PaccoL’athée ne pense pas à Dieu. Penser à Dieu, c’est déjà reconnaître sa possibilité. Le meilleur moyen de faire exister quelque chose, c’est de s’en préoccuper.

Pour lutter contre ce qui ne nous plait pas je me demande si le silence n’est pas la meilleure arme. Cette tactique me paraît opportune dans notre monde surmédiatisé. En un temps de guerre, Gandhi avait imaginé la non-violence. En un temps de communication, on pourrait imaginer le silence. Refuser de se prêter au buzz.

Quand les libéraux se plaignent de l’État, ils le légitiment. Se révolter contre l’État, c’est reconnaître la nécessité de l’État. Le manifestant aspire simplement à un autre État. Il n’est donc pas révolutionnaire car il n’aspire pas à autre chose, il ne se bat pas pour un nouvel ordre du monde mais pour un monde réajusté.

Le révolutionnaire ne critique même pas, il ne demande rien. Le révolutionnaire construit, il ne fait pas de bruit. Les révolutions contre n’ont conduit qu’à des réajustements mineurs parce que dans le « contre » il y a ce qu’on dénonce et ne peut oublier.

La révolution française en cassant la noblesse ne cassa pas les privilèges. En instaurant la démocratie, elle ne réussit pas à abolir l’oligarchie qui se réorganisa très vite.

En votant, on légitime la démocratie représentative. On entérine l’idée que quelques hommes peuvent commander à tous les autres.

Que faire quand leurs actions ou leurs exactions interfèrent avec notre vie ? L’homme libre peut fuir. Mais que faire quand l’exaction, la pollution par exemple, nous poursuit où que nous allions ? Il ne nous reste qu’à nous battre. Ce combat peut prendre plusieurs formes.

  1. Résister. C’est la non-violence de Gandhi, le boycott contemporain… Mais résister jusqu’à quand ? Que faire en cas d’urgence ?
  2. Renverser. Mais à quoi bon se mettre à la place de celui qu’on critique. À un moment donné, on l’imitera.
  3. Infiltrer. Accepter les règles, en jouer pour les changer. Mais n’est-ce pas légitimer le système et user de ses travers ?

Ces modes de révolte ont toujours coexisté. Nous pouvons peut-être leur en adjoindre un quatrième, le seul réellement révolutionnaire : construire.

Qu’est-ce qui nous empêche d’inventer un autre monde à côté de celui qui ne nous convient pas. N’est-ce pas ce que nous faisons avec la culture libre ? N’est-ce pas ce que nous faisons en ce moment même sur internet ?

Nous n’avons plus besoin de résister, de renverser et d’infiltrer, nous n’avons qu’à nous concentrer sur la construction.

52
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

52 comments

  1. Fred Bird says:

    Excellent billet, comme toujours. C’est à vrai dire la seule voie révolutionnaire qui ne me semble pas bouchée : construire le nouveau monde jusqu’à ce que l’ancien soit simplement enseveli – avec une période de coexistance pacifique. D’ailleurs, les véritables révolutions (pour la plupart industrielles) furent des évolutions d’abord passées inaperçues.

    Je lorgne depuis quelques temps sur les coopératives de production, c’est peut-être là que se trouve l’alternative à l’exploitation captialiste et/ou etatique pour le libertaire que je suis. Je me demande d’ailleurs s’il n’existe pas déjà un mouvement de fond en ce sens…

  2. Ax says:

    Bien d’accord avec cela. Pour le moment, ce qu’on appelle “les nouveaux médias” sont essentiellement des contre-pouvoirs, qui passent leur temps à dénoncer tout ce qui ne va pas dans la pratique gouvernementale.

    Finalement, la révolution n’a pas été amenée par ces nouveaux médias, qui sont uniquement sur un mode critique à l’ancienne.

    La révolution est venue de sociétés commerciales qui donnent des outils pour construire: myspace, facebook, google, tout ce qui permet de construire des réseaux horizontaux à grande vitesse.

    Après, c’est à chacun de construire avec ces réseaux l’autre monde dont il rêve : un album de musique qui n’entre pas dans le cadre des Majors, un film d’auteur, un livre, des architectures écologiques, des voitures propres, des réseaux de covoiturage pour limiter la pollution, des associations visant à acheter des parcelles de la forêt amazonienne pour la préserver…

    Les possibilités ouvertes par ces réseaux rapides sont infinies dans tous les domaines. L’homme, au lieu de critiquer perpétuellement le gouvernement, au lieu de s’enfermer dans un parti politique, qui par définition existera contre les autres, est placé devant ses responsabilités et possibilités de constructeur et de fédérateur. Le monde, pour la première fois dans l’histoire, se trouve devant lui à l’horizontal, avec des millions d’êtres humains facilement joignables pour construire.

  3. swimmer21 says:

    Bravo Thierry. Tu décris la fin du héros grec, selon moi. Il s’agit de mon point de vue d’une question de stratégie profonde. La stratégie à la chinoise repose sur ce que tu dis. Conformer en amont la situation pour que l’effet se déroule ensuite de lui-même. Accueillir la situation, supputer ses éléments fondamentaux (les leviers systémiques dirait on maintenant), agir sur eux, puis ne rien faire, laisser l’effet se dérouler de lui-même.
    Personnellement, voici ma stratégie : m’adapter au plus prêt à la situation sans intentions. Garder le silence veut dire quelque chose. Ne rien faire, c’est faire quelque chose, ne pas résister est résister. S’adapter à la situation est encore plus cryptique : parfois cacher, parfois dévoiler. Si l’on a une intention, elle sera décelée. Si je crée un code de sécurité, il sera cracké un jour. Dès lors, faire les choses sans intentions, dans l’instant, voilà ce qui conduit à la fin des jeux de pouvoirs. Car c’est bien cela qui se joue dès lors que l’on cherche à supputer, c’est à changer la situation selon son intention. On fonde son “adversaire” en le faisant. Vivre dans l’instant évacue cela. Et autorise aussi toutes les transformations possibles. Paradoxalement, plus on se détache d’une intention et plus elle a de chances de se réaliser.

  4. utremager says:

    d’accord avec l’analyse. Moins sur l’autoproclamation et la mise en avant de l’outil internautique, il y a des milliers voire des millions de gens qui participent à cette construction de l’ombre (de la lumière dans l’ombre et l’anonymat) – j’en suis modestement en tant qu’architecte qui s’est dicté un cahier des charges augmenté à objectif évolutif vers le sustainable (refus du terme durable et de l’étiquette écolo (sorry Henry pour l’angliche)) et artiste libre sans niche ni subvention – et la communication netteuse y est vraiment accessoire, secondaire etc D’ailleurs cette reconstruction loin de tout postmodernisme vernaculo régionaliste fonde une grande part de sa pertinence sur une synergie locale (sur le plan de l’humain et des matériaux) et une prise en compte du contexte sitologique (climat, culture, infléchissement des travers endémiques ou embryonnaires propres etc…). Il n’est pas question de réinventer la roue chacun dans son coin et à chaque fois mais d’adapter les idées aux lieux (lieux = climat+contemporains+histoire+culture+prospectives etc)
    Thierry peut peut-être commencer à comprendre mon scepticisme quant à ses formules un peu creuses/fourre-tout dans son ébauche de programme d’élection.

  5. Henri A says:

    A utremager:
    Ton commentaire est pratiquement ce qui se dit depuis 2 ans dans ce blog, Banana peeled half !
    Architecte ? Cela doit être quelque chose les discussions avec les clients ?

  6. Iza says:

    ah, Henri, tu dis comme moi !

  7. swimmer21 says:

    Je ne sais pas si vous suivez la série sur la CIA sur planète. Il ressort de l’historique fait par les hommes de la CIA qu’ils n’ont rien vu passer depuis la fin de la seconde guerre mondiale : Cuba, Somalie, Watergate, Ethiopie, Amérique centrale, Irak, Afga ne sont qu’une suite de bévues de cette institution qui couplée au FBI ne servent vraiment à rien ni en tant que pouvoir ni en tant que contre pouvoir. Leur utilité est de pouvoir taper dessus de temps à autres, ce que tous les présidents des US ont fait avec joie et souligner leur incapacité. Mort de rire.
    Comme le dit l’un des dirigeants de la CIA : quand on croit que les américains ont touché le fond de la bêtise, ils trouvent quelque chose d’encore plus idiot !!
    Je pense que le mythe belliciste qui a fondé ces institutions du secret, de la guerre, de la géopolitique touchent à leur fin. Simplement parce que personne n’y croit plus. Et c’est cela la fin des systèmes, personne n’y croit plus. La puissance d’un système réside dans la force avec laquelle les personnes y croient. S’ils n’y croient pas, le système s’écroule. Enfin, évolue vers autre chose.

  8. Paul de Montreal says:

    Très bon jet Thierry dont je partage l’esprit.

    J’avais plusieurs commentaires mais ma pensée est un peu ailleurs aujourd’hui (sur une autre onde) suite à un documentaire hier soir sur la révolution en astrophysique et les ondes électromagnétiques dont la lumière visible qu’utilise l’astronomie classique. Des étoiles et planètes coexistent dans notre ciel étoilé sans que nous les percevions avec notre œil même muni d’un gros télescope.

    Comme connecteur, j’ai atterri sur un site télé du savoir (payant) avec des extraits vidéo. http://www.telesavoirs.com/

    Pour lutter contre le mensonge et le faux, oui le silence est Parfois plus efficace que la polémique qui le diffuse davantage. De plus si la polémique est médiocre elle a tendance à favoriser, crédibiliser ce qu’elle veut combattre. Maintenant le silence avec la méditation du calme est aussi une technique de maitrise de soi-même.

  9. utremager says:

    les discussions oui mais c de plus en plus du passé car j’avoue les clients je les tyrannise – de mon autorité! technique, budget, objectifs premiers à ne pas désavouer -donc à ne pas se désavouer eux-mêmes etc. avec un peu de bouteille et de crédibilité à mesure qu’on enfile les réalisations comme des perles (tant qu’il n’y a pas de boulette!) la marge de discussion diminue. Je réponds à leurs besoins (équation budget terrain programme qu’ils me soumettent après ça ce qui est dit est dit et il faut apprendre à ne pas hésiter à brandir un surcoût d’honoraires en cas de volte face – ça calme généralement; bon sinon on évite difficilement les déchirements des couples, psychanalyse à l’appui, les angoisses les plus profondes, les difficultés à exprimer des souhaits un peu intimes voire tabou! Avec un peu d’expérience et certains aléa des projets mis en dormance repris deux ou trois ans plus tard démontre que l’idéale maison peut évoluer chez la même personne du tout au tout pendant ce lapse de temps. Moralité mieux tyranniser. Trop participatif mène au participe passif!

  10. “Que faire quand leurs actions ou leurs exactions interfèrent avec notre vie ? L’homme libre peut fuir. Mais que faire quand l’exaction, la pollution par exemple, nous poursuit où que nous allions ? Il ne nous reste qu’à nous battre. Ce combat peut prendre plusieurs formes.”

    “Qu’est-ce qui nous empêche d’inventer un autre monde à côté de celui qui ne nous convient pas. N’est-ce pas ce que nous faisons avec la culture libre ? N’est-ce pas ce que nous faisons en ce moment même sur internet ?

    Nous n’avons plus besoin de résister, de renverser et d’infiltrer, nous n’avons qu’à nous concentrer sur la construction.”

    C’est une évidence !!!

    Je ne sais plus si je vous avais déjà conseillé de voir ce reportage (Ce film) sur la vie de Gurdjieff, peut importe, je redonne le lien :
    http://leweb2zero.tv/video/hugues2_6045baa01380ca6

    Ce reportage est extraordinaire à tous les point de vue… Ça serait trop long de débattre ! Pour ce genre de chose, comme le dit Thierry, le silence, la méditation, la réflexion est l’état qu’il nous faut atteindre pour cerner la complexité du monde, de la chose, de l’expérience…

    Dans notre société actuelle, vu la débilité de notre monde actuel, le non sens etc. Que nous reste t-il comme possibilité d’action… ? Il y en a deux :

    1 – Faire de la politique
    2 – Gagner beaucoup d’argent

    Ce sont les deux et seules possibilités actuelles pour essayer de faire évoluer notre monde ! Ah bon… ? Voyez-vous une évolution de l’homme depuis, allez on va dire la dernière guerre… ? En y réfléchissant bien on se rend compte que NON ! Et pourquoi ? A votre avis… ?

    1 – L’égo
    2 – Le pouvoir

    L’égo, c’est moi moi moi et moi et encore moi… Le pouvoir c’est encore moi… Que faire alors ?
    C’est simple, contrecarrer cet état propre à l’humain, par le changement et l’évolution… Le partage… Le don etc.
    Il y en a qui doivent être mort de rire… C’est normal, je vous rassure moi aussi !

    Amitiés à toutes et à tous,

    Excellente méditation,

    Joyeux Noël et puisque j’y suis : Bonne année 🙂

  11. utremager says:

    à swimmer 21 14h34 décidément sans vouloir être soupçonné de fraternisation ad hominem envers swimmer 21, je nage dans le même couloir.
    A Ax les formules le monde pour la première fois ça m’horripile qq peu; quant à l’évocation de millions pour ceci ou pour cela j’y crois pas et s’il y avait lieu ça me ferait peur parce que tout ce qui est partagé déjà à l’échelle d’une foule je m’en méfie comme de la peste. Echelle humaine (courte échelle) that’d be my motto / mon slow-gun, l’arme à la longue détente. Internet n’est propre qu’à développer des isogloses, après faut passer au travail sur le terrain, dans l’humain de proximité, se frotter, soutenir les odeurs, la mauvaise haleine, le plaisir des sinusoïdes agréables, la vie quoi! face à laquelle les idées se délitent et s’érodent jusqu’au noyau; c pourquoi faut viser 100 pour atteindre peut-être 50, 20?!
    Je peux aussi paraître pour une république des experts – il est vrai que le participatif j’en suis sceptique, dix ans de présence dans une hyperprovince des plus récemment fauchée de sa tradition par la modernité, reste rien ou presque du bon sens paysan, et c pas faute d’écouter mais y a vraiment plus grand’chose à glâner, leur reste plus que le fantasme de la tradition même plus trahie simplement plus qu’image, souvenir brandi par désespoir. Et le petit fils connaît mieux la géographie du Net porno que l’estive de son grand-père! Faut dire qu’une canadienne sur le tchatte lui a promis de le sucer quand elle viendra peut-être l’été prochain dans son camping et ça le stimule plus que les brebis crottées du vieux

  12. Ax says:

    “A Ax les formules le monde pour la première fois ça m’horripile qq peu”

    parce que ton jargon prétentieux et ridicule, il n’est pas horripilant ? Il y a un livre d’Adorno sur le jargon chez Heidegger. Tu devrais le lire.

  13. utremager says:

    à rainbeau ouarieur, on attend, on prie pour l’arrivée des X-Men, de Heroes!

  14. utremager says:

    touché; mais répondre au propos y en a c pas leur fort – quant aux remarques quant à mon jargon c comme l’accent, ça me touche pas ou plus mais j’y vois un fort relent raciste, un refus de l’autre en tout cas, de la différence.

  15. utremager says:

    A Ax Adorno chez Heidegger! T’as des lettres et en plus deux en 1!

  16. Ax says:

    “Qu’est-ce que le jargon ? Le jargon est un maniement de la langue qui se comprend d’abord par le charme magique qu’il entend exercer. Cette sacralisation du langage va de pair avec une mythologie de l’Etre et le pathos de l’authenticité. Empruntant la voie feuerbachienne de la critique de la religion, Adorno dévoile derrière la cérémonie de la langue la misère de l’ontologie.”

    http://www.payot-rivages.fr/asp/fiche.asp?Id=3596

    Quant à ton propos il est tellement cliché…

    “Internet n’est propre qu’à développer des isogloses, après faut passer au travail sur le terrain”

    Cette distinction essentialiste du “terrain” et d’Internet est ridicule.
    Ce n’est pas parce que tu es dans la même pièce qu’une personne que ce que tu construis est plus “vrai”. Cela fait longtemps que l’homme a construit des échanges qui ne reposent plus sur le dépôt des odeurs comme les bêtes.
    Un projet peut se construire de A à Z via Internet, tout dépend de ton domaine et de ton usage de l’outil.

  17. Henri A says:

    A utremager:
    Pour éviter un arrachement de dents une par une par les autres commentateurs, je te préconise de lire cette chose qui résume l’état d’esprit de pas mal de gens ici qui tout compte fait doit sûrement ressembler au tien :
    http://henrialberti.blogspot.com/2006_12_01_archive.html#4962843762614217988
    Pour les autres:
    Des objections ?

  18. utremager says:

    Rassurez-vous je vais reprendre la voie de cette brève – d’ailleurs singulièrement je ne reçois déjà plus les notifications de réponses sur ma messagerie, signe que la connection se détériore bientôt je ne serai plus qu’un (mauvais) souvenir, retournerai à l’oblivion (un brin de jargon comme marque de fabrique) de la vie réelle, là-bas dehors, dans les limbes de l’oubli, de l’anonymat de masse
    on a eu Sartre dans le réel, maintenant des sartres du virtuel! rapport à qu’on existe que si on est vu, connu etc
    En fait au final y a le discours ton discours Thierry mais pourquoi cette mise en avant en totale contradiction avec ce discours, pourquoi pas de l’anonymat, du collégial pourquoi ce je et pourquoi l’institutionnalisation certes informelle d’une communauté (peut-être est-ce le medium qui produit ça!!?) Ouais voilà j’ai mis le temps pour le dire, que ça vienne à la surface : la forme déjà m’interroge par rapport à un propos égalitaire, horizontal. Quand je vais voir un charpentier qui me vante son savoir faire son amour du bois etc et que je visite son atelier et que je constate que tous ses bâtiments boutiques de présentation et bureaux compris sont en structures métalliques sur socle béton, isolés en laine de roche – chais pas chuis peut-êt con, limite mais je me pose des questions. La forme ne doit jamais être gratuite ni négligée en ce qu’elle contient le fond je vais pas vous la faire B.A.bba de la disserte mais bon voilà c’est ce qui m’a choqué. Ni Dieu ni maître au moins dans le virtuel c le minimum! MAis vous avez raisons j’ai qu’à aller voir ailleurs, je vous laisse délibérer. Silence

  19. utremager says:

    A Ax (je romps déjà mon voeu!) premièrement j’ai pas demandé d’explication sur le jargon. Secundo je m’excuse de n’être que cérémonial et vide, inauthentique, cliché et ridicule – j’en mourrai sûrement un jour, coquille de moi.
    Oui de A à Z sur internet, tant mieux et c quoi la preuve? De l’existence? a propos des odeurs j’en doute parfois sans vouloir faire allusion à ton pseudo style déo (je sais c facile mais j’m gratuitement faire des jeux de mots, c mon péché! ça’m fait rire histoire de remplir ma vacuité ontologique)
    A Henri A; je vais suivre ton conseil, j’espère que c long – pour vous hsitoire de la metre en veilleuse qq peu, je me vois là un peu ubrique (j’ai pas oublié le l, c pas une co(q)uille! excessif coi, comme avec un nouveau toy! heureusement j’ai pas internet à la maison (tu vois Iza ! c mieux pour tout le monde! et j’espère que je ne t’ai pas trop embarrassé)

  20. Ax says:

    “pourquoi pas de l’anonymat, du collégial”

    Dilettante a déjà soulevé ce point ici, demandant qu’on ne cite pas de noms, au nom du collectif.

    L’alternative à la société pyramidale n’est pas la société anonyme et collective, dépersonnalisée.

    La négation de la personne est une autre barbarie, qui n’est pas meilleure que le culte de la personne.

    C’était toute la barbarie du communisme, que de vouloir nier la personne au profit d’un collectif.
    Dommage que parfois les alters reprennent ce rêve malsain, de traquer les têtes au nom d’une égalité du tout.

    Le “peuple des connecteurs” n’implique pas cette négation de la personne et ne transforme pas le collectif anonyme en nouvelle idole. Chaque personne existe, a un nom, une expression, elle n’est pas anonyme, elle peut même avoir une sphère d’influence, mais à la différence du monde pyramidal qui dirige vers un seul sommet, ici d’autres sphères d’influences, personnalisées également, co-existent.

  21. utremager says:

    a Ax propos ubrique (je parle de la forme du site, pubs books TC, omniprésence etc là même dans l’abbréviation etc on retrouve TC, y a un problème!) pour moi y a incohérence d’autant qu’on est au pays des liens et des links

  22. Ce blog est mon site perso où j’exprime mes idées perso. On a créé au printemps le réseau libre pour les discussions ouvertes. Totalement libre. L’expérience n’a pas vraiment pris. Je n’y suis pour rien.

    Je suis un auteur et je le revendique. Comme vient de le rappeler Ax, je suis pour que chacun existe et diffère des autres. Il y a trop d’auteurs que j’aime pour que je puisse souhaiter leur disparation et la destruction de leurs œuvres.

    Mon utopie est à l’opposé des utopies socialisantes du XIXe et XXe siècle.

    Un homme n’est libre que s’il exprime sa voix avec force.

  23. DIEU says:

    “”””Pour lutter contre ce qui ne nous plait pas je me demande si le silence n’est pas la meilleure arme”””…..Si vous le pensez vraiment, faites le, bien que je pense que ne rien dire peut être synonyme de ne rien faire….

    “””Le révolutionnaire construit, il ne fait pas de bruit”””…Oui,si on veut, mais Pancho Villa , la Che Guevara et tant d’autres ont fait assez de bruit….non? et qu’ont’ils construits?

    “”””Un homme n’est libre que s’il exprime sa voix avec force.”””””….Vous me paraissez être ne contradiction avec votre billet, mais il est vrai que “la voie du silence est impénétrable”

  24. Paul de Montreal says:

    http://www.lereseaulibre.com/forum/

    C’est un peu flou “Quand les femmes et les hommes libres se rencontrent et coopèrent” et franco-français votre affaire (“union nationale”)
    http://blog.tcrouzet.com/2007/05/07/le-reseau-libre/
    mais l’idée d’un forum convient bien pour développer (librement) autour d’une thématique donnée.

    Il faut mieux définir le thème et avoir un site web de présentation un peu plus accrocheur que le blog actuel. Mai 2007, c’est tout récent. Ca prend davantage de temps et d’énergie pour lancer l’audience d’un forum.

  25. swimmer21 says:

    J’aime bien quand tu dis “mon utopie est à l’opposé des utopies socialisantes du 19-20 siècle”. L’opposé vers le haut, le bas, la droite (pas la gauche ?). “A l’opposé de” veut dire si j’ai bien suivi ton post quelque part “au même endroit”.
    La fin est bien aussi. Je pense que la liberté est un mythe inventé pour les masses. Tant que l’on discutera de liberté, rien de nouveau. Discourir à propos reste dans la dialectique du pour et de l’anti. Ne pas utiliser ce mot m’apparaît plus constructif. Personnellement, je ne sais pas si je suis libre. Et franchement, c’est trop abstrait pour moi. Je sais quand j’ai du plaisir, quand je suis content, mécontent, triste, joyeux. Pour le reste, je laisse cela à l’appréciation d’autres. En quelque sorte ce n’est pas mon problème. Je ne sais rien en dire. Je n’ai pas de prise sur ce “libre”. Mon langage, c’est à dire ma réalité, mon monde, moi n’est pas opératoire sur ce mot. Peut être l’est-il pour vous ? Cela m’intéresse.
    @Ax une autre manière de le dire : l’égalité n’est pas à confondre avec l’égalitarisme. Je pense que la confusion vient de l’utilisation que l’on fait en mathématique de l’égalité qui indique une identité entre les deux membres pourtant d’expression différente. Comme quoi même les maths n’apparaissent pas si égalitaristes que cela.
    @ Henri A : tu n’as de pb de copyright en citant des morceaux de livres comme cela ? Sinon, je suis étonné de l’intuition de certains. 1913, ça n’a pas pris une ride. Pas besoin de revitlift.

  26. Henri A says:

    A swimmer21:
    “Mon langage, c’est à dire ma réalité, mon monde, moi n’est pas opératoire sur ce mot. Peut être l’est-il pour vous ? Cela m’intéresse.”
    Très bien cette phrase. Après “mon langage” je pense à “et l’usage que j’en fais”, tu sens la nuance ?
    Pour les textes, c’est illégal. Mais ces deux bouquins de la maison Agone que j’ai mis en lien ne sont pas des best-seller c’est le moins qu’on puisse dire. Si ça se trouve je leur ai fais vendre un bouquin ou deux. Le troisième bouquin du Seuil doit bien s’arracher à quelques exemplaires par an…

  27. La voie du silence ne veut pas dire rester silencieux car pour construire il faut faire du bruit… Il est juste inutile de parler de ce qu’on combat. Mais il m’arrivera encore de le faire parce que nous avons du mal à nous taire quand nous le devrions le plus. J’ai présenté la voie du silence j’ai jamais prétendu que je réussirai à m’y tenir. Gandhi lui même ne s’est pas toujours tenu à la non-violence d’ailleurs.

  28. Ax says:

    “Ca prend davantage de temps et d’énergie pour lancer l’audience d’un forum”

    Oui. Il faut un an pour lancer un forum, en y consacrant chaque jour un peu de temps.

    A l’époque de Facebook, quand il est si facile de trouver des réseaux sociaux déjà actifs, lancer un forum à partir de rien est encore moins motivant, et c’est peut-être une forme dépassée.

    Un forum phpBB est un dinosaure en terme de possibilités de réseautage, puisqu’il est bcp plus difficile d’y nouer une nouvelle connection que sur Facebook.

    Je pense que l’outil n’était pas adapté à la vocation du réseau libre.
    On ne peut pas lancer un nouveau service aussi ambitieux avec un vieil outil qui n’apporte rien de spécifique, sur lequel il faut tout créer, et amener tout le monde.

    Pour discuter d’un thème, c’est plus vivant de le faire ici, sous les billets ;
    pour réseauter, nouer des connections et monter des projets, c’est plus efficace sur Facebook ou MySpace.

  29. Paul de Montreal says:

    > Pour discuter d’un thème, c’est plus vivant de le faire ici, sous les billets ;
    pour réseauter, nouer des connections et monter des projets, c’est plus efficace sur Facebook ou MySpace.

    Merci Axel pour le conseil. Je vais peut être m’y mettre pour monter un projet que j’ai pour le Québec. Pour l’instant j’aide une association française en developpant et administrant leur site web.
    http://www.velomobile.net

    En général, je prefere les forums même si j’apprecie les billets de TC et les dessins de Pacco. Sur un forum, tu as la possibilité de creer un sujet ou un sondage, tu disposes d’une boite MP, d’un petit profil avec un avatar et d’une signature avec des liens. Je participe peu sur les blogs sauf ici. C’est l’exception qui confirme la régle. 😉

  30. Ax says:

    “Sur un forum, tu as la possibilité de creer un sujet ou un sondage, tu disposes d’une boite MP, d’un petit profil avec un avatar et d’une signature avec des liens”

    Tu as la même chose sur Facebook, avec cet avantage d’avoir des millions de membres en ligne pour animer tes sujets et coopérer sur tes projets !

    Un forum qui ne compte que dix membres n’est pas très stimulant.
    Et il est difficile d’y amener du monde, quand ce monde trouve sur des outils plus modernes et plus peuplés de meilleurs instruments pour ses objectifs.

    Il reste deux problèmes sur Facebook :

    – la communauté française est encore réduite. Il y a moins de monde que sur MySpace. La communauté artistique en particulier y est moins présente. On trouve surtout les profils business, grandes écoles…

    – c’est un peu la folie avec des modules additionnels qui ont tendance à polluer et spammer : jeux de vampires, zombies, etc. Chaque jour on reçoit 10 invitations d’amis pour installer un nouveau module, et ce module sera démodé 3 jours après, remplacé par un autre, c’est n’importe quoi.

  31. Boréale says:

    Super lien, Henri A, vers Toujours aussi pareil ! 🙂 Merci !
    (Je le remets ici à l’attention des paresseux :
    http://henrialberti.blogspot.com/2006_12_01_archive.html#4962843762614217988 )

    Pour ce qui est de ton billet, Thierry, je le trouve très intéressant, même s’il enfonce un peu des portes ouvertes : elles ont tendance à se refermer sans qu’on y prenne garde. (Je partage d’ailleurs l’opinion / la stratégie de Swimmer21 dans son 1er comm’. Ca demanderait d’approfondir mais je manque de temps. Mais j’espère que tu auras l’occasion de revenir là-dessus, Swimmer ?! 🙂 )

    Juste une remarque, Thierry : tu utilises le mot “libéraux”, dont tu disais toi-même dans un précédent comm’ qu’il prêtait à confusion, et qu’il fallait dire “connecteurs”. Je ne sais pas si connecteurs est le meilleur, peut-être un mot tout beau tout neuf émergera naturellement, mais libéraux, ça renvoie tellement à 36000 choses, des plus contradictoires…

  32. Je parlais bien des libéraux… les connecteurs ne mènent pas leur combat contre l’État.

    Je crois aussi que le format forum est dépassé… Facebook + blogs ça permet d’aller plus loin. Les forums sont trop fermés. Ils permettent de répondre à des questions. Très bien pour la technique, très mauvais pour la politique.

  33. Henri A says:

    A Thierry Bernardo :
    Le silence, ça va cinq minutes :
    Qu’est-ce que c’est que ce look ? Si tu mets les photos de tes bouquins sur un confetti en haut, pourquoi ne pas les mettre en gros en dessous de la vignette facebook, par exemple ? Je suis toujours d’avis que les billets doivent être au milieu. Les brèves à gauche ( avec l’idée d’associer les dessins ou illustrations en plus petit, que tu as essayé ).
    Le truc de mettre la dernière conférence est une bonne idée.

  34. L’ancien look ne plait pas du tout à google… c’est stupide de tout faire pour être mal référencé quand on se trouve être un spécialiste du référencement. Pour les livres, j’ai fais des essais, j’ai pas terminé, je sais que c’est affreux…

  35. swimmer21 says:

    @Henri A : quand tu parles de l’usage du langage, tu veux dire la pratique que je réalise, c’est bien cela. Ben moi, je l’use mon langage, jusqu’à la corde, au bout des mots, la fin des maux.
    Ah, je suis rassuré sur l’usage des textes de Musil. Pas d’hésitation, usons et abusons le copydroit. Je pense que cela ne lui aurait pas déplut le monsieur en question qu’on mette son texte dans ce contexte.

  36. Henri A says:

    A swimmer21:
    Quand je parle de l’usage du langage c’est l’usage du langage. Par exemple:
    « Je n’ai pas de prise sur ce “libre”. »
    On peut donner des définitions de ce mot, mais quand tu dis:
    « Mon langage, c’est à dire ma réalité, mon monde, moi n’est pas opératoire sur ce mot. »
    En plus clair cela veut dire que l’usage du mot libre en tant qu’individu t’échappe ou que tu ne vois pas l’usage concret que l’on peut faire avec le mot « libre ».
    Quand on donne une définition d’un mot, il faudrait presque décrire tout les contextes possibles, ce qui veut dire le monde ou il évolue.

  37. aztl says:

    Je constate avec plaisir que les posts de ces dernieres semaines semblent indiquer que tu t’engages de manière plus constructive sur cette derniere voie.

    En effet, je trouve que depuis qq semaines tes posts sont plus constructifs et moins “contestataire brut de décoffrage”.

    Cela me fait penser aux parole du vieux à la fin de Candide sur le fait de cultiver son jardin.

    Soyons des jardiniers et semons nos idées qui sont les germes du monde que nous voulons créer.

    Je Plussoies +1

  38. Iza says:

    Juste deux mots en passant. c’est qui à fin qui fait du troll gaston lagaffe ? c’est pas vraiment agressif… non, mais je ne sais pas bien c’est le lieu. En tous cas, moi, je subis plus que je n’essaye de trouver le sens de ces interventions. désolée.

    à thierry : ok avec Henri, je préfère les posts au milieu mais ok, tu cherches.

    à utremager : dommage, car je ne crois pas que personne ne t’ai demandé de partir, henri t’a juste proposé de lire un texte de Musil chez lui.

  39. Je viens de déclarer en spam Gaston et Cie… ça me gonfle aussi… j’ai trouvé ça drôle 2 minutes.

    Le centrage du texte principal est définitivement pas une bonne idée. Va falloir vous habituer. La plupart des canards web affichent d’ailleurs à gauche leurs articles principaux. On commence par lire à gauche, donc faut placer à gauche le texte le plus important (et celui que google juge important).

  40. lény says:

    hop la hop la, je trouve très claire cette présentation, logique pour nous qui lisons de gaucha à droite pour la hiérarchisation des infos (mais là ça p’t’être coincer). Il n’y a que les vignettes des bouquins qui sont effectivement ridicules. Thierry ne te fie pas au gout d’Henri et Iza, si tu savais c’qu’ils écoutent comme genre de musique … tu les écouterais, tu dirais oui oui et tu ferais l’inverse 😉

  41. Iza says:

    Leny, fais gaffe à ce qui pourrait te tomber du ciel…

    Thierry, ok, on va faire avec. c’qu’on est cramponnés aux habitudes tout de même….

  42. Henri A says:

    Remarques sur le look du blog :
    Les billets à gauche, la cause est entendue, mais… Serait-il souhaitable que l’espace vide entre la colonne billet et la colonne du milieu soit de même largeur que l’espace entre la colonne du milieu et celle de droite ? Le billet prendrait ainsi effectivement en place la moitié de la page en largeur.
    La bande jaune du haut pourrait être plus large d’au moins un centimètre ce qui permettrait d’avoir le titre “Le peuple des connecteurs” avec une taille de police plus grande et aussi de remettre en confetti les bouquins ( du jaune, du blanc, du bleu, du vert, c’est plus gai ).
    Ce qui n’empêche pas de laisser les bouquins sur la colonne de droite ( mais pourquoi pas en plus gros encore ? C’est plus classe une bonne résolution pour les livres ).
    C’est mon avis je le donne , que les autres en fassent de même, Mr Crouzet et Mr Google décideront.

  43. Pour le bandeau jaune j’imagine depuis quelque temps y placer une trame… d’un jaune à peine plus soutenu… Un Lény pourrait me pondre ça peut-être…

    Sinon je suis pas sûr de te comprendre Henri. Je peux élargir un poil la colonne réservée à l’article mais pas beaucoup sinon le texte sera difficile à lire.

    Je peux aussi mettre une marge plus grande en les deux colonnes de droites (= aux marges en fait). Ça réduira la présence des brèves. Masi tout dépends en fait de la taille de l’écran. J’ai out monté en liquid pour occuper 100% de la surface.

  44. J’ai fait quelques ajustements. Sur IE c’est bien. Sur Mozilla faudra que je bidouille. J’ai pas trouvé l’astuce pour obtenir le même effet que sur IE.

  45. Henri A says:

    Ben en gros j’ai mesuré 7 mm de marge entre la colonne du milieu et celle de droite et presque 3 cm entre les billets et la colonne du milieu. Si le billet est plus large et que les lignes sont trop longues, la taille de la police peut être augmentée. J’ai un 19 pouce en 1024 par je sais plus combien.

  46. Tu es sous IE ou Mozilla… le résultat est très différent d’un nav à l’autre.

  47. Paul de Montreal says:

    Non Opéra.

    Entre la voie du silence, la transparence, l’email, le hors-sujet et la rubrique “suggestions et nouveautés” d’un forum difficile de choisir.

    @Axel et Thierry,
    j’ai essayé Facebook et j’ai eu le malheur de retirer mon network Montreal et je peux plus le remettre avant 2 Mois : 24 décembre 2007. Ho ho ho !
    Incroyable et ils ont fait de l’argent avec ce systeme si contraignant !

    Je sais pas pour Paris mais il y avait 300.000 connectés sur Montreal.
    Ca a des allures de icq leur affaire.

  48. Ax says:

    @ Paul

    oui je n’aime pas du tout ce principe de Facebook, de reposer sur des networks. Ce n’est pas un réseau ouvert. En ce sens je trouve MySpace beaucoup plus ouvert et intéressant.

    MySpace a mauvaise presse, parce que cette ouverture large le livre à bcp d’ados et d’artistes de 5e zone en mal de promotion, alors que facebook est plus select socialement.

    Mais MySpace, avec son ouverture et sa mise en page négligée, est plus proche de la philosophie des connecteurs, tandis que Facebook ressemble aux vieilles confréries étudiantes, favorisant les communautarismes sociaux, locaux et professionnels.

    Je ne trouve pas cela moderne, de voir les gens de Facebook se rassembler entre anciens de telle grande école, entre membres de telle grande boite, entre français ou canadiens. Tout cela compartimenté, ressemblant aux castes bourgeoises.
    Heureusement, les pratiques ont un peu bousculé cette philosophie corporatiste, et on peut utiliser Facebook en cherchant à sortir de son network originel, mais ce n’est pas vraiment conçu pour. Je continue d’utiliser préférentiellement myspace, où je trouve plus de contacts intéressants dans mon domaine.

  49. Henri A says:

    A Ax mai 68 :
    Ben rien ! Ax mai 68, tout est dit.

  50. Paul de Montreal says:

    @Axel
    Oui ca semble assez compartimenté. Ca me gene pas j’y suis habitué en informatique par contre ce qui m’ennuie c’est qu’il semble pas possible d’être sur plusieurs networks à la fois.

    il y a plusieurs mois, un ami m’avait parlait des réseaux “professionnels” comme LinkedIn ou Viadeo. Je les ai pas encore testé . il faut voir le volume mais ca correspond sans doute plus à mes besoins finalement pour mon projet.

    @Henri
    Un probleme Henri avec mai 68 ?
    😉

  51. thore says:

    En effet, je crois que “l’athée ne pense pas à Dieu”. Il réfléchit à l’idée de Dieu. Et, ce faisant, il s’ouvre à l’homme.

Comments are closed.