Je viens de lire ce livre de Dominique Ponchardier. Je l’ai acheté par hasard chez un bouquiniste d’Annecy en 2006, juste parce que la jaquette avait attiré mon attention. Comme souvent, je me dis que le hasard fait bien les choses. Je vais finir par me demander si une force invisible ne m’attire pas vers les textes que j’attends. Ce serait oublier tous les livres que je ne fais que parcourir et dont je ne parle jamais. Dans La mort du Condor, Ponchardier raconte ses quatre années d’ambassadeur de France en Bolivie. Elles commencent par le coup d’état de la Junta Militar et s’achèvent par la mort du Che. Ce livre oublié, publié en 1976, m’apparaît dans le domaine francophone comme un des plus puissants de la fin du XXe siècle. Jetez vos Modiano et vos Le Clézio… passez aux choses qui traversent le temps.

3
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

3 comments

  1. Paul de Montreal says:

    @Thierry,
    Idem
    il y a quelques années j’avais acheté par hasard un livre à cause de sa couverture originale et du titre :
    “Mozart Brain and the fighter pilot : unleasahing your brain’s potential” (2001) de Richard Restak un neuro-psychiatre auteur du best seller “The Brain, a companion”.
    Je suis en train de le lire (à la moitié) et sans être révolutionnaire, certains passages sont assez intéressants et devrait t’intéresser.
    Rapidement 1 ou 2 idées en passant.
    il récuse que notre cerveau fonctionne comme un ordinateur (il a besoin de plaisir, de motivation) et fait un parallèle entre notre réseau neuronal et le web.
    En début d’ouvrage, il insiste un peu trop à mon avis sur la mémoire mais comme médecin qui traite des cas d’Alzheimer ça se comprend. Il indique l’hygiene mental qu’il faut avoir pour le cerveau comme on a une hygiène de vie pour le corps avec l’exercice physique et une bonne alimentation.

  2. C’est démontré que le cerveau de fonctionne pas comme un ordinateur Von Neumann. On a aussi démontré qu’un réseau de neurones, donc un cerveau, pouvait simuler un ordinateur.

  3. Paul de Montreal says:

    “Qui peut le plus peut le moins” généralement 😉

    Un ordinateur Von Neumann pourrait sans doute être considéré comme un “réseau de neurones” synthétiques réduit, fixe et limité à juste 2 branchements simultanés. J’ai lu des expérimentations pour simuler de petits réseaux neuronaux via des logiciels spécifiques sur micro-ordinateur (Von Neumann). Reste qu’un petit réseaux de neurones ‘synthétiques’ ne constitue pas la complexité d’un cerveau humain pourvu de plusieurs milliards de neurones.

Comments are closed.