Tous les lundis pour la liberté

Étienne Chouard vient de diffuser par mail un document intéressant (voir aussi son blog) où il nous invite à manifester tous les lundis contre la dictature européenne. Étienne nous alarme à juste raison. Si nous ne réagissons pas, nous verrons nos libertés peu à peu se réduire.

Étienne liste des signaux d’alarme. Je ne les trouve pas assez génériques à mon goût et trop connotés à gauche. De mon côté, je dénonce avant tout la centralisation, cette tentation pour les gens aux pouvoir d’accaparer toujours plus de pouvoir. Tous les maux qu’évoquent Étienne découlent de la centralisation de plus en plus excessive de nos sociétés. Quand Monsanto aura toutes les cartes en mains, il fera ce qu’il voudra avec les OGM par exemple.

Étienne pense que nous ne pouvons défendre nos libertés qu’en écrivant nous-même la constitution. Nous avons souvent évoqué ce sujet ensemble. J’ai tendance à me méfier de la constitution car elle est pour moi centralisée par principe et elle régit une organisation centrale. Je vois mal comment elle peut de ce fait garantir nos libertés. Sa simple existence n’est-ce pas déjà un dénie de liberté ?

Nous ne pouvons être libres qui si nous minimisons les structures qui nous dépassent. Je suis donc contre tous les traités constitutionnels et je voudrais que nous décentralisions aux maximums les institutions pour les ramener le plus possible à notre niveau. Pour exercer nos libertés et vivre dignement, nous avons besoin de plates-formes de services et non pas de points d’autorité.

Je ne vais pas parler de la droite qui partout dans le monde, surtout aux États-Unis, milite pour un pouvoir fort, donc central. La gauche, quant à elle, ne s’oppose pas à la droite. Au contraire, elle propose elle aussi de renforcer la centralisation, donc de réduire nos libertés (même si tel n’est pas son objectif bien sûr).

Si nous voulons rester libres, si nous voulons gagner plus de liberté, nous devons penser une société décentralisée. Elle ne reposerait pas sur une constitution mais un grand nombre de constitutions qui régiraient différents secteurs. Elles pourraient dialoguer entre-elles, elles devraient être compatibles mais elles n’auraient pas d’autorité l’une sur l’autre.

Cette société décentralisée est possible. Elle s’appuie sur un état pluriel, une Europe plurielle et non sur un document de nature presque divine et qui aurait plus de force que les anciens livres sacrés. Au fait n’est-on pas en train de vouloir réécrire le livre des livres avec cette fameuse constitution, tant bien même elle serait révisable à tout instant ?

PS : Manifester n’est-ce pas se mettre à genoux devant ceux là-même qu’on dénonce ? Pour cette raison, manifester n’est pas dans mon code génétique même si je conviens que la manifestation a pour vertu de rassembler, de créer le débat et de compter les forces en présence.

48
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

48 comments

  1. Patience le couac c’est pour très très bientôt !!!
    – Tibet/Chine et les Jeux de la Honte
    – Crise US (Suite aux Subprimes…)
    – Faim dans le Monde suite à la spéculation sur les denrées alimentaires
    – Pressions supplémentaires sur les populations
    – Baisse du Pouvoir d’Achat
    – Augmentation de l’essence et du Gaz etc.
    – Chômage et précarité
    Non… Tout va bien !!!
    Manifester ? Pour quoi Faire… ?

  2. Michel says:

    Salut

    Alors la Thierry tu m’en bouche un coin, j’aime cette prise de risque, ça fleur bon la liberté.

    @

  3. Ax says:

    “Tous les maux qu’évoquent Étienne découlent de la centralisation de plus en plus excessive de nos sociétés.”

    On a tendance à minimiser des maux qui ne sont pas politiques mais démographiques.

    Les Chinois consomment 2 milliards de sacs plastiques chaque jour.

    Pas parce que l’Etat central le leur impose.

    Parce que c’est pratique (comme nous faisons, à cette différence qu’ils sont beaucoup plus nombreux, donc impact très fort sur l’environnement).

    2 milliards de sacs plastiques CHAQUE JOUR !

    –> consommation de pétrole pour les produire, et pollution quand on les jette.

    C’est l’Etat chinois qui vient d’imposer la fin des sacs plastiques fins jetables. Alors que la population, les citoyens, spontanément, voulaient les consommer.

    Désormais les sacs plastiques seront payants pour forcer les gens à les économiser, et à utiliser des sacs non jetables.

    Voilà une solution venue de l’Etat central, contre l’égoisme des citoyens insouciants de l’environnement.

    Avant d’être un problème d’organisation économique du monde, l’explosion du prix des céréales est une conséquence de la démographie, et du développement des populations d’Asie hors de la pauvreté.

    Ainsi les Chinois, sortant de la pauvreté, et très nombreux, consomment de plus en plus de viande. Pour nourrir ce bétail innombrable, il faut des céréales en quantité gigantesque.

    Chercher sans cesse des coupables dans le système économique et politique, c’est oublier que la population est passée de 800 millions d’habitants en 1800 à près de 7 milliards aujourd’hui.

    Quelle que soit la façon dont on organise le monde, il y a des problèmes consécutifs à cette démographie.

    Et dans bien des cas, ce ne sont pas les citoyens libres qui sont prêts au sacrifice de leurs pulsions égoistes et consommatrices. Soit l’Etat central impose, soit rien ne se passe pendant des décennies et la planète crève, comme pour l’affaire des sacs plastiques en Chine.

  4. Qui dit que l’état central n’est pas efficace ? Nos sociétés sont dominées par lui depuis si longtemps que nous ne sommes justement plus responsables, incapables de gérer nos vies sans l’état ? En Chine comme ailleurs.

    La présence de forces centrales limite nos libertés. C’est tout ce que je dis.

    Ton argument est celui des forces centrales pour justifier leur existence… Nous avons des résultats. Le problème est d’aboutir à ces résultats et d’autres sans passer par une réduction de nos libertés (la Chine est un merveilleux exemple).

  5. Ax says:

    (et n’oublions pas que la construction européenne nous a sortis d’un cycle permanent de guerres civiles européennes. Il est désormais impensable que nous fassions la guerre aux Allemands, aux Anglais, aux Espagnols ou aux Italiens. Les générations précédentes auraient bien aimé qu’une telle construction commune leur épargne l’horreur des conflits nationaux.)

  6. Ax says:

    “Le problème est d’aboutir à ces résultats et d’autres sans passer par une réduction de nos libertés”

    Certes, mais pour cela il faut prendre le problème par l’autre bout:

    commencer par produire des résultats d’une autre façon, avant d’entrer en guerre contre des privations de liberté.

    C’est en démontrant une autre forme d’efficacité constructive, que les citoyens rendront crédible la décentralisation.
    Pas en se contentant de protester et manifester.

    On attend toujours le plan B des opposants au traité européen. Ils ont su bloquer un traité, ils n’ont pas su fédérer pour construire autre chose.

  7. Ben oui Ax… c’est pour ça que la manifestation, la réclamation perpétuelle, ne me paraît pas nécessairement la bonne approche. Nous devons construire l’autre monde, pas demander au monde actuel de se changer.

  8. Ax says:

    (Au niveau des libertés, il faudrait définir les libertés prioritaires.

    On ne peut jamais sauver toutes les libertés à la fois.

    Liberté de consommer tout ce qu’on veut,
    versus
    liberté de vivre dans un monde moins pollué, aux ressources naturelles moins saturées.

    Liberté d’être armé
    versus
    liberté de vivre dans un monde pacifié.

    Liberté de rouler à n’importe quelle vitesse sur la route
    versus
    liberté de circuler sur la route sans rencontrer la mort à chaque minute.

    Le principal obstacle aux libertés, ce n’est pas l’Etat central.
    C’est l’irresponsabilité des gens, qui conduit à un tel bordel qu’elle justifie les privations de liberté par l’Etat central.

    Aujourd’hui, il y a un nombre incalculable de choses que les citoyens pourraient faire pour améliorer le monde, sans qu’il soit besoin d’attaquer frontalement l’Etat central.

    Les citoyens ne font pas ces choses parce que simplement ils s’en foutent.

    Un peu fatigué de la démagogie des gentils citoyens, versus les méchants centralisateurs.

    Je crois à la décentralisation pour les oeuvres de l’esprit, pour tout ce qui est créatif. Internet est le bon exemple.

    Parce qu’aussi sur Internet, les dégâts de l’anarchie sont de peu de conséquence: les attaques de virus virtuels sont moins mortelles que dans le monde réel.

    On accepte sur Internet un monde darwinien, expérimental, fait de sélection naturelle, d’expériences réussies et d’échecs, parce que la mort virtuelle nous l’acceptons.

    Dans le monde réel, nous ne sommes plus prêts à vivre dans ce monde darwinien, expérimental et décentralisé, celui qui tue 3 lionceaux sur 4 avant l’âge adulte comme dans la jungle naturelle.

    D’où la forte demande de principes de précaution et d’encadrements centralisés.

    Il n’y a pas une guerre des citoyens contre l’Etat central.
    Il y a une rebellion des citoyens contre Darwin.

    Les citoyens demandent à l’Etat central de les sauver de Darwin.

    Lutter contre l’Etat central ne sert à rien, puisque le débat se situe entre les citoyens et Darwin. Ce n’est pas un débat sur l’organisation politique du monde. C’est un débat métaphysique, qui se noue dans le rapport des hommes à la mort, au risque, à l’expérimentation et à la sélection naturelle.)

  9. Ax says:

    (Le principe du monde darwinien, c’est que le système global (la nature) sacrifie un grand nombre d’individus, pour sauver l’équilibre global.

    Le principe du monde moderne, c’est que nous attendons du système global (l’Etat) qu’il sauve tous les individus actuels, et après seulement nous nous préoccupons de l’équilibre global.

    Il va de soi qu’il y a une contradiction, physique, entre vouloir sauver tous les individus, et vouloir préserver l’équilibre global.

    A force de ne se soucier que des individus présents, on déséquilibre le système global, et vient le moment où ce déséquilibre nuit aux individus présents. Nous entrons dans ce moment.

    Le problème, c’est que se soucier de nouveau du système global passe par le sacrifice des intérêts individuels.

    Et nous ne sommes pas prêts à ce retour au monde darwinien, ce monde où les intérêts individuels sont limités par la préservation d’un équilibre global.

    Cette contradiction est la principale cause des maux modernes.

    Il faut ajouter une confusion, dans les sociétés humaines modernes, entre intérêt global, et justice globale. Il y a une contradiction entre la notion de justice universelle égalitaire, et la notion d’équilibre global au sens darwinien, qui passe par le sacrifice de tout ce qui encombre le système. Nos sociétés modernes sont des sociétés encombrées, dans tous les sens du terme, tendant vers la saturation finale.)

  10. TOTO says:

    Oh!!! les vilains Chinois qui veulent enfin vivre comme nous!!!!

  11. Tu fais une lecture de l’évolution très Darwinienne 🙂 Plus aucun scientifique ne pense comme ça. On est bien loin aujourd’hui de la théorie du plus fort. L’évolution est avant tout une machine à innover. Elle ne sacrifie rien du tout. Justement c’est souvent parce que des organismes ou des fonctions inutiles survivent que l’évolution fait ses découvertes majeures.

    Quand je parle de centralisation, je ne pense pas qu’à l’état. Cf OGM avec Monsanto par exemple. Google pour moi menace la liberté sur internet plus que n’importe quel état. Un état décentralisé peut exister. Il n’y a pas contradiction en état et décentralisation.

    Le problème est la concentration des pouvoirs, c’est ça la centralisation. Plus ces pouvoirs sont détenus par peu de gens, moins nous sommes libres. Si la société se centralise, elle ne progressera pas comme tu le crois, elle régressera au contraire car l’innovation sera tuée.

  12. Ax says:

    “L’évolution est avant tout une machine à innover. Elle ne sacrifie rien du tout.”

    Tu enjolives un peu 🙂
    Il y a bien 3 lionceaux sur 4 qui meurent avant l’âge adulte dans la jungle.

    Sur Internet, la liberté conduit à une explosion d’attaques en tout genre. Des systèmes centralisés se développent d’ailleurs pour cette raison.

    Toi-même tu fais transiter tes mails par Gmail maintenant, pour bénéficier de la puissance de son anti-spam. Cette puissance contre le spam est rendue possible par son hégémonie.

    Tant que l’individu cherchera prioritairement à se protéger du risque le plus immédiat, il se livrera aux puissances centrales assurant sa protection. Le peuple cherche moins la liberté que la protection.

  13. Non Axel. Je passe par Gmail parce que personne n’a développé une solution décentralisée pour ça. Quoi que Akismet marche pas mal sur les blogs. Mais peu importe. Faudrait que je sois con pour ne pas utiliser les puissances centrales existantes. C’est notre monde. Tu connais la technique du judoka. Je l’emploie en me servant de Google. 🙂

    On va pas demain nier tout ce qui existe. Partir sur une planète vierge. Et tout reconstruire de zéro. Moi pas en tout cas.

    Ton exemple des lionceaux ne décrit pas l’évolution dans ses mécanismes fondamentaux. Quand l’évolution trouve des systèmes plus robustes, elle les utilise. Nous le faisons en diminuant notre mortalité. La méthode évolutive n’implique pas la mort, surtout en un temps où on peut se livrer à des simulations et laisser les erreurs mourir dans des mondes virtuels.

  14. Henri A says:

    Une conspiration pour contrer une conspiration, je m’inscris.

  15. swimmer21 says:

    Thierry, bonne nouvelle que de lire ton post. Je pense qu’il n’est que femmes et hommes en ce monde.
    Pas de manif non plus : l’énergie que je mets à lutter contre, je ne la mets pas au service du pour.

  16. Aurélien says:

    Une Constitution n’est pas forcément “centralisante”, c’est le cadre qu’elle fixe qui peut l’être. S’il l’est souvent ce n’est pas pour autant une fatalité. On doit pouvoir imaginer une Constitution encadrant un pouvoir décentralisé, un Constitution qui relie.

    Une Constitution est presque d’autant plus nécessaire que l’État est décentralisé, parce qu’il est encore plus nécessaire d’avoir des repères communs pour que la décentralisation fonctionne. Ça peut et ça doit rester très simple, précis, essentiel, mais selon moi c’est indispensable à la compréhension entre les différentes entités nées de la décentralisation.

  17. @Aurelien Je suis du même avis. Le corps commun doit être minimaliste pour éviter que seuls les spécialistes s’en emparent.

  18. Jeffe says:

    “Je suis du même avis. Le corps commun doit être minimaliste pour éviter que seuls les spécialistes s’en emparent.”
    Tout à fait d’accord avec cela, Thierry. Le système actuel (corps commun) est devenu tellement maximaliste que plus personne ne sait exactement comment-il marche, à part peut-être quelques Science-po … L’état se contentant désormais de construire des “corridors” pour y maintenir le flot.

  19. Michel says:

    Bonjour

    Dans l’état actuel des choses , il faut un peu d’argent pour construire ces systèmes décentralisés, comment subventionner une si grande idée.

    Moi je suis partant pour la décentralisation agricole, avec la construction de structures hydroponiques fonctionnant par le solaire , ça permettrait de fournir de la nourriture sans être tributaire d’un très grand nombres de structures hyper centralisées.
    Le coût de production peut être divisé par deux, la qualité peut être multipliée par deux.

    Les surfaces d’exploitations agricoles peuvent être divisées par huit voir dix pour certains produits.

    Je suis partisan pour l’abolition de la propriété des graines.

    @+

  20. Univers says:

    Pauvres êtres humains….bien centralisés….sur leur planète !

  21. Satured de la politique says:

    Univers a plus d ‘humour que moi:
    @Monsieur Crouzet: “Elle ne reposerait pas sur une constitution mais un grand nombre de constitutions qui régiraient différents secteurs.”:
    Qui régiraient différents… quoi ? 🙂

    @Ax qui cherche toujours à réduire la population et qui pense qu’il y a une “Liberté de consommer tout ce que l’on veut” :
    La théorie c’est beau…la pratique souvent moins! vous arrive t’il au moins un jour sur 7 de réfléchir…AVANT d’écrire ? Ou bien vos commentaires sont ils toujours du premier jet ? 🙂

    Allez, une dernière question qui va faire exploser les ciboulots : sommes-nous les consommateurs d’une constitution ?
    Bonne nuit les petits…. :-)))

    PS.: @Henri: si vous savez où l’on s’inscrit…N’hésitez pas à m’en faire part, car je sens que je vais fomenter une conspiration contre la conspiration qui contre laconspiration …etc.
    (((-:

  22. Ax says:

    @Satured

    ??????

  23. Henri A says:

    A Saturned :
    M’inscrire veut dire, attraper mes voisins(nes), l’épicier(e), le(a) boulanger(e) et leurs dire qu’à partir de dorénavant nous allons manifester tous les mercredi soir.
    Quand à Ax, il est capable du meilleur, comme du pire ( la plupart du temps, c’est un réflexe de provocation ).
    Sérieusement, ce que fait Etienne Chouard m’a l’air excessivement important.

  24. Ax says:

    “Quand l’évolution trouve des systèmes plus robustes, elle les utilise. Nous le faisons en diminuant notre mortalité”

    en somme tu inclus dans l’évolution naturelle les nouvelles conduites humaines visant à maîtriser la nature. Ce qui a fait passer l’espèce humaine de moins de 800 millions à près de 7 milliards, en deux siècles.

    Ton argumentation est logique car l’évolution comprend tout; mais on peut aussi voir dans les techniques humaines de domination de la nature (très récentes à l’échelle biologique) une forme de rébellion contre l’évolution naturelle, une rupture avec la logique globale des espèces, qui casse une forme d’équilibre, en accélérant le temps et les mutations, en bouleversant le rapport de forces entre une espèce particulière (l’humanité), et tout le reste de la nature.

    Certes, la définition même de la vie est d’être un acte de résistance contre l’environnement;
    lorsqu’un organisme cesse de résister à l’environnement, cela porte un nom: la mort.
    Cela dit, il y a des seuils de résistance, et il y a un abime entre le comportement de toutes les espèces biologiques, et le comportement humain, vis à vis de l’acceptation, ou non, de “l’ordre naturel des choses”.

    (ou plutôt, sur le plan du comportement, il n’y a sans doute pas de différence entre la volonté humaine de croissance, et celle d’une bactérie. Mais l’apparition de l’intelligence, et celle des outils, a créé une disproportion des effets sur l’environnement. C’est là qu’on peut voir une forme de rupture entre évolution naturelle et évolution humaine: l’usage de l’outil et son impact, impact à la fois massif et rapide. Le bouleversement majeur date du passage de l’outil à faible rendement, à l’industrie, au XIXe siècle.)

  25. @Ax Que nous acceptions ou non l’ordre naturel des choses, technologie ou pas, nous sommes soumis à l’évolution. Elle ne s’est pas arrêtée. Elle continue avec nous et nos technologies sur un rythme plus rapide. Si nous inventons des robots intelligents, ils seront le fruit de l’évolution… du point de vue d’une espèce bien plus évoluée que nous qui observerait notre histoire.

    Nombre d’expériences sociologiques et de simulations effectuées ces dernières années démontrent d’ailleurs que notre libre arbitre, s’il existe, n’influence pas nos comportements collectifs. cf Social Atom. Lire absolument ce livre.

  26. Ax says:

    OK bien sûr.

    Simplement, quand tu dis :

    “Ton exemple des lionceaux ne décrit pas l’évolution dans ses mécanismes fondamentaux”

    il est important de souligner que mon exemple s’applique à TOUS les cas naturels, avant l’ère industrielle.

    C’est seulement à partir de l’ère industrielle que l’évolution a pu être autre chose qu’une tuerie massive des individus, passant à l’étape que tu décris.

    Dans absolument tous les systèmes naturels les individus sont décimés en masse avant maturité.

    C’est très important à rappeler, quand on évoque le principe de précaution au sujet des créations industrielles.

    Si un industriel sortait un produit en disant:

    “il y a une probabilité forte que 3 utilisateurs sur 4 meurent en quelques années après prise du produit. En revanche celui des 4 qui aura survécu en tirera bénéfice, et l’espèce dans son évolution aussi”,

    tout le monde crierait au scandale.

    C’est pourtant ce que fait la nature avant l’ère industrielle.

    A rappeler chaque fois qu’on oppose “bel équilibre naturel” et “méchant développement industriel”. (Ce que tu ne fais pas, mais d’autres lecteurs oui. :-).

  27. La vie tue massivement et engendre massivement. C’est ni bien ni mal. C’est nous, produits de l’évolution, qui introduisons ces notions qui dès lors font parties des règles évolutives.

  28. Aurélien says:

    “C’est nous, produits de l’évolution, qui introduisons ces notions qui dès lors font parties des règles évolutives.”

    Pas sûr… j’ai plus plus l’impression que nous détournons et abusons des règles existantes. Nous n’inventons rien qui n’existe déjà dans l’ordre naturel, simplement nous transgressons certaines lois de cet ordre. Nous “trichons”. Ces transgressions disparaîtrons comme elles sont venues, avec nous.

    “Dans absolument tous les systèmes naturels les individus sont décimés en masse avant maturité.”

    C’est une généralisation excessive. Ce n’est pas le cas, par exemple, chez la plupart des mammifères, et ce n’était pas le cas non plus chez l’homme avant l’ère industrielle.
    On peut par exemple constater que les pays où la mortalité infantile est la plus forte sont souvent aussi ceux qui ont une démographie exponentielle, sans forcément avoir vécu leur révolution industrielle.

  29. Ax says:

    “Ce n’est pas le cas, par exemple, chez la plupart des mammifères, et ce n’était pas le cas non plus chez l’homme”

    Faudrait trouver les chiffres. Pour les lionceaux dans la jungle, j’ai retenu le chiffre de 3 sur 4 morts avant l’âge adulte. Beaucoup d’autres espèces sont touchées par des mortalités importantes avant l’âge adulte: les crocodiles je crois.

    En comptant les deux types de mortalités précoces:

    – par maladie, manque de résistance, incapacité à trouver suffisamment de nourriture…

    – par attaque d’un prédateur ou concurrent.

    Pour l’espèce humaine la mortalité précoce restait forte avant l’industrialisation des vaccins et des règles d’hygiène.

    Vu les taux de fécondité importants (souvent plusieurs enfants), l’espèce humaine ne se serait pas limitée à 800 millions d’habitants en 1800, sans ces mortalités précoces importantes.

    Le passage rapide de 800 millions à 7 milliards, en seulement 200 ans, ne s’explique pas par un accroissement du taux de fécondité, mais bien par une chute vertigineuse du nombre de morts précoces.

  30. Aurélien says:

    Les lions (qui vivent dans la savane et non dans la jungle) sont un cas particulier. Celui de l’espèce située au bout de la chaîne alimentaire où l’organisation des groupes se fait autour d’un mâle dominant, dont le successeur tuera les lionceaux.

    De là à généraliser une décimation “de masse” avant maturité à “absolument tous les systèmes naturels”… il y a un gouffre.

  31. Il ne faut pas oublier que cellules qui se dupliquent son en quelque sorte immortelles.

  32. Ax says:

    “qui vivent dans la savane et non dans la jungle”

    le mot jungle a pris le sens courant de vie sauvage, au-delà de la spécificité végétale:

    “dans la jungle, terrible jungle, le lion est mort ce soir.”

    http://www.youtube.com/watch?v=kMnbqVRydc4

    “loi de la jungle”

  33. Henri A says:

    A Axopritèque entre autres :
    Vous parlez de la “théorie” de Darwin avec la même facilité que l’énumération d’un repas de noël.
    Au mieux ce genre de sujet n’a pas de sens, au pire il n’existe pas ( à part dans notre tête, ce qui est une définition valable de ce qu’est un concept ). Le fait d’inclure dans la nature ( encore un truc inventé ) et l’évolution ( une théorie ) les actions humaines est une opinion et rien d’autre ( ce n’est même pas une théorie ).
    “Il ne faut pas oublier que cellules qui se dupliquent son en quelque sorte immortelles.”
    Le “en quelque sorte” correspond plus ou moins à une centaines d’années d’opinions humaines.
    Le billet suivant de Thierry dit en quelque sorte un truc du même genre.

  34. @Henri On a fait que parler de mèmes… c’est pas moi qui ai inventé ce truc non ?

  35. Henri A says:

    Mèmes ? Une théorie, une espèce de double décimètre pour mesurer le temps.

  36. Si on de doit parler que de la vérité ou de la réalité, on est dans la merde !

    Donc on parle toujours de théories. Et après?

  37. Henri A says:

    A Thierry le grec :
    “Donc on parle toujours de théories. Et après?”
    Ben rien, sauf que cette discussion approximative sur Darwin, les mèmes, les humains, les crocodiles, les céllules et les lionceaux est développée de façon plus précise dans le billet :
    “Epoque de transition ou pas”.
    « les hommes ont toujours été persuadés de vivre une époque charnière. »
    A partir de :
    “Mais les Grecs ne s’adaptèrent pas à ce nouveau monde. Ils se replièrent sur eux-mêmes pendant que les Romains montaient en puissance. Et même eux ne prirent…”
    jusqu’à la fin tu développes tout cela plus correctement.

  38. C’est un des intérêt du blog pour moi. Dans les coms on l’âche des choses en vrac, dans les billets j’essaie de préciser un peu, dans mes livres je vais plus loin… Si tu savais combien je pioche sur Eratosthène 🙂

  39. Ax says:

    Tu ne peux pas proposer ton “Eratosthène in progress” en vente en format PDF sur Lulu ?

    Cela fait un an que je souhaite le lire, mais cela m’énerve de devoir attendre des semaines la livraison du bouquin papier, et puis je n’achète plus de livres papier, cela encombre, on ne peut pas se déplacer avec une bibliothèque en papier entre Langley et Fort Meade.

    Le jour où les cohortes citoyennes d’Etienne Chouard attaqueront tous les libéraux europhiles, quand il faudra s’exiler comme Chateaubriand, toutes les oeuvres essentielles devront tenir sur un disque dur mobile.

  40. Eratosthène est totalement explosé en ce moment… la version qui traîne sur lulu n’a absolument aucun rapport avec le livre final… j’ai rien à faire lire encore avant quelques mois.

  41. Fabien says:

    Moi j’ai toujours eu du mal sur la tendance à dire qu’il n’y a plus de gauche ni de droite. Un lien vers la vidéo de Balkany piégé par les excellents Yes Men. Il y explique qu’il n’y a pas de pauvre en France. Ce n’est pas une vision de droite, ça?
    http://www.dailymotion.com/video/xkfts_balkany-piege-par-les-yes-men
    Bien à vous

  42. Ce qui compte ce n’est pas de dire qu’il y a des pauvres ou pas mais de savoir ce qui provoque la pauvreté… dans ce domaine, la droite et la gauche manquent totalement d’imagination, trouvent peu ou prou les mêmes causes et proposent les mêmes solutions… centralisation, pouvoir fort…. Voilà pourquoi pour moi droite et gauche se confondent… le reste n’est qu’ergotage.

  43. Michel says:

    Bonjour

    Nous savons tous ce qui provoque la misère, ce qui compte ce n’est pas de pointer ce qui la provoque, mais de mettre en place une nouvelle façon de penser.

    Après Eratosthène, pourquoi ne produirais-tu pas une analyse de la servitude et ses mécanismes .

    @+

  44. Ben c’est le sujet d’Ératosthène justement… comment devenir libre a été la quête de sa vie.

  45. espérance says:

    Bonjour Thierry,

    Ce que tu nous proposes là est le monde multi-polaire, prôné par Jacques Chirac. Un monde multi-polaire permet de garder la spécificité de chacun tout en fonctionnant de façon globale. Vouloir imposer l’uniformité, c’est courrir d’avance à l’échec. En effet, l’uniformité tend à supprimer la diversité et les racines identitaires de nos sociétés. Mosanto & les USA s’attaquent à la diversité pour mieux uniformiser et dominer. Mosanto & les USA cherchent à créer un empire. Or, les empires jusqu’à ce jour ont tous périclités. Les USA font de même avec la culture en imposant ses goûts au niveau de leurs films, de leurs musiques comme s’il n’existait qu’eux au monde. Leur culture “we are the best” nivèle le monde par le bas au lieu de le faire par le haut, car elle produit commercial au lieu d’apporter la liberté aux autres. C’est ce qui s’appelle vouloir imposer sa vision du monde!

    Espérance

  46. Ax says:

    “Ce que tu nous proposes là est le monde multi-polaire, prôné par Jacques Chirac”

    Voilà. On sait maintenant d’où viennent les fonds déposés en Suisse.

    Thierry est l’agent secret de la Jacques Chirac Fondation (dont l’Agoravox Fondation n’est qu’un paravent).

    La suite sur JC2012.connection

  47. Henri A says:

    Ax, je crois que nous sommes foutu !

  48. Manitoo says:

    Mon avis sur cette centralisation/décentralisation :
    – La décentralisation va s’accélérer.
    – Malheureusement pas dans le sens que tu souhaiterais.
    – La région va devenir davantage un centre de pouvoir, et surtout une entité plus petite, plus faible et plus facilement contrôlable par les organismes transnationaux.
    – De même qu’existe un effet de levier d’un pays à l’autre par la mondialisation économique, permettant une mise à niveau vers le bas des conditions de vie, donc de meilleurs profits pour l’actionnariat amoral (ou plutôt immoral).
    – Ce phénomène sera applicable à la région, en les mettant en compétition entre elles, poursuivant la doctrine très juste “diviser pour mieux régner”.

Comments are closed.