Hier, après avoir écrit mon billet révolutionnaire, j’ai songé que La Nouvelle Origine appartenait à la catégorie des livres de connexion.

En tant que lecteur, j’éprouve diverses expériences. Certains livres me prennent au corps, j’y plonge, ils me font changer de monde. Ils appartiennent à la famille des Trois Mousquetaires, comme presque tous les livres de SF que j’ai lus adolescent, comme la plupart des polards. En ce moment, je suis d’ailleurs très Charles Williams.

D’autres livres m’informent. J’ai bien souvent du mal à les lire jusqu’au bout je l’avoue même s’ils m’apprennent beaucoup. Peut-être parce que je suis un lecteur très lent…

Enfin, certains livres m’électrisent, ils me mettent en mouvement et déclenchent des flots de pensées. Ils me donnent envie d’écrire à mon tour. Il me suffit souvent de lire une page pour avoir le cerveau en ébullition. La recherche du temps perdu me fait ça tout le temps, voilà pourquoi c’est un chef-d’œuvre.

Ces livres du troisième type réussissent ce tour de force en connectant des faits qui jusqu’alors étaient pour nous déconnectés. Ils forment en nous du réseau mental et ce réseau constitue notre richesse la plus précieuse.

J’avoue que, avec tous mes livres publiés ou non, j’ai poursuivi cet effet. Je ne cherche pas à divertir, je cherche à créer du réseau… ou peut-être à étendre le mien. Avec sa Nouvelle Origine, Philippe Lemoine nous incite à tracer des connexions nouvelles, à être plus intelligent d’une certaine façon, plus perceptif…

Les livres du troisième type dopent notre cerveau. Ce n’est pas une métaphore. Je crois que, comme certaines droguent, ils affectent la topologie cérébrale. Une fois lus, nous pouvons les oublier, ils nous ont modifiés pour toujours.

Je pense au journal de Gombrowicz, à celui de Tarkovski, aux écrits sur le beau de Rodin, à Siddhartha de Hermann Hesse, aux Confessions de Rousseau, à la correspondance de Flaubert…

Je viens de citer des monuments de notre littérature mais certains livres de connexions peuvent n’avoir aucun autre intérêt que de nous servir à un moment donné. Nous tombons sur eux quand il le faut et c’est tout. Il en va ainsi de nombreux livres de vulgarisation.

Les chefs-d’œuvre seraient alors les livres de connexions capables de traverser le temps.

13

13 comments

  1. lény says:

    En tous cas “nouvelles origines” qu’Henri m’a fait connaitre ici pas plus tard qu’hier semble un vaste projet très intéressant, ambitieux, qui semble pouvoir se connecter en parallèle avec le projet <a href=”http://www.lereseaulibre.com/forum/viewtopic.php?t=23″ rel=”nofollow”>”du verbe, de l’image comme mutation”</a> sur <a href=”http://lereseaulibre.com” rel=”nofollow”>le réseau libre</a>, en parallèle parce que plus analytique que poètique mais les deux pourraient intelectuellement se croiser …. faut il encore que le projet sur le réseau libre avance. D’aiileur je pense créer un blog accessible a ceux qui voudrait y poster des choses. Un blog en lien direct avec le forum déjà existant mais qui permettrait de poster image, texte, vidéos. Enfin se serait pour plus tard, pour le moment j’ai pas l’temps.

  2. Lény le blog existe déjà, il y’a qu’à le remplir 🙂

    Si tu veux le relooker no pb.

  3. lény says:

    ben je n’ai aucun mot de passe pour le faire, aucune directive technique. Quand à le relooker, j’en suis bien incapable pour mekanocompany c’est gros poisson qui s’en ai chargé.
    De toute façon je pensais plutôt a un blog a part mais “estampillé” réseau libre. Ca permettrait d’avoir d’un seul mouvement/regard tout le possible de ce projet.
    Bon d’accord t’as des intérêts chez typepad mais moi chez google 😉

  4. J’ai aucun intérêt chez typepad… je fais tous mes blog sous word press…

  5. lény says:

    j’rigolais Thierry 😉

    PS: je n’ai aucun intérêts chez google non plus !

  6. « Une fois lus, nous pouvons les oublier, ils nous ont modifiés pour toujours. »

    Les deux seuls bouquin qui rentrent dans cette catégorie chez moi seraient:
    « La société de l’esprit » de Marvin Minsky qui m’a plongé directement depuis, à m’intéresser à tout ce qui touche au fonctionnement et à la définition de la conscience.
    « La source noire» de Patrice Van Eersel http://www.amazon.fr/Source-noire-Patrice-Van-Eersel/dp/2253041920/ref=sr_1_1/171-1402122-0572227?ie=UTF8&s=books&qid=1182075799&sr=1-1, lu à la même période, m’a fait auto juré, auto promettre de ne plus lire de bouquin de vulgarisation sans vérifier les sources une par une.

    « Les chefs-d’œuvre seraient alors les livres de connexions capables de traverser le temps. »
    Dans le genre, je ne sais pas si ça connecte, mais Shakespeare me fait un drôle d’effet, des bouquins écrient par une bande de logiciens extraterrestres qui ont étudiés l’humain pendant des centaines d’années.
    Un bouquin qui ne traversera pas le temps, et que je considère comme le livre le mieux organisé du monde: « Architectures des ordinateurs, une approche quantitative » http://www.amazon.fr/Architectures-ordinateurs-Une-approche-quantitative/dp/2711787001/ref=sr_1_6/171-1402122-0572227?ie=UTF8&s=books&qid=1182075588&sr=1-6

    Pour ce qui est de Proust, je ne suis pas écrivain, mais je pense que cela me bloquerais plutôt, un peu comme les Beatles me bloquaient après écoute, impossible de composer quoi que ce soit !

  7. Axe l says:

    Chouette d’entendre parler de Proust un soir où tout le monde ne parle que de % en + ou en – pour des gens pas passionnants… 🙂

    J’ai lu une première fois la Recherche en 1995. Puis j’ai lu le Tadié, Proust et le roman. Alors j’ai tout relu la Recherche, découvrant un nouveau Proust. Puis j’ai connu la version sonore chez Thélème, avec Dussolier et Lambert Wilson, et là c’est encore un autre Proust qui m’est apparu dans les oreilles, en bronzant au soleil.
    Maintenant j’ai aussi la version du texte en CD-ROM des Editions Champion, bien pratique, même si rechercher un passage dans l’édition papier procure d’autres émotions que de taper un mot dans le moteur de recherche…

    La mort d’Albertine, c’est un autre chagrin que la défaite de Bayrou 🙂

    Et la femme de chambre de la baronne Putbus c’est un plus grand rêve que d’occuper un siège à l’Assemblée.

  8. casabaldi says:

    Salut Thierry, salut tout le monde,

    Enfin débarrassé de ces conneries d’élections (et de quelques turpitudes teutonnes), je vous annonce mon retour chez les connecteurs/freemen etc.
    J’en profite pour vous signaler ce super article :
    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=25584
    d’un certain Allard. (ne ratez pas la bio du monsieur, côté Verso, ça vaut le détour).

    Thierry, tu y retrouveras les notions de complexité et d’interdépendance qui nous sont chères. J’espère que ça t’aidera à faire le lien, pas évident pour tous à priori, entre les “hommes libres” et certains alters, pour Croisade.
    à très bientôt,

    Lt FC.

  9. J’ai lâché l’article en cours de route… 😉

  10. casabaldi says:

    🙂 bien malin, le mieux est à la fin !
    bon, j’avoue c’es un peu long. Je me la fais à la “Henri Alberti” (salut Henri), voilà la chose, pour les flemmards :

    “Nous vivrons donc l’équivalent d’une guérilla au niveau des idées, pour valoriser et faire connaître de nouvelles idées de substitution aux idées reçues, mais cette guérilla sera accompagnée d’une action menée par des francs-tireurs, chacun selon son initiative.

    Cette guérilla intellectuelle est devenue la seule façon de s’opposer efficacement au système, pour la même raison que la guérilla conventionnelle est la seule façon de s’opposer militairement à une force supérieure. On frappe, on s’esquive, on reste dans l’ombre. Plus on est seul.. plus on est fort.

    Cette nouvelle forme de contestation est inévitable, puisque toutes les autres issues sont bloquées. Sera-ce une amélioration ou une régression ? La bonne nouvelle, c’est que l’approche « 1984 » sera contrée par la pensée personnelle. La population développe déjà des anticorps contre toute manipulation. Le pouvoir ne réussira plus très longtemps à la maintenir en état d’hypnose.

    La mauvaise, c’est qu’en devenant une initiative personnelle, plutôt que la simple substitution d’un contrôle à un autre, la nouvelle contestation du système devient largement « inprogrammée ». Le risque est donc que soit scier par méchanceté ou inadvertance la branche sur laquelle nous sommes assis, sans qu’il n’existe de points de soutien auxquels on puisse se raccrocher.

    Le système ne doit pas disparaître pour laisser la place au vide, à l’ataxie. Il faut donc que, simultanément à la déconstruction annoncée du système, des efforts encore plus grands soient consentis pour l’établissement des structures qu’on y substituera. Des structures qui devront être établies par consensus, puisqu’elles sont si faciles à détruire. C’est ce à quoi vise le concept d’une nouvelle société.

    Dans une société d’interdépendance et donc de diffusion plus large du pouvoir, il est clair que va se développer une forme d’anarchie dans le sens étymologique du terme. Il faut en tenir compte. Ce qu’on en fera reste une histoire à écrire.”

  11. Bonjour Général, Thierry avoue lui-même qu’il est un gros feignasse de la lecture, il ne finit pas les livres qui l’informent et à chaque page de Proust, il part en courant essayer de faire cinquante trucs qu’il a inventés.

  12. Hugues2 says:

    Ben moi en ce moment je suis en train de lire :”Ils ne votent pas, ils n’étudient pas, ils ne travaillent pas.. Mais ils changent le monde… D’un certain Thierry Crouzet… Vous connaissez… ?

    Amitiés à toutes et à tous 😉

  13. Swimmer21 says:

    Je suis un peu inquiet de la radicalisation de certains posts que je lis sur le blog de Thierry. Je comprends le fait que la situation actuelle ne soit pas totalement satisfaisante au regard de certains points de vue. Toutefois, je m’interroge d’une réponse sur mode “guerrier” à moins que je n’ai pas saisi un saut cognitif.
    D’ailleurs, à ce propos, le livre de Watzlawick ‘changement’ décrit bien le fonctionnement du cerveau droit et gauche et comment l’un et l’autre peuvent travailler ensemble. Cela est connecté à l’écriture, lecture qui utilisent le cerveau gauche pour la lecture et le droit pour générer le sens. Y a donc plein de possibilités pour aider le cerveau droit à proposer des sauts cognitifs. Eventuellement à grande échelle.

Comments are closed.