Pour ceux qui ne cessent, sans trop savoir ce que je pense, de m’accuser de manger dans la main de François Bayrou, voici quelques liens vers mes propres articles.

1/4/2007 Bayrou, après avoir fait jeu égal avec ses adversaires, se laisse décrocher. Il a intéressé mais il n’a pas su retenir l’attention, faute de créer un électrochoc dans la population. Il regrettera peut-être bientôt de ne pas avoir fait exploser l’UDF au profit d’un nouveau mouvement.

23/2/2007 Cette force est en train d’atteindre sa maturité. À François Bayrou de l’irriguer maintenant et de ne pas en décevoir les attentes comme vient de le faire Ségolène Royal avec la génération participation. Il y a du travail, un immense travail, à commencer par celui de proposer un vrai programme alternatif que nous attendons encore. Pour le moment, une dynamique positive est à l’œuvre. Il serait bête de ne pas le reconnaître, bête pour François Bayrou de ne pas voir le tas d’or sur lequel il est assis.

18/2/2007 Pour toutes ces raisons, je crois que Bayrou ne sera pas au second tour de la présidentielle. […] En quelque sorte, François Bayrou est une tête qui s’est détachée de son corps, l’UDF, un grand corps malade. Il est encore temps de donner à cette tête un nouveau corps pour qu’elle ne vienne pas très vite à manquer d’oxygène.

2/1/2007 François Bayrou est-il assez fou pour se lancer dans un tel projet qui soulèverait l’enthousiasme de beaucoup de Français ? Est-il prêt à lâcher un vieux bateau [l’UDF] qui ne l’amènera jamais à bon port ? Est-il prêt à embarquer dans le monde des réseaux ? Les jours à venir nous le dirons… car il y a maintenant urgence, soit un signe est fait rapidement, soit il ne se passera rien.

Depuis le début de l’année, je reproche à François Bayrou de ne pas avoir été assez audacieux, de ne pas avoir su faire vivre le rêve qu’il avait fait naître en septembre. Ce rêve s’est lentement propagé à l’ensemble de la population, Bayrou est monté dans les sondages alors même que je n’ai cessé de le critiquer.

Et puis le rêve est retombé, car le rêve 2.0 n’est jamais arrivé. Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure… Mais ce qui m’intéresse, c’est le rêve. Aujourd’hui, aucune personnalité politique ne me fait rêver. Sans rêve, il n’y a pas de civilisation qui tienne.

10

10 comments

  1. Printemps says:

    “Sans rêve, il n’y a pas de civilisation qui tienne”. Tout à fait vrai. Sans savoir rêver d’un projet de société, aucune civilisation n’a jamais survécu.
    http://www.sokrazy.fr

  2. Fred M. says:

    Et aussi Bayrou n’a pas eu l’effet “élévateur de niveau de la campagne” comme beaucoup l’espéraient. Le candidat anti-système s’est fait happer par le système et est rentré dans le jeu de ses petits camarades. Dommage…

  3. Swimmer21 says:

    Bonjour,
    Je me sens bien avec ce que Thierry sur le rêve et la civilisation. J’ai envie de contribuer à construire un rêve qui nous passionne, tous et chacun. Puis d’aider à chacun à le réaliser. Je reviendrai vers vous avec des propositions plus détaillées.

  4. lény says:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi concernant le rêve et l’avenir, mais tu as dû lire le post de José (carnets de nuit) du rêve à la dure réalité dela politique.
    Et franchement question avenir, on est mal barré.
    Les politiques, la politique telle qu’elle est aujourd’hui, nous ont confisqué la part de rêve nécessaire à la création, l’invention.
    Que devons nous faire Dimanche, avoir la froide attitude d’un soldat du vote, stratégique, cynique, efficace (à cours termes) … ?! peut être après tout.
    Mais quand même, cette part de rêve bon sang il va bien falloir, tant que le système sera le même, faire comprendre à nos dirigeants qu’ils ne peuvent plus faire comme ils veulent et confisquer le seul sens profond du vote, porter une idée.
    Malheureusement il semble qu’il faille toujours passer par une crise, voir même d’une catastrophe pour que ce déclenchent les consciences.
    Et j’ai bien peur que le pouvoir qui se profile à l’horizon ne lâche pas le morceau, avec les conséquences malheureuses que ça aura … et, dans ton post précédent où j’ai cru aussi que tu roulais pour Bayrou, Bayrou peut bien vouloir une révolution pacifique ( ce que nous sommes une majorité à vouloir) il joue au même jeu que les autres avec les mêmes règles. Et ce n’est pas un politique qui fera du net un non pouvoir réseau/rhizomique, mais bien ceux qui intègreront l’idée d’horizontalité et pas verticalité, ceux qui prendront eux même l’outil. A ce titre je suis currieux de voir comment va se comporter la blogomachin après les élections.

  5. Tant que la vie politique s’organisera en partis, qu’il faudra des années pour grimper les échelons, il n’y aura que des médiocres en politiques. Quand les mecs arrivent en haut, ils sont cuits depuis longtemps. Nous allons, j’espère, finir par mettre tout ça parterre ou ils vont mettre parterre notre monde.

  6. Dilbert says:

    Rappelons que Bayrou est aussi antilibéral que les autres candidats. Petit florilège de ses idées (si on peut appeler ça des idées) : Bayrou le tout mou .

  7. Iza says:

    ah ben, en voilà un bon point. merci les libéraux pour ce petit résumé de bonnes raisons pour voter Bayrou 🙂 non j’rigole (jaune)

  8. Garbun says:

    Le problème avec le débat libéralisme/anti-libéralisme est que les arguments restent généralement en surface, alors qu’il faudrait refléchir à un degré de plus pour savoir ce qu’ils valent vraiment

    Bon exemple avec l’échange Dilbert/Iza : ce qui a pour but de convaincre, éffraie.

    Et tant qu’on ne creusera pas chaque idée, rien ne bougera.

    Par flemme, je renvoies encore une fois là-dessus, pour ceux qui veulent bien :

    http://liberalismeexplique.hautetfort.com/

  9. Anma says:

    Moi, ce qui me fait plaisir dans cette histoire, c’est de voir émerger un “homme politique” finalement assez classique à la base, avec une proposition de fonctionnement qui sort de l’attitude binaire habituelle qui mène à la castagne plutôt qu’au partage d’idées constructif. Preuve que c’est possible ! Pour le reste, soyons réalistes : notre politicien vient de loin et reste forcément formaté-ancien-système dans certaines de ses zones fonctionnelles ! Ce n’est pas un mutant ;o)
    Je rêve du jour où les grrrandes décisions seront prises par des gens qui raisonnent en terme de bien commun et non pas de pouvoir personnel…

  10. Bayrou claqué says:

    Claque méritée pour François Bayrou.

    Echec complet de sa stratégie.

    Les Français s’en foutent de son anti-sarkozysme primaire, ils veulent un projet constructif et rassembleur.

    Bayrou est le plus grand âne de la classe politique mondiale.

    Quand il a pris la tête de l’UDF, c’était une énorme force politique.

    Maintenant Bayrou est un gland, seul, trainant avec lui l’abjection de ses attaques lepénistes contre Cohn-Bendit.

    Aux oubliettes, qu’il dégage du Modem, et qu’une force centriste et écologiste respectable et constructive prenne la place de cet âne narcissique.

    Ceux qui ont gagné, ce sont ceux qui ont fait autre chose que de l’anti-sarkozysme primaire.

Comments are closed.