Ce matin, j’ai juste eu le temps de saisir ma caméra vidéo pour attraper au passage une magnifique flotte de flamants roses (la vidéo n’est pas top, j’essaie de recommencer demain car ils passent presque tous les jours au-dessus de la maison).

Dans Le peuple des connecteurs, j’ai décrit les trois règles qui permettent aux oiseaux de voler en flotte, c’est-à-dire de s’auto-organiser en l’absence de leader. En 1987, à partir de ces règles, Craig Reynolds réalisa un film d’animation que voici.

Toutefois, avec les règles de Reynolds, les magnifiques formations de vol en V n’émergent pas. Il manquerait une règle. Deux idées :

  1. Les oiseaux essaient de se placer dans la position aérodynamiquement la plus avantageuse.
  2. Les oiseaux se décalent les uns par rapport aux autres pour mieux voir.

Valmir Barbosa et Andre Nathan viennent de créer une simulation pour tester ces deux règles. Ils ont découvert que les deux étaient nécessaires pour que les V, ou même les W, apparaissent.

Une nouvelle fois, nous découvrons comment la complexité émerge de règles simples. J’espère que ce nouvel exemple convaincra ceux qui croient que nous autres humains avons nécessairement besoin de chefs pour avancer. Si les oiseaux, bien moins intelligents que nous y parviennent, pourquoi pas nous ? Je ne veux pas croire que notre intelligence soit un handicap. La preuve : nous réussissons à créer internet sans chef.

22
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

22 comments

  1. lény says:

    expert en nouvelles technologies mais pas habile avec ses mains … mais papa y fait des films ! qu’est ce qu’on faire croire aux enfants …; 😉

  2. Alice says:

    Bonjour,

    Pour rester dans le sujet, avez vous vu le documentaire concernant l’entrerise LIP : “Les LIP, ou l’imagination au pouvoir” ? Il passe en ce moment dans un cinéma Bisontin mais à mon avis pas partout en France…

    C’est l’histoire de la lutte des ouvriers d’une fabrique de montres basée à Besançon, dans les année 70. Il se sont révoltés à l’annonce d’un plan “social” prévoyant 500 “élagages” et ont réussi à se mobiliser.

    Une des figures de l’époque, Charles PIAGET exprime très bien l’esprit de cette lutte. Je n’ai plus ses paroles exactes en tête mais il expliquait que les représentants des syndicats traditionnels se sentaient perdu et inutiles car tout le monde participait aux actions “même des non syndiqués”, et des femmes (!)… de plus chaque comission travaillait en autonomie, le tout étant grosso modo mis en cohérence lors de l’assemblée générale à laquelle tous participaient. Leur slogan était simple, “c’est possible”. Au final, comme le dit Piaget, les leaders ne sont plus nécessaire, c’est d’ailleurs à cela qu’on voit que ça marche.

    Bref je ne vais pas vont faire un roman, mais ce film vaut vraiment vraiment le coup !

  3. Albedo says:

    Que je sache la raison en est que les animaux essayent toujours d’économiser leur énergie. Ils ont la notion de ce que coûte en énergie toutes leurs actions.
    C’est une régle permanente du monde animal et même végétal.

    Les cyclistes, eux, créent des bordures pour se protéger du vent ou se dopent !

    Les économies d’énergie ne sont pas (plus) un réflexe naturel de l’Homme.
    L’image de l’abondance que la Société et les industriels ont mis en avant est ancrée dans le cerveau des hommes et il est difficile de la changer d’autant que les intérêts des industriels et des puissants (lobby à l’appui) s’appuyent dessus.

    Et chez les hommes il y a toujours un calife qui veut être calife à la place du calife.

  4. Les conservateurs défendent toujours cette thèse selon laquelle l’homme ne peut pas changer. Au nom de cet invariant, ils veulent ainsi imposer leur ordre des choses. Malheureusement l’histoire leur donne tort : tout change (évolution, entropie, technologie…).

  5. lény says:

    bon je suis d’accord avec beaucoup de chose sur ce blog, d’autre où je ne suis pas assez fort mais là, je peux me permettre de donner mon avis, ce film d’animation c’est d’la merde. Thierry franchement si on veut faire un réseau étendu y faut pas mettre ça comme illustration ! 🙂

  6. Ce film est nullissime d’un point de vu esthétique. L’intérêt c’est l’algorithme d’animation. C’est une auto-organisation. La première de ce genre en fait.

  7. lény says:

    Par rapport à tout ce qu’on a pu voir sur les blogs politiques il en va de même avec ceux qui se foute de ton utopie, thierry ;
    les blogs sont, pour une partie, brillants avec des analyses fines mais tous reste dans une approche tactique, stratégique, la politique qu’ils condamne par ailleurs(ceux que je fréquente sont plutot de gauche;)). Ils s’en amusent, la régénèrent et tendent à dire que c’est la réalité comme en économie on nous fait croire que le capitalisme est la voie naturelle, intrinsèque. Faisons cette utopie, prouvons par notre volonté et nos intelligences que nous pouvons faire un truc qui tienne debout et petit à petit nous étendrons notre réseau qui rentrera en contact avec un autre etc.

  8. lény says:

    excuse moi Thierry, je suis un peu nul. Tu veux dire qu’il n’y a pas un synopsis ?! que tout seul l’algorithme trouve cette narration ?! Putain on est pas dans la merde !
    Non plus sérieusement j’ai as bien compris.

  9. En fait, les mouvements des oiseaux sont générés par l’algorithme de Reynolds. Après les mouvements de caméras, les zooms et le décor c’est une autre histoire. 🙂

  10. lény says:

    et ben j’comprends toujours pas en quoi c’est fantastique ça. Vraiment Thierry, excuse moi mais j’suis vraiment un handicapé pour la technique, et ça m’pête pas à la gueule le truc … merci en tout cas de l’explication, j’vais re regarder… Ca date de quand ce petit film ?

  11. A Leny:
    Quand tu fais un film d’animation, c’est toi qui décide des trajectoires des objets. Dans le cas présent, chaque objet ( poisson ) suit une trajectoire par rapport à une suite de règles énumérées dans l’algorithme. Cela donne une impression d’interactivité entre les objets poissons ( en fait il y a interactivité ). Si tu décides de mettre une grosse roche au milieu, les objets vont l’éviter tout seul sans l’obligation de redéfinir les trajectoires ( le cas sans algorithme ). Est-ce clair ?

  12. Médard says:

    non, les habitants des Flandres ne volent pas, car ils n’ont pas d’ailes…
    les flamants, oui 😉

  13. @Médard 🙂 Merci… je corrige

  14. lény says:

    Henri oui c’est clair, merci beaucoup. En voilà un exemple de coopération gagnant-gagnant. Thierry gonflé par le boulet que je suis lâche l’affaire mais Henri qui à la fois à de la compassion pour Thierry, fatigué par la manque de sommeil et les cris en pleine nuit, décide sans concertation de m’expliquer le problème. Thierry soulagé, Henri expérimente sa pédagogie et moi j’apprends; C’est nickel ça ! 😉 merci. 🙂

  15. Iza says:

    euh, va vite relire le peuple des connecteurs Leny. Thierry y explique ça très bien. Même moi j’ai compris. c’est dire !

  16. Iza says:

    et tataiza ecrit son com en même temps que toi, donc ça rate… pas grave

  17. lény says:

    Iza > 😉 pas grave l’essentiel c’est que j’ai compris, mais je relirai aussi une de ces 4 le livre …

  18. sophie says:

    un petit poisson, un petit oiseau, s’aimaient d’amour tendre, mais comment s’entendre

  19. Michel says:

    Bonjour

    @ Alice

    1980 – Le personnel s’organise en coopérative ouvrière mais ni les commandes, ni les moyens financiers ne sont là pour relancer la société. Ce sera la décennie la plus noire de la marque.

    1990 – Jean-Claude SENSEMAT reprend les activités de la marque et fonde la société LIP France.

    c’était juste pour raconter la suite de la saga LIP.

    @+

  20. Alice says:

    Oui en effet, le film se centre sur la période de lutte avec une fin mitigée également puisque l’entreprise est mise en faillite. Faillite organisée d’ailleurs, histoire que les germes de la résistance de prennent pas ailleurs.
    Mais l’important c’est la capacité d’auto-organisation et de mobilisation dont ont fait preuve les ouvriers. Et puis le film est remarquable, une vraie bouffée d’oxygène, non ?

  21. Je vais essayer de le voir…

  22. phyrezo says:

    “La pyramide : une forme d’auto-organisation ?”

    [ … Je voulais donc poser cette question à Thierry, car il semble opposer auto-organisation à pyramide, alors que ce dernier est un résultat possible du premier. Cependant j’ai un peu l’impression d’embêter Thierry …]

Comments are closed.