La longue traîne est un phénomène qui ne plait pas aux tenants du capitalisme pyramidal, le seul capitalisme possible à mon sens. Que des petits producteurs puissent survivre, que par leur nombre ils surpassent en revenus les gros industriels, est une espèce de crime de lèse-majesté.

Chris Anderson, le découvreur de la longue traîne, ne l’a toutefois jamais interprétée politiquement. Il s’est attaché à voir comment elle se développait à l’intérieur même des catalogues des grands services tel qu’Amazon. Il a vu en elle une opportunité de business alors que j’y vois une possibilité révolutionnaire.

Une étude réalisée par Will Page, économiste à la MCPS-PRS Alliance, semble contredire la théorie d’Anderson. Sur 13 millions de morceaux de musique disponibles en ligne, 52 000 auraient réalisé 80 % des ventes et 10 millions n’auraient jamais été achetés. Anderson a discuté de cette étude à deux reprises sur son blog.

L’étude de Page n’a pas beaucoup de sens. La longue traîne n’apparait que dans les services qui proposent des outils de filtrage sophistiqués. C’est la technologie qui engendre la longue traîne. Ce qui compte pour Anderson c’est que certains distributeurs soient capables de créer le phénomène parce qu’ils maîtrisent la technologie.

Mais la longue traîne qui m’intéresse est encore différente. Pour moi, tous les morceaux de musiques comptent, ceux vendus sur iTune comme ceux distribués gratuitement sur MySpace. L’argent généré n’a pas beaucoup d’importance. Je suis sûr que si on traçait la courbe de qui a écouté quoi en une année, on aurait une longue traîne. L’important c’est que des artistes inconnus arrivent à toucher un public, aussi minime soit-il. La monétisation est un autre problème.

Aujourd’hui la longue traîne est observée chez certains vendeurs en ligne, vendeurs qui obéissent au modèle capitaliste (toujours plus gros, croissance, rachat des concurrents…). Demain, si nous réussissons à développer les plateformes ouvertes, comme nous l’avons fait avec les blogs dans le domaine médiatique, nous verront cette longue traîne s’extraire des plateformes qui l’ont initialement créée. J’espère qu’il pourra exister une longue traîne du livre sans passer par Amazon.

Et comme un pied de nez à l’étude de Will Page, Anderson note que le MP3 le plus vendu en 2008 était aussi disponible gratuitement ! Les fans payent pour dire qu’ils aimaient comme ils l’avaient fait fin 2007 avec In Raimbows de Radiohead. N’est-ce pas le signe que nous inventons un nouveau modèle de civilisation ?

Notes

  1. La longue traîne chez Amazon c’est déjà un immense progrès par rapport à pas de longue traîne dans une Fnac. Des voix jadis éteintes réussissent à se faire entendre.
  2. Ces voix souvent subversives vont peu à peu pénétrer l’inconscient collectif et par leur nombre surpasseront peut-être le mainstream.
  3. L’arrivée de la longue traîne autonome indépendamment de toute plateforme centralisée marquera un tournant économique et politique auquel j’aspire.
  4. Dans ce contexte, la longue traîne n’a même pas besoin d’être avérée aujourd’hui. C’est un projet de société : celui d’un artisanat high-tech et hyper-connecté. Plutôt que des gens travaillant comme salariés pour de grandes entreprises, on aura des gens qui travaillent pour eux, partagent leurs ressources et collaborent d’un bout à l’autre du monde. Construire une longue traîne ouverte et indépendante, c’est un projet politique opposé aussi bien au projet capitaliste que marxiste.
  5. Même les chiffres de Will Page me paraissent encourageants. Il note que sur 1,23 million d’albums disponibles, seulement 173 000 ont été achetés, soit seulement 15 %. Pas de longue traîne en conséquence. Mais combien il y a-t-il d’albums chez les plus gros disquaires traditionnels ? Sans doute beaucoup moins. Donc même l’étude de Will Page laisse entrevoir que le marché s’allonge.
  6. Et pour finir, je voudrais taper sur les journalistes qui ne font plus leur job (ou n’ont plus les moyens de le faire). J’ai découvert l’étude de Will Page dans un article du JDnet, qui n’est même pas signé. Cet article publié le 24 décembre dit qu’Anderson en gros n’a pas répondu. Les mecs, pressés dans leur copier-coller n’ont même pas eu le courage d’aller voir ce qu’Anderson disait sur son blog, cela dès le 8 novembre. Je suppose que le journaliste qui a écrit l’article qui a servi de modèle à celui du JDnet n’avait déjà pas fait son travail, se contentant de reprendre un communiqué de presse… piloté par une industrie du disque qui n’aime pas, mais pas du tout, l’idée de longue traîne.

31

31 comments

  1. Didier says:

    Depuis le temps que j’attends que le web 2.0 serve à autre chose qu’à alimenter les stock-options, il est peut-être temps que le net en général revienne aux fondamentaux qui ont servi à sa création (hormis l’Arpanet des militaires US…), à savoir le partage.
    Bravo Thierry pour toutes ces expérimentations qui sortent des chemins balisés pour enfin essayer d’imaginer un autre monde 🙂

  2. Alexis Mons says:

    Cette histoire, déjà débattue chez Transnets, est de la pure polémique. Le sujet de l’étude n’était pas le Longue Traine et l’observation à propos de ce concept est dénué de toute prise en compte sérieuse du contexte.
    La Longue Traîne n’est pas qu’un concept, c’est surtout un élément fondateur d’un modèle économique et, à ce titre, les produits et les usages attendus, les instruments mis en oeuvre pour stimuler et animer le développement de la Traîne comptent beaucoup.
    Pour le reste, petit goodies avec un lien vers le téléchargement d’une publication de chercheur français qui ont trouvé la Traîne en étudiant la consommations de biens culturels en ligne et hors ligne sur le marché français, entre 2003 et 2006. Nos chercheurs ne savent décidément pas valoriser leurs excellents travaux sur le web ! http://www2.culture.gouv.fr/deps/fr/traine.pdf

  3. Un passant says:

    “Depuis le temps que j’attends que le web 2.0 serve à autre chose qu’à alimenter les stock-options”

    Ce qui est frappant c’est la quasi absence de la culture sur les blogs des défenseurs de l’alter-système.

    Finalement, qui sert la longue traîne ? MySpace, Amazon… Des grands groupes.

    Les petits artistes de la longue traîne trouvent très peu de relais dans la blogosphère, pour parler de leurs musiques, concerts, courts métrages, films…

    Ou du moins la blogosphère qui parle d’autre chose que de l’actualité ne bénéficie pas de la même valorisation que celle qui joue les perroquets de l’anti-sarkozysme d’actualité.

    Les révolutionnaires s’appellent MySpace et Amazon, dont le rôle social au service des petits est supérieur à tout ce que fait la blogosphère indépendante.

  4. C’est pas faux… j’ai fait un outil sur coZop pour mesurer le caractère branchouille ou underground des blogs. 90% sont branchouilles. C’est affligent pour moi. Ils ne parlent que de ce que les autres parlent.

    Cet outil n’est pas finalisé… j’espère l’utiliser pour détecter ceux qui parlent d’autre chose et les mettre en avant sur coZop. Chacun des auteurs coZop pourra connaître sa coloration.

    Bon mon blog sort dans underground (je me sauve moi-même).

    La mort du blog c’est de ne parler que de l’actualité. Donc de tourner en rond… plutôt que de fouiller le web.

  5. Un passant says:

    “un outil sur coZop pour mesurer le caractère branchouille ou underground des blogs. 90% sont branchouilles”

    Très intéressant.

    Ma conviction c’est que 90% de la révolution à faire est psychologique, et pas politique.

    C’est d’ailleurs la ligne de Léo Ferré : “la vraie révolution au niveau de l’individu”, pas des structures.

    La plupart des outils pour créer le monde nouveau sont là, sans révolution politique à faire.

    Et la plupart des obstacles sont psychologiques: l’esprit moutonnier, le snobisme, le manque d’imagination, l’absence de valorisation de ce qui sort de la norme et de la mode, le dédain a priori.

    Même pour l’underground, il y a souvent un “underground à la mode dans le milieu de l’underground”, et un underground qui sera dévalorisé, snobé, celui qui représente la vraie longue traîne.

    On retombe sur l’analyse de René Girard: le mimétisme grégaire à la base des conflits humains, parce que l’homme se conditionne à désirer d’après le désir du voisin, ce qui entraîne une concurrence autour d’un petit nombre d’objets, et une dévalorisation d’un immense champ de possibles.

    (On peut bien sûr accuser le système des majors de favoriser cet esprit moutonnier, mais on trouve à l’inverse des gros systèmes comme MySpace ou Amazon qui valorisent aussi la longue traîne. Le système n’est donc pas un vrai obstacle, il a fait naître les bons outils, mais la mutation psychologique n’est pas encore opérée pour valoriser “les petits, les obscurs, les sans grades…”)

  6. Didier says:

    Cher petit passant,
    Pourquoi citer mon commentaire pour parler des blogs?
    Parce que je parle de web 2.0 ou parce que mon profil envoie sur un site “qui joue les perroquets de l’anti-sarkozysme d’actualité.”? Dans les deux cas il y a peu de rapport avec les blogs. Réduire le web 2.0 à la blogosphère, synonyme branchouille du syndrome du “moi-je” c’est avouer ne rien avoir compris au fait que ce concept repose essentiellement sur du contenu alimenté par ses membres de manière transversale. Quand à Alterdigue, c’est un site et non un blog. Un blog (de l’anglais web-log puisqu’il faut tout te dire) est un journal de bord, quelque chose de personnel; un peu comme celui-ci ou toi et moi débattons (si l’on peut appeler ça ainsi). D’ailleurs si tu veux mon avis, plutôt que de nous rejouer la scène du “c’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule”, tu devrais en ouvrir un de blog, tu as le profil 😉

  7. J’ai commencé à lire cette étude. Dès le début j’ai l’impression que les auteurs oublient la nécessité de la plateforme !!! La longue traîne doit être encouragée.

    Faire la différence entre physique et immatériel n’a pas beaucoup de sens. La longue traîne peut-être encouragé dans le monde matériel. Si un blogueur suggère d’aller voir un concert, ça peut participer à la longue traîne. C’est la plateforme de filtrage / recommandation qui fait la longue traîne pas nécessairement l’objet / service qu’elle représente.

    Bon pas la patience d’aller plus loin… Anderson pourrait opposer aux auteurs la même critique qu’à Will Page…

  8. Un passant says:

    “Parce que je … ou parce que mon …”

    Désolé pour les narcissiques, mais je réponds très rarement aux personnes en tant que telles.

    Et je répond rarement au commentaire en tant que tel, je prends un élément qui conduit à un autre.

    Ce n’est pas la peine de dire à chaque fois “je n’ai pas dit cela”.
    J’ai appris à lire, mais ce qui est intéressant c’est d’avancer, pas d’en rester à la lettre de ce qu’untel a dit.

    J’ai repris un morceau de ta phrase pour faire un lien avec l’activisme de la blogosphère, pour rappeler que le plus important n’est pas de critiquer le système, comme font les blogueurs politiques qui croient sauver le monde.

    Le plus important est de créer les outils qui construisent le nouveau monde.

    Or, en ce qui concerne “la défense de la longue traîne”, sujet de ce billet, j’ai mis l’accent sur le fait que c’était des outils créés par des grands groupes (MySpace, Amazon) qui défendaient le mieux la longue traîne.

    Et je regrettais de rarement trouver, chez les champions de la lutte contre le système, une mise en valeur de la création alternative ou underground.

    Ce que Thierry confirme en nous apprenant que 90% des blogs de Cozop ne font que de la branchouille, culturellement parlant.

    C’est intéressant d’identifier ce qui permet réellement de construire un autre monde, plus divers et pluraliste.

    A part ça, merci de m’apprendre ce qu’est un blog. J’en ai tenu un, qui n’a pas trop mal marché.
    Mais depuis 18 mois j’ai précisément tourné le dos à la critique bloguesque du système politique, pour participer, sur les réseaux comme MySpace, à ce qui construit vraiment le nouveau monde: la rencontre avec les jeunes créateurs.

  9. C’est faux de croire que seuls les grands groupes créent la longue traîne. Il y a une longue traîne médiatique depuis que les blogs sont là et elle est indépendante d’une plateforme particulière.

    La longue traîne musicale dépasse largement les plateformes aussi… ou elle est multiplateforme… et aussi sur les blogs musicaux.

    Il y a un double mouvement, certains l’exploitent pour faire du business, d’autres pour gagner plus de liberté, ces deux mouvements se développent parallèlement et c’est assez nouveau (avant il n’y avait que les gros industriels pour jouer).

    Si on prend l’ensemble des sites web ont a aussi une longue traîne…

    Je vais écrire un autre billet… car je viens de lire un papier où il est évoqué l’idée de la manipulation génétique accessible à tous ! Et qui va dans ce sens.

  10. Un passant says:

    “une longue traîne médiatique depuis que les blogs sont là”

    oui mais je la trouve très surfaite et sur-valorisée.

    Si tu examines bien, la plupart de ses articles sont en fait issus des grands médias, et surfent sur l’actualité mise en avant par ces grands médias.

    La plupart des scandales dénoncés par Agoravox et les blogs militants se fondent … sur des articles parus dans Le Monde et autres grands journaux, sur des documentaires diffusés par la 5 ou la BBC…

    Il n’y a pas de travail d’investigation indépendant dans la blogosphère.

    La blogosphère ne révèle pas de scoops, ne met pas au jour des scandales.
    Elle sentimentalise sur des scandales révélés par les grands médias.

    La crise climatique, le bio, les scandales sanitaires, les affaires de corruption… Tout cela est largement traité par les grands médias, et ensuite repris par des blogs qui ont très peu de lecteurs et peu d’impact.

    Un exemple entre mille: l’ascension de François Bayrou pendant la présidentielle tient essentiellement à ses passages sur TF1 avec Claire Chazal.
    On s’est fait plaisir en survalorisant le rôle des blogs, quand c’est TF1 qui a fait 90% du travail de notoriété pour Bayrou, dans sa posture anti-système.

  11. J says:

    Quel blaireau flétri ce Passant.
    Il ferait mieux de se repasser!
    Il n’a rien vu rien compris…
    Il me fait penser à un mec qui trainait ici il y a quelques mois… Du genre à tartiner…

  12. Un passant says:

    @ J

    Commence par nous montrer ce que tu fais.

    (On dirait que tu es particulièrement susceptible quand on critique le dieu Agoravox… qui ne fait que du copier-coller des médias, en y rajoutant la conviction grandiloquente de servir le genre humain de façon très originale, et en crachant sur ce qui lui sert de source (Le Monde très souvent), attitude peu sympathique et malhonnête…)

    Les services les plus vitaux sur le Web, pour servir la longue traîne:

    – MySpace
    (dont Facebook n’est qu’une copie business avec des gadgets à la con en +).

    – YouTube
    (Dailymotion est moins bien conçu socialement, en ne permettant pas de remonter à la source des links, alors que YouTube indique publiquement les “Sites proposant un lien vers cette vidéo”, ce qui permet d’élargir les réseaux)

    – Amazon

    – Wikipedia

    – … ?

    Ces 4 services offrent l’avantage du temps long. Leur organisation permet un accès au contenu en dehors de son actualité immédiate.

    A l’inverse du blog qui est surtout réactif à l’actualité, et est peu conçu pour un accès aux archives, très vite périmées, et mal organisées.

    Un seul de ces services n’est pas à vocation commerciale, Wikipedia, mais son succès repose sur une organisation financière (investissement au départ, et système de dons fonctionnant bien – encore 6 millions de dollars levés récemment)

    On pourrait ajouter Deezer, parmi les plus récents.

  13. Henri A says:

    Au passant qui tourne en rond :
    Meme si tu dis de temps en temps des choses pas fausses, tu as souvent une écriture à claque.

    [“une longue traîne médiatique depuis que les blogs sont là”
    oui mais je la trouve très surfaite et sur-valorisée.]

    Tout à fait d’accord.

    “Si tu examines bien, la plupart de ses articles sont en fait issus des grands médias, et surfent sur l’actualité mise en avant par ces grands médias.”

    En effet, mais tu oublies de dire que les articles de ces grands médias sont issus de l’ afp, reuters, etc…

    “La plupart des scandales dénoncés par Agoravox et les blogs militants se fondent … sur des articles parus dans Le Monde et autres grands journaux, sur des documentaires diffusés par la 5 ou la BBC…”

    Des scandales dénoncés par le monde et autres grands journaux ? Depuis quand ? Tout dépend de ce que tu entends par “scandales”. La 5 ? La BBC quelques fois…

    “Il n’y a pas de travail d’investigation indépendant dans la blogosphère.”
    Ben dans les grands médias non plus !

    “La blogosphère ne révèle pas de scoops, ne met pas au jour des scandales.
    Elle sentimentalise sur des scandales révélés par les grands médias.”
    Comme les grands médias, elle sentimentalise ( nous sommes d’accord, je pense ), mais pas obligatoirement pour servir les plats à un gouvernement ou à la doxa habituelle.

    “La crise climatique, le bio, les scandales sanitaires, les affaires de corruption… Tout cela est largement traité par les grands médias,”

    C’est lamentablement faux.

    “et ensuite repris par des blogs qui ont très peu de lecteurs et peu d’impact.”
    D’accord pour la deuxième partie de la phrase.

    “Un exemple entre mille: l’ascension de François Bayrou pendant la présidentielle tient essentiellement à ses passages sur TF1 avec Claire Chazal.
    On s’est fait plaisir en survalorisant le rôle des blogs, quand c’est TF1 qui a fait 90% du travail de notoriété pour Bayrou, dans sa posture anti-système.”

    C’est ça le problème. Ce n’est pas un exemple entre mille, c’est ton exemple, l’unique que tu rabâches depuis des mois.

    Je vais te donner un contre exemple entre mille : La crise financière et économique.
    Les blogs et autres choses ressemblants n’ont pas à être comparés avec les médias ( petits ou grands ), point.
    A par ça, d’accord.

  14. Un passant says:

    “Des scandales dénoncés par le monde et autres grands journaux ? Depuis quand ? Tout dépend de ce que tu entends par “scandales”. La 5 ? La BBC quelques fois…”

    Il y en a qui ne regardent pas la télévision, alors ils croient inventer l’eau chaude dix ans après.

    Il se trouve que pour regarder pas mal la télévision j’y trouve, en bien mieux, et avant, ce que les blogs croient découvrir avec retard.

    France 5 et la BBC avaient réalisé des documentaires sur la plupart des sujets dont les blogs freemen parlent en pensant être des rebelles qui alertent le monde.

    Ce qui est “à claque”, c’est ceci: la conviction de sauver l’humanité quand on ne fait rien de mieux que les médias classiques si décriés.

    Et ce qui est encore plus insupportable, ce sont les gens qui ne regardent pas la TV et la critiquent ensuite, alors qu’elle a dit avant eux ce qu’ils disent longtemps après.

    Par exemple:

    – sur le 11 septembre ? Ardisson sur France 2, bien avant Agoravox !
    (Autant de public en un soir que sur agoravox depuis sa naissance.)

    – sur la crise climatique ? des docs de la BBC, il y a dix ans déjà.

    – sur les scandales sanitaires, financiers, politiques, le tabac, les marchands d’arme, la traite des femmes, le tiers-monde, la faim dans le monde, les guerres … ?
    idem, des tas de docs et de reportages journalistiques, sur toutes les chaînes.

    J’en peux plus de la suffisance des “nouveaux médias”, qui ne produisent jamais une seule info originale et qui crachent sur tous les anciens médias, qui sont les seuls à produire des infos et des investigations.

    “C’est lamentablement faux.”

    C’est toi qui es lamentable Henri.

    si tu ne regardes pas la TV, n’en parle pas, et ne l’accuse pas.

    France 5 diffuse des centaines de documentaires par an sur tous ces sujets.

    Je te mets au défi de trouver des thèmes dont parlent les Freemen qui n’ont pas déjà été traités en long et en large par ces reportages et documentaires.

  15. Equilibrium says:

    Eh bien, je constate ici, que nous sommes passés d’une guerre du buzz (“lesquels ont le plus d’audience ?”) à une guerre de références (“anciens médias” / “nouveaux médias” + “médias répétiteurs des “anciens” “)

    Analysons un peu la situation pour ouvrir la voie à quelques propositions plutôt qu’aux polémiques stériles :

    1. Avoir le plus d’audience ne signifie pas forcément que les informations les plus pertinentes soient connectées aux plus grands pics d’audiences chez ce que j’appellerais plutôt les “anciens SUPPORTS médias” ( TV, journaux, magazines). L’argument du passant qui corrobore cette constatation est que les “médias répétiteurs” semblent, selon lui, en déphasage complet avec ce qu’ils copient (en quantité et en qualité) ce qui est normal lorsqu’on se contente de recopier puis de diluer pour tenter de “renouveler”, sans ETRE EN ACCORD AVEC SES SOURCES (finalement). Thierry, à maintes reprises, l’a dénoncé (“ces journalistes qui ne font pas leur boulot”…etc…);
    L’avantage des “nouveaux supports médias” par rapport aux anciens c’est d’être devenu un STANDARD ACCESSIBLE beaucoup plus rapidement que ces derniers.
    Non seulement cela, mais aussi DE FACON PERMANENTE.

    Comment cela est devenu possible ?

    a) la sélection des sources :
    Pendant que les détenteurs des MOYENS DE PRODUCTION sur les anciens supports se gargarisaient de leur expertise à les rentabiliser (faire correspondre un prix de vente à la sélection de l’information ), ils mirent plus longtemps à systématiser cette sélection à partir de leurs agences que ceux qui ont rapidement investi les nouveaux supports à moindre coûts et sans pontificalement sélectionner leurs sources.

    b) Les moteurs de recherche :
    Ils sont joué un rôle énorme dans le processus en associant les hyperliens aux requêtes des internautes. et là on pourrait faire remarquer au passant que ce travail là n’a jamais été effectué de facon concluante, lorsqu’il était encore temps de le faire, par les gros systèmes d’éditions en France (qui sont actuellement en train de couler à défaut de connaître ces nouveaux procédés). Le nombre d’internautes mettant en ligne des informations à explosé par rapport au nombre de reporters, et ils le font sans se connaître et sans qu’un quelconque jugement éditorial ne nuise à leur prolixité (un exemple que le passant devrait reprendre, lui qui fait ici des jugements éditoriaux teintés de prosélytisme à longueur de commentaires tantôt sur le Buzz de tel lancement, tantôt sur la taille structurelle des références utilisée par ses “concurrents”), leur articulation devenant le processus émergent valorisé par les moteurs.

    c) l’ interactivité :
    La dernière tâche sur laquelle les experts des anciens supports croyaient avoir une influence (en limitant le taux de connection des utilisateurs aux sources) est : celle de choisir, tout simplement.
    En imposant des TRANCHES HORAIRES, des PARCOURS BALISES, des CIBLES à conserver en fonction des recettes à investir il y ont tout simplement perdu leur accessibilité et leur disponibilité. Là où les “présentateurs” signent des autographes et écrivent des bouquins sur “le monde de la télé”,
    les internautes, pour aider les utilisateurs de leur information et APPRENDRE, en retour, ce qui les intéressent sont prêts à développer de nombreux possibles.
    C’est l’internaute qui s’aide du moteur de recherche pour faire un travail que les gros médias s’arrogeaient le monopole de faire sur leurs anciens supports.

    Voilà, c’est le gros premier point, je développerai les autre à l’occasion d’autres posts de Thierry.
    …des propositions à faire sur ces problèmes, monsieur le passant (et non des critiques) ?

  16. Un passant says:

    Bon recadrage par Equilibrium.

    Pour condenser mon point de vue sans polémique je dirais:

    1: nous sommes d’accord, plusieurs ici, pour souhaiter une vitalité de la longue traîne (sous toutes ses formes: culturelle, humaine, sociale, politique…)

    2: il y a des désaccords sur la méthode pour renforcer la vitalité de la longue traîne

    3: personnellement je constate, après deux ans d’observation et participation, que ce ne sont pas les anti-systèmes de posture qui servent le mieux la longue traîne.

    Les blogs de Cozop, qui pour la plupart se prétendent acteurs d’un renouveau, ne font en réalité que dire la même chose, tous, à 90%, comme le rappelle Thierry: de la branchouille, le contraire de la longue traîne, de la singularité et de l’innovation.

    4: la longue traîne vit grâce à trois éléments:

    – ses conditions de production
    – ses conditions de première distribution
    – ses conditions de redistribution sur la durée, qui passe souvent par une nouvelle éditorialisation périodique par des éditeurs tiers.

    (il y a deux sortes de longue traîne:

    Il y a la longue traîne du patrimoine, déjà produite. Longue traîne historique.
    Par exemple, une oeuvre d’Orlando Gibbons, de la Renaissance, qui ne demande qu’à exister encore aujourd’hui, même lorsqu’elle ne peut s’adresser qu’à une niche.

    Et il y a la longue traîne en création. Longue traîne spatiale, éparpillée partout. Pas encore répertoriée au sein du patrimoine. Les nouveaux écrits, les nouvelles pensées, les nouvelles musiques, les nouveaux films, les nouvelles recherches scientifiques et techniques, les nouveaux produits, aliments, médicaments…)

    Conditions de production, conditions de première distribution, conditions de redistribution sur le long terme: pour ces trois éléments, je vois peu l’action positive de ceux qui dénoncent sans arrêt les “vieux médias”.

    Les plateformes les plus performantes pour défendre la longue traîne n’ont pas été créées par des réseaux indépendants.

    Quoi qu’on dise, les vieux médias et les grands groupes font un énorme boulot, et souvent un bon boulot.

    Il ne faut pas en rester aux deux grandes chaînes. La télé c’est maintenant la TNT, gratuite pour tous. + le cable et le satellite.

    Tous ceux qui critiquent la télé sans la regarder depuis qu’existe la TNT devraient se taire pendant 5 ans, comme les pythagoriciens.
    C’est parce qu’ils ne regardent jamais ce qui se fait, qu’ils croient inventer ce qui a déjà été dit.

    Même pour la lutte contre le système, sous sa forme confrontative et défiante la plus forte, Agoravox n’a jamais dépassé en révélations osées les interventions de Thierry Meyssan et Eric Laurent sur la plus grande chaîne publique devant des millions de spectateurs, avec le soutien visible de l’animateur :

    Meyssan sur France 2:
    (diffusée le 16 mars 2002 sur France 2, puis rediffusée par TV5)

    http://www.dailymotion.com/video/x6s8pq_thierry-meyssan-interview-chez-ardi_news

    http://www.dailymotion.com/video/x6sctd_thierry-meyssan-interview-chez-ardi_news

    Eric Laurent sur France 2:

    http://www.dailymotion.com/video/x6scb4_11-septembre-eric-laurent-chez-ardi_news

    http://www.dailymotion.com/video/x6sbem_11-septembre-eric-laurent-chez-ardi_news

    Meyssan sur Canal+:

    http://www.dailymotion.com/video/x12dbx_meyssan-11-septembre_news

    On pourrait aussi citer les documentaires de William Karel sur la CIA, diffusés sur arte…

    http://www.dailymotion.com/video/x3q4d5_ciaguerres-secrtes_creation

    Et bien d’autres…

    La redistribution des anciens contenus se fait de plus en plus, sur les sites des chaînes, sur les plateformes VOD, en DVD…

    Tout ce qu’Agoravox prétend étouffé par les grands médias a déjà été diffusé par eux, et est parfois rediffusé en DVD, avec le soutien du CNC organisme d’Etat… Où est la censure ?

    Et que dire de José Bové, qui ne doit son existence politique nationale qu’à la télévision, qui en a parlé en long et en large, tandis que les militants alter-mondialistes passent leur temps à se déchirer entre eux sans construire aucune stratégie gagnante.

  17. Henri A says:

    « C’est toi qui es lamentable Henri.
    si tu ne regardes pas la TV, n’en parle pas, et ne l’accuse pas.
    France 5 diffuse des centaines de documentaires par an sur tous ces sujets.
    Je te mets au défi de trouver des thèmes dont parlent les Freemen qui n’ont pas déjà été traités en long et en large par ces reportages et documentaires. »

    1- Je ne regardes plus systématiquement la tv tous les jours depuis 3 ans. Étant âgé de 43 ans, j’ai plus d’années de tv derrière moi que toi, il me semble.

    2- Je regarde de temps en temps des jt, émissions politiques dont les inénarrables C dans l’air, ripostes, etc en différé…Non pour m’informer ou apprécier une fine analyse, mais pour constater et mesurer le niveau misérable de ces….choses.

    3- De quels freemen parles-tu, il y en a 140 je crois ?

    Pour ce qui est du 11 septembre (que j’ai suivis en directe), j’ai vu ardisson sur france 2, en 2002. J’ai acheté et lu le bouquin de Meyssan quelques jours après. Mon avis sur le sujet n’a pas bougé d’un millimètre depuis malgré les agissements du gouvernement US.
    Ardisson continu de présenter ses émissions, Meyssan est diabolisé en France et vit à l’étranger.

  18. J says:

    je ne comprends pas henri que tu passes autant de temps à essayer d’échanger avec ce passant qui vient salir cet espace de ses chaussures boueuses.
    les arguments logiques le dépassent.
    quant à ses fondations idéologiques et humains, je te renvoie vers son dernier post DD2.0 http://blog.tcrouzet.com/2008/12/29/droit-de-l%e2%80%99homme-20/comment-page-1/#comment-62739 pour mesurer à quel point elles sont fangesques, carrément!

    soit c’est un provocateur qui s’amuse, soit c’est un connard, il n’y a pas d’autre alternative.

  19. Un passant says:

    “j’ai plus d’années de tv derrière moi que toi”

    Justement, la télé ne commence à être intéressante que depuis peu, avec la multiplication des chaînes sur la TNT et le cable.

    Si tu en restes à Récré A2 et Sacrée soirée…

    Même sur la chaîne de Bolloré, Direct8, on a désormais le droit à des lectures intégrales de Stendhal, de Zola et de Chateaubriand, la nuit.

    France5 diffuse la nuit de bons documentaires de la BBC, sur la planète, le climat, l’espace, les sciences…

    La chaîne parlementaire accueille quelques émissions historiques honnêtes.

    iTélé donne la parole à des petits courants politiques (Clémentine Autain…)

    Plusieurs chaînes diffusent de très bons films, des années 50 à nos jours.

    Etc.

    On peut toujours souhaiter mieux, mais c’est déjà très très au-dessus du niveau de la blogosphère.

    Je ne compare pas la télé à Proust, mais il est très injuste de placer la blogosphère ou Agoravox au-dessus d’elle.

    “il n’y a pas d’autre alternative”

    J-M M., un jour il faudra que tu sortes de la pensée binaire sur les gentils Jeffersoniens et les méchants obscurantistes. Tu verras que les alternatives sont plus nombreuses.

  20. Il se passe à la TV ce qui s’est passé sur le web… La Tv devient web… même si les blogueurs eux parlent souvent de l’ancienne TV qui elle n’a pas viré sa cuti.

    Reste que pour moi la vido TV ou Web a une trop faible bande passante pour m’informer. Je l’aime pour ma muser ou me transporter, mais c’est alors du cinéma.

  21. Un passant says:

    “La Tv devient web…”

    Absolument !

    C’est pourquoi la critiquer maintenant c’est idiot, elle évolue vers la diversité et le public de niches.

    La vraie dimension qui manque à la blogosphère, c’est l’argent pour financer un programme, ou la patience pour prendre le temps de créer un vrai programme.

    Lorsque la niche devient trop petite, elle ne nourrit plus la production de programme.

    Il y a des tas de programmes qui sont tout simplement impossibles à réaliser sans argent, particulièrement en audiovisuel.

    Tant que la blogosphère n’a pas d’argent, elle ne peut pas remplacer la TV.

    Et l’argent est lié à l’audience. On a besoin de fortes audiences pour générer du cash nécessaire aux créations audiovisuelles complexes.

  22. Iza says:

    Mais purée que c’est saoulant de se cogner les polémiques laborieuses pour y trouver de quoi discuter. Bon, Passant, je te refais pas mon discours de la semaine dernière mais .. bis repetita. Je trouve souvent ce que tu dis très intéressant, ça me fait souvent réflechir, mais je me fatigue de tes obsessions. Et encore une fois :

    “un jour il faudra que tu sortes de la pensée binaire sur les gentils (..) et les méchants (..) . Tu verras que les alternatives sont plus nombreuses.”

    ben c’est ce que tu fais tout le temps … zut à la fin !

    Alors je suis entièrement d’accord avec toi quand tu dis que la révolution doit être psychologique et intellectuelle et que le nerf de la guerre est là. Je suis absolument d’accord. Tous les outils sont là devant nous … yaurait ka !

    En revanche, je ne suis pas certaine qu’on soit d’accord sur une éventuelle stratégie pour amorcer un changement.

    En effet, quand tu évoques la télé, dont nous avons déjà beaucoup parlé, il manque à ton analyse plusieurs choses.

    Bien entendu que la télé produit d’extraordinaires reportages qui ont marqué ma vie et mon développement au moins autant que certaines lectures… ces pépites de qualité sont là quelque part, il suffit de les trouver, de les sélectionner, d’avoir envie de les voir etc…. Or, ceci est une compétence. Une compétence faite de capacités intellectuelles et psychologiques, comme tu l’as souligné. Et ces très nécessaires capacités … sont piétinées tous les jours par le rouleau compresseur des productions décérébrantes … de la télé.

    Voilà pourquoi je préfère ne pas l’avoir, parce que bien que spécialiste du domaine et ayant moi même bossé à la télé (donc ayant une idée assez claire de la façon dont certains travaillent), je me suis souvent surprise à laisser la bétise me faire perdre du temps, au minimum, et j’en avais ma claque. Pour le reste, j’essaye de me reprocurer différemment les productions qui m’intéressent, même si j’ai un peu de mal. Vivement la vraie VOD qui marche bien pour que ça coule mieux.

    Donc “ceux qui critiquent la télé”, ça ne veut rien dire, c’est personne. Les gens de mon champ écrivent des bouquins et des bouquins pour traiter de tel ou tel aspect de la télé.

    Je critique certains aspects de la télé, pour des raisons précises. Tant mieux si elle t’enrichit plutôt qu’elle ne te broie, ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. Et ça ne fait pas de toi non plus le dernier des idiots. Accorde moi au moins le même respect.

  23. Un passant says:

    “Et ces très nécessaires capacités … sont piétinées tous les jours par le rouleau compresseur”

    Une société libérale offrant un grand choix de marchandises nécessite chez chacun un discernement individuel pour ne pas s’égarer.

    Je ne suis pas éducateur social, mon job n’est pas d’apprendre aux gens à discerner ce qui les nourrit et ce qui les lobotomise.

    Je prends l’homme mature, responsable, et je constate que notre monde soit-disant pourri offre des trésors à peu de frais.

    On ne peut pas à chaque fois tout considérer selon le point du vue du plus faible.

    Si, à chaque fois qu’on parle de la télé, tu prends pour exemple ceux qui n’ont pas appris à s’en servir, c’est un peu comme si, à chaque fois qu’on discutait littérature, tu prenais pour exemple ceux qui ne savent pas lire.

    (Il y a un poème d’Hugo sur ce thème:
    -Tu as brûlé une bibliothèque ? Mais … etc etc etc
    – Je ne sais pas lire)

    Il y a des gens dont c’est le métier d’apprendre à lire aux autres.

    Et il y a des gens qui veulent parler de littérature, de Proust et de Flaubert, entre gens qui savent lire.

    Ce que tu dis peut s’étendre à tout. Dans la blogosphère, il y a aussi une maturité à acquérir, pour ne pas perdre son temps avec les bêtises.

    Il faut apprendre à ne plus cliquer sur les titres les plus provocateurs, avec l’expérience qu’ils ne nourrissent pas.

    La blogosphère n’échappe pas au rouleau compresseur de la bêtise. Cozop c’est à 90% du niveau des pires programmes télé.

  24. Passant (suite) says:

    “Il y a un poème d’Hugo sur ce thème”

    Le voici.

    Un homme a brûlé une bibliothèque.
    Le poète lui explique son crime.
    L’homme répond: “je ne sais pas lire”

    (Sur la lobotomisation de la TV, il faudrait évoquer en parallèle l’importance du porno sur Internet.

    Des millions de gens dans le monde deviennent complètement esclaves de la consommation de porno. Il y a des gosses qui y passent deux heures par jour.
    C’est très addictif, au moins autant que les émissions débiles de la TV.

    Et le gamin qui a passé 2 heures à naviguer sur les sites pornos n’en tire pas grand chose de plus que celui qui a regardé Plus belle la vie sur France3.

    Internet ne protège en rien de l’attraction vers le non-nourrissant.

    C’est tout de même curieux de ne vouloir retenir que le pire de la télé, et ne citer Internet que pour le meilleur, alors qu’Internet c’est à 90% du porno qui attire les gens dans son vide.

    (Je ne suis pas moralement anti-porno. Mais on ne peut pas dire que ça soit plus essentiel qu’une émission TV.

    Quand on voit les mots clés les plus tapés sur Internet: “Henri Alberti nu” etc, on se dit que les braves gens sans éducation ne s’y forment pas mieux que devant le petit écran TV.)

    HUGO:

    A QUI LA FAUTE ?

    Tu viens d’incendier la Bibliothèque ?

    Oui.
    J’ai mis le feu là.

    – Mais c’est un crime inouï !
    Crime commis par toi contre toi-même, infâme !
    Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme !
    C’est ton propre flambeau que tu viens de souffler !
    Ce que ta rage impie et folle ose brûler,
    C’est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage !
    Le livre, hostile au maître, est à ton avantage.
    Le livre a toujours pris fait et cause pour toi.
    Une bibliothèque est un acte de foi
    Des générations ténébreuses encore
    Qui rendent dans la nuit témoignage à l’aurore.
    Quoi ! dans ce vénérable amas des vérités,
    Dans ces chefs-d’oeuvre pleins de foudre et de clartés,
    Dans ce tombeau des temps devenu répertoire,
    Dans les siècles, dans l’homme antique, dans l’histoire,
    Dans le passé, leçon qu’épelle l’avenir,
    Dans ce qui commença pour ne jamais finir,
    Dans les poètes ! quoi, dans ce gouffre des bibles,
    Dans le divin monceau des Eschyles terribles,
    Des Homères, des Jobs, debout sur l’horizon,
    Dans Molière, Voltaire et Kant, dans la raison,
    Tu jettes, misérable, une torche enflammée !
    De tout l’esprit humain tu fais de la fumée !
    As-tu donc oublié que ton libérateur,
    C’est le livre ? Le livre est là sur la hauteur ;
    Il luit ; parce qu’il brille et qu’il les illumine,
    Il détruit l’échafaud, la guerre, la famine
    Il parle, plus d’esclave et plus de paria.
    Ouvre un livre. Platon, Milton, Beccaria.
    Lis ces prophètes, Dante, ou Shakespeare, ou Corneille
    L’âme immense qu’ils ont en eux, en toi s’éveille ;
    Ebloui, tu te sens le même homme qu’eux tous ;
    Tu deviens en lisant grave, pensif et doux ;
    Tu sens dans ton esprit tous ces grands hommes croître,
    Ils t’enseignent ainsi que l’aube éclaire un cloître
    A mesure qu’il plonge en ton coeur plus avant,
    Leur chaud rayon t’apaise et te fait plus vivant ;
    Ton âme interrogée est prête à leur répondre ;
    Tu te reconnais bon, puis meilleur ; tu sens fondre,
    Comme la neige au feu, ton orgueil, tes fureurs,
    Le mal, les préjugés, les rois, les empereurs !
    Car la science en l’homme arrive la première.
    Puis vient la liberté. Toute cette lumière,
    C’est à toi, comprends donc, et c’est toi qui l’éteins !
    Les buts rêvés par toi sont par le livre atteints.
    Le livre en ta pensée entre, il défait en elle
    Les liens que l’erreur à la vérité mêle,
    Car toute conscience est un noeud gordien.
    Il est ton médecin, ton guide, ton gardien.
    Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l’ôte.
    Voilà ce que tu perds, hélas, et par ta faute !
    Le livre est ta richesse à toi ! c’est le savoir,
    Le droit, la vérité, la vertu, le devoir,
    Le progrès, la raison dissipant tout délire.
    Et tu détruis cela, toi !

    – Je ne sais pas lire.

  25. Iza says:

    Bon, je n’ai pas encore lu le billet de thierry et ses coms. mais je te réponds d’abord.

    “Une société libérale offrant un grand choix de marchandises nécessite chez chacun un discernement individuel pour ne pas s’égarer.
    Je ne suis pas éducateur social, mon job n’est pas d’apprendre aux gens à discerner ce qui les nourrit et ce qui les lobotomise.
    Je prends l’homme mature, responsable, et je constate que notre monde soit-disant pourri offre des trésors à peu de frais.
    On ne peut pas à chaque fois tout considérer selon le point du vue du plus faible. ”

    Je suis quelque chose qui ressemble fort à un éducateur social. Il y a au moins un biais à ce que tu dis plus loin : la majorité des gens sait lire, la majorité des gens ne sait pas faire ce dont je parle. En outre, le livre n’est pas majoritairement débilitant.

    Concernant le porno, je suis bien d’accord avec toi. D’ailleurs, une fois de plus, c’est toi qui oppose web/Tv. Ceux qui ne regardent pas la télé (c’est déjà une anerie de dire ça mais bon) ne me semblent pas faire systématiquement la promotion du web. Le problème est en effet le même. Simplement, les gens regardent encore assez massivement la télé. mais ça change et effectivement le pb éducatif se déplacera.

    Ensuite, concernant Hugo, c’est très joli mais j’ai bien ri en lisant ça :

    “Quoi ! dans ce vénérable amas des vérités,
    Dans ces chefs-d’oeuvre pleins de foudre et de clartés (..)
    Ta haine, il la guérit ; ta démence, il te l’ôte.”

    euh …. le parallèle avec la tv me parait pour le moins … exagéré. Enfin, qui veut détruire la Tv ??? pas moi en tous cas … j’en suis une enfant évidemment, comme tout le monde. Mais je la souhaite meilleure, bien meilleure. Et surtout je m’échine à éduquer tous ceux que je peux à discerner.

  26. Un passant says:

    “le parallèle avec la tv me parait pour le moins … exagéré”

    Décidément tu résumes la télé aux jeux les plus débiles et aux magazines d’info manipulateurs.

    La télé c’est d’abord le plus grand canal de diffusion (& production) des oeuvres cinématographiques. Enormément de chefs d’oeuvres sont diffusés, presque tous les jours. Ils sont accessibles dans les campagnes, loin des cinémas, loin de leur jour de sortie, c’est la longue traîne du 7e art, et c’est moins cher qu’un DVD.

    Depuis 50 ans, les plus grands créateurs, héritiers de Hugo, ont fait du cinéma, et pas de la littérature.

    Les grandes oeuvres du cinéma que diffuse la TV valent largement ce poème de Hugo, et n’ont pas à rougir de la comparaison.

  27. FVZ says:

    Indépendamment de la qualité de commentaires précédent, et sans parler des médias “faciles” (sons et image) la “longue traine” me parait être une des constantes d’internet, pour peu que le post soit de “qualité”
    6yu

  28. Un ancien says:

    ça en est où Cozop ?

    Audience ? Bilan financier ?

    On n’en entend guère parler, les blogs ne sont plus à la mode, et en acceptant n’importe quel contenu Cozop n’a pas une Homepage très fascinante…

  29. Questions qui n’ont pas beaucoup de sens puisque coZop n’est pas une entreprise capitaliste (dans notre esprit en tout cas). La notion de bilan n’a aucun sens par exemple puisque nous n’avons aucune dépense sinon celle de notre temps. Donc on ne va pas s’emmerder à faire un bilan.

    coZop avance quand on y bosse, c’est à dire peu jusqu’à présent. Isa a pris un peu les choses en main depuis l’automne. Son premier travail a été de trouver un associé développeur qui pourrait bosser avec elle plus que ce que j’ai pu faire jusqu’à présent. Moi je me mets en retrait, de même que Carlo ou Bertrand avec qui on avait commencé.

    On vient de changer de serveurs, de mettre le code à plat, d’optimiser…

    On a maintenant l’idée d’un nouvel algo qu’on va tester dans les semaines qui arrivent. Et je veux essayer d’orienter le site vers des textes plus longs, donc pas nécessairement des textes de blogueurs. Tout reste à inventer. Notre modèle de développement est organique. Pas de stress. On s’amuse et si un jour ça débouche sur un truc tant mieux. Loin de nous l’idée d’être une start-up à la con.

    Côté trafic. 10 000 users uniques jour. vias Analytics. Don réel. C’est peu et en même temps largement suffisant pour tester des algo. Ce qui perso m’intéresse.

Comments are closed.