Je crois que la longue traîne est vitale pour chacun de nous comme pour la biosphère dans son ensemble. La longue traîne, si elle s’installe, nous fera sortir définitivement de l’âge industriel et de la forme de capitalisme qui l’accompagne.

J’ai présenté la longue traîne dans Le cinquième pouvoir. Je résume l’idée : sur le net, l’espace de stockage dans les boutiques n’étant pas limité, tous les produits peuvent être vendus, mêmes ceux qui ne trouvent pas beaucoup d’acheteurs. Alors que les grandes surfaces vendent peu de produits en grande quantité, les boutiques web peuvent vendre beaucoup de produits en petite quantité.

greve.gif
greve.gif

Nous ne devons pas rester passifs devant ce phénomène, nous devons devenir des activistes de la longue traîne.

  1. La longue traîne est ouverte. Tout le monde peut entrer dans le jeu (par exemple les blogueurs dans celui des médias). Les fournisseurs sont libres de créer les produits qu’ils jugent bons et de les fabriquer comme ils le souhaitent. La grande distribution n’impose plus sa dictature. Ainsi de nombreux agriculteurs regagnent leur liberté en passant à la vente directe. Avec le microcrédit, chacun de nous peut entrer dans la longue traîne financière.
  2. Les petits ont le droit d’exister. Nous n’avons pas pour obligation de vouloir nous faire de plus en plus gros. Chacun peut rester à la place qui lui convient, à une échelle non industrielle. Chacun peut aussi se joindre à un réseau et participer à une force globale (d’où mon travail en cours sur le projet coZop).
  3. Dans notre monde technologique, l’échelle non industrielle n’empêche pas la création de produits technologiquement révolutionnaires. Nous le voyons aujourd’hui avec l’approche open source pour le développement de logiciels. Demain, avec les nanotechnologies, nous façonneront la matière sans recourir aux infrastructures industrielles. La technologie nous libère peu à peu de l’outil de production.
  4. Puisque les petits ont leur place, le salariat n’est plus une obligation. Nous pouvons travailler pour notre propre compte, en collaboration avec un réseau, sans jamais devenir le patron de personne. La longue traîne libère la force de travail. Même le salarié est plus fort car il sait qu’il existe d’autres façons de gagner sa vie.
  5. Un petit producteur, qui vit grâce à la longue traîne, peut adapter son offre à sa clientèle. Une offre adaptée, en correspondant mieux aux besoins, a plus de chance d’offrir une réponse durable. Par exemple, je crois savoir que les chaussures sur mesure s’usent moins que les chaussures standardisées. La longue traîne implique une forme de sur mesure, le sur mesure va dans le sens de la durabilité. On ne fabrique que ce dont a besoin le consommateur.
  6. La longue traîne implique un nombre sans cesse grandissant d’acteurs, chacun expérimentant, se fourvoyant et parfois réussissant des coups de maîtres. Dans le sens de l’intelligence collective, elle accélère l’innovation, nous garantit une meilleure réactivité en temps de crise.
  7. L’élargissement presque infini de l’offre laisse le consommateur libre de choisir ce qu’il veut, donc d’influencer ce qui se fabrique. Dans un monde de longue traîne, le consommateur est roi. Nous pouvons orienter l’industrie vers un modèle de fonctionnement qui nous convient. Si nous souhaitons un monde durable, les industriels n’auront pas d’autres choix que de nous suivre. Le libéralisme économique avait libéré la capacité d’entreprendre, nous libérons celle de consommer.
  8. Plus nous prendrons goût à la longue traîne, plus les industriels auront du mal à recruter un personnel qualifié. Peu à peu, l’intelligence changera de camps. Les grands industriels péricliteront. Le capital se redistribuera.
  9. La fin de l’ancien monde capitaliste, donc la fin de l’actionnariat, la fin de la rémunération du capital (d’une certaine façon incompatible avec l’idée de durabilité parce qu’elle favorise celle de rentabilité), consacrera définitivement la libération de la force travail.
  10. Cette fin sera obtenue au sein même du libéralisme… justement grâce à une généralisation de la liberté que nous laisse entrevoir la longue traîne. Cette fin viendra d’elle-même, sans loi, sans violence, juste parce que nous le voulons.

31

31 comments

  1. Fred says:

    Excellent projet de société …
    on retrouve les petites règles simples (dont tu parles dans le peuple des connecteurs) et qui permettent de révolutionner un système.

    Trois choses cependant :
    1) avec ce système (fin du capitalisme) comment financer des projets type “tunnel sous la manche” ?
    2) Youtube avant même d’être racheté par Google “perdait” 1 millions de dollars par mois. il fallait bien de l’argent dès le départ (donc des investisseurs qui le risquait) ?
    3) il me revient en mémoire une interview de Jean Louis Gassé (ex PDG d’apple, aujourd’hui à la tête d’une société de capital risk) lu sur les inrock :
    “Ici dans la sillicon valley on investi uniquement dans le neuron, on laisse la sueur au Chinois”
    “la longue traine”, aujourd’hui c’est celle-ci … aussi !
    de l’autre coté du monde, des êtres humains sont exploités à la pire sauce capitaliste. il ne faut pas oublié le chinois qui a construit 12h/ jour et 6j/7 le clavier avec lequel je tape, l’écran avec lequel je te lis et les milliers de serveur-routeur qui font que ton blog est lisible au 4 coins du monde …

    la fin du capitalisme, la fin de l’exploitation, etc .. dans le monde réel c’est pas pour tout de suite, tout de suite .. vivement que ton système se mette en place ..

    PS : ce fin mot de Jean Yann “Internet c’est très bien .. mais il faut toujours un con qui livre” et le dessin de Pacco http://www.fuckingkarma.com/wp-content/tn_cyberpunk.jpg

  2. Aurons-nous besoin demain de nouveaux tunnels sous la Manche ? Si tu veux que demain le monde soit comme aujourd’hui, il ne faut rien changer.

    Mais je crois que des réseaux peuvent très bien prendre en charge le développement de projets d’envergure. La communauté Open Source y arrive bien. Nous en sommes qu’au début de ce type de collaboration. D’autre part, il ne faut pas oublier que la technologie donne de plus en plus de pouvoir à l’individu.

    Quel rapport entre Youtube et ce que j’évoque ? La longue traîne se développera d’autant mieux qu’elle s’affranchira des plateformes centralisées.

    La longue traîne ne dépend pas d’internet. J’évoque les agriculteurs qui vendent en direct. Ils créent une longue traîne de l’offre alimentaire. Internet ne fait que faciliter l’accès à la longue traîne. Elle peut exister sans internet, elle existait d’ailleurs à l’âge pré-industriel.

    Le monde ne changera pas partout en même temps. Si sous prétexte que des gens souffrent, on doit aussi souffrir on ne fait rien. Profitons d’être conformables pour induire le changement.

  3. Paul de Montreal says:

    Sauver et libérer le petit village d’irréductible freemen.

    Avez-vous vu de l’open source appliqué au secteur industriel ou agricole ?

    JLG > “Ici dans la sillicon valley on investi uniquement dans le neurone, on laisse la sueur au Chinois”

    C’est bizarre mais j’ai plus de peine pour le banlieusard parisien qui s’entasse dans les transports en commun 2 fois par jour pour un SMIG qui lui permet pas toujours d’avoir un toit que pour la classe moyenne chinoise qui travaille fort mais s’enrichit. C’est plus facile psychologiquement de progresser que de régresser.

    JLG ne doit plus être aussi sceptique avec la future superpuissance chinoise. Par contre il avait bien pressenti l’éclatement de la bulle spéculative des High Tech après 2000. J’aurai du l’écouter davantage

  4. L’open source est déjà appliquée à l’agriculture, j’en parle dans le cinquième pouvoir. L’open source s’applique à tout.

    Casabaldi vient de me parler de http://kiva.org/
    Un exemple d’application pour favoriser la longue traîne.
    Le microcrédit peut servir à financer des petits projets et collaborativement d’immenses projets.

    Faut d’arrêter de penser qu’on ne peut pas faire les choses autrement… elles se font déjà autrement.

  5. swimmer21 says:

    La longue traine ouvre le modèle économique à ce qui convient exactement (et c’est ce mot qui est important) aussi bien à celui qui délivre le service qu’à celui qui en a besoin.
    Bien d’accord avec TC. Ajuster son regard pour voir ce qui se fait déjà. Chacun est invité a y participer.

  6. utresmager says:

    ça tangue entre utopie, signes d’une autre fondation enracinées encore dans le capitalimse mondialisé (nous/les chinois, les banlieusards parigots) et ce dernier justement très vogoureux au demeurant ( la redistribution qui frappe des zones nanties de paupérisation n’est qu’une anecdote qui touchent les concernés évidemment. Evoquer les nanotechnologie en vis à vis d’une suppression des appareils industriels lourds me semblent qq peu fantaisiste.
    Longue vie à la longue traîne si ça ne traine pas trop longtemps!

  7. Nous avions l’enculeur de mouches maintenant il a été rejoint par le casse couille incapable d’argumenter et qui ne connait que le ad hominem… 😉

  8. Henri A says:

    Que l’on me cite une fois ou j’ai enculé de travers !

  9. utresmager says:

    ad hominem si tu te sens à ce point là ciblé j’en suis désolé, je réponds à tes propos extatiques tous azimuts, si le sujet c’est de dire amen à tout ce que tu billète et bien dis-le (quitte d’ailleurs à moduler plus tard voire bien plus tard (pet^t dans tes bouquins tu redistille la sagesse des autres et tes billets poussifs sont loin – tu veux du ad eneminem en voilà!) FRanchement tes mots choisis (quelles perles sous la ceinture) me font douer de ta réelle capacité à entendre des vrais contradicteurs, tes arguments quels sont-ils exactement, des listes assertoriques – je le dis alors c’est (ou c peut-^tre apodictiques) en tout cas guère ouvert à discuter. Tes certitudes d’illuminé je ne l’ai partage pas – peut-être peut -on se retrouver sur d’autres choses, je répète je ne te connais pas je ne vois pas comment je peux être ad hominem vis à vis de Thierry Crouzet, arr^te donc de faire du Crouzetcentrisme et attache toi à défendre tes opinions (idées tu n’en a pas l’accessit, même si tu es édité et invité à FRance Cul, que tu vises la mairie de Balaruc etc voilà moi aussi je peux m’énerver et sans m’approcher du périnée!

  10. utresmager says:

    D’ailleurs je préfère ne pas savoir de quoi tu es fait car je ne crois pas que ça te donnerait beaucoup de crédibilité à mes yeux , rapport de quoi est réellement faite ta vie et ce que tu billète douillettement dans ton irréalité de bobo qu’a bobo à sa vie devant son ord dit. Je m’en tiens donc à répondre aux propos x qu’un type signe Thierry Crouzet, tu pourrais prendre un autre pseudo je répondrais pareils aux propos – t’as la grosse tête ou quoi pour être aussi hargneux? T’as le syndrome du messie incompris? Ah tu veux de l’ado minable Signé ni zoophile ni castrateur

  11. @utresmager Ton problème c’est que tu ne critiques pas… tu dis sans cesse c’est nul et tu vas pas plus loin. Tu t’étonnes après que personne ne réponds à tes objections mais qu’elles sont tes objections… que nous sommes idéalistes, des bobos, je ne sais pas quoi d’autre… mais bon toi qui a les pieds sur terre fais-nous atterrir avec des arguments et descends des hauteurs sur lesquelles tu te perches en nous accusant de ne pas dialoguer avec toi. Présente clairement une objection et nous serons tous heureux de discuter. Dis que nous n’y voyons pas clair ne nous avance à rien… sinon à penser que tu es un vieux aigri… Cet espace est là pour attaquer, démonte la longue traîne, fonce… et ce faisant tu seras d’ailleurs en train de la faire vivre.

  12. Paul de Montreal says:

    Les italiens peuvent lacher “sei un po rompi scatoli” (= casse boites) qui est un doux euphémisme de “ma sei proprio uno rompi coglione !” mais le plus vulgaire étant “rompi CATZO !!”
    Hein ? non je ne traduis pas.
    😀

    Thierry, ne traîne plus à discuter. Envois la torpille silencieuse avec sa longue traînée.

  13. Encore un autre excellent billet Thierry, c’est tout à fait ça… J’en arrive moi aussi de plus en plus à cette logique :
    “Plus nous prendrons goût à la longue traîne, plus les industriels auront du mal à recruter un personnel qualifié. Peu à peu, l’intelligence changera de camps. Les grands industriels péricliteront. Le capital se redistribuera.
    La fin de l’ancien monde capitaliste, donc la fin de l’actionnariat, la fin de la rémunération du capital (d’une certaine façon incompatible avec l’idée de durabilité parce qu’elle favorise celle de rentabilité), consacrera définitivement la libération de la force travail.
    Cette fin sera obtenue au sein même du libéralisme… justement grâce à une généralisation de la liberté que nous laisse entrevoir la longue traîne. Cette fin viendra d’elle-même, sans loi, sans violence, juste parce que nous le voulons. ”

    Je pense effectivement que nous sommes dans une suite logique au niveau de l’évolution… (A suivre…)

    Amitiés 😉

  14. Philippe says:

    @Thierry crouzet
    Au risque de faire baisser le niveau du débat, quoi que à lire certains commentaires je me demande, j’essaie de traduire tes thèses en applications concrètes pour la vie de tous les jours.

    J’en suis à adhérer à une AMAP, acheter mon électricité chez Enercoop, il y a sur leur site des phrases qui me semblent aller dans ton sens : “Dans un objectif de décentralisation de la production et des décisions, l’idée est à terme de répéter ce modèle au niveau local et de réunir élus, consommateurs, producteurs et associations dans une démarche de service public décentralisé. Ce modèle ouvre la possibilité de construire une nouvelle politique énergétique locale plus viable à long terme et plus responsable, pour influencer les choses au niveau national dans un deuxième temps.”

    J’ai compris le chemin vers lequel tu nous pousses ?

  15. satured de la politique says:

    Personnellement, c’est dans ce type d’article que je sens toute l’expérience de Thierry.
    J’aime cette densité dans les articles, celle où l’on voit combien les choses ont été mûrement réfléchies, testées, réajustées et clarifiées pour le néophyte.
    La longue traine est un concept qui va très…mais vraiment très très loin en théorie économique. Il y a derrière un élément de reconversion des entreprises qui dans l’avenir sera surement généralisé. Peut être aussi une solution se profile-t’elle vis à vis du manque d’humanité que suppose le fabless.
    Ce n’est pas la première fois que cette notion de longue traine se rencontre dans le blog de thierry, mais les précisions que l’on trouve ici on achevé de me convaincre.
    Bravo Monsieur Crouzet.

  16. @Philippe AMAP, Enercoop… tout ça va dans le sens d’une longue traîne en effet. C’est une forme de libéralisme exacerbé… qui prend en compte la biosphère, la complexité, l’homme… une approche qui reprends bien des idées alters en les dépoussiérant des préjugés gauchistes qui les encombrent trop souvent…

    @Saturated Si ça mûrit c’est surtout grâce à vous car si j’étais seul je ne penserais à creuser ces sujets. Il reste encore un long chemin avant de transformer ces idées en un tout cohérant qui s’étend de l’économique au culturel.

  17. utresmager says:

    C’est vrai que les comm de Satured et Rainbow sont saturés d’arguments mais comme c des louanges congratule et autres j’abonde tu y réponds avec grande modestie. Ce que je dispute c par exemple cette longue traîne qui autant fait long feu, l’amalgame en fait entre ce que tu fantasmes être déjà en marche, que tu “coin” (en anglais faute de français) sous le label Longue Traîne, t’as beau étiquetter ça ne donne pas plus de réalité au concept qui reste fortement théorique. ça fait au moins 50 ans qu’il y a des cycles écolo notamment en archi regarde où on en est aujourd’hui. (et je crois savoir là parler de qqch que je connais). Prendre des éléments dans un chaos, les ranger à sa guise et affirmer qu’il y a là qqch qui se dessine c de l’ordre du syllogisme. A la bonne heure ta longue traïne – j’ai vécu 4 ans au pays de la longue traîne (Bergen, Norvège) une histoire de 1ère guerre mondiale d’un météorologue qui mêla sémantiquement pour sa théorie moderne de la météo, la guerre et les nuages. Un vieil aigri! je te laisse encore ton jugement. J’agis au quotidien dans le concret, j’essaie d’infléchir à mon échelle, avec mes efforts d’homme les travers du consumérisme forcené, certains s’agréent à ma démarche; des contrepoints qui existent de toute éternité, des résistances qui n’attendent ni théorisation, cartographie etc de la part de pontifes poncifiants sur le réseau. Si je suis un vieil aigri toi mon aîné tu es un jeune con qui peut asséner ce qu’il dit sans vergogne ni scrupule faute d’avoir les mains dans le cambouis. Radio, télé, net, livre tout ça c bien beau mais ce n’est que du virtuel et surtout du vent tant qu’il n’y a pas une interface avec le concret et l’humain. J’ai parcouru pas mal de “débat” sans y participer ta technique et toujours la même, fauksa abonde dans ton sens, que tu récoltes et le reste t’évacue plus ou moins avec la manière ça va de l’insulte, à la brimade pris à témoin collective (emploi du nous) en passant par la défausse – je suis un intello, je suis un artiste donc j’ai le droit de ne pas être logique, cohérent etc. Je compte vous rendre encore visite mon surf nautique se cantonne à ma messagerie et au peuple (presque) plus en etno qu’en attente de quopi que ce soit de ta Crousette (Croisade sur la Croisette)

  18. Que sais-tu de la longue traîne? As-tu lu le livre d’Anderson? Visites-tu son blog où depuis plusieurs années il montre que la traîne se développe? Que fais-tu des études de tous les vendeurs en ligne qui prouvent aussi qu’elle se développe.

    Je suis quasi certain que tu n’avais pas entendu parler de ce concept avant de venir ici… et comme beaucoup de gens, ce que tu ne connais pas ne peux exister, ne peut marcher.

    La longue traîne n’a aucun lien avec un quelconque mouvement écolo… c’est tout simplement une évolution du libéralisme… qui était presque impossible avant l’apparition d’internet.

    Encore une fois tu n’attaques pas les idées… tu nous dis que c’est des conneries et point barre.

    Je serais heureux que tu démolisses la longue traîne. Google te rira au nez car avec son AdSense il l’a introduite dans la pub avec les résultats qu’on sait.

  19. Paul de Montreal says:

    “Google Adsense utilise la technologie Javascript. Par conséquent, les annonces ne s’affichent pas quand le Javascript est désactivé sur le navigateur de l’internaute. En outre, il existe également des systèmes bloquant les publicités, comme des extensions pour navigateur ou des logiciels spécifiques.”
    http://fr.wikipedia.org/wiki/AdSense

    Probleme tout le monde n’utilise pas ces logiciels ‘spécifiques’ comme les plugins de FireFox, les options antipub intégré dans certains navigateurs (Opéra, Maxthon), certains firewall comme ZoneAlarm, KIS … et la vieille méthode “manuelle” d’editer son fichier host.

    @utresmager
    J’essaye de souligner ce qui est juste et j’essaye d’oublier le reste comme mon navigateur n’affiche pas la pub. Dans chaque pensée, il faut savoir faire son tri et rester “cooooool” d’une maniere générale. Pourquoi ? Parce que statistiquement c’est plus rentable avec l’égo des gens et peu de personnes acceptent vraiment la démolition de leur these même s’ils disent le contraire. Maintenant je comprends qu’en réaction avec certains lecteurs béas et admiratifs tu essayes de réequilibrer le débat mais est ce que ca marche ou ca provoque le contraire ?

    @Thierry
    Bien le dessin converti en gif.
    J’étais EN GREVE comme Pacco mais qui a fait une exception pour le dessiner. 😉

  20. David Wynot says:

    Hello Thierry

    Pour ceux qui prennent la Longue Traine comme une théorie ou un concept supplémentaire sans faire l’effort d’en voir la réalité (on voit déja tellement d’idées qui tentent d’attirer notre attention).
    Pour ceux là, je fais un peu de provoc en leur disant : le 20/80, la loi de Pareto était FAUSSE…..et depuis toujours.
    Là ils dressent l’oreille car c’est un fondement du marketing d’Hyper que j’ai fréquenté pendant 10 ans.
    La Longue Traine est une réalité forte que je rencontre tous les jours sur le net. Moi, je l’applique tous les jours aux mots-clés, à l’audience des sites.
    Mais j’essaie d’aider mon beauf ou mon fils avec ce concept dans leur approche du marché de la musique…et c’est pas facile-facile car vendre en petites quantités n’est toujours pas un bon signe.
    Sur l’Utopie décrite, sur la fin du capitalisme, pardonnes aux qqs sceptiques, l’utopie est un mythe de Sysiphe. On a le droit d’être un peu fatigué de temps en temps. La seule Utopie qui ait relativement réussie c’est la démocratie et à une échelle plus petite le kibboutz ou Max Havelar ou meme Google (l’imagination au pouvoir, c’est lui aujourd’hui).
    J’adore me garder des exemples positifs pour rester un desperados de l’espoir 😉
    David

  21. Boréale says:

    @ David Wynot :
    “le 20/80, la loi de Pareto était FAUSSE…..et depuis toujours.”
    Ah ouais… Heu… C’est quoi le 20/80 ? La loi de Pareto ?

  22. David Wynot says:

    Bon y’a Wikipédia mais en peu de mots.
    Les cours de marketing et les hypermarchés continue de dire :
    20% des produits font 80% du marché. c’est aussi le principe des hit-parade, top 50 et autres meilleures ventes. Donc les marketeux classiques ont les yeux rivés vers les produits champions des ventes puisqu’avec peu de produits ils font 80% des ventes (du CA ??)

    A contrario, la Longue Traine démontre qu’ils ne raisonnaient que sur un nombre limité de produits et qu’ils rataient ainsi 30 à 90% des ventes qui s’émiettent en des milliers de produits qui se vendent peu mais qui s’additionnent.

    Avec Crouzet et qqs autres, je cherche si la Longue Traine ne s’appliquerait pas à de tres nombreux domaines. Je crois avoir déja convaincu un musée parisien un peu connu mondialement……

    David

  23. Paul de Montreal says:

    Henri est aussi EN GREVE ?

    Bon je vais essayer de répondre à sa place mais soyez tolérant.

    La “loi” de Pareto ne s’applique pas partout.
    “Elle est par définition juste dans son cadre d’application.”
    Oui c’est une tautologie. Le tout est de voir si son cadre d’application ne se réduit pas au vide qui indiquerait qu’elle est fausse (tout le temps).

    > 80 % des richesses sont détenues par 20 % des personnes économiques

    Dés qu’un phénomène n’est pas linéaire et a dans son graphe de representation une courbure assez forte on doit pouvoir retomber assez facilement sur ce découpage là des choses. Si une minorité est très riche je peux toujours ajouter des personnes pour arriver à coincider avec ce cadre 80/20 au lieu de dire par ex. 10% de personnes détiennent 70% des richesses. Idem en développement informatique on sait qu’il y a des problèmes et bugs très couteux en temps. Cette “loi” 80/20 ne fait qu’exprimer cette non-linéarité et de grande inégalité. C’est une sorte de pense-bêtes bien pratique pour les ‘mathophobes’ ou les faignants du calcul que nous devenons tous + ou – avec l’âge. 😉

    Si les mentalités des consommateurs ne changent pas, l’internet ne va rien changer avec les stars de cinéma et les Top 50. D’un côté, on gagne avec un choix plus large de l’autre on perd avec par ex. des films “blockbusters” mieux diffusés dans le monde entier. Le bilan je ne le connais pas et je reste prudent.

  24. Henri A says:

    Je ne connaissais pas ce machin. Je ne suis pas une encyclopédie humaine !

  25. David Wynot says:

    Il y aura toujours des Stars, des Top 50……..De là à dire qu’ils trustent 70% des richesses ou des achats en ligne…..faudrait mesurer, avoir les chiffres exacts. Précisément, c’est en ligne que la diversité des gouts, des achats, des demandes s’est enfin exprimée d’où la LT.
    Dans les boutiques ou hyper, il n’y a que les stars donc on n’achète que ça.

    Ce que je sais, c’est qu’en 2001 déja, les 200 tops requetes sur 6 millions d’un gros metamoteurs ne trustaient que 2 à 3% du trafic. A l’époque, on ne jurait que par “sex” et “Britney S” ou “Pamela A” et malgré le nb de requêtes considérable sur ces mots, ils ne représentaient qu’un infime pourcentage de toutes les requêtes.

    David

  26. Boréale says:

    Merci, j’aurai appris un truc !
    Et c’est quoi cette histoire de musée parisien ? 🙂

  27. LebossTom says:

    HS : Quel est ton analyse du récent blacklistage de bonweb ?

  28. 🙂 J’essaie d’écrire un papier pour expliquer ça… et du poblème que ça pause à toute une industrie.

  29. David Wynot says:

    Je reçois toujours du trafic de BonWeb .
    (Memo perso : y inscrire Signaux Faibles)

    Cause de blacklistage : peut-etre le doublonnage (sous une autre forme) sur BonKM ?
    Auquel cas, les annuaires Webrankinfo et Dicodunet auraient du souci.
    David

  30. Catherine says:

    Lomborg est un imposteur scientifique.A voir le blog de Fabrice Nicolino: http://fabrice-nicolino.com/biocarburants/index.php
    Votre projet de societé m’enchante;
    le concept de longue traine est une merveille.Connaissez vous kiva.org?

Comments are closed.