration et identité nationale dans un même ministère, alors oui, je dis que cet individu est dangereux.”

    +
    tiré de l’argumentaire de l’UMP, reçu par email, ce qui changera si Nicolas Sarkozy est élu :

    “Vos enfants fréquenteront une école plus autonome, sans portable, sans casquette, sans cigarettes, sans violence, où l’on se lève quand le professeur entre dans la classe.”

    C’est le pensionnat de Chavagnes ! A la trique les sauvageons, avec la règle en fer sur le bout des doigts !

    +
    Sarko-Le Pen: Convergence et concurrence.
    Les passerelles, les pactes de non-agression, la concurrence brutale… l’espoir d’une alliance

    “Les émeutes de la gare du Nord, ces images de voyous ou de casseurs dans les journaux télévisés, ça m’a renforcé”. Ces propos, enthousiastes, rapportés par le Canard enchaîné du 4 avril 2007, sont de Nicolas Sarkozy…

    +
    La Ligue des droits de l’Homme a “noté” huit candidats après leur avoir adressé des questions sur les droits de l’Homme. Dominique Voynet est première, Nicolas Sarkozy dernier.

    +
    Le Pen n’exclut pas une alliance

    Le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen n’a pas exclu un rapprochement avec Nicolas Sarkozy, dans un entretien paraissant jeudi dans Le Figaro. Si le candidat UDF “veut parler avec tous les partis politiques, y compris le Front national, c’est une ère nouvelle, oui. Si Sarkozy dit qu’il est d’accord pour un rapprochement, pourquoi pas? Cela dépendra de l’intérêt de notre pays et de l’intérêt de notre mouvement. En tous les cas, nous n’avons pas d’a priori, ni contre lui, ni contre personne”, a déclaré le dirigeant frontiste.

  16. davaro says:

    J’ai trouvé une petite perle trés instructive sur dailymotion :
    DUEL BAYROU-SARKOZY ACCROCHAGE en 1999 en vidéo :

    http://www.dailymotion.com/video/x1o93x_duel-bayrou-sarkozy-accrochage-clas

    DUEL BAYROU SARKOZY ACCROCHAGE CLASH VSenvoyé par christ_lyon

  17. Garbun says:

    Le terme “libéral-fascisme” est une antinomie.

  18. esperance says:

    Nicolas Sarkosy a beau dire sur le débat de Ségolène Royal avec François Bayrou de samedi prochain comme quoi il n’est pas nécaissaire que la 2ème discute de façon libre avec le 3ème, voire le 4ème ou le 5ème. Il oublie simplement qu’un podium produit trois places si bien qu’un débat est nécaissaire d’avoir lieu vis-à-vis du 3ème avec la 2ème. On remarque que le 1er cherche à tout faire de séparer la 2ème du 3ème par sa position dominante. Cependant, les positions de 3ème et de 2ème permettent un échange de voix malgré cette séparation imposée.

    Nicolas Sarkosy parle de “haine” de la part de la gauche alors qu’il n’y en a pas.
    En effet, Ségolène Royal ne s’oppose pas à une personne en particulier ou à un parti. Ségolène Royal a un projet d’avenir pour la France ainsi que les français.
    Elle ne s’emcombre pas de rivalités politiciennes vis-à-vis de Nicolas Sarkosy: elle incarne telle une rassembleuse une direction pour la France en dehors des piques stériles, propres à miner ce pays. Le mot “haine” est issu du vocabulaire pas étonnant de Nicolas Sarkosy, prêt à instaurer une gouvernance, faite de noyautages au point de museler les libertés. D’ailleurs, les médias sont sous la coupe réglée de Nicolas Sarkosy au point de favoriser notablement son image.
    Nicolas Sarkosy n’inspire pas la confiance jusqu’à même l’intérieur de son couple:
    cette instabilité est préjudiciable à la France. Réfléchissez bien avant d’aller voter Nicolas Sarkosy: ce serait priviliégier “le meilleur des mondes” d’Aldous Huxley, contemporain à Gorges Orwell.

Comments are closed.