Ne croyez pas que je sois fan du livre d’Andrew Keen. Je le lis pour mieux m’armer contre les objecteurs de son espèce.

En fait, il critique la révolution du web 2.0 en supposant qu’elle est vaine dans notre monde. Mais qui paiera les experts ? Comment les artistes gagneront leur vie ? Qui représentera l’autorité ? Keen ne trouve pas de réponse à ces questions car il oublie de voir les choses sous un autre angle : et si c’était notre monde qui était vain, et s’il fallait inventer un autre monde, et si ce monde était justement en train de s’inventer.

Quand Keen dit que les artisans de la longue traîne crèveront de faim, il oublie de dire que les entreprises qui maximisent les profits seront de moins en moins nombreuses, donc qu’il y aura une redistribution des richesses.

In The Wealth of Nations, economist Adam Smith reminds us that specialization and division of labor is, in fact, the most revolutionary achievement of capitalism, écrit Keen.

Et alors ? La spécialisation fut le moteur du capitalisme mais pour quelles raisons deviendrait-elle le moteur de notre époque post-capitaliste ? Je n’en vois aucune, je vois même beaucoup de raisons de tendre vers le généralisme.

Dans une époque complexe, nous devons disposer de plusieurs cordes à notre arc, chacune résonnant à une fréquence différente pour réagir à toutes les circonstances.

Que devient le spécialiste d’une technologie soudain démodée s’il n’est pas polyvalent ? Il se retrouve au chômage. La spécialisation est la cause de nombreux maux de notre époque. Un généraliste au contraire rebondit facilement. Il s’adapte mieux à une époque sans cesse changeante.

Le généralisme n’implique pas l’amateurisme. Les cellules souches sont généralistes mais elles peuvent se spécialiser à la demande. Notre époque exige que nous leur ressemblions. Nous devons être polyvalents. Et pour commencer nous devons rejeter les trois mots d’ordre du capitalisme : spécialisation, centralisation et concentration.

Notes

  1. Keen explique que les blogueurs ne sont pas responsables de ce qu’ils écrivent contrairement aux vrais journalistes. Un blogueur ne pourrait pas aller en prison. Faudrait que Keen se renseigne, il y a des dizaines de blogueurs emprisonnés dans le monde. En France, plusieurs blogueurs ont déjà été attaqués en justice pour leurs écrits. Un blogueur est tout aussi responsable qu’un journaliste professionnel. Quand il publie, il engage sa responsabilité et sa réputation. Il y a de bons blogueurs comme de bons journalistes, il y en a beaucoup plus de mauvais comme les il y a beaucoup plus de mauvais journalistes.
  2. Quelle idée de vouloir comparer les blogueurs aux journalistes ? J’ai été journaliste, je vois bien que ce que je fais ici n’a aucun rapport. Je ne cherche pas à informer mais à dialoguer, exactement comme les auteurs l’ont toujours fait.
  3. Keen cite Habermas : « The price we pay for the growth in egalitarianism offered by internet is the decentralized access to unedited stories. In this medium, contributions by intellectual lose their power to create focus. » Je crois au contraire que les intellectuels disposent d’un nouveau terrain de jeu pour tester leur sagacité. Ils doivent être bons pour surpasser le bruit ambiant qui n’a jamais été aussi fort. Il ne suffit plus pour eux de se proclamer intellectuel pour se faire entendre. Nous luttons tous à arme égale aujourd’hui. Ça doit faire mal à certains, je l’admets.
  4. Pour Keen, le web est le domaine du mensonge. Une actrice peut se faire passer pour une ado en détresse (lonelygirl15) et abuser des millions d’internautes. Mais les médias classiques ne nous abusent-ils pas aussi ? Il ne faut pas nous croire plus naïfs que nous ne sommes. Le mensonge est tout simplement humain. Au moins sur internet nous pouvons révéler le mensonge et questionner les choses qu’on nous présente pour vraies. Keen oublie de dire que la plupart des mensonges dont il parle ont été révélés sur le web lui-même par ses usagers.

10
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

10 comments

  1. lény says:

    Salut Thierry, Sujet passionnant. Même si je suis globalement d’accord avec toi et surtout sur l’idéalisme que sous tend en permanence ton blog, la question que je me pose en lisant cet article c’est, n’es tu pas toi déjà un spécialiste. Un spécialiste du lien humain à travers l’outils internet. Cet spécialisation t’obligerait à généraliser ta pensée, tes connaissances pour qu’elle soit toujours plus performante, plus spécialisée. Je ne vois pas comment on peu ne pas se spécialiser, que ce soit par goût, par capacité, par culture etc. S’intéresser au reste, au monde oui bien sûr ne serait ce que pour déjouer les spécialistes. En fait la spécialisation doit être la plus large possible.
    Ne serait ce pas en formant un réseau de petits spécialistes généralistes qui, en se faisant confiance apprendraient les uns les autres. Je ne cherche pas à faire un jeu de mots en disant “spécialistes généralistes”, je veux juste dire que nous avons des domaines de prédilection mais un gout pour la chose humaine qui nous ouvre au général.

  2. Tu as raison d’une certaine façon…

    Pour ma part, je ne me sens pas spécialiste puisque j’estime avoir une compétence égale en plusieurs domaines sans grand rapport (technologie et science, arts et littérature, philosophie et politique…).

    Il y a des gens plus compétents que moi dans tous ces domaines mais ma spécialisation à moi c’est cet ensemble de compétences… qui me permet de tracer des connexions que d’autres ne peuvent peut-être pas tracer (ils en tracent d’autres en fonction de leurs compétences).

    Généraliste ne veut pas dire s’intéresser à tout mais essayer de développer son expertise dans de nombreux domaines. Je me suis mis à penser comme ça en écrivant Ératosthène. J’ai aussi résumé cette façon de voir dans le peuple des connecteurs.

    Oui, les réseaux vont nous permettre d’étendre notre généralisme sans pour autant perdre en expertise (car il ne s’agit pas de devenir nul en toute chose).

    Par ailleurs, je crois qu’on jouit mieux du monde en étant généraliste. Tous les grands artistes étaient généralistes.

  3. lény says:

    ” ensemble de compétences… qui me permet de tracer des connexions ” c’est ça !
    Je pense aussi, comme je l’ai dit ici, qu’importe au fond si une théorie, une pensée, une oeuvre a été exactement comprise comme l’auteur l’avait éventuellement pensé si elle génère des “connexions” internes. Et henri a parfaitement défini se réseaux de connecxions (toujours sur cette page) en parlant de mots_tag.

  4. A Leny:
    Je n’ai rien défini du tout ! C’est toi le responsable ! Je suis innocent.

  5. lény says:

    Henri, disons que je l’ai dit et que du l’a synthétisé comme j’aime …

  6. Hugues2 says:

    Bonsoir Thierry,

    Encore un billet formidable… croisons les doigts…

    Amitiés 😉

  7. Hugues2 says:

    Mince, j’ai encore oublier ce lien… Tellement VRAI :

    http://leweb2zero.tv/video/hugues2_514673d60ebf1ad

    Amitiés à toutes et à tous 🙂

  8. Iza says:

    Bon alors, c’est plutôt un commentaire qui va sur Wikiversité, mais c’est fermé sur ce fil là, donc je poste ici.

    Garbun : euh… ça existe déjà. Enfin presque. La Validation des Acquis de l’Expérience permet d’obtenir un très grand nombre de diplômes sans jamais avoir été inscrit nulle part ni même avoir suivi un seul cours. Par contre il faut avoir une certaine expérience du domaine concerné. Mais c’est une forme de parcours de formation d’ores et déjà envisageable, souple et adaptée.

  9. Garbun says:

    Il me semblait que ce n’était justement pas si souple que ça, mais ça a peut être changé

  10. Costis Papapanayotou says:

    Ce que ce livre veut dire en deux mots : le fait de donner son opinion sur un sujet ne nous consacre pas spécialiste / expert du domaine.
    La spécialisation et l’expertise sont les moteurs des civilisations à partir de la création des premiers rassemblement d’ hommes, la création des cités jusqu’à nos jours. La liberté ne pose pas sur la tête du citoyent la langue de feu qui lui transmet la faculté de tout savoir et du savoir.

Comments are closed.