Je m’intéresse aux structures non-hiérarchiques dans les entreprises, chez Favi par exemple, parce qu’elles nous prouvent que nous pouvons nous organiser différemment. Chaque fois que je découvre un nouvel exemple, je peux en parler à tous ceux qui me disent que c’est impossible. Je viens de lire un article de Fortune Magazine qui présente trois sociétés où la notion de management se dissout : Gore, Google et Whole Foods. Une VP de Google dit « Nous pensons que si un individu sent que quelque chose est plus important que ce que nous lui demandons de faire, il doit pouvoir suivre sa passion. »

2

2 comments

  1. Paul de Montreal says:

    Je parlerai plutôt d’une structure avec une hiérarchie “douce” et très aplatie à 2 ou 3 niveaux au lieu des 7 ou 8 niveaux dans une grande entreprise française.

    En voyant le reportage de France 5 sur Google, j’ai mieux compris l’importance de la publicité pour ce type d’entreprise et les volumes d’argent qu’ils ont absorbé. Avec ce pactole, ils peuvent laisser 20% de temps à leurs employés pour “suivre leur passion” (projet personnel) au travail.
    A leur place, je ferai la semaine de 4 jours. 😀

  2. Gore est le meilleur exemple. Les leaders sont toujours designés par la base. Ce n’est pas la hiérarchie qui décide.

Comments are closed.