J’ai écrit en 1995 et 1998 un essai intitulé Ne rien faire sans fainéanter. À cette époque, j’ai croisé un philosophe auquel j’ai fait lire un extrait de ce texte. Il m’a reproché mes citations, celles de certains penseurs douteux, Michel Onfray par exemple. Si je recroisais ce philosophe aujourd’hui, je ne sais pas s’il oserait s’attaquer à notre philosophe super star.

Si j’ai donc lu Onfray il y a une dizaine d’années, parce que je m’intéressais comme lui au hapax existentiel, j’ai pratiquement cessé de le faire par la suite. Je suis parti vivre à Londres, j’ai perdu l’habitude le lire la presse française comme de regarder la télévision et j’ai manqué l’ascension médiatique d’Onfray.

Depuis que j’ai ouvert ce blog, des commentateurs me renvoient souvent à lui, me disent que ma pensée s’approche de la sienne, je viens donc de lire La puissance d’exister, résumé de ses 30 livres précédents. J’y retrouve sans surprise l’auteur que je connaissais : hédoniste, pragmatique, matérialiste, empiriste, épicurien, cynique… ennemi de l’essentialisme. Nous nous retrouvons en effet. Tous les connecteurs tels que je les ai décrits devraient se reconnaître dans ce portrait.

Par ailleurs, Onfray défend la philosophie comme pensée totalisante. Il croit que nous pouvons encore concevoir des systèmes, des systèmes applicables et susceptibles de changer nos vies. Je défends aussi cette idée, je crois que l’engagement politique n’a aucun sens s’il ne s’appuie pas sur une pensée forte. Ainsi je combats ce que j’appelle le melting-pot politique qui consiste à collectionner les mesures incohérentes. Et j’essaie, sur ce blog et dans mes livres, de montrer que nous pouvons mener des vies cohérentes, en accord avec une pensée de la connexion.

Lors de la campagne présidentielle 2007, je n’ai pas été surpris de voir Onfray rejoindre l’équipe de José Bové. D’une certaine manière, les alters s’appuient sur une nouvelle idéologie. Je n’ai en revanche pas compris pourquoi Onfray défendait les idées de gauche car la gauche, pour moi, est tout aussi essentialiste que la droite. Elle présuppose un bien idéal, un ordre idéal, une égalité idéale, un revenu idéal… Ainsi tous les mouvements de gauche qui ont atteint le pouvoir, socialistes ou communistes, ont renforcé les instances centrales, dans l’espoir de créer une réalité supérieure, réalité qui contredit tant la réalité pragmatique que la faillite est toujours au rendez-vous.

J’avoue que je ne connais pas le discours d’Onfray à ce sujet. Beaucoup d’alters libertaires rejettent la gauche comme la droite, ils sont en avant. Bové lui reste le cul entre deux chaises, entre la gauche et la nouvelle politique, cette politique alter que j’appelle des connecteurs et dont il a une conscience intuitive mais sans cesse brouillée par de vieux préjugés de gauche. Bové et Bayrou se ressemblent, ils sont incapables de choisir leur camp même s’ils hésitent entre des camps différents.

Onfray cite Chamfort :

Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi ni à personne, voilà toute morale.

Dans Le peuple des connecteurs, quand j’ai formulé les trois règles de liberté, suffisantes pour maintenir une société auto-organisée, je n’ai fais que paraphraser Chamfort. S’il n’y a pas de jouir, à quoi bon ? Se connecter, c’est jouir. Par cette jouissance, nous renforçons notre réseau social, nous lui donnons une structure adaptée à la complexité que nous avons introduite dans nos vies et dans le monde.

Onfray parle de cette complexité de façon détournée comme s’il ne l’avait pas identifiée. Je le trouve souvent ancré dans le vieux monde essentialiste qu’il dénonce (on me fait souvent le même reproche). Autant il me séduit quand il parle de l’histoire de la philosophie, autant il me fatigue avec ses discussions sur l’éros, l’art de la sexualité, ces chimères rabâchées au long du XXe siècle. Baisons et pensons à autre chose, baisons et passons à autre chose. Onfray nous fait la morale, ce faisant il nous impose un idéal sexuel alors qu’il combat les idéaux platoniciens.

Une fois que j’ai découvert un endroit qui me plait, un restaurant par exemple ou une ville, j’aime y revenir jusqu’à l’épuiser. J’ai des amis plus versatiles qui veulent toujours essayer autre chose. Nous différons, c’est tout et c’est bien. Je ne suis pas fidèle à cause du modèle judéo-chrétien mais parce que j’aime le confort que procure l’habitude. La fidélité pour moi est un hédonisme. Je montre en revanche une inconstance inverse vis-à-vis de mes passions intellectuelles ou artistiques. Chacun son rythme. Nous ne pouvons pas être sans cesse sur tous les fronts.

Onfray s’attaque à l’art contemporain, avec force, avec justesse, il le remet à sa place et en tire des conclusions sur notre époque. Mais il se trompe car il s’attaque à l’art du XXe siècle encore mimé au XXIe. Il néglige l’art d’aujourd’hui qui, comme je le dis souvent, n’est pas là où l’establishment le cherche, dans les galeries ou les musées. Notre art n’est pas conceptuel, c’est-à-dire idéal, il est matériel : BD, architecture, jeux vidéo…

Non, Michel, nous ne vivons pas un temps du fugace, de l’éphémère, de modes changeantes et d’œuvres brèves. Comme si l’architecture si vivante aujourd’hui n’était pas là pour durer ? Tout cet art bref dont les médias se gargarisent participe à la société des spectacles, point barre. L’art durable se forge en ce moment même, il s’installe pour durer tout au long d’une nouvelle époque de l’homme.

J’aime donc Onfray historien et je regrette qu’il ne soit pas plus philosophe, mieux défenseur d’un nouveau système dont il nous dit pourtant que l’avènement est aujourd’hui possible. Il fait un pas vers le transhumanisme sans y plonger, il fait un pas vers la politique hédoniste tout en restant simplement antilibéral. Il marche dans la bonne direction mais avec une trop grande prudence.

Depuis Mai 68, aucune nouvelle valeur n’a vu le jour, écrit Onfray.

Je ne suis bien sûr pas de cet avis. Mai 68 annonça la fin des hiérarchies sans réellement les mettre à terre. La société horizontale n’est mise à l’œuvre qu’aujourd’hui car nous disposons des outils pour la mettre en œuvre. La campagne électorale de Bové fut d’ailleurs un parfait exemple d’auto-organisation et de foutoir créatif. Pour moi, le réseau devient une valeur comme je cherche à le montrer dans Le peuple des connecteurs. L’interdépendance, ces liens qui nous unissent les uns les autres, devient notre morale. Non, nous ne vivons pas une époque crépusculaire, mais une époque qui entre dans la lumière, une époque matinale et jeune, une époque naissante.

La politique se ressourcera non pas en créant de grands systèmes inapplicables, mais en fabriquant de petits dispositifs redoutables comme un grain de sable dans le rouage d’une machine perfectionnée, écrit Onfray. Fin de l’histoire immodeste, avènement de l’histoire modeste, mais efficace. […] La révolution s’effectue autour de soi, à partir de soi, en intégrant des individus choisis pour participer à ces expériences fraternelles.

Nous sommes bien sûr d’accord même si je ne parlerais pas de grains de sable mais au contraire d’extraordinaires lubrifiants. Onfray reformule le penser global, agir local. Il préconise la méthode de l’essai et de l’erreur et sa généralisation par auto-organisation. Il n’emploie pas le langage scientifique qui est le mien, ce qui sans doute l’empêche de penser le système qui explique la nécessité de la pluralité des systèmes individuels.

Sa position est idéologique, la mienne est plus utilitariste. Ce qui me rassure, comme très souvent, c’est que des hommes d’horizons divers pensent dans la même direction. Je me demande juste si nous saurons créer un mouvement de grande ampleur, si justement nos initiatives individuelles finiront par se rencontrer et faire boule de neige. Nous disposons de toutes les briques pour penser et construire un autre monde.

36

36 comments

  1. TOTO ex DIEU says:

    “”””J’y retrouve sans surprise l’auteur que je connaissais : hédoniste, pragmatique, matérialiste, empiriste, épicurien, cynique… ennemi de l’essentialisme. Nous nous retrouvons en effet. Tous les connecteurs tels que je les ai décrits devraient se reconnaître dans ce portrait.”””””

    Est ce bien là le portrait type du connecteur? Si tel est le cas, je ne me reconnais pas dans cette description, mais effectivement j’y reconnais bien certain d’entre vos disciples.
    Le portrait que vous faites du connecteur n’est, entre nous, pas très flatteur, ou alors je n’ai rien compris…….

  2. @Dieu Tous ces mots, cynique notamment, sont entendus dans leur appellation philosophique… Le cynique refuse notamment le platonisme et la philosophie qui se désintéresse de l’immanence.

  3. Dilbert says:

    Thierry, je suis intéressé à savoir ce qui t’a inspiré chez Chamfort…

    Quant à Onfray, c’est pour moi une caricature de philosophe. Même son matérialisme est caricatural.

  4. swimmer21 says:

    Eh bien, je te remercie Thierry pour ce post ainsi que les commentateurs. Pour une relecture de la philosophie platonicienne, je ne saurais que trop conseiller la lecture François Jullien, un sage est sans idée pas exemple. Cet homme (philosophe et sinologue) a comme projet de relire 4 fondements de la philosophie occidentale (le bien, le mal (1), le temps (2), la sagesse (3) et vital/moral/spirituel (4)) à la lumière de la pratique orientale, chinoise pour être plus précis. En utilisant l’une comme l’autre dans un jeu de miroir. Rien que ça. Et je peux vous dire, ça déhotte, normal juste après Noël me direz vous. Et vous aurez raison !
    Je suis d’accord avec Dieu (c’est bon d’écrire cela !) quand il ne se reconnais pas dans le portrait que dresse Thierry. Nous évoluons, nous nous transformons, changeons de traits au fil des jours.

  5. dagrouik says:

    Et sinon bonvote.com en vrac depuis 10 jours? :o)

  6. Paul de Montreal says:

    C’est le temps des fêtes alors je vais faire court malgré ce sujet vaste comme aime les aborder notre TC national. 😉

    J’ai parlé de cet auteur et conférencier de philosophie ici et ailleurs car il m’a apporté des idées très intéressantes de plusieurs philosophes du passé. Onfray m’a réconcilié avec la Philosophie en parlant plus en détails de certains philosophes et en me faisant découvrir d’autre. J’ai trouvé ses premières conférences intéressantes pour celui qui n’a suivi qu’un cours de philosophie “officielle” en Terminale. Je suis reconnaissant de ce travail.

    Au niveau politique ou géopolitique, ses textes polémiques m’ont assez déçu et me montrent indirectement qu’il ne suffit pas de connaitre la (ou les) philosophie il faut savoir la mettre en pratique soi-même dans sa vie quotidienne. Enfin ça le rend plus humain car ses connaissances encyclopédiques en matière de philosophes m’impressionne. Reste que la culture et l’intelligence sont deux choses différentes même s’il y a des interactions évidentes. Je n’ai pas vraiment lu de texte de Sa philosophie car ça ne m’intéresse pas vraiment de ce que j’ai entre-aperçu à travers ses cours d’histoire de la philosophie.

    il a le courage de ses opinions politiques et n’a pas peur de se couvrir de ridicule. Ce qui m’ennuie c’est qu’il ne respecte pas beaucoup la net-étiquette et s’en flatte presque. Il lance des articles polémiques dans des journaux et ne répond jamais de ce que j’ai constaté. il a du mépris pour les échanges sur l’internet. Il a sans doute trop consacrer de temps à lire des philosophes de l’antiquité et parait parfois “has been” avec son époque.

  7. Ax says:

    “Le portrait que vous faites du connecteur n’est, entre nous, pas très flatteur, ou alors je n’ai rien compris……”

    eh eh. Oui c’est sûrement la fin de la phrase qui est bonne. 🙂
    Et puis le connecteur n’a pas besoin d’être flatté. Il est tellement curieux de tout qu’il a de quoi occuper sa vie autrement qu’en recevant des flatteries.

    Pour Onfray, je ne l’ai jamais lu, il m’apparaissait comme une sorte de condensé sans valeur ajoutée des auteurs que j’avais lus avant de connaître le nom d’Onfray, ayant à peu près eu les mêmes influences entre 16 et 20 ans : le courant cynique-hédoniste-réaliste qu’on retrouve avec des variations d’Héraclite à Montherlant en passant par Montaigne, Stendhal, Wilde, Nietzsche, Proust…

    Dans mon a priori négatif il y avait en plus, chez Onfray, un côté précieux et mondain que je trouvais déplaisant, le côté esthétisant et narcissique devenant un peu caricatural.

    D’accord avec toi sur l’aspect “pathos sur les chimères”.

    Intéressante ta défense de la fidélité, non au nom d’une morale, mais comme habitude hédoniste, “aménageuse habile” (mais sans la névrose proustienne qui ôte tout confort à la fidélité, puisque chez lui l’angoisse de la perte possible est plus forte que la présence rassurante).

  8. TOTO ex DIEU says:

    Ax, vous avez raison, je n’ai rien compris. Ou plutôt, si, j’ai compris que votre philosophie de pacotille et d’arrière garde ne fera pas changer le monde.
    Si ce 5ème pouvoir, que vous appelez tant de vos voeux, est le résultat d’un ramassis de phrases philosophiques dépassées, alors ses détracteurs peuvent dormir tranquille, le 5ème pouvoir et ses adeptes ne représente aucun danger.
    Vous avez l’illusion du savoir, mais lequel?
    allez bonne nuit.

  9. Ax says:

    @ Toto

    tel que je le comprends, le 5e pouvoir n’est pas tant une nouvelle philosophie, qu’une apparition nouvelle d’outils rendant possible une “vieille” philosophie humaniste, personnaliste et non essentialiste, servant de colonne vertébrale.

    On n’a pas besoin de phrases nouvelles juste bonnes à être du nouveau pour du nouveau, n’importe lequel.

    L’important n’est pas d’inventer tous les jours une nouvelle philosophie, mais de trouver des moyens d’applications dans la vie immanente, pour certaines idées que les hommes portent depuis des centaines d’années.

    Internet au départ ce n’est pas une philosophie, juste un outil. Cet outil a changé le monde, comme autrefois le feu, la roue, l’électricité…

    Tous ces outils rapprochent les hommes, rendent les plus pauvres moins pauvres en valeur absolue, car ils ont accès à davantage de confort, de services et d’échanges.

    (La pauvreté relative n’a aucune importance, elle n’existe que dans l’esprit et peut être surmontée si l’on n’est pas idiot. L’important n’est pas d’être moins pauvre qu’un plus riche, mais d’avoir accès aux besoins vitaux absolus. Trop de gens se focalisent sur les écarts de richesses pour dire que le monde va mal, alors que l’essentiel reste le niveau de vie objectif, beaucoup plus élevé grâce au progrès des outils.)

    Les progrès humains ne viennent pas quand on cherche des philosophies très compliquées et très ésotériques.
    Ils viennent quand on développe de bons outils, avec des idées fortes mais simples.

  10. Satured de la politique says:

    Bah…Si elle n’est pas raccourcie par une mauvaise expérience (hédoniste ou autre), à partir d’un certain âge, la vie ne parait plus si immanente que cela…. tout point de vue sur la vie n’est qu’affaires de générations.

  11. TOTO ex DIEU says:

    “”””tout point de vue sur la vie n’est qu’affaires de générations.””””

    Cela semble être une évidence,et s’accentue de jour en jour avec l’accélération des techniques nouvelles……..

  12. Ax à 15 ans de moins que moi, Toto 15 de plus… je ne suis pas sûr que le discours sur l’immanence change avec l’âge… quand je lis les philosophes, je n’ai pas l’impression que leur discours vire platonicien avec l’âge… ce serait plutôt le contraire car nous baignons dans un monde platonicien et s’en dégager prend du temps.

  13. TOTO ex DIEU says:

    “””ce serait plutôt le contraire car nous baignons dans un monde platonicien “””
    Je ne pense pas mr Crouzet que le monde actuel est platonicien, un monde sans idéal? le croyez vous? pensez vous que le jeune entrepreneur n’a pas d’idéal….ne serait ce que celui de réussir…
    Votre idée du monde moderne est assez réducteur, c’est l’ennui avec des gens comme vous qui ne voyez le monde qu’au travers de la philosophie, intéressant certes, mais non suffisant.

    Quand a Ax, penser que internet est un outil comme ” le feu la roue ou l’électricité” c’est aller un peu vite,

    vrai internet est un moyen qui permet la communication entre les gens…ce n’est pas un outil au sens littéral du terme, pour actionner ce moyen il faut des outils, programmes, serveurs,…etc et l’internet pour le moment n’a pas révolutionné le monde, juste mis en évidence que ce monde est un peu plus compliqué qu’il n’y parait, et que l’auto-organisation n’est pas prête de voir le jour à grande échelle bien sûr)……

  14. Henri A says:

    A Toto ex Dieu ex Chercheur:
    -monde actuel platonicien = monde sans idéal.
    -des gens comme vous qui ne voyez le monde qu’au travers de la philosophie.
    J’aimerais bien que l’on m’explique d’où vous concluez ce genre de chose.
    Si internet n’est pas un outil au sens littéral, les moyens de locomotion non plus si on applique votre description.
    Mr Toto, si je vous tombe dessus à chaque fois à bras raccourcis, c’est, il me semble qu’il y a une grosse confusion au niveau du sens de certains mots.

  15. Paul de Montreal says:

    On parle souvent de La philosophie comme on dit La vérité mais il faudrait parler davantage au pluriel les philosophies et les vérités. Il faut comprendre un système ou une pensée philosophique voir si elle est cohérente ou pas et ensuite y adhérer suivant son caractère et contexte. L’âge fait partie du contexte avec l’âge, l’environnement, la santé, le caractère, le statut social, la culture etc …

    Si un ou plusieurs philosophes sont médiocre, je ne fais pas de généralisation à tous.
    Avec un bon raisonnement, on se rend compte des gens qui ont des connaissances une culture et ceux qui au delà arrivent à bien la comprendre et l’appliquer. Dit autrement, a quoi sert de connaitre sa table de multiplication par cœur jusqu’9 si on se trompe dans ses multiplications au delà.

    Onfray semble bien interprété et comprendre les penseurs qu’il analyse sur l’hédonisme ou l’eudémonisme mais ne l’applique que partiellement dans sa vie publique. Ses incohérences et contradictions sont bénéfiques d’une certaine manière pour les auditeurs de ses conférences. Ses textes polémiques font parler de lui. Plus il devient une star dans ce contexte et plus il s’éloigne du sage eudémoniste.

    En résumé, Onfray est un connecteur très actif, un assez large diffuseur (avec une mentalité franco-française) mais comme communicant au sens “full duplex” () il a selon moi encore une bonne marge de progression de ce que j’ai pu constaté de sa vie publique.

  16. Ax says:

    “internet pour le moment n’a pas révolutionné le monde”

    si :

    – Internet a mis à plat des hiérarchies

    sur les réseaux sociaux comme MySpace ou Facebook, vous pouvez entrer en contact avec des personnes que jamais votre situation sociale, professionnelle ou géographique, ne vous aurait permis de connaître, dans l’ancien monde.

    Balzac aujourd’hui ne parlerait plus des salons bourgeois ou aristocratiques, mais de ces réseaux sociaux d’un nouveau type.

    Leur mode de fonctionnement est beaucoup plus égalitaire et rapide que les anciens salons.
    Quelqu’un, inconnu, venant avec une bonne idée, peut trouver tous les leviers menant cette idée à réalisation. Il n’est plus nécessaire d’avoir un diplôme ou un rang social pour percer, constituer un réseau, créer une entreprise, porter un projet à terme.

    Ceux qui diminuent l’importance de cette révolution, sont ceux qui sont déjà installés dans l’ancien monde et ne voient pas la nécessité du nouveau ;

    ou bien ceux qui, non installés dans l’ancien monde, ne portent pas non plus de projet pour le nouveau.

    Il est certain que sans projet, sans but, on ne sait pas trop quoi faire avec ces nouveaux outils. Un outil n’est pas une fin en soi, il est un instrument au service d’une fin. Les personnes qui n’ont pas d’objectifs concrets ne voient pas à quoi servent ces leviers. Tous les autres, ceux qui ont des projets, constatent chaque jour à quel point ces outils révolutionnent leurs possibilités d’actions.

    La seule limite à cette révolution n’est pas dans l’outil, mais dans la nature humaine. On ne va pas construire un monde parfait, parce que la perfection n’est pas humaine, et parce que les hommes sont trop nombreux sur terre pour tous y trouver leur compte.
    Cette limitation est physique, et ne condamne pas les apports de l’outil.

  17. TOTO says:

    @Henri A

    D’accord avec vous le feu la roue l’électricité, ne sont pas à proprement parler des outils, je n’ai fait que reprendre les termes de “Ax”,
    Je suis peut être un “ex” ceci ou “ex” cela peu importe, je pense que vous êtes Mr Henry A , un futur quelque chose.Vos cours de sémantique et autres auraient besoin d’autre chose qu’une critique stérile, vous ne dites jamais ou est l’erreur….mais peut être ne le savez vous pas vous même…..

    @ Ax

    Non, internet n’est pas pour le moment ce que vous en dites. Vous ne rencontrez personne, tout au plus vous discutez, oui je suis d’accord, les hiérarchies s’atténuent….au début et rapidement reprennent le dessus….voulez vous un exemple…
    Plusieurs fois je suis intervenu, ou du moins essayé, et vous avez toujours quelqu’un qui vous attends au tournant, j’imagine très bien Mr Henry voyant mon Pseudo , se dire : “mais qu’est ce qu’il raconte ce c..” et de jouer les profs…..restez donc dans votre illusion, il est vrai que Balzac ne parlerait pas de salon bourgeois….mais que sont donc ces blogs et réseaux que vous appelez “sociaux”.
    Allez je vous laisse et effectivement, Henry A a raison, je n’ai rien a faire sur ce blog,
    Et comme le dit si bien Mr Crouzet, mes 15 années de plus que lui font que la compréhension et l’action (si tant est qu’il y en ait une) tendent vers le platonisme, mes idéaux sont bien loin derrière.

  18. Ax dit que des gens se rencontrent parce que c’est effectivement ce qui se produit… on se rencontre sur internet puis hors d’internet… puis on fait des choses… certains se marient, d’autres créent des boîtes, je vais écrire un scénario de BD pour Pacco… et mille autres choses se font comme ça.

    Bien sûr tous les canaux de communication ne se sont pas ouverts. J’ai envoyé hier un mail à Onfray et je n’ai reçu aucune réponse. Quand j’envoie un mail à Taleb ou Chaitin, des pointures internationales d’une autre trempe qu’Onfray, ils me répondent dans la minute. Le monde n’est pas encore plat partout, sans doute en France moins qu’ailleurs mais partout les choses changent.

    Notre monde est platonicien parce qu’il repose sur des idées de type platonicien… même le consumérisme matérialiste est platonicien car il idéalise les produits… ce que ne fait pas un marché organisé en longue traîne par exemple.

  19. Satured de la politique says:

    Ha ! Vous voyez, Thierry, que Ax et Toto n’ont pas le même discours. De savoir que l’on a plus ou moins de temps devant soi change énormément le type de discours que l’on adopte vis à vis de la vie. Je sais… ca fait peur…du moins au début, on redoute que le pouvoir passe entre les mains de gens qui n’ont plus rien à attendre de la vie… et puis quand on vieillit, on se calme parce qu’on commence à voir les choses sous un nouvel angle.

  20. Ax says:

    “voulez vous un exemple…
    Plusieurs fois je suis intervenu”

    Toto, le fait que les hiérarchies sociales s’aplatissent, ne signifie pas que la communication entre les hommes est facile.
    Il y a d’autres freins à la communication, c’est ce que je nommais les limites humaines à la révolution Internet.
    On ne peut attendre d’un outil que ce qu’il peut donner, ce n’est pas une magie qui change les démons en princes.

    J’ai moi-même pris mes distances avec le concept euphorique des “nouveaux médias”, en constatant que ces nouveaux médias, dirigés par des humains, reproduisent les tares humaines : connivences, censures, faux pluralisme et vrai clanisme, arrivismes vulgaires à coups de mauvaise foi…

    Cela ne condamne en rien l’outil Internet. Internet abat des murs sociaux archaïques, il ne métamorphose pas pour autant la nature humaine comme par magie.

    Les valeurs des connecteurs que vous trouviez “peu flatteuses” : cynisme philosophique, réalisme, empirisme, pragmatisme, hédonisme… ces valeurs prennent acte du fait que la magie n’existe pas. Rien ne se fait par miracle en un instant. Il faut des objectifs solides et des outils utiles, et ensuite beaucoup de ténacité et de longueur de temps. Ceux qui attendent une révolution totale et magique peuvent aller prier dans les Eglises ou les cellules des partis totalitaires.

  21. Satured de la politique says:

    On sent bien qu’Ax à plus peur d’avoir des cheveux blancs que Toto…

  22. TOTO ex DIEU says:

    Satured de la politique,
    tout à fait! ha ha

  23. Ax says:

    “j’imagine très bien Mr Henry”

    Excellent “Monsieur Henry”. On dirait un nom de tenancier de maison close. ça va te rester comme surnom, Henri 😉 Tu nous présenteras des filles.

  24. Ax says:

    Je n’ai pas compris le coup des cheveux blancs.

  25. TOTO ex DIEU says:

    @Ax

    “””Rien ne se fait par miracle en un instant. Il faut des objectifs solides et des outils utiles, et ensuite beaucoup de ténacité et de longueur de temps.”””

    Ben!….voila un discours qui me va mieux et me semble plus réaliste, qu’en pense l’ami, Satured de la politique ?….

  26. TOTO says:

    @Ax

    Rien ne se fait par miracle en un instant. Il faut des objectifs solides et des outils utiles, et ensuite beaucoup de ténacité et de longueur de temps.

    Ben!….voila un discours qui me va mieux et me semble plus réaliste, qu’en pense l’ami, Satured de la politique ?….

  27. Satured de la politique says:

    Ben il pense que sous les mêmes vocables vous n’envisagez pas les mêmes choses si cela touche votre conception changeante d’une vie bien remplie.

  28. TOTO says:

    Décidément mes cheveux blancs ne m’aident pas à maitriser le correcteur, y’a “doublette”

    Ouais, Mr Henry…..je ne pensais pas à mal, mais je vois que d’autre ont l’esprit un tantinet tordu……enfin c’est cela le réseau “social” 😉 ,pour les cheveux blanc de Ax ,j’ai pas compris non plus, c’est ça aussi le …..réseau social….on comprends pas tout!!! 😉

  29. TOTO says:

    # Satured de la politique a écrit :
    29 December 2007 @ 18:40

    “”Ben il pense que sous les mêmes vocables vous n’envisagez pas les mêmes choses si cela touche votre conception changeante d’une vie bien remplie.””

    Pouvez développer s’il vous plait,

  30. Satured de la politique says:

    Tout le monde peut se mettre d’accord quelque soit l’age (en dehors de la maternelle bien sur) sur le fait que rien ne se fait par miracle en un instant. Encore qu’on pourrait se demander si la notion d’instant serait la même pour tous.
    Par contre, par exemple, les vocables de “solidité” et d'”utilité” regorgent de malentendus pour nos ages différents à tous.
    Pour ce qui est du concept de longueur de temps, une partie d’échecs, par exemple, peut montrer combien les jeunes ténacités sont différentes des plus anciennes.
    Je ne suis pas le professeur de Will Hunting mais les livres, par exemple, fourmillent d’expériences qui ne sont pas encore abordées alors qu’on peut les avoir cru comprendre.

  31. Paul de Montreal says:

    @Thierry
    J’ai écrit plusieurs fois à Onfray et il m’a répondu qu’une fois “Merci” à un email qui demandait une confirmation de réception.

    Bonne chance 😀

    > Notre monde est platonicien parce qu’il repose sur des idées de type platonicien…

    L’occident repose en effet sur des philosophies assez compatible avec le christianisme comme l’idéalisme d’un Platon. Certaines de ses idées politiques (Théorie des castes) ne sont pas compatible avec nos démocraties modernes.

  32. Henri A says:

    A Mr Axel:
    Des filles ? Il t’en faut d’autres encore ? Tu les veux toutes !!
    A Mr Toto:
    Je ne pense pas à mal non plus ; ma façon d’écrire est trop directe sûrement, mais une personne comme vous, avec vos compétences et expériences pourriez faire un petit effort de lecture correcte et de précision dans les commentaires.
    Mes remarques se réfèrent aux commentaires, pas aux personnes ( à part Ax ).
    Prenez exemple sur Satured de la politique qui n’est pas lui, satured du reste.

  33. @Paul Je n’ai besoin d’aucun courage. Quand j’écris un truc sur quelqu’un, je lui envoie un mail en général. Le mec fait ce qu’il veut après. Soit il accepte la connexion, soit il la refuse. Heureusement que beaucoup la refusent car sinon je ne m’en sortirais pas.

  34. Satured de la politique says:

    Plus j’avance, plus il me semble avoir des accointances avec Monsieur Alberti 🙂

  35. raphael says:

    Renseignez-vous sur ce que dit onfray des etrangers.Vous serez peut etre alors surpris qu’il vous faudra reconnaitre qu’il est raciste .Oui je dit bien raciste .Cf par exemple “les questions des auditeurs ” dans “stupide 19e siecle”(conferences donnees à Caen en 2006-2007 par michel onfray).

Comments are closed.