Une année vient de se terminer, une autre commence, c’est l’occasion des vœux. Les miens passent par un chemin détourné.

Lors de la discussion qui a suivi mon article sur Michel Onfray, nous avons évoqué le changement radical qu’internet introduit dans le monde : l’horizontalité.

J’ai développé cette idée dans Le peuple des connecteurs, essayant de montrer que notre structure sociale était en train de se transformer. Le CV, le milieu, l’âge, l’origine… tout cela n’a plus beaucoup d’importance lorsque nous nous connectons. Nous construisons une société non hiérarchique, une société où tout le monde peut accéder à tout le monde.

Par exemple, quand nous bloguons, nous acceptons de dialoguer avec les lecteurs. Si une célébrité blogue, elle se doit de respecter cette règle. Si elle ne le fait pas, et beaucoup ne le font pas, pour ne pas dire la plupart, elle se décrédibilise aux yeux de la net génération, démontrant qu’elle ne considère le net que comme un simple media one to all.

Je reste persuadé que l’aplatissement hiérarchique est en marche. J’essaie d’y participer autant que possible. Chaque fois que j’écris au sujet de quelqu’un, je lui adresse un mail pour établir une connexion. Suivant que je m’adresse à un Américain ou un Français, je ne vis pas du tout la même expérience.

Les Américains, même célèbres, en tout cas dans l’univers qui m’intéresse, répondent presque systématiquement sous 24h. Ils posent des questions, nous échangeons des mails, nous promettant de nous rencontrer à l’occasion. J’ai par exemple ainsi discuté avec Gregory Chaitin, un des plus grands mathématiciens vivant ou avec Nassim Nicolas Taleb, l’auteur de The black Swans, un des bestsellers américains 2007.

Les Français, bien souvent, ne reçoivent pas mes messages. On dirait que l’adresse e-mail qu’ils indiquent sur leur site ne fonctionne pas. J’ai commencé par expérimenter cette forme d’autisme numérique avec Alain Juppé. Elle s’est répétée avec de nombreuses autres personnalités politiques, philosophiques ou artistiques, dernièrement donc avec Michel Onfray et Joann Sfar. Et peut-être que j’avais apprécié Bayrou juste parce que lui répondait immédiatement, en tous cas en 2006.

Le plus étonnant est que la notoriété n’implique pas l’autisme. Les Français inconnus du grand public ne répondent pas plus que les célébrités. J’ai l’impression que mes compatriotes sont sur la défensive. Toute personne qui les aborde, qui tente de connecter avec elle, est suspecte. « Qu’est-ce qu’il me veut ? Qu’est-ce qu’il cherche ? » On dirait que nous nous jugeons tous comme les dragueurs obséquieux qui hantent les terrasses des cafés.

Au contraire, les Américains partent avec un a priori favorable. Quand quelqu’un s’avance vers eux, ils voient des potentialités positives. C’est sans doute une question d’éducation. Elle explique en partie pourquoi les Américains sont plus entrepreneurs que les Français, aussi pourquoi ils mènent la danse sur internet. Leur société est déjà plus aplatie que la nôtre.

En 2008, j’aimerais donc que l’autisme numérique cesse en France et que nous acceptions de basculer dans la société des réseaux, pas seulement des réseaux numériques mais, surtout, dans celle des réseaux sociaux. En clair, j’aimerais que cette année nous répondions tous aux mails des inconnus pour peu que ces inconnus montrent qu’ils s’intéressent à nous, nous interpellent, nous donnent des idées…

Je reçois parfois des mails de gens qui me proposent une simple connexion. Que voulez-vous que je réponde dans ce cas ? Une connexion commence par un échange. « Tiens j’ai pensé ça. Tu te trompes en disant ça. Tu devrais lire cet auteur. » Une connexion commence comme si elle s’inscrivait déjà dans une amitié de longue date. Elle n’est pas toujours fructueuse mais participe, dès son origine, à la nouvelle société du don que nous construisons.

13
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

13 comments

  1. Ax says:

    “Toute personne qui les aborde, qui tente de connecter avec elle, est suspecte. « Qu’est-ce qu’il me veut ? Qu’est-ce qu’il cherche ? » On dirait que nous nous jugeons tous comme les dragueurs obséquieux qui hantent les terrasses des cafés.

    Au contraire, les Américains partent avec un a priori favorable. Quand quelqu’un s’avance vers eux, ils voient des potentialités positives. C’est sans doute une question d’éducation. Elle explique en partie pourquoi les Américains sont plus entrepreneurs que les Français”

    Très juste.

    Je crois en effet que ce n’est pas du tout une question de notoriété/grosse tête mais d’éducation.

    Les Français ne sont pas éduqués pour travailler en équipe, ils sont dans des logiques individuelles depuis l’école (“ne pas copier sur le voisin”), alors que les Américains sont davantage dans des logiques coopératives, win-win, utiliser la force de l’autre.

    Les Français ont a priori une attitude de défiance vis à vis de l’autre qui engage le dialogue.

    Voir aussi Bourguignon sur la différence culturelle Français-Américains, et l’aspect défiance de l’inconnu / esprit d’entreprise:
    http://www.page2007.com/la-difference-culturelle-commence-tout-petit/

    Il y a aussi la logique girardienne du désir triangulaire qui tend à mépriser celui qui nous désire, pas tant par mépris de l’autre mais par mépris de soi, donc mépris de celui qui nous admire, et certitude qu’il ne peut rien nous apporter.

  2. Fred., de L. says:

    “comme si on n’avait que ça à foutre que de répondre à toutes les solllicitations”.

    En résumé voilà ce que je te répondrais si j’étais Alain ou Michel…

    J’ai tjs été déçu que Mélenchon ne réponde pas sur son blog. Je lui réponds parfois malgré tout. Et je persiste à lire systématiquement ses billets.

    J’héberge des forums. Il y a moins de monde désormais. Mais il y a eu plus de monde. Et je suis toujours sollicité par mail. Beaucoup moins désormais. Depuis que tous les habitués savent que ça ne sert à rien. J’ai déjà suffisamment à faire dans ma vie réelle… pour ne pas en rajouter et avoir des liens avec d’autres… dont on ne sait rien… dont on a l’impression qu’ils n’ont que ça à faire dans la vie que de répondre à leurs mails… etc. Je ne suis pas convaincu que cet à priori négatif sur l’autre soit un atavisme franchouillard, comme tu te plais à le décrire. Mais qui sait. Peut-être.

    Et si les américains, quand un autre américain leur écrit… réagissaient comment des français vis à vis des autres français ? Alors que si c’est un français… peut-être que ça change tout ? Simple hypothèse.

    Bonne année 🙂

  3. Justement si on en reste aux amis rencontrés par les anciennes méthodes très prédictives (école, travail, club de sport…) , on ne participe pas à la société transversale qui est en train se construire… ce n’est pas une obligation… Pour ma part, les gens que je connais qui pratiquent la transversalité me semblent plus dans leur temps que les autres. Avec eux, je ne m’ennuie jamais parce que je sens qu’ils cherchent… oui cherchent…

    Non ce n’est pas parce que je suis Français que les Américains me répondent plus facilement, c’est parce qu’ils vivent de cette façon. Ils voient en chacun une potentialité.

    Quand je contacte Onfray, c’est parce que je pense que sa pensée peut féconder la mienne et inversement… Il peut certes juger que non… Mais moi je cherche la fécondation à tout prix.

    Je suis intellectuellement un libertaire si je ne le suis pas sexuellement.

  4. Excellente année 2008 à toutes et à tous, je vous souhaite que du bonheur, que la vie vous soit douce les amis 😉

    Amitiés 🙂

  5. lény says:

    “c’est parce que je pense que sa pensée peut féconder la mienne et inversement… Il peut certes juger que non… Mais moi je cherche la fécondation à tout prix.”

    exactement ça. Et la fécondation n’est pas un viol, on accepte ou pas, on tente de comprendre, on comprend ce que soi on a à comprendre, on rejette tout ou partie, on continu tant que l’on peut et tant que l’on donne. Je ne pige pas toujours tout ici, mais si j’y reviens c’est bien grâce à ce point de vue là. Oui exactement pour ça. Bonne année.

  6. Tefal says:

    Je confirme, la tendance en France est de traiter la plupart des emails inattendus comme du spam…

  7. Iza says:

    Bah… ce n’est certainement pas moi qui vais te contredire sur ce point. Sachez le amis lecteurs, avant de devenir groupie par ici ;-), j’étais une anonyme qui a sollicité Thierry parce qu’elle avait lu son livre. Un échange de mail et de tel plus tard, Thierry était là, intervenant auprès de mes stagiaires …. C’était simple, cool, agréable.
    Juste en passant comme ça. Thierry fait exactement ce qu’il voudrait que les autres fassent. Il me semble qu’il est assez occupé aussi… mais il le fait parce qu’il y croit.

    Bonne année à tous. Que 2008 nous porte loin et partout, ensemble, pour construire encore !

  8. Paul de Montreal says:

    Sur l’ensemble du trafic email j’ai lu une statistique qui indiquait que 95% représente du spam (très souvent en anglais d’après mon expérience). Pour peu que la personne n’est pas un bon anti-spam sa boite aux lettres peut être rapidement pleine. Ensuite les célébrités et politiciens sont souvent très sollicités. Peut être que côté US, ils embauchent plus souvent du personnel pour y répondre.

    Pour Onfray, je pense connaitre les raisons pour lesquelles il ne répond pas souvent.
    1. il ne trouve pas d’intérêt qualitatif dans les échanges emails, forum etc…
    2. il évite les gens négatifs. Et avec les polémiques qu’il lance en France il doit en recevoir du courrier “négatif”.
    3. Entre ses cours de l’université populaire, ses nombreux voyages, ses lectures et l’écriture d’ouvrage il ne doit pas lui rester beaucoup de temps libre … à part pour dormir et manger. 😉

  9. fred says:

    très bon article. je suis tout a fait d’accord avec cette notion-révolution d’horizontalité

    un bémol cependant, j’ai écris à bill gates pour lui proposer des améliorations à faire sur vista et à Steven Spielberg pour voir avec lui comment améliorer la fluidité de ses travellings et aucun de ces deux “américains” ne m’a répondu .. 🙂

    Bonané 08 ! (sms version)

  10. @Fred Normal tu ne t’es pas adressé aux bonnes personnes 🙂 Mais quand j’interpelle Onfray sur un truc, c’est plutôt un truc qui le concerne… le fait que sa philosophie patine.

    @Paul Quand tu te prétends philosophe, tu te dois d’être à l’écoute du monde. Quand tu te fermes, tu n’es plus philosophe, quel que soit la raison. Être philosophe aujourd’hui c’est certainement participer à l’horizontalité car c’est un champ nouveau qu’autorise les nouvelles technos.

    Le problème n’est pas que Onfray ou un autre ne me répondent pas, ce n’est pas grave, c’est qu’ils ne répondent pratiquement jamais d’une manière générale. Il m’arrive aussi de ne pas répondre quand les messages qu’on m’adresse ne me parlent pas (j’écris sans doute des messages qui ne parlent pas…).

  11. Paul de Montreal says:

    @Thierry
    > Quand tu te prétends philosophe, tu te dois d’être à l’écoute du monde.

    il l’écoute sans doute mais il ne répond pas …
    “individuellement” mais davantage via ses cours et ses ouvrages. Je suis plutôt d’accord avec toi mais le Monsieur Onfray peut te construire une philosophie du bonheur ou du plaisir qui évite les désagréments potentiels et les gens négatifs. Dans ses cours d’histoire de la philosophie il a une session de question toutes les 5 conférences. Il y a peu de questions car ses “réponses” sont assez longues. Une fois qu’il a la parole, il la lâches plus ou presque. 😀

    > Je suis intellectuellement un libertaire si je ne le suis pas sexuellement.

    taratata, je me laisserai pas avoir avec ça. 😀

    Bonne année 2008 à tous les participants et participantes de ce Blog.

  12. Bonne année à toi Paul et à vous aussi Henri, Iza, Leny et les autres…
    Qu’elle débute sous les meilleures auspices. 😉

Comments are closed.