En juillet 1998, la France était heureuse parce que son équipe de foot avait gagné la coupe du monde. Nous avons besoin de victoire pour être heureux, des victoires sur les autres aussi bien que sur nous même comme je le disais au sujet des blogs.

Quand on veut que le monde change parce qu’il ne nous plait pas, on a plusieurs possibilités.

  1. On le fuit et vit dans sa bulle (j’ai souvent fait ça).
  2. On tente de faire la révolution en se plaçant hors du système (c’est ce que j’ai fait avec mes livres, notamment avec Le peuple des connecteurs).
  3. On tente de le changer de l’intérieur en faisant de la politique et en briguant des postes d’élu.

PaccoCes approches ne me paraissent pas incompatibles même si ma préférence se porte sur la seconde car je pense que le siège du pouvoir, c’est nous-même, et que nous n’avons besoin pour changer le monde que de nous connecter les uns les autres.

Mais le pouvoir séculaire existe et il lui reste encore la capacité de nous importuner par ses maladresses. Si nous pouvons nous désintéresser du pouvoir suprême, trop loin de nous, nous n’avons souvent pas la possibilité d’éviter le pouvoir local, incarné par un maire ou des conseillers municipaux. À cette échelle, le pouvoir est encore fort et, parfois, on ne peut fermer les yeux sur ses ratés ou son manque d’imagination.

Christophe Grébert, un des tout premiers blogueurs citoyens, a ainsi décidé de se présenter à la mairie de Puteaux et je le soutiens dans sa démarche. C’est au niveau local que nous devons nous engager, à cette échelle où de petits gestes peuvent faire de grandes différences, déjà en facilitant la vie de nos concitoyens, mais aussi en rencontrant d’autres actions locales qui, de place en place, se renforceront et se globaliseront. Au-delà de nos problèmes de voisinage, nous trouveront ainsi des solutions robustes aux dérèglements climatiques comme à nombre de défis globaux qui frappent aujourd’hui le monde.

Christophe a milité pendant six ans au parti socialiste. Il le quitte maintenant pour devenir un citoyen engagé. Il veut montrer que les clivages sont derrière-nous et que les défis d’aujourd’hui ne peuvent se résumer à une bipartition vieille de plus de deux siècles. Il croit que nous pouvons être responsables et prendre des décisions en fonctions des circonstances et non pas d’une ligne de pensée dogmatique. Pour lui, la participation de toutes les bonnes volontés à la vie de la cité n’est pas une utopie. Sur internet, nous réussissons à collaborer, c’est la preuve, s’il en fallait, que c’est possible même à très vaste échelle.

Christophe en se présentant court le risque de la défaite mais aussi de la victoire. Il passe de la contestation, qui ne nous engage pas, à l’action, de la théorie à la pratique. Il ne s’agit plus de dire que nous changeront le monde mais d’essayer de le changer dans une ville de France. J’espère que son exemple sera suivi.

Christophe a dans l’idée de joindre le e-parti proposé par Jean Michel Billaut, qui n’est pas sans rappeler le réseau libre : e parce qu’il serait né sur internet et qu’il profiterait de tous les outils numériques, parti parce qu’il rassemblerait tous ceux qui ne veulent pas s’engager dans le vieux clivage. Ce serait le parti de ceux qui n’en ont pas aussi bien que de ceux qui ne se contentent pas d’une seule étiquette. Il reposerait sur une charte minimaliste, mettant en avant les valeurs démocratiques, sociales et de liberté.

J’espère que Christophe l’emportera contre les vieux appareils nés après la révolution française et peu rénovés depuis.

Notes

  1. Dans e-parti, je n’aime pas le mot parti qui nous renvoie au passé. C’est un mot que tout le monde comprend, un mot fort pour communiquer mais qui évoque les structures centralisées de jadis.
  2. On peut utiliser parti en pensant sans cesse que c’est un non-parti comme le cinquième pouvoir et un non-pouvoir.
  3. Le mot le plus approprié serait réseau mais j’admets que cette appellation précise n’est pas vendeuse, c’est pourtant de cela qu’il s’agit.
  4. Le e-parti doit être transversal et non pas vertical. Il ne doit pas être pyramidal mais décentré. Il ne doit pas être exclusif : les membres des autres partis peuvent le rejoindre.
  5. Le e-parti doit mettre en avant toutes les idées liées à la pensée réseau, à commencer par la notion d’interdépendance. Qui dit interdépendance, implique de ne jamais considérer les problèmes selon une perspective nationale mais toujours mondiale. Les membres du e-parti sont pro-européens, pro-mondial.

17
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

17 comments

  1. Marc Tirel says:

    Très intéressant ton post… mais un point à éclaircir : ton point 4. Comment appartenir à 2 partis à la fois ? Pour qui voter au moment des élections ?

    En tout cas les anciens clivages du siècle passé sont encore très vivaces et la création de ce e-parti ne pourra que contribuer à en créer de plus pertinents… bravo et soutien aussi à Grébert !!

    Pour le dilemme lié au mot parti, que tu soulignes à juste titre, un e-mouvement ne serait-il pas plus approprié ? Le parti évoque l’ordre, la pyramide, le 20ème siècle alors que le mouvement est plus lié à une dynamique, une tendance de fond… Autres mots à proposer ?

  2. e-mouvement est bien mieux, sans aucun doute.

    Pour le point 4, il faut un peu oublier le vote et penser à la construction… si le e-mouvement doit être le mouvement de l’avenir, il doit absorder le passé.

  3. Xavier says:

    Michel Hervé, ex-maire cyber-innovant de Parthenay avait eu une idée similaire. Il avait, si je me souviens bien, ouvert sa liste des dernières municipales à des cybercandidats pour casser la logique des partis.

    Après s’être fait battre, il avait tout plaqué et quitté Parthenay.

    Souhaitons-vous meilleur destin 😉

  4. Paul.de.Montreal says:

    Avec le systeme électoral majoritaire français, continuez de creer des petits partis si vous vous voulez que l’UMP avec son president reste au pouvoir.
    Aux USA, ce systeme a amené à 2 partis (au niveau fédéral) ce qui represente la valeur minimum d’une démocratie. Ce n’est pas souhaitable mais il existe en France actuellement trop de parti dont certains me semble être des partis qui favorisent le parti majoritaire en place en divisant les suffrages inutilement des electeurs.

    Peut importe le nom et le style du parti, la maniere de changer un systeme rapidement c’est comme Poutine l’a fait en Russie de l’interieur en se faisant passé pour l’homme de paille de la famille Eltsine qui était au commande à l’époque.
    Ou comme l’a fait votre president actuel en un peu plus de temps.

    Ensuite l’electeur doit bien regarder les idées & réalisations du candidat pour qui il vote.

    Si j’étais en France et que je voulais concilier au mieux économie et social, performance et solidarité, ainsi que remettre un peu de moral et d’honneteté en politique FR j’irais au parti crée par Bayrou succeptible de l’emporter en 2012. Ce parti a besoin de cadres et de leaders-bis. J’ai vu un entrepreneur francais qui s’est lancé dans l’aventure. A vous de prendre ses places pour orienter a votre échelle le navire MoDem.

  5. Paul.de.Montreal says:

    Pour Poutine, je parlais surtout d’une prise rapide du pouvoir mais qui sous entend de remplacer plusieurs dirigeants par des hommes de confiance à lui. Il a installé rapidement son réseau au pouvoir. Ensuite il changera le systeme suivant ses interets et ceux de son équipe. Est ce que ca sera bénéfique pour son peuple et son pays ? Là c’est une autre histoire.

  6. @ Thierry, c’est bien ce qui me semblait on tourne en rond !

    “Quand on veut que le monde change parce qu’il ne nous plait pas, on a plusieurs possibilités.

    1 – On le fuit et vit dans sa bulle (j’ai souvent fait ça).
    2 – On tente de faire la révolution en se plaçant hors du système (c’est ce que j’ai fait avec mes livres, notamment avec Le peuple des connecteurs).
    3 – On tente de le changer de l’intérieur en faisant de la politique et en briguant des postes d’élu. (Là tu rêve grave. Je dirai même plus, tu bats tout les records, de rêveries. En rentrant dans ce jeu, tu ne feras que donner d’autres idées aux petits malins pour reproduire de nouveau l’ancien monde – Et de toute façon tu n’as pas à te justifier, nous savons tous que tu agis au niveau local… !)”

    Aucune véritable révolution ne se fera ! Il ne faut pas rentrer dans leurs jeux, c’est ce qu’ils attendent de nous, mais créer un autre jeu, de la dimension de Gandhi, sachant que nous nous ne vivons pas en Inde au début du siècle, mais à l’aurée du XXIème en Occident !!!)

    Tu utilises Thierry un discours par tes écris favorisant une forme d’immobilisme (Un coup tu dis qu’il ne faut plus faire de politique, puis lorsque ça t’arrange tu dis le contraire – Tout ça est trop mental pour moi !) Parfois, j’ai l’impression que tu nous donnes un monos à ronger, puis un autre, puis encore un autre. On en finit plus de tourner en rond. Le billet d’hier, était je trouve excellent à plus d’un titre, mais au lieu de le commenter et d’argumenter, hop tu passe à autre chose… Pour certainement calmer toute forme de polémique…

    Bon pour ma part, désolé mais j’en ai marre de ce jeu de con. Désolé mais le “diner de con”, je laisse ma place… Je passe à autre choses… Je n’ai plus le temps !!!

  7. J’ai parfois du mal à te suivre.

    Je ne vais pas faire la révolution pour toi et lever une armée pour défendre tes idées. C’est à chacun de faire sa révolution. Il n’y a pas un seul chemin qui mène au paradis. Grébert peut prendre celui là, en essayant il apprendra des choses, nous en apprendront.

    Quand tu as un gros con de maire face à toi, qu’est-ce que tu fais? Tu t’écrases? Tu déménages? Moi je préfère lui dire ce que je pense et essayer de le mettre dehors car, en attendant que nous n’ayons plus besoin de maires, nous en avons et devons faire avec.

    Dans le champ politique, il y a des gens biens. On ne peut pas leur tirer dessus parce qu’ils se sont engagés dans des vieilles structures. Nous pouvons au contraire essayer de leur enseigner d’autres possibilités. Le weekend prochain j’irai à l’université du modem pour dire ça, pour parler d’autres méthodes.

    Si ça t’énerve, c’est ton problème mais je privilégie le dialogue. Gandhi n’a jamais cessé de parler avec les Anglais.

    Dire que la politique est morte c’est faire de la politique. Du moment que nous vivons ensemble, il y a de la politique.

  8. Paul.de.Montreal says:

    Non non Hugues, il faut rester Zen et patient comme ton modele Gandhi. 😉

    Sinon c’est une interpretation personnelle que je ne partage pas.
    Je percois un progres dans nos discussions. Déja Thierry elargit son champ de possibilité avec 3 choix au lieu de ses 2 habituels (faire ou ne pas faire de politique). 😉
    Il a un fil directeur même s’il réagit à l’actualité et semble se disperser parfois tout azimut.
    Ce que j’essaye d’éviter par contre, c’est l’effet mode que certains aiment bien surtout parmi les geek qu’internet attire comme une lampe attire les moustiques la nuit. Je regarde le long terme plutôt que l’éphemere. Changer les mentalités en profondeur ca prends du temps tout comme mieux instruire les gens pour qu’ils pourvoient davantage à leur interet et celui de leur communauté plutôt qu’à une petite minorité de nantis.

    @Thierry
    des gens “biens” par rapport à quoi et qui ?

    Une comedie US assez subtile que je vous recommande en passant.
    “Thank You for Smoking” (2005)

    Sinon une définition de politique est:
    règle d’action poursuivie (par une entreprise ou par une personne)
    dés lors même isolé, on peut imaginer avoir une politique comme Robinson Crusoé dans son île.

  9. A L’espacemulticolor:
    Et alors, “amitié” et le petit bonhomme jaune qui sourit, c’est fini ?

  10. @ Thierry,

    Je ne te demande rien. Seulement, tu sais aussi bien que moi que nous sommes tous reliés en tant qu’individu et humain. Lorsqu’on prend conscience de certaines réalités, très rapidement nous comprenons effectivement que nous devons agir. Le plus dur, c’est de comprendre ou se situe notre action.
    Au sujet de la révolution, la seule révolution qui vaille vraiment, c’est celle de nous mêmes. Tu as entièrement raison !
    Mais tu sais aussi bien que moi comment fonctionne notre cher système. Au dernières élections nous savons aujourd’hui que Jean Marc Governatori avait plus de 700 promesses de signatures. On lui a fait des menaces, donc du coup, il n’a pas été plus loin.
    Ca été pareil avec Rachid Nekaz. En politique il y a un jeu malin qui dure depuis des siècles pour mettre en place ceux qui font parti du système… De temps en temps certes, ils lâchent un peut de mou pour calmer la populace, exemple avec José Bové !

    Or aujourd’hui qu’est-ce que l’on a au pouvoir ? Un pro américain fanatique qui à court , moyen ou long terme, n’aura d’autre solution que de nous conduire à la catastrophe (Une guerre avec les pays arabes, l’Iran, pour arranger papa Bush dans son enlisement en Irak, avec les milliers de morts innocents, pour par la suite, essayer de resquiller un peu de pétrole, une protection… Une mondialisation… Non franchement, déconne pas Thierry. Je ne te savais pas aussi Naïf !!!

    http://leweb2zero.tv/video/lilalilou_7346e29bcb51554

    On fait toujours tout dans le sens d’abrutir les gens et le peuple. Plus il est con et mieux ça les arrange. Comme ça il n’ont pas à se justifier de leur mensonges… Ca passe mieux, le beurre c’est pratique… (Pour ne pas employer le terme de vaseline…)

    Tu es pourtant bien au courant du système pyramidal ! Ce n’est pas moi qui est écris le Cinquième pouvoir, c’est bien toi que je sache ! Tu sais aussi, comment fonctionne certains cercles très haut palcé… Ils fonctionnent et ils ont toujours fonctionnés par le système pyramidal !!! Bon sang de bonsoir, c’est pas moi qui ai écris tout ça !!!

    L’outil informatique par les blogs est justement, ce contre pouvoir (Je n’aimes pas ce mot !) Je pense que ça peut être la teinture mère de ceux, les gens biens comme toi ou moi et pleins d’autres qui ont envie que les choses évoluent !

    Pas plus tard qu’hier, encore je me suis retrouvé face à une inaptitude politique (en discutant avec un amis…) Tu vas voir un maire, et il te dit, que ça ne dépend pas de lui que c’est de plus haut etc. Ils sont très fort pour noyer le poisson dans l’eau par le mensonge. Ils sont rodés depuis de longue dâte.

    Les meilleurs, malheureusement sont râres, on les épuisent… ! Je pense qu’il serait bien de créer une sorte de fédération de blogeurs engagés sur le long terme. Le réseau libre, ou les freemen, c’est excellent mais comme le dit, je ne sais plus qui, ça prend du temps, on a pas tous le même temps libre…

    D’où l’importance du financement, ou de l’auto-financement, comme je l’ai déjà expliqué ailleurs pour en arriver à une certaine autonomie dans le système. Pouvoir se détacher du système tout en y étant dedans. Ne plus l’alimenter à sa sauce, pour ne plus reproduire, pour par la suite proposer autres choses… Et que ce qui nous aimes nous suivent… Or si on arrive à mettre en place un système économique en parallèle, face à l’inaptitude (certes de pas tous les politique) il y aura un effet de contre poids pouvant justement faire évoluer notre société dans le bon sens par l’effet boule de neige…

    Mais que je sois bien clair, l’idée n’est pas non plus de créer une secte !!! D’où l’importance du blog. En agissant ainsi nous aiderons les bons politiques à proposer de bonnes choses et les moins bons… De suivre !!! Tu piges… ?

    On en revient donc à la liberté financière, véritable nerf de la guerre, pour l’idée que tu nous proposes. Or de nos jours, combien de gens peuvent franchement se dire blogeurs actifs ? J’aimerai vraiment connaitre les chiffres… ?

    Car à part certains chômeurs bénéficiant encore de droits, les employés ayant un salaire qui rentre et le temps pour écrire et agir, femmes au foyers dont le mari travaille etc. J’extrapole… Non, ce que je veux dire, c’est qu’il y a plein de gens qui se bougent et qui ont envie comme nous que ça aille un peu plus vite…

    Mais avant de pouvoir changer les choses à l’extérieur, il faut aussi pouvoir changer notre intérieur immédiat. Et ça désolé, mais à part le fric !
    Donc vois tu, pour un ordi il faut du fric, pour militer dans une assos ou un parti il faut du fric, pour se nourrir et se loger il faut encore du fric, pour s’occuper convenablement de nos enfants, payer nos loyers, la bouffe et le reste il faut encore du fric.
    Le petit Jésus à depuis longtemps été remplacé par le billet vert et à présent par l’Euro.

    Il y a plein de monde, vraiment, qui ont envie que ça bouge, je te rassure tu n’es vraiment pas le SEUL !!! C’est pour ça qu’il y a plus en plus de monde qui s’intéressent à tes écrits.
    Seulement ce que je veux te dire, c’est que très peut peuvent te suivre !!! Mais ça ils ne te le diront pas de peur de passer pour des extra-terrestre et surtout parce qu’il n’est pas bon en France de parler du souci de l’argent !

    Donc tu vois, qu’est-ce qui reste comme possibilités ?

    1 – Tu vas continuer à faire des conférences pour te faire connaitre et partager tes idées du 5ème pouvoir. Les gens vont t’entendre et vont avoir envie de venir sur ton blog, mais ce qu’il faut que tu saches une bonne fois pour toute, c’est que très peu de monde sur le long terme vont te suivre et ça va faire long feu… pour les raisons déjà cités !

    2 – Soit on construit dés à présent autre choses, pour résoudre une bonne fois pour toute le problème du fric, nous laissant les mains libres pour l’action et la recherche, à l’idem de toi, lorsque tu fais tes propres recherches pour tes propres livres… Ici on le transpose, non pas a un livre mais à un changement de la société, tu comprends… !!!

    3 – Et que l’on ne vienne plus me dire que le problème du fric est un faux problème. Peut être pour vous, mais de nos jours vous savez très bien que ce n’est plus la majorité des gens et pour cause…

    Or en ce qui me concerne, on va dire que ça fait un an que je suis Hyper actif sur la toile un peu de partout. Je sais que je me dois de participer à ce changement, personne ne m’y a obligé. Le le fait en conscience. Si on m’avait dit que je ferais de la politique il y a un an et demi, je vous aurait ri au nez. Et pourtant… ?

    Aujourd’hui, avec le jeu de Sarkozy et de ces amis nouveaux ou anciens… Pour ma part, je pense que l’on est mal barré… Pourtant contrairement à toi, je ne suis pas hâté… C’est le monde à l’envers… Je ne crois pas au changement du gouvernement Sarkozy ! Le seul changement qui risque de se faire, c’est contre nous même, les citoyens et la vie.

    Bové on lui a rit au nez : […] mais vous ne pensez pas Mr Bové, votre programme 160 Milliards d’Euro !!! […]
    Rappelle moi le chiffre qu’à injecté la BCE pour réparer les conneries des gogos d’économistes US, via leurs chers super petit courtiers 156 Milliards d’euros, sans parler de ce qu’a injecté la fed et les autres… Faites moi encore rire, j’aime ça…

    Allez zou, bonne nuit, j’en ai marre !!!

    Amitiés 😉

  11. Je ne suis pas le cinquième pouvoir… moi aussi j’en ai marre de rappeler cette évidence.

    J’ai décrit un phénomène, j’ai jamais prétendu l’incarner à moi seul. Et quand Grébert se présente, il se revendique aussi de ce cinquième pouvoir…

    Si demain, j’ai l’occasion de parler de ça avec Sarkozy, je ne refuserai pas l’opportunité.

    Le naïf c’est celui qui prend les autres pour des naïfs.

  12. @ Thierry, oui c’est vrai aussi…

    Amitiés 🙂

  13. Paul.de.Montreal says:

    > Si demain, j’ai l’occasion de parler de ça avec S..zy.zy, je ne refuserai pas l’opportunité.

    Je peux même plus le voir en photo. Je dois éviter l’actualité française jusqu’en 2012.

  14. nougatine says:

    à vous relire… être positif ça peut se faire partout et en tout.. parler ouvert ça peut se faire sur tout et de tout avec tous… nous sommes de toute façon dans un tel chaos… qui peut prétendre apporter une solution ? elle n’est pas née… ce sont des comportements de survie que nous allons devoir adopter. Pour la liberté d’expression, je crois que c Voltaire : “je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez le dire.” personne n’est qq chose en soi s’il n’est pas relié aux autres c votre force, mais relié c bien, la suite quelle action ??? Qt aux menaces dont tu parles à propos des 700, Hugues, j’ai demandé des faits précis aux concernés, on ne m’en a pas donné, si qq a une info claire et précise, prouvée, je fera circuler… pour le reste, si tu ne peux pas bouger un banc parce qu’il est bétonné, tu peux t’asseoir dessus… ça te laisse le temps de cogiter à la manière dont tu vas le transformer ou l’enlever, bref… si tu cogites trop longtemps, prévoie un sandwich à bouffer, sinon tu vas oublier le banc et filer !

  15. swimmer21 says:

    J’adore vraiment beaucoup vos commentaires et les posts de TC.
    Je vous suis tous et propose de rajouter un quatrième point aux trois de Thierry :

    4. Ne pas changer le système, adopter une position stratégique de transformation.

    Quelques mots d’explications : tout d’abord, mon point de vue, c’est que je suis le système. Il est inscrit dans ma culture, ce que je mange, ce que je pense (ça m’arrive parfois !), bref, ce que fait que je suis ce que je suis, ici et maintenant. Donc, acteur, partie prenante, au dedans de moi, au dehors, partout. Je suis le système (à la fois suivre et être). C’est la prémisse de mon raisonnement. Je le souligne car il y a “du lourd” derrière cette assertion.
    Continuons. Un cadre de référence donné ne peut être saisi que s’il possède moins de 5% de différences avec le notre. La mémétique l’indique et mon expérience me le confirme régulièrement.
    Au total, la position stratégique que je pratique est la suivante : jouer avec ces 5% (de m’amuser, faire mu muse, s’inspirer !) dedans, dehors le système (catégorie qui ne veut plus dire grand chose pour moi si vous avez tout suivi. Je la garde par respect du cadre de référence du blog, 5%), partout où je le juge cohérent, pertinent et efficace. Fini le débat sur le système, puisque le système c’est “moi et tous les autres et plus”. Il se résout de lui même par ce que je suis (suivre et être toujours).

  16. En gros c’est ce que je dis en disant que mes trois points ne sont pas antagonistes… ils fusionnent dans ton 4. Non ?

  17. swimmer21 says:

    ben, peut être pas. Fusionner, cela donne autre chose. C’est comme quand on mélange des éléments simples en chimie qui donnent ensuite un autre composé. Ainsi, 6 atomes de carbone et un cycle benzénique, n’ont pas du tout les mêmes propriétés.
    Le point 4 autorise le changement de fond (changement de type 2, on change complètement de système, transformation en “autre chose”) alors que les points 1 à trois correspondent, pour moi, à des changements de type 1 (on garde le système et ses propriétés, il s’agit d’un simple réagencement de ses éléments (généralement dans une logique du “toujours plus de la même chose”))

Comments are closed.