Je voudrais vous raconter comment je suis devenu libre, vous allez voir que c’est très relatif et que j’ai eu pas mal de chance.

Tout d’abord j’ai eu la chance d’avoir des parents eux-mêmes libres, mon père refusant avec acharnement l’idée de souscrire un crédit, n’achetant quelque chose que le jour où il avait le moyen de se le payer.

Je ne sais pas d’où nous vient cette volonté de refuser les chaînes dans la famille, côté Crouzet en tout cas, mais elle est profondément ancrée. Parfois je me dis que c’est génétique. Mais comme je suis fils unique, mon père lui-même fils unique, il faudra voir comment se comporteront mes deux fils pour tirer des conclusions biologiques.

Mon père était patron pêcheur, son père aussi, son grand-père paternel aussi, du côté maternel son grand-père était cafetier, mon grand père maternel était vigneron, tous mes ancêtres ont pratiquement toujours travaillé à leur compte.

Mais pas toujours dans leur jeunesse. Après ses études, mon grand-père Crouzet travailla dans l’administration à Paris avant de péter les plombs et de rentrer dans le Midi pour devenir pêcheur comme son propre père, grand-père, arrière grand-père…

J’ai un peu suivi le même parcours. Une fois ingénieur, j’ai travaillé à Paris pour une société de service en informatique, puis pour deux groupes de presse, puis j’ai aussi pété les plombs et je n’ai jamais plus travaillé pour un patron. Une fatalité familiale nous pousse peut-être à larguer les amarres. Je ne suis pas devenu pêcheur mais je suis parti à la pêche des lecteurs, ce n’est sans doute pas très différents.

Ai-je choisi la liberté ? Ou m’est-elle tombée dessus ? Sans doute un peu les deux. En tous cas, je l’aurais gagnée plus difficilement sans l’aide de l’État, cet État que je critique si souvent.

En 1994, suite à des coups de gueules à répétition lorsque j’étais rédacteur-en-chef de PC Expert, suite aussi à un malaise grandissant, celui de me sentir en désaccord avec moi-même, je me suis retrouvé au chômage. Comme je gagnais très bien ma vie, les ASSEDIC subvinrent grassement à mes besoins pendant trois ans. J’en profitais pour m’initier à la philosophie, voyager, prendre mon temps… finissant par écrire un essaie intitulé L’art de ne rien faire sans fainéanter.

Je ne aurais pas eu tout ce temps sans le chômage subventionné. Tous ce temps où j’ai écrit mes premiers livres d’informatique, je ne l’aurais pas eu pour dégager du temps pour les années à venir. Sans ce temps, j’aurais dû retrouver immédiatement un poste, mener une vie d’employé, poursuivre sur la voie dans laquelle je m’étais initialement engagé.

J’ai eu besoin de l’État pour imaginer qu’un monde sans État était possible, tout comme le second étage de la fusée a besoin du premier avant de s’en libérer. Je ne suis donc pas contre l’État, contre la démocratie représentative, contre les règles qui régissent aujourd’hui notre société, je crois au contraire qu’elles vont nous servir d’étage de lancement vers autre chose.

L’évolution a toujours fonctionné de la sorte. Des organismes apparaissent qui ont pour fonction de préparer l’apparition d’autres organismes. Une fois qu’ils ont effectué leur travail, ils disparaissent, ils ne sont plus nécessaires (en informatique on parle de bootstrapping). Les révolutions qui font table rase ne durent pas. Les révolutions profondes s’appuient sur l’existant, elles se lancent puis larguent les amarres.

Le chômage, issu de l’État pyramidal, en me donnant du temps libre, m’a permis d’imaginer des structures non pyramidales. Il peut avoir cette vertu à grande échelle. La pyramide peut ainsi conduire au réseau. D’ailleurs internet lui-même est né dans les États avant de s’émanciper. Maintenant il est libre, il n’a plus besoin d’eux comme je n’ai plus besoin des ASSEDIC comme un satellite n’a plus besoin de la fusée qui l’a placé en orbite.

Si je n’avais pas bénéficié du chômage, j’aurais peut-être gagné ma liberté autrement. Je serais peut-être entré chez Yahoo et, trois ans plus tard, j’aurais fait la culbute avec mes stock-options. Je serais alors aujourd’hui encore plus libre financièrement que je ne le suis.

Mais une petite voix intérieure me dit que ce chemin n’aurait jamais marché pour moi. En 1994, un ami m’avait proposé d’investir mes indemnités de licenciement dans Dell. À l’époque, j’avais souvent rencontré Michael Dell, j’avais confiance en lui, j’étais persuadé que Dell allait prospérer… et pourtant j’ai laissé mon argent sur mon compte chèque, il y est encore d’ailleurs.

J’ai donc eu plusieurs occasions de gagner ma liberté. J’en ai emprunté une plus que je ne l’ai choisie et il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

Quand j’entends certains libéraux dire qu’il suffit d’user de sa liberté, je ne peux m’empêcher de sourire. Comment faire quand on n’a pas la chance que j’ai eue ? Comment faire quand on a manqué les occasions qui se sont présentées ? Comment donner d’autres occasions ?

Certains diront que l’État peut intervenir. Mais l’État peut-il nous aider à nous émanciper de l’État et se priver peu à peu d’utilité ? Je crois que, comme pour moi, il le peut mais par hasard.

Certains dinosaures étaient couverts de plumes car elles présentent la meilleure protection thermique. Accessoirement, elles sont légères… et certains petits dinosaures apprirent à voler. Comme la plume est apparue avant le vol, la rémunération sans travail, le chômage, est apparu avant la société décentralisée. Il peut être l’occasion d’apprendre à voler de ses propres ailes.

43

43 comments

  1. Paul.de.Montreal says:

    Thierry,
    Je trouve ton analogie de fusée bien choisie et cette introspection tres interessante. C’est eclairant 2 fois : 1 pour mieux te comprendre et 2 comme exemple de parcours de vie vers cette “independance”/liberté.

    Je suis un de tes anciens lecteurs de PC Expert. D’ailleurs j’ai rencontré ton successeur à PC Expert un autre Thierry mais pas Crouzet celui-la 😉
    Pour Dell en 1994, oui c’aurait été un joli coup de bourse mais tu aurrais pu aussi speculer sur autre chose apres et perdre avec l’éclatement de la bulle speculative en 2001. Qui sait ? Une fois qu’on a vite gagné on peut devenir moins raisonnable. J’en parle en connaissance de cause malheureusement pour moi.

    Effectivement avoir un parent independant/patron ca aide pour avoir cette mentalité. J’ai un parent comme cela et je te comprends. Certains ont ca “dans les genes” ou du fait de leur environement immediat (inné ou acquis je n’entre pas dans ce débat là) et d’autres ont autre chose, comme par exemple le gout d’enseigner ou de soigner les gens avant tout.

  2. Casabaldi says:

    hello,

    Un peu hors-sujet, désolé. C”est juste pour passer cette info à Thierry :
    http://grandequestion.over-blog.com/article-6883042.html

    (un bon gros début de réponse à tous ceux qui nous saoulent sur le thème “c’est bien joli vos conneries de réseau et d’autogestion, mais comment ont fait un airbus ?”…)

  3. lény says:

    Excellent post ! ça va juste relancer les foudres de ces chers … heu libertariens ? anarcho-capitalistes? ou je n’sais quoi. Enfin des discussions qui n’en finissent pas de mener à rien (en même temps je ne lis pas tous les commentaires mais depuis le temps …). Bref un excellent post disais-je sur l’humilité de penser différement. Juste, on peux concevoir un réseau qui permettrait de donner ce coup de pouce parce que tous n’ont pas la chance ni les outils culturels.
    D’autre part sur un sujet qui me concerne plus directement, la production artistique, je ne vois pas comment on peut produire en dehors d’un système marchand sans que la possibilité d’un boulot stable nous soit offert.
    Pourquoi produire en dehors d’un système marchand ? pour couper le lien qui fait de la réussite marchande un système de production à la chaine de ce qui marche, couper le lien avec les collectionneurs qui dans la plus grande partie des cas sont un “milieu” qui préserve coûte que coûte son territoire. Quand je dis système marchand, je parle aussi du système institutionnel des subventions.
    Aujourd’hui pour être hors de ces systèmes, indépendant, il faut travailler pour vivre. Donc soit passer toute son intelligence et son énergie à créer son emploi et à le tenir, soit son énergie à l’usine et autant dire que dans un cas comme dans l’autre pour travailler le soir sur des projets cratifs …. passé disons un certain age c’est fini.

  4. @lény J’ai bien connu les problèmes que tu évoques… quand je travaillais. J’écrivais le matin avant d’aller au taff, puis le soir en rentrant… C’est bon quand on est jeune, ce qui dans le système actuel condamne à trouver une solution assez vite (avant que les forces ne manquent).

    Bien sûr le réseau peut venir en aide… à la place de l’état, c’est bien sûr ce que j’espère qui se mettre en place.

  5. @Casabaldi Je connaissais ce projet, c’est encore un bon exemple. Même Toyota d’ailleurs pourrait être pris comme exemple de structure décentralisée (en tout cas de structure qui responsabilise chacun des individus).

  6. A Thierry:
    Ouais, j’ai fais pareil !

  7. Hugues2 says:

    Encore une fois, excellent ton billet Thierry… Bravo, je dirai même plus génial !

    Merci pour ta franchise 😉

    En ce qui concerne les ASSEDICS, je pense que pour nous en occident, c’est le système intelligent, un peu comme en Orient…

    Tu es jeune, tu rentres au monastère pour apprendre… Tout les moines se rendent au village pour mendier leur nourriture. Sauf que ce n’est pas de la mendicité, les gens pratiquent le don.
    Le don est une pratique courante dans certains pays pour permettre aux hommes et aux femmes d’évoluer à leur Rythme…
    C’est bizarre, mais dans les monastères il y a plus d’hommes que de femmes… Pourquoi ?
    Je pense encore que nous avons plus besoin d’évoluer que les femmes. La femme est beaucoup plus en accord avec la nature et la vie que nous les hommes…
    C’est pour ça que nous avons besoin, plus que les femmes de méditer, donc de temps libre, pour nous remettre en accord avec notre nature primordiale.
    La femme est consciente de tout celà bien avant nous étant donné qu’elle donne la vie. (C’est inné chez elle – “c’est pour ça qu’elle à tant énervé certaines religions…”)

    Cette fonction chez la femme, de part ses intuitions, lui donne de suite une avance considérable sur nous les hommes. Et ceci au service de la vie !

    Je pense encore que l’homme, tout individu, à besoin de prendre du recul dans sa vie.
    Un être humain est un être humain véritable lorsqu’il est centré en lui même, lorsqu’il est à sa place. Dans une société, comme la notre ou tout le monde court dans tous les sens… Et ont tant de mal pour ne pas penser… Pour permettre à l’individu donc de reprendre contact avec lui même, je pense :

    1 ) – Que les ASSEDICS sont nécessaire pour l’aider à comprendre et à se comprendre.
    2 ) – A se re-centrer pour qu’il sache vers ou se dirriger, quelle est sa place dans la société, parmi ses semblables.
    3 ) – Pour moi les ASSEDICS, sont le système dans le système (l’état), favorisant le passage ou renaissance !

    Le seul hic, de nos jours, c’est que les ASSEDICS ne suffisent plus pour aider nos semblables à effectuer leur PASSAGE à eux même… (étant donné qu’il n’y a plus suffisamment de travail…) D’où l’importance actuellement de trouver autre choses… Un autre système de société qui soit ok, et pour la société et pour l’humain.
    Ce système est possible – par la redistribution des richesses, pour permettre à chacun de reprendre contact avec sa propre souveraineté – c’est à dire travailler en conscience vers une évolution qui lui soit bénéfique à lui même, à ses semblables, à la société, la nature, la planète, les animaux etc.

    Si chaque être humain avaient d’autres préoccupations en tête que de courir après l’argent, sincèrement je pense que le monde se porterait un tout petit peu mieux.. Non ?

    De plus, je suis persuadé que chaque individu participerait de lui-même au seins de la société, on ne serait pas obligé et de le forcer et de le réprimander… Car lorsque l’individu prend conscience à court, moyen ou long terme que c’est pour ses intérêts… Il finit toujours par participer sans rechigner parce que c’est au service de son prochain – C’est le miracle de la conscience au détriment de la force qui ne fait que nous conduire vers l’individualisme (libertaire), l’égoïsme et vers un gonflements de l’égo !

    Etc.

    Amitiés 🙂

  8. Hugues2 says:

    Mince, j’ai encore oublié le lien qui va bien, c’est par ici :

    http://lespacearcencielblog.free.fr/?p=502

    Amitiés 🙂

  9. Esmeralda says:

    Cette approche du chômage par Thierry est rarement évoquée en fait, la société s’arrêtant à la stigmatisation négative de cette situation !
    Pourtant, le chômage obligatoire pour tous de temps en temps, trois ans de boulot, trois ans de chom, ce serait pas plus mal, tant que le modèle salarial perdurera …

  10. lény says:

    Hugue2 >> c’est ça ouais et elle est, dans le plus profond de son cortex, la mère à tous celle qui donnant la vie la respecte et comprend le fond de toutes choses … Hugue2 il me semblait que d’habitude tu disais moins de conneries !!!

  11. charlie says:

    @ Hugues2 : je te suggère de t’en tenir aux ASSEDIC et d’éviter le sujet des femmes, du moins sous cet angle essentialiste ridicule.

    @ Thierry : ça n’a rien à voir, quoique, tu es invité par Henri, ici ou chez moi, on sait plus, c’est le souk, à te livrer à un exercice d’exhibitionnisme bloguesque 🙂

    @ Iza : pareil.

  12. rico says:

    allez on revient sur terre; témoignage : les ouvriers de chez Toyota Onnaing, je discute avec eux tous les week-end au bord du terrain de foot. Avant ils ont fait des boites de vitesses chez Peugeot à Valenciennes ou des Kangoo à Maubeuge. La différence c’est uniquement la poubelle qui a été déplacée de 2m pour gagner 3s chez Toyota, alors la “responsabilisation” c’est de l’embrouille de “patron”. Ils font ce boulot pour échapper à l’ASSEDIC et jamais je n’oserai leur répéter ce que je lis ici. Nos gamins sur le terrain de foot font des CAP “méca” ou des terminales STI “méca” parce que la seule formation “culture et création design” c’est à 60kms. Vivement la reprise du championnat !

  13. Suis pas un spécialiste de Toyota… j’ai pas dit que c’était le paradis… mais il paraît que n’importe quel ouvrier peut proposer ses idées, arrêter la chaîne en cas de soucis… c’est un début d’ouverture… mais on ma parlé de ça pour Toyota Japon…

  14. @Charlie… Très fort Henri sur ton blog…

  15. zoup says:

    Pour Toyota, il ya cet article sur Agoravox :

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=24918

  16. Hugues2 says:

    Aurais-je à faire à des sexistes sur ce blog – (Lénie et charlie ?)

    Petit rappel :

    “Le sexisme est une forme de discrimination qui repose sur la distinction axiologique, naturelle ou non, de plusieurs genres sexuels ; ce terme recouvre ainsi des traditions, des comportements et des idéologies qui posent une différence de statut et de dignité entre l’homme et la femme. Dans la mesure où le sexisme définit le rapport hiérarchique ou non des deux sexes, c’est une forme de catégorisation sociale, morale, politique, religieuse, philosophique, économique, qui impose des normes de comportements aux deux sexes, et dont les deux sexes peuvent également souffrir ou jouir.”

    Sources ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sexiste Toujours 😉

    En chaque homme il existe une femme et en chaque femme il existe un homme.

    Plus facile pour elles de se mettre à la place des hommes, plus difficile pour nous de se mettre à leurs places…

    L’évolution humaine passe par la fusion des opposés ! De cette fusion nait une compréhension juste de ce qui nous anime tous ici bas, au delà du : Travailler, Manger, baiser, se reproduire… C’est à dire tout comportement primaire en vue de la survie et de la reproduction de l’espèce !
    D’ici peu, je vous rassure le droit de reproduction ne sera que pour les plus riches…

    Quand à ceux qui pense que mon commentaire sur la femme est de trop, je vous conseille de revoir vos copie et de plancher sur la symbolique de la semeuse propre à la république Française. Est-ce un hasard ou une coïncidence fortuite à ce que l’on est choisit de la placer sur la monnaie (Anciens Francs ?)

    La France à un rôle capital à jouer, et chez elle et en Europe questions nouvelles idées au sujet du partage… De la redistribution ! Les idées nouvelles sur ce sujet partirons de chez nous et de nulle part ailleurs !

    Un conseil – A critiquer quelqu’un, mieux vaut à l’avenir que vos critiques soient fondées.
    Serait-ce trop vous demander que de développer un tout petit peu votre verve phallique de jeunes experts dans le domaine.
    Je cherche à avancer autant que vous, si j’ai tord merci au moins de commenter un tout petit peu… J’aurai l’air moins con, comme ça ! C’est sympa les amis,

    Amitiés 🙂

  17. lény says:

    Hugue2 >> qui a donc parlé de sexisme, de mon côté j’ai dis que se que tu disais était idiot. Le problème avec se genre de recourcis archétipals c’est qu’on énonce des lieux communs sans s’en rendre compte et le plus dingue, puisque tu tend la perche, sans être sexiste … les femmes à la naissance ont exactement le même cerveau que les hommes si ce n’est plus tard une différence disons chimique. La violence, la perversité, le pouvoir sont aussi répendus chez elles que chez nous avec des armes différentes parfois, certes. Et puis par rapport à la définition de wikipédia, toi même fait une différence même si elle est positive. Tu réponds donc à la définition “sexiste”. Et quand bien même n’y répondrais tu pas ça reste un discours condéscendant. Je fais la vie donc je la respecte. Y a qu’à voir l’Histoire pour se convaincre du contraire.

    “En chaque homme il existe une femme et en chaque femme il existe un homme.

    Plus facile pour elles de se mettre à la place des hommes, plus difficile pour nous de se mettre à leurs places… ”

    ? J’vois pas. Moi j’ai pas de problème à me mettre à la place (de ce qu’il en est possible) d’une femme. Et la culture, qu’en fais tu ? L’emblème de la semeuse ? mais et alors, un symbole issu d’un vocabulaire d’homme …. tu parles d’un argument. Mettre ça en corrélation avec le rôle à jouer de la France … j’trouve ça douteux et pour le coup sexiste. Et au delà des sexes quel rôle capital la France a à jouer plus qu’une autre nation ? Dans une idée horizontale, tout le monde a un rôle à jouer. Bizare comme rapport avec ton point de vue sur la femme.
    Alors ne nous conseille pas de fonder nos arguments et de nous traiter de jeunes experts dans le domaine de la verve phalique sans soi même s’interroger sur le sens de ses mots.
    Hugue2 nous sommes nombreux à vouloir avancer, désolé si j’ai été un peu direct dans mon premier commentaire. Tu as raison autant dévellopper un peu pour s’entraider. Juste à ta place j’aurais fait profile bas.

    Amitiés 🙂

  18. Tillerman says:

    Je ne pense pas que la liberté passe par l’argent (L’Avare), et sûrement pas par une seule ressource ou un seul investissement financier. Auchan est autofinancé, multidéveloppé.
    Le summum de liberté est plutôt dans le dénuement (Diogène) ou la folie (détachement complet).
    Etre à son compte est une affaire de gènes et de contexte. Notre contexte franchouillard est à la surprotection et à la planque (nous sommes bloqués en novembre 1918). Même loic se casse, est-il fou ? ;-). Mes gènes ici et maintenant me gènent.

  19. Tillerman says:

    Toyota Valenciennes existe d’abord par les aides obtenues par Jean-louis, avant le Kaisen ou autre système participatif qui doit dater des années 60 et qui n’a pas l’air d’aider Nissan en ce moment car l’automobiles est un business d’investissements lourds et cycliques. Au passage, on est le seul pays en Europe à garder 2 constructeurs généralistes, vive les aides en amont et les assedic en aval (A noter que la corolla vient de Turquie).

    Le vrai avenir vrai, est dans le participatif (et donc les réseaux) et c’est ce qu’on fait ici et je m’en réjouie. Youpi. J’ai acheté ma dernière voiture après avoir lu 15.000 mails en 6 mois, mentalisation nickel.

    On a tous du masculin et du féminin en nous, c’est ce qui nous permet de nous connecter.

    message à caractère perso : Je n’ai toujours pas reçu Eratosthène commandé le 15/06, donc c’est plutôt palupalu.

  20. Hugues2 says:

    Tu as raison leny, autant faire profil bas et te laisser à tes cogitations d’expert !
    Je n’ai rien à rajouter si ce n’est de te souhaiter bon vent…

    Il y a trois sortes d’individu :

    1 ) Ceux avec lesquels nous pouvons échanger d’une façon constructive et amicale.
    2 ) Ceux avec lesquels nous pouvons amicalement échanger. (Tu as remarqué, c’est presque pareil !)
    3 ) Ceux avec qui il n’y a rien à faire – Pour cette troisième catégorie ; Je les appelles les cons.

    Comme je vois apparemment malgré ton long développement, que tu n’as rien changé à ta verve, je n’ai donc rien à te démontrer, car je m’épuiserai plus qu’autre chose…

    Ce n’est pas mon but !

    Mon com est un essai constructif au billet de Thierry pour démonter par évidence la chose suivante : Vous êtes nombreux sur ce blog à faire partie de la troisième catégorie.
    Etrange sur un site aussi ambitieux ! La question que je me pose : Ne le feriez vous pas exprès, d’une façon déguisé pour casser et détruire les énergies de bonnes volontés ?

    Honnêtement, pour ma part, je commence vraiment à en avoir marre,

    A bon entendeur,

    Je ne te salut pas !

  21. @Hugue2 Charlie est une femme tout ce qu’il y a de plus femme… je te le garantie.

    @Tillerman J’ai commandé ma copie le 11 et je l’ai reçu le 26… Mon beau-père lui aussi ne l’a pas reçue et il a commandée comme toi le 15. Il faut souvent 3 semaines avec lulu.

  22. Hugues2 says:

    @ Thierry,

    Ha bon,

    Y a toujours des exceptions en tout et partout,

    Amitiés à toi,

    Et encore bravo pour ton billet A+ 🙂

  23. Tillerman says:

    On a le beau-père qu’on mérite. 😉

  24. lény says:

    ahhh … Hugue2, bon nous n’allons pas nous insulter devant tout le monde et puis via internet c’est moins drôle. Juste, je trouve que tu y vas un peux fort niveau ton …. mais nous sommes si loin les uns des autres… ma foi bonne journée quand même.

  25. charlie says:

    @ Hugues : ma réaction est due au fait que j’ai trouvé TON commentaire sexiste.
    Relis la définition de wikipédia, tu verra que pas mal de tes propos y correspondent : tu fais toi-même une “ca

    “Le sexisme est une forme de discrimination qui repose sur la distinction axiologique, naturelle ou non, de plusieurs genres sexuels ; ce terme recouvre ainsi des traditions, des comportements et des idéologies qui posent une différence de statut et de dignité entre l’homme et la femme. Dans la mesure où le sexisme définit le rapport hiérarchique ou non des deux sexes, c’est une forme de catégorisation sociale, morale, politique, religieuse, philosophique, économique, qui impose des normes de comportements aux deux sexes, et dont les deux sexes peuvent également souffrir ou jouir.”

  26. charlie says:

    Désolée, fausse manoeuvre, je poursuis après “ca, puisque je ne voulais pas remettre l’ensemble de la citation 🙂

    tu fais toi-même une “catégorisation sociale, morale, politique, religieuse, philosophique, économique, qui impose des normes de comportements aux deux sexes, et dont les deux sexes peuvent également souffrir ou jouir.”

    Quand tu évoques les femmes “plus en en accord avec la nature et la vie que nous les hommes…”, parce que “c’est inné chez elle ” et que “cette fonction chez la femme, de part ses intuitions, lui donne de suite une avance considérable sur nous les hommes. Et ceci au service de la vie !”, tu es en plein sexisme justement.
    Le sexisme, ce n’est pas uniquement dévaloriser, c’est aussi poser des différences essentialistes [“c’est inné chez elle”].
    Tes propos s’inscrivent dans une longue tradition où l’image de la femme est celle de la mère, où les qualités des femmes et des hommes sont différentes, ce qui justifie les inégalités entre les deux. Les qualités “féminines” que tu valorise sont comme par hasard des qualités qui ne sont pas valorisée socialement… C’est avec ce genre de raisonnements qu’on sous-paye les infirmières parce que leur “dévouement”, leur “compassion” sont jugés comme des qualités “féminines” et non comme des qualités professionnelles.

    Donc non, Hugues, je ne suis pas sexiste. Je suis plutôt considérée comme féministe, je m’intéresse depuis des années aux genders studies et à la “queer theory”, je travaille ponctuellement sur la division du travail et les inégalités de genre.

    PS 1 : pour la semeuse de la troisième République, on est en plein ce que je disais : les femmes, l’éternel féminin même, la vie, les symboles païens réactualisés… sympa sur les pièces. Pendant ce temps là, le pouvoir politique et éconmique est pour les hommes, qui votent même une loi pour interdire aux femmes de porter le costume macsulin.

    PS 2 : “Plus facile pour elles de se mettre à la place des hommes, plus difficile pour nous de se mettre à leurs places…” Ca par exemple, c’est un autre stéréotype sexiste. Ce n’est pas vraiment “plus facile”, c’est plus obligé. En une phrase, tu gommes les rapports de domination qui font que les femmes se plient aux normes sociales d’une société pourtant sexiste. Est-ce que c’est parce que “par nature” elles sont plus douces, plus dociles, etc. ? Sans déconner.

  27. lény says:

    des fois les hommes en viendraient presqu’aux mains, les femmpes, elles, savent parler et expliquer … c’est sans doute dans leur nature intrinsèque … 😉

  28. lény says:

    ôahf, pardon, j’aurais pas dû en remettre une couche, mais c’était plus fort que moi 😉

  29. charlie says:

    lény, au piquet ! 😉

  30. Enfant Terrible says:

    Thierry, j’ai ouvert le fameux projet dont je te parlais il y a quelque temps dans le wiki du réseau libre. Jettes un oeil si tu as le temps 😉

  31. Hugues2 says:

    @ Charlie,

    Je cite :
    “En une phrase, tu gommes les rapports de domination qui font que les femmes se plient aux normes sociales d’une société pourtant sexiste. Est-ce que c’est parce que “par nature” elles sont plus douces, plus dociles, etc. ? Sans déconner.”

    Je ne vois pas ou a été le problème dans mon post, si ce n’est tout au début – en me relisant, oups… j’ai écris “libertaire”, alors que je voulais écrire “libéral” – Ce n’est pas la même chose… désolé.

    C’est étrange mais personne ne m’a repris à ce sujet… ! Bon, c’est pas grave… Quant aux féministes, mesdames, je suis trop jeune, je ne vous ai rien fait que je sache… De plus je combat ce que vous combattez… C’est à dire la bêtise humaine dans sa plus grande splendeur. C’est pour ça que je suis un adepte de la redistribution. Sauf que certaine féministe en arrivent parfois à ne plus faire de distinction… Je n’ai pas dit non plus que c’était le cas présentement 😉

    Il faut qu’il y est une ouverture (Humaine) – Quant à la condition de la femme, je la connait puisque je la dénonce en disant plus haut : “c’est pour ça qu’elle à tant énervé certaines religions…”

    Mon cheval de bataille est la redistribution des richesse et la reconquête de notre souveraineté d’être Humain (Homme et femme sans distinction aucune – Dit autrement sur le blog de Thierry, c’est le cinquième pouvoir)

    Certes, Il existe des différences entre l’homme et la femme, quant aux droits sociaux pourquoi ne serait-elle pas payé à l’identique des hommes, ceci pour en revenir aux infirmières. Je suis entièrement ok avec toi (Ma soeur est infirmière…)

    Ma réaction de ce matin a été principalement fondée sur ton attaque ainsi que celle de Leny.
    Mon com à la base n’avait aucune agressivité. Vous n’aviez donc aucune raison d’agir de la sorte en mon encontre. On va dire que j’ai une certaine expérience de la vie. Je sais être réactif lorsqu’il le faut.
    Parfois, j’avoue ne pas avoir non plus la science infuse. Je suis apte à faire des concession lorsque c’est pour l’avancée de tous et de toutes…

    Je pense que notre passé d’homme n’est pas trop à envier. Je pense à ce sujet à la colonisation, aux guerres, aux religions qui ont maltraités et cassées les femmes au nom de ce fameux sexisme que tu dénonces autant que moi… Seulement le passé c’est le passé… C’est le présent et l’avenir qui vont déterminer notre avenir à toutes et à tous.

    Pour moi l’heure est grave, mais pas encore désespérée, c’est pour ça que je viens sur ce blog, pour essayer tant bien que mal de trouver des solutions…
    Les problèmes je les dénonce tous les jours ici :
    http://lespacearcencielblog.free.fr/
    http://arlesquint.free.fr/
    http://lespacearcenciel.free.fr/
    Et ici :
    http://leweb2zero.tv/

    Le partage et le don, pour moi est plus de la nature de la femme que de l’homme.
    C’est en ce sens que je la prend en exemple, car pour moi la douceur est une image que je préfère à la dureté.

    Lao Tseu disait :

    «L’homme vient au monde tendre et souple, à sa mort il est dur et figé. Les plantes fraiches sont délicates et pleine de vie. A leur mort elles sont rèches et désséchées. Le figé et l’inflexible sont donc l’élève de la mort, tandis que le doux et le souple sont l’élève de la vie. Ainsi une armée qui ne sait s’adapter ne remporte jamais une bataille. Un arbre qui ne plie pas se brise facilement. Ce qui est dur et fort passera, ce qui est doux et faible durera».

    Voilà selon moi un des objectif du cinquième pouvoir (d’où l’importance d’être dans une certaine harmonie. Accueillez vous vos invités chez vous à coup de marteau ? – Non, alors, OUI… J’avoue préférer la douceur à l’agressivité.
    Seulement et comme tout le monde j’ai mes limites. Je m’excuse donc ici même si sans le faire exprès j’ai pu te froisser – désolé…

    Pour en revenir au billet de Thierry et pour reprendre un peu de symbolisme – La finance actuelle mondiale est plus de notoriété masculine que féminine… !
    L’homme en général prend… La femme donne… Dès fois elle donne tellement que certains hommes peuvent la prendre pour une conne et elle a bien raison de se défendre, y a pas de souci… on est bien d’accord !

    Je me suis servi ce matin de l’image de la femme aussi pour dire que Oui :”La femme est l’avenir de l’homme – Seulement certains l’ont quelque peut oublié… !”

    C’est donc à nous tous hommes et femmes de bonne volonté de le leur rappeler, si nous voulons nous sauver, sauver nos enfants et la planète.

    Au siècle dernier un père disait à son fils : “Tu seras un homme mon fils, avec tout ce que ça comporte comme conneries..”
    Faire la guerre ou l’armée, travailler très dur, avoir des enfants et bien mener sa femme…

    Le souci, c’est que c’est encore ce genre d’individus qui dominent la planète… En plus ils se reproduisent entres-eux, en circuit fermé depuis des générations et des générations…

    Ne croyez vous pas encore qu’il est temps que les choses changent, dans l’intérêt de tous… Et du leur et du notre… ? Mais bon à présent allez leur faire comprendre… Dans leurs tour d’ivoire… Vaste sujet en perspective !

    Le passé, c’est le passé. Oui aujourd’hui nous voulons de la douceur et personnellement je trouve pour moi que la femme incarne bien cette image… Peut être bien puérile… Mais bon personne n’est parfait !

    Seulement je vous assure qu’avec un tout petit peu de bonne volonté nous arrivons parfois à réaliser de grandes choses,

    Amitiés à toutes et à tous 🙂

  32. J’imagine une discussion entre Hugues2 et Enfant Terrible: elle risquerait de durer 1000 ans !!

  33. @Enfant Terrible Super ton début de wiki… j’espère que doucement les uns et les autres vont essayer de construire quelque chose avec toi et tous ensemble.

  34. Hugues2 says:

    Oui mais c’est comme ça qu’on avance… Tu es un petit coquin toi,

    Toujours le mot pour rire,

    Amitiés 😉

  35. Hugues2 says:

    Le message était pour Henri, ci-dessus 🙂

  36. Je sens comme une espèce de vent de précision qui s’approche de plus en plus dans ce fil, ça me plait !
    Le wiki d’Enfant Terrible est bien, mais il faut le faire connaitre !
    Il faudrait qu’ E.T. se présente correctement ( avec un langage simple et compréhensible ) et au bonne endroit dans le réseau libre, pour essayer de fédérer.

  37. Hugues2 says:

    Vivre ensemble…

    Étrange cette sensation d’exister.

    Sommes-nous tous identiques ? Réponse : Non ! Ce n’est pas pour autant que nous sommes meilleurs que les autres. Cela ne nous donne donc pas le droit d’exister plus que les autres.
    Cette caractéristique existentielle est bien de nature humaine. L’être humain veut exister à tout prix. Et certains même plus que les autres. Ils veulent qu’on les admire, ils veulent êtres des stars, des gens connus, avoir de hautes responsabilités, faire de la politique ou être dans les affaires. Certains vont même jusqu’à désirer être acteur ou chanteur.

    Seulement tous ne sont pas faits pour occuper un tel poste, une telle place médiatique ! Certes tous ont du talent, nul n’en doute. De là à être à une telle place qu’est ce qui peut véritablement le justifier ? Leurs qualités innées ? Leurs talents médiatiques particuliers ? Un désir de volonté d’y parvenir plus que les autres ? Sont-ils tous si nobles qu’ils le laissent paraître ? Pourquoi certain et pas les autres… Ne pouvons-nous pas tous participer ? Qu’est-ce qui fait que certains le peuvent et pas les autres ? Ont-ils une tare, une caractéristique propre à une forme de débilité ? Non ! Alors pourquoi n’arrivons nous pas à nous faire respecter ou à occuper la place de notre souhait ? Qu’est-ce qui fait que ça cloche ?

    Je pense que notre plus grand ennemi, n’est pas uniquement notre ego, mais la sensation du sentiment ou besoin d’exister, plus qu’un autre. En quelque part ça se réduit à moi, moi, moi au détriment du : et les autres… Vous me suivez ? À l’extrême, ce sentiment se traduit par le mot : « pouvoir ! »
    Je pense que nous commençons vraiment à devenir humain lorsque ce sentiment existentiel commence à changer en nous. Nous devenons véritablement humain lorsque nous commençons à nous interroger, et à nous dire : Oui, pourquoi moi et pas un autre. Le souci, c’est qu’encore de nos jours, nous ne sommes pas assez nombreux à penser ainsi.

    Donc du coup, inutile de trop se creuser la tête pour comprendre encore d’où vient les problèmes. La compétitivité, la finance mondiale, notre politique actuelle, toute forme de discrimination raciale sont les ennemis de l’humain dans son ensemble aux détriments de quelque uns… D’où encore l’importance de « changer nous-même ». Nous ne pourrons pas construire un monde vraiment meilleur. Nous ne ferons que reproduire encore et encore, sans cesse et sans fin… !

    Ce qui se passe à l’extérieur se passe aussi à l’intérieur. Cela prend naissance dans nos pensées qui avec le temps se traduisent en acte, ou ne se traduisent pas du tout parce que nous avons baissé les bras, face aux problèmes de notre monde. Sommes-nous trop petits ? Ne pouvons-nous réellement rien faire ? Ou plutôt sommes-nous énervées de ne pas êtres à la place de certains… Ce qui revient au même !!!

    Excellente méditation…

  38. Bonjour,

    Très intéressant, ce billet.

    Jean-Marie

  39. Enfant Terrible says:

    “Cette caractéristique existentielle est bien de nature humaine. L’être humain veut exister à tout prix. Et certains même plus que les autres. Ils veulent qu’on les admire, ils veulent êtres des stars, des gens connus, avoir de hautes responsabilités, faire de la politique ou être dans les affaires. Certains vont même jusqu’à désirer être acteur ou chanteur.”
    Moi qui tient particulièrement à exister, je ne pense pas que cela soit ca exister.
    Ceux qui existent n’ont pas vraiment beson de tout ca, vivre leur suffit amplement.
    Certains voudraient bien explorer, mais il leur faut aussi que tout soit applani avant leur passage. J’ai déjà expliqué, il y a quelques mois, combien c’était par impuissance que naissait le désir de pouvoir.
    Il ne s’agit pas non plus de savoir qui est fait pour telle chose ou telle autre dans un monde préfabriqué ou tout et tous devraient rester chacun à sa place. Car c’est justement la conception d’un tel monde sans surprise qui pousse les gens à acquérir le plus de biens matériels possible. En effet, s’il s’agit de rester à sa place, autant quelle soit la plus confortable et la plus enviable possible. Quelqu’un qui est condamné à rester assis préfèrera toujours que ce soit dans un fauteuil, plus que sur un tabouret et de préférence devant un large horizon plus que devant un mur, c’est inévitable.
    Ce qui se passe à l’extérieur se passe aussi à l’intérieur (on dirait une pub pour un yaourt)…pour ceux qui n’ont pas la puissance de stopper à leur endroit la réaction en chaine et d’inverser le courant !
    C’est ca exister et pas autre chose.

    Vouloir que tout le monde reste à sa place dans son petit domaine avec sa petite propriété, c’est ca vouloir le pouvoir. Permettre aux pays de rester dans leur petites frontières est le meilleur moyen de les dominer.
    “Certes tous ont du talent, nul n’en doute.”
    Quand le seul talent de quelqun est de forcer les autres à l’admirer, ce n’est plus un talent, c’est leur voler leur temps.

    Excellente méditation…

  40. Enfant Terrible says:

    Et j’espère qu’on va être beaucoup à vouloir exister ensemble 😉

  41. Hugues2 says:

    Je suis ok avec toi, Enfant terrible… Tu as raison aussi, no problémo !

    Oui, moi aussi, je pense et j’espère que l’on va être plus nombreux à exister ensemble.

    Pour moi qui ai milité dans le camp de José Bové, j’ai vu certaines choses. Il s’est passé quelque chose, en parallèle de cette campagne de merde…

    Jean paul Lepers de la télé libre et Guy Birembaum de pointblog.com disent q’internet a été insignifiant dans cette campagne…

    Pour ma part je ne suis pas tout à fait d’accord. C’est donc pour ça, qu’à défaut d’exister il nous faut continuer à participer… Tous ensemble. C’est comme ça que nous allons avancer… Ainsi que le système… Ne laissons pas le système nous couper l’herbe sous les pieds, participons a ce changement… !

    Amitiés à toi 😉

  42. Hugues2 says:

    Mince, petit lapsus… C’est pas Jean Paul Lepers mais John Paul Lepers, autant pour moi,

    Amitiés 🙂

  43. Emmanuel says:

    merci merci merci !
    merci de le dire, le chomage peut être une chance immense, il suffit de savoir vivre avec, de ne pas le prendre comme une fatalité, comme un poid sur les épaules !
    j’étais au RMI pendant plusieurs années (2 ou 3 , je ne compte pas), aujourd’hui j’ai la chance d’etre intermittent du spectacle…evident, ces années furent difficiles, dans le sens où il fallait faire attention aux dépenses, mais quelle liberté j’y ai gagné, quelle ouverture d’esprit aussi… je vais m’interesser de près à votre livre : l’art de ne rien faire sans fainéanter… ce titre !
    merci encore pour cette parole saine

Comments are closed.