Du premier ordinateur à Starglider

starglider
Je voudrais un peu vous dire où j’en suis dans ma tête, pour que vous puissiez peut-être m’aider à l’occasion. Quand j’écrivais Ératosthène (faut que je termine de le mettre en ligne), j’ai entendu parler du mécanisme d’Anticythère, souvent considéré comme le premier calculateur analogique, peut-être inspiré d’un modèle fabriqué par Archimède. À l’automne dernier, quand j’ai esquissé ma brève histoire de l’informatique, j’ai logiquement écrit une historiette sur le mécanisme.


Octobre 1900. L’été s’achevait en Méditerranée. Le capitaine Dimitrios Kondos estima qu’il devenait dangereux de poursuivre les plongées sous-marines le long des côtes africaines. Il ordonna à son équipage de pêcheurs d’éponges d’appareiller vers la Grèce. Une tempête automnale les força à s’abriter dans le port de Potamos sur l’île d’Anticythère, au large de la Crête.

Le vent du sud se calma mais le capitaine jugea la météo encore instable. Il préféra mouiller quelques jours et ses hommes en profitèrent pour effectuer quelques ultimes plongées. Avec leur scaphandre, ils explorèrent les eaux cobalts au pied des escarpements rocheux.

Elias Stadiatos se trouvaient à 60 mètres de fond lorsqu’il tira sur la corde de sécurité. Il émergea en criant qu’il avait découvert des cadavres d’hommes et de chevaux. Croyant qu’Elias souffrait de l’ivresse des profondeurs, le capitaine plongea à son tour. Il s’approcha d’une silhouette fantomatique enrobée de sédiments. Il lui saisit le bras et l’arracha, c’était le bras en bronze d’une statue antique. Les pêcheurs avaient découvert l’épave d’un navire romain qui aurait sombré vers 65 avant Jésus-Christ alors que, chargé de trésors, il regagnait l’Italie.

Durant les deux ans qui suivirent, les archéologues explorèrent le site. Le 17 mai 1902, ils notèrent non loin de l’épave une roue avec engrenages enchâssée dans un rocher. C’était comme si une horloge avait été immergée durant deux millénaires. Mais les horloges de cette complexité ne furent inventées qu’au XIXe siècle par les horlogers suisses !

machine d'anticythere

— Cet appareil est tout simplement extraordinaire, explique le professeur Michael Edmunds qui étudie ce mécanisme. Le seul de son espèce. Au regard de sa valeur historique, je le considère comme plus précieux que la Joconde.

Michael Edmunds et son équipe découvrirent sur les engrenages des inscriptions qui laissent supposer une origine syracusaine du mécanisme et qui le rattachent au IIIe siècle avant Jésus-Christ et à Archimède. Celui que l’on considère comme le plus grand mathématicien et ingénieur de tous les temps aurait été le créateur du mécanisme, tout au moins d’un de ses prototypes, car le modèle exhumé fut assemblé entre 150 et 100 avant Jésus-Christ.

Les anciens construisirent cette horlogerie pour prévoir la position des planètes et anticiper les éclipses. Des engrenages et des roues de bronze représentaient le soleil, la lune, la terre et leurs orbites. Quand ils s’animaient, ils imitaient l’univers, ils le simulaient.

Ce modèle réduit est l’ordinateur analogique le plus ancien dont nous possédions des vestiges. Ils témoignent d’un art et d’un niveau de technologie que nous ne soupçonnions pas durant l’antiquité. Quel aurait été le cours de l’histoire si les Romains n’avaient pas délaissé les innovations grecques ? Artur C. Clarke, l’auteur de 2001 l’Odyssée de l’espace, affirme que nous aurions déjà atteint les étoiles.


J’ai terminé en évoquant Clarke parce que le mécanisme l’a beaucoup intrigué et parce que, dans un article sur le mécanisme, j’ai trouvé cette question qu’il s’était posé au sujet des romains. J’ai alors lu Fountain of Paradise, roman où il se demande ce qu’il serait advenu si la science grecque avait suivit son cours. Au milieu du récit, qui décrit la construction d’un ascenseur spatial, la sonde exploratrice Starglider visite le système solaire et communique avec les hommes. J’ai été frappé par l’effet, par la façon dont il était facile de lancer des généralités, de jouer avec le décalage culturel. J’en suis resté là.

En parallèle, j’esquissais ce qui devait être mon prochain essai, parfois appelé Boom, parfois Les crapauds fous. Je voulais parler de la transition historique que nous vivons, une sorte de suite d’Ératosthène.

Mon point de départ était simple. Nous disposons aujourd’hui de la technologie pour résoudre nombre de problèmes globaux comme la faim ou la soif mais nous ne faisons pas grand-chose. Le problème n’est donc pas technologique mais humain. Si l’homme ne change pas, je ne vois aucune raison pour qu’il réussisse à régler les problèmes globaux, notamment le problème climatique.

Nous devons donc transiter, franchir une nouvelle étape dans notre évolution. C’est une condition nécessaire, pour la faim et la soif par exemple, même si elle n’est sans doute pas suffisante pour les dérèglements climatiques.

Mais une transition vers quoi ? Depuis longtemps, j’évoque ici ou là une hypothétique conscience globale qui donnerait à chacun de nous une sensation intime de ce qui se passe hors de nous. Une façon d’éprouver le corps global de l’humanité. J’ai alors commencé à réfléchir à ce qu’était ce corps global, ce super organisme, j’ai commencé à écrire… mais je m’ennuyais moi-même, soit trop sérieux, soit trop gourou.

C’est alors que j’ai repensé à Starglider. J’ai commencé à écrire les messages que la sonde nous adresserait aujourd’hui, les réponses que nous lui donnerions. J’ai alors pris conscience que je réécrivais Les lettres persanes. Pour recréer le choc des cultures proposé par Montesquieu, je n’invoquais pas un Terrien d’origine lointaine puisque le lointain n’existe plus, mais une intelligence extraterrestre.

C’est ainsi que je me suis mis à écrire un livre qui pourrait s’appeler Le socialisme selon Starglider, socialisme parce qu’il y a l’idée d’une vie plus encline au lien social qu’à l’échange, pous tournée vers l’esprit que vers la matière. C’est en cours… Je n’ai aucune idée de là où je vais. Ce n’est que comme ça que l’écriture m’amuse. Et j’espère que ce texte sera amusant.

9
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

9 comments

  1. Cher Thierry,
    J’aimerai bien t’aider dans tes réflexions mais ton blog est peuplé de trop de gens désagréables pour mon état. Je souffre actuellement d’une gastrite ou ulcère gastrique et je dois rester calme et serin. Même si j’apprécie de rire des commentaires (blagues ou bêtises) que je lis, j’éprouve aussi un certain stress de cette mauvaise ambiance. Je sens la nervosité, l’agressivité, la jalousie, la rancune etc … de certains interlocuteurs. J’essaye de faire le ménage et de faire rire mais je dois penser à moi avant tout. “Pas d’altruisme” je suis bien d’accord avec ton commandement et surtout pas avec les cons et autres névrosés agressifs.

    Je n’ai pas lu les ouvrages dont tu parles et ça semble passionnant mais je peut t’aider avec ma raison de ce que tu exprimes par écrit.

    > Nous disposons aujourd’hui de la technologie pour résoudre nombre de problèmes globaux comme la faim ou la soif mais nous ne faisons pas grand-chose. Le problème n’est donc pas technologique mais humain.

    Oui, le problème n’est donc pas principalement technologique mais davantage humain et économique. Ceux qui ont cette capacité (richesse,pouvoir) ne sont pas tous altruistes, loin s’en faut. il faut éviter le yo-yo entre technologie et humain. Les deux sont liés et il faut influencer les 2. Pour l’humain, c’est par l’exemple, le modèle. Ça prend du temps et çà va bien moins vite que la technologie. D’ailleurs il y a un écart, un gouffre qui se creuse entre cette technologie et l’état mental d’un Bush Junior par ex. C’est comme de donner la bombe A à Harry Truman.

    > Si l’homme ne change pas, je ne vois aucune raison pour qu’il réussisse à régler les problèmes globaux, notamment le problème climatique.

    Si l’homme ne change pas, c’est la planète qui va régler les problèmes environnementaux et ça va faire de gros dégâts parmi les humains. A Henri qui me parlait de cloportes, je voulais lui dire que nous sommes tous des cloportes vu du ciel.

    En attendant n’oubliez pas la crise économique qui sévit actuellement. J’ai vu Home et c’est presque de la désinformation, de la propagande. Attention. Après la peur du terrorisme, ne vous laissez pas aveugler avec la peur climatique. La peur brouille le raisonnement. La raison a besoin de calme et de sérénité pour fonctionner au mieux.

    D’ici qq jours quand j’irai mieux, je reviendrai faire un tour.
    Bonne continuation.

  2. Penta says:

    Les informations circulant dans les milieux informés indiquent qu’une bonne pandémie est en préparation pour ramener la population mondiale à un niveau compatible avec le développement durable.

    Nous vivons les premiers tests avant le lancement final.

    Ce sera mis en oeuvre bien avant la révolution spirituelle ou politique dont d’aucuns rêvent.

    Problème réglé.

  3. ça c’est le sujet du twiller ! Et c’est presque un des premiers messages de Starglider mais, elle, ce qui l’intéresse c’est l’autre option, son job est de connecter entre elles les consciences globales. Comme elle a déjà visité des centaines de mondes dans l’état du nôtre, elle a déjà vu de nombreux scénarios se jouer.

  4. Asimov 1975 says:

    “En préparation pour”
    @ Penta : pourquoi ne seriez- vous pas vous-même exclus par votre propre “niveau compatible” pour commencer… que la population mondiale soit EN PREPARATION POUR être ramenée à un seuil acceptable de durée de paix. (Tiens, je sens revenir le vieux démon de la psychohistoire)

    Lorsque j’avais écrit une histoire pour le New York Time Magazine intitulée “les œuvres et la vie multivac”, un des lecteurs, le directeur de physician’s world, William Levinson, qui figurait sur la même table des matières de la section magazine me parla d’un article intitulé “triage” .

    C’est un système par lequel on choisit qui sauver et qui laisser mourir quand les conditions ne permettent pas de sauver tout le monde. On a utilisé ce système dans le cas d’urgences médicales quand on avait des moyens limités et qu’il fallait les réserver à ceux qui avaient les meilleures chances de s’en tirer.

    Maintenant on se demande si le triage ne pourrait pas être appliqué à l’échelle du monde. On pense que certaines nations et certaines régions ne peuvent pas être sauvées et qu’on ne devrait faire aucun effort dans ce sens.

    Levinson pensa que le sujet pourrait être traité par la science fiction et il pensa à moi. L’idée m’intéressa « vivement » et j’acceptai tout de suite. Je commençai l’histoire le 19 janvier 1975. Levinson aima le résultat : “le triage”
    Et il aurait pu la publier si le magazine n’avait pas cessé brusquement de paraître.
    Au retour de mon papier, je lui écrivis une lettre pour le rassurer, ce n’était pas de sa faute. On m’avait payé et ce récit a pu être publié ailleurs.
    Ben Nova le fit paraitre dans le numéro de février de 1976 d’Analog.

    En France elle fut rééditée dans un recueil de mes nouvelles intitulé “l’homme bicentenaire” dont fut tiré un magnifique film de la nouvelle éponyme.
    …Chez Denoël, dans la collection présence du futur
    ( n° 255 ISBN : 2-207-30255-5) pour ceux qui désirent savoir ce que j’en pense depuis 1975.

  5. Penta says:

    “Penta : pourquoi ne seriez- vous pas vous-même exclus par votre propre “niveau compatible” pour commencer”

    Je n’ai fait qu’évoquer des bruits qui courent. Je ne suis pas maître d’oeuvre du programme. Je n’en défends pas la légitimité, ni ne m’estime du nombre de ceux qui méritent de survivre.

    Disons qu’à force de tirer la sonnette d’alarme, certains humanistes planétaires risquent de provoquer une réaction non voulue:

    si plus rien ne peut être fait pour freiner l’emballement climatique en sauvant tout le monde et en préservant le niveau de vie occidental, la tentation vient chez certains cyniques d’un “triage” expéditif, en-effet.

    Hubert Reeves voyait le seuil d’équilibre durable à un milliard d’habitants sur terre.

    Histoire intéressante, pour le reste.

  6. Du premier ordinateur à Starglider http://tr.im/oAXm

  7. espérance says:

    Bonjour Thierry,

    Au sujet de la machine d’Anticythère, voici une vidéo:
    http://www.nature.com/nature/videoarchive/antikythera/
    http://www.amb-grece.fr/grece/mecanisme_anticythere.htm

    A+

  8. Y’a un livre qui est sorti il y a quelques mois :
    Decoding the Heavens de Jo Marchant
    J’ai juste commencé, j’en avais un peu mare de l’antiquité…

  9. J’écrisLe socialisme selon Starglider, version XXIe des Lettres persanes. Explication ici : http://is.gd/1cO9w Si vous avez des idées…

Comments are closed.