MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant

Dans le train de retour de Genève, je lis la déclaration de MAM sur la sécurisation d’internet. Je suis rassuré. Tant que nos élites seront aussi stupides, aussi mal informés, conseillées par des consultants imbéciles qui ne savent que piquer dans nos impôts pour se faire rémunérer, Internet restera un espace de liberté.

MAM parle à la première personne, au nom de l’État, au nom des citoyens qu’elle représente et qu’elle veut protéger de terribles méfaits. Elle n’a pas compris qu’on ne pouvait pas agir sur Internet en se plaçant à l’extérieur d’Internet. Un système auto-organisé se contrôle de l’intérieur, par une coopération de chacun de ses usagers, par une gouvernance intériorisée.

Au contraire, dans chacune de ses paroles, MAM démontre son ambition d’appliquer l’approche pyramidale top-down. Comment une pyramide peut-elle influer un réseau qui repose sur le bottom-up ? Elle ne le peut le faire que de deux façons. 1/ Se transformer elle-même en réseau, ce que ne veut surtout pas notre gouvernement. 2/ Ou transformer le réseau en pyramide, pour pouvoir se battre avec lui sur le même terrain. Cette seconde approche, la seule envisageable, revient à tuer le réseau, à le priver de ses spécificités, de nous priver des nouvelles libertés que nous y avons acquises.

MAM prétend vouloir faciliter les échanges, notamment économiques, mais elle ne fera que les réduire en limitant nos interconnexions, en réduisant l’intelligence de notre super organisme. Hier, c’était pour sauver les auteurs, aujourd’hui c’est pour notre sécurité, chaque semaine notre gouvernement trouve de nouvelles raisons d’attaquer le cancer qui ronge la vieille société pyramidale.

MAM ne pense qu’à contrôler cette force qui vit pour l’essentiel hors de son influence. MAM d’ailleurs parle de criminalité sur Internet mais de donne aucun chiffres pour comparer cette criminalité à celle constatée hors d’Internet. Si, par hasard, Internet était moins criminogène que le reste de la société, c’est la société qui devrait s’inspirer des méthodes de sécurisation déjà à l’œuvre sur Internet. Et si ce n’est pas le cas, si Internet est un lieu de dépravation abject, il faut renforcer les mécanismes qui ont évité que cette abjection devienne insupportable. Car avouons-le, on peut très bien mener une existence en ligne honorable sans être sans cesse soumis à la violence. Je passe ma vie sur Internet et j’y rencontre le plus souvent des gens civilisés, souvent plus civilisés que ceux qui, dans les rues, avancent, résignés, têtes basses.

Sur Internet, cohabitation, coopération, cocréation… se combinent depuis longtemps pour engendrer une co-sécurisation. Si MAM comprenait un tant soit peu ce phénomène, elle proposerait de le stimuler, de l’expliquer, de l’encourager, de faire se parler ceux qui créent les outils, d’éveiller la conscience des usagers…

Sur Internet personne n’est contre la rémunération des auteurs. Pas plus, personne n’est contre la pénalisation des délits. Simplement, il est vain de vouloir plaquer des habitudes héritées d’un monde pyramidal sur un monde en réseau. Il faut tenir compte de la topologie d’Internet, notamment de sa topologie sociale. Sans quoi, des mesures qui visent notre bien peuvent affaiblir l’irrigation sanguine et nerveuse de notre super organisme, ce qui reviendrait à le tuer.

Pour préserver la vie de cet organisme, des camps peuvent se radicaliser et entrer en résistance, voire en lutte. À ce moment, MAM aurait des soucis à se faire car elle serait désarmée pour lutter contre une intelligence répartie. Notre société vit en symbiose avec les machines. Ceux qui comprennent les machines disposent d’un gigantesque pouvoir. MAM a peur d’eux. Elle le montre. Doit-on s’en réjouir ou s’en effrayer ?

30
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

30 comments

  1. Mipmip says:

    RT @crouzet MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant http://bit.ly/DMsyo

  2. MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant http://bit.ly/DMsyo (via @crouzet)

  3. M says:

    “Si, par hasard, Internet était moins criminogène que le reste de la société”

    Personnellement je perds beaucoup plus de temps chaque jour à cause de la délinquance sur Internet, que dans la société.

    Les SPAM sont une plaie qui, malgré tous les systèmes anti-SPAM, font perdre chaque jour une bonne heure quand on gère plusieurs sites et plusieurs boites mails (il faut jeter un oeil dans les dossiers SPAM à cause des faux positifs).

    Sans parler du temps pris avec toutes les mises à jour des antivirus, le ralentissement de notre navigation, etc.

    Le temps passé à mettre à jour tous les logiciels pour parer les trous propices aux pirates…

    La criminalité me gène beaucoup moins dans mes déplacements dans la société.

    Dans la société je ne perds pas chaque jour autant de temps à écarter des intrus, la police fait son travail.

    Sans parler du viol de droit d’auteur, etc.

    Dire qu’Internet s’autogère bien, c’est une blague.

    On n’est pas forcé de changer la porte de son appartement tous les mois, tandis qu’il faut sans arrêt mettre à jour WordPress, Drupal, etc, pour combler les failles de sécurité.

    Internet est tout sauf un monde de paix et de fraternité : c’est le monde le plus guerrier qui soit, on y subit chaque jour des attaques sans équivalent dans nos sociétés policées.

    Tu te promènes dans la rue sans gilet pare-balle. Sur Internet il te faut à chaque mouvement 3 ou 4 gardes du corps : pare-feu, antivirus, anti-spyware, anti-spam, etc.

  4. Henri A says:

    A M comme Minuscule :
    Internet est mondial, les spams, virus et compagnie ne viennent pas de mon quartier. Si il y a une comparaison, elle doit se faire avec la moyenne de la criminalité du monde entier ( Brésil, US, Afrique du sud, Bolivie, etc..).

    Ce que raconte Mam dans son texte ne me choque pas, c’est ce qu’elle n’écrit pas ( mensonges, actes contraire aux discours, etc…) qui me défrise.
    Incompétence ? En effet, ils ne sont pas foutus de contrôler les 99 % de la population.
    Mam et ses collègues des autres partis sont en ce qui me concerne des ennemis.

  5. M says:

    “Mam et ses collègues des autres partis sont en ce qui me concerne des ennemis”

    Calme-toi Raoul.

    “Plus j’avance dans la vie, moins j’ai de certitudes”.
    Jean-François Copé.

  6. Aurélie B says:

    RT @crouzet: MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant http://bit.ly/DMsyo

  7. MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant | via tcrouzet http://bit.ly/oovGS

  8. Dans "MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant" (http://tr.im/pfFu) T. Crouzet analyse le discours de MAM d’hier (http://tr.im/pfGe)

  9. Phyrezo says:

    Une nana qui se faisait sequestrer par son mec, a pu envoyer un mail SOS à un de mes pote depuis son Yahoo.

    Comme le nom complet de ce pote figure dans son adresse mail, et craignant que son mec ai son mot de passe, il demande à la police d’effacer le mail qu’elle avait envoyé.

    Lorsqu’il se rend à la convocation, il demande s’ils ont bien effacé le mail, l’officier lui répond, assez fier : “Ne vous inquiétez pas, on a saisit l’ordinateur !”

    Allez MAM, encore un peu de courage…

  10. H says:

    En tout cas, si vous pouviez commencer par convaincre les spammeurs d’arrêter de nous bombarder de 3000 annonces de viagra par jour, ce serait une bonne preuve qu’Internet est capable de s’autogérer sans intervention de la police d’Etat.

    Bon courage !

  11. Je reçois 0 spam. J’ai évoqué la solution depuis longtemps.

    http://blog.tcrouzet.com/2007/08/17/je-ne-suis-plus-spamme/

    Pas la peine de flics pour ça.

  12. ATP says:

    “MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant” – http://tinyurl.com/mwskkw – (@crouzet #loppsi #hadopi)

  13. Xanatos says:

    très très bonne critique >>> http://bit.ly/5T5rm
    via @ATP4

  14. HaDeSss says:

    RT @tweetmeme MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant | Le peuple des connecteurs – le cinquième pouvoir http://cli.gs/BRRPVZ

  15. Tamyoc says:

    Inch Allah,
    J’aiemerais partager ton optimisme, mais il me semble que l’ídéalisme libertaire se heurte au formalisme global, à une forme d’autocensure individuelle que génère notre système, à une soumission servile à une logique dictée par le profit bien orchestrée… Le net nous cloisonne jour après jour dans une attitude de consommateur et nous berce de l’illusion d’action… Je poste mon commentaire et je me sens l’âme d’un contestataire, puis je m’abreuve d’opions invérifiables, devant l’orgie informationnelle je me laisse guider par une torpeur intelectuelle et mon esprit critique s’en va loin de moi… L’illusion de l’ínteractivité me rend plus encore vulnérable à la propagande mercantile ou notre complaisance d’oisifs occidentaux s’achette à coup d’illusion de liberté.
    Alors les gesticulations de MAM ne sont pas celles qui me font peur, la censure la vraie vient également de nous même de cette incroyable indolence intelectuelle, de cette formidable apathie devant un système vérouillé qui vit sur la violence impérialiste et expansionniste. Pauvre monde citoyen réveille toi ce n’est que dans un élan collectif que nous réinventeront notre monde qu’il soit virtuel ou réel.
    Merci en tout cas de ce petit espace qu il vive ”a lutta continua”

  16. A celui (ou celle) qui confie son esprit critique à l'élan collectif says:

    la seule expression exacte dans le commentaire précédent est celui-ci :
    “options invérifiables”
    et encore…Car la coquille ne montre pas si notre commentateur précédent voulait écrire “opinions invérifiables” qui est un pléonasme.

    Tout se passe comme si vous invoquiez l’existence d’une fausse censure qui pourrait, on ne sait comment, coexister avec la vraie censure sans que le lien nécessaire qui les unit ne soit perceptible.
    Voilà pour ce qui est de ce tout nouveau hoax. Les autres ont déjà pris un peu plus de bouteille en politique, sans pour autant avoir pris racine ailleurs.

  17. Fin des pirates says:

    The Pirate Bay se couche et le contenu sera bientôt légal avec redistribution du revenu aux auteurs.

    Comme quoi les actions en justice sont efficaces.

    Internet a besoin de l’Etat et de la justice pour se civiliser. Sinon c’est rien que des gosses qu’on laisse sans limites, ça finit mal.

  18. Fin programmée de la civilisation fondée sur l'expression... says:

    …Et toute civilisation a besoin que les gens, qui font comme toi, soient un peu plus capables de partager et de produire des connaissances sans “faire de l’information” et cèdent un peu moins à l’idée de tronquer et d’omettre ces mêmes connaissances.

    Si vraiment tu cherchais déjà à t’appuyer sur des connaissances. Tu recopierais et diffuserais moins ce genre de commentaires bidons qui ont déjà provoqué au sein d’entreprises, l’hallali sur des personnes qui expriment en toute légalité leurs opinions politiques.

    La civilisation coule avec des gens comme toi. Et La justice qui traine ce genre de boulets est de moins en moins EFFICIENTE. Tu fais partie de ces gosses qu’on laisse sans limite dans le monde civilisé.

    Internet n’a aucune leçon à reçevoir de gens comme toi, qui sont en train de causer la destruction de toute civilisation fondée sur l’expression.

  19. Fin des pirates says:

    “Internet n’a aucune leçon à reçevoir de gens comme toi”

    Votre vision de l’Internet est mortifère, et heureusement qu’elle ne prévaut pas.

    Aucune vision de la liberté ne vaut si elle ne soutient en même temps une vision de la culture.

    L’expression est au service d’un contenu.

    L’expression tournant à vide, sous forme de “connectionnite aigüe”, avec des nouveaux médias qui ne parlent plus de rien sinon d’eux-mêmes, même dans leurs “romans”, n’a aucun intérêt.

    Le réseau et la connection ne sont pas une fin en soi.

    En s’opposant à la culture et aux conditions de sa création, cet Internet pirate a signé son arrêt de mort.

  20. ... avènement des techniciens de surface ! says:

    Il est où le contenu de ta tête, quand tu mets tout internet dans le même sac ?
    Tout ce qu’il y a sur internet ne tient même pas dans un millier de têtes identiques à la tienne.
    Tu te repêts de la déchéance avec tes commentaires bidons. Il te faut du sang et des victimes. Tu es un nécrophage.

    Je n’ai pas besoin de développer ma vision de la culture pour répondre à tes commentaires. Ma vision actuelle est que tu poste tes commentaires sans même avoir compris ce qui s’est passé à ce procès.

    Il te faut déjà taper dans google pour savoir si le système judiciaire suédois est le même qu’en France ou, voire même, s’ils ont adopté la monnaie européenne.
    Alors je ne parle même pas de leurs lois.
    Tu utilises internet pour poster tes conneries, sans même savoir ce qu’est un problème de droit et en quoi ce qu’a répondu le juge était intéressant pour la suite.

    Et c’était déjà la même chose avec ce qui a eu lieu à la sncf. Tu accuses les gens qui se trouvaient à 300m à la ronde sans même connaître les faits sur la manière dont on a procédé aux arrestations. Et c’est à moi que tu dis que ma vision est mortifère ? C’est ça que tu appelles une contribution à la culture ?

    Tu n’as rien à apporter, mais en revanche tu as tout à apprendre d’internet.
    Ce qu’en dit Thierry n’en est qu’une très faible fraction.
    La seule chose, c’est que pendant que tu critiques, en dénaturant toute la substance des oeuvres dont tu crois avoir fait l’acquisition, ben le bonhomme il a déjà compris que décrire internet ne lui servait à rien. A plus forte raison s’il s’agit de le réduire à TPB.

    ” l’expression est au service d’un contenu ” … et tes commentaires sont au service de la connerie, ni plus, ni moins.

    En réalité, ailleurs, dans les milieux culturels, ils t’ont surement demandé de la boucler et ils t’ont vite repris le micro qu’ils t’avaient tendu. Parce qu’ils ont vite fait de comprendre que tu n’avais rien à dire, au bout de la 3ème fois que tu répétais ce que tu avait acheté à quelqu’un d’autre.

    Ca doit être la raison pour laquelle tu reviens toujours sur cet internet que tu réprouves tant… en être supérieur pour lequel tu te prends.
    Ce que je vois, c’est que sans argent, tu n’as aucun contenu. Tu n’est qu’un technicien de surface. Et comme on peut pas montrer son fric dans les commentaires…

  21. Fin des pirates says:

    “si le système judiciaire suédois”

    bel exemple de verbiage vide, où tu tournes autour du pot en bifurquant, sans jamais répondre au fond, et en inventant des choses à mon sujet pour détourner l’attention.

    Technique classique de la dénégation; tu cherches à ridiculiser l’interlocuteur faute d’avoir une réponse au problème (piratage et économie de la culture).

    Tout ce que tu inventes sur quelqu’un que tu ne connais pas, dans l’espoir de discréditer son discours, en dit long sur l’impasse de fond dans laquelle tu es.

    Tu confonds par ailleurs le niveau du commentaire, et le niveau de la production éditoriale.
    90% de mon temps en ligne est occupé à de la production éditoriale positive.
    Les 10% que je consacre aux commentaires sont le lieu de la critique.
    N’inverse pas les proportions pour juger d’un homme, quand tu ne connais que le dixième.

  22. C'est de ton impasse qu'il s'agit ici : celle de tes commentaires says:

    oh, le côté éditorial, je l’ai déjà lu dans tes commentaires.
    Juste une autre manière de t’approprier ce que d’autres ont découvert.
    On met un peu de peinture, on ajuste ici et là les luminaires et on fait croire qu’on a bâti les murs pour justifier son salaire. Dans ton milieu on doit surement dire “j’ai fait la maison” quand on n’en a installé que la décoration.

    En bon technicien de surface, tu as déjà du faire programmer les algorithmes qui te ressortent les phrases littéraires qui ont paru marquantes à 90% des interrogés et tu boucles encore une fois l’expérience d’autres que toi en replacant les derniers éléments dans un ordre qui te semble un peu plus humain. Bref, tu te fais surement des fiches formatées sur le travail des autres, tu ne crée rien.
    Tu te crois éditeur alors que tu fais uniquement du lèche-vitrines…

    Tu n’ouvres des livres que pour y piller ce qui plaira ou étonnera d’autres.
    Tu dois d’ailleurs avoir des documentalistes qui les lisent pour toi, pour t’expliquer en résumé ce qu’ils en ont compris, à ta place.
    Tu sais surement ouvrir les livres que tu as achetés, mais tu t’arrêtes là, car tu ne sais pas en ouvrir les phrases. Et l’argent ne t’est d’aucune aide face à cette déficience d’imagination.

    Le côté “positif” de ta production éditoriale doit sans doute se borner à lire le nombre de fois que revient tel ou tel mot dans un texte, ou à parapher ce qu’une personne de confiance t’as assuré être bon de manière à ce que cela apparaisse en première place de choix sous ton nom. Mais le temps de micro ne dois pas être trop long, parce qu’on risquerait de s’aperçevoir que la vision sous jacente au texte n’est pas de toi. Hé oui, tu as une boite à faire tourner, et si on s’en aperçoit, tous les gens qui font le boulot à ta place risquent le chômage. Tu te rassures et tu parviens à dormir en te disant que les concurrents font la même chose. D’ailleurs vous vous en parlez entre deux trous sur les greens.

    La source du piratage est bien là, dans ton propre comportement. Tu es un Lindström. Un affairiste en ligne. La culture n’est pour toi qu’un investissement éditorial. Car c’est des gens de cette nature, que produit le monde industriel. Lindström n’a pas investi sur les bonnes personnes, la belle affaire ! Tant que toi tu as des gens de confiance qui font la même chose en un peu moins visible. Comme Romand tu t’es laissé piéger par l’adulation de ceux que cela impressionne.
    Et ce serait une fois de plus à quelqu’un d’autre (à moi) de trouver la sortie de l’impasse dans laquelle tu contribue à fourrer la culture ?

    Mon verbiage ne te semble vide que pour une seule raison. Tu as peur de voir la réalité en face. Et tu préfères, comme le commun, t’acharner sur ceux qu’on te jette en pâture, plutôt que de rechercher le rôle que tu joues dans tout celà.
    Tout internet doit être coupable, il faut au moins ça, pour te cacher à toi-même tout le reste de ta situation, pour continuer à n’envisager les choses que sous le seul angle qui te rende acceptable aux yeux des autres.

    Ha ça oui ! On crache sur les accusés pour se sentir respectable !
    Ce que ce comportement à de vil et de mesquin ne t’apparait même plus tellement tu es avide de voir si quelqu’un va trouver la solution – encore et toujours – à ta place.

    Tu me dis que je ne connais que le dixième de l’homme que tu es, mais ce dixième qui ne fait pas la part de ses responsabilités est déjà un 10ème de trop, pour un homme qui se respecte.

    En comparaison d’internet qui représente des kirielles de groupes humains et dont tu ne connais pas le dixième (même pas tes lecteurs) et que tu accuse, le compte est loin d’y être…

  23. Fin des pirates says:

    Frédéric Mitterrand a passé des années de sa vie à défendre le cinéma d’auteur contre la logique marchande. C’est dans ce même esprit qu’aujourd’hui il prend à coeur le sujet Hadopi,

    car lui, qui n’est pas un âne comme toi,

    a bien compris que la logique des pirates est la même que celle des supermarchés: elle conduit à la destruction du milieu créatif, avec une négation du prix de la culture.

    Ce sujet est un immense sujet. Internet joue là un jeu considérable. Des cultures sont mortes quand on a laissé la logique de masse l’emporter.

    Si Internet passe sous la logique du consommateur qui veut toujours payer moins cher, la culture subira le sort de l’agroalimentaire de masse: de la merde.

    Le combat contre le piratage, c’est la même logique que la défense du bio en agriculture: la qualité a besoin d’un terrain adapté et protégé. On ne peut pas faire n’importe quoi, juste par refus de payer le vrai prix des choses.

    “Tu dois d’ailleurs avoir des documentalistes qui les lisent pour toi, pour t’expliquer en résumé ”

    Tu es vraiment un âne. Il n’y a pas d’autre mot. Tant de volonté de juger un homme, en passant complètement à côté, et tout cela pour fuir le fond des sujets.
    Pathétique.

    Arrête de te construire une image de tes interlocuteurs, si c’est pour te planter à ce point. Et au lieu de combattre des images, qui sont fausses, combat des réalités.

    Le piratage et ses conséquences sur l’économie de la culture, c’est une réalité. C’est de cela dont je parlais.
    Tes fantasmagories à mon sujet sont à mille lieues de toute réalité.

  24. C'est fini le monde de pinoccio ! says:

    Frédéric Mitterand, c’est Frédéric Miterrand.
    Or c’est à toi que s’adresse mon commentaire.
    Tu ne te rends même pas compte qu’à chaque fois qu’on t’interroge sur ce que tu as fait, tu réponds toujours en prenant ce qu’à fait quelqu’un d’autre.
    Tu le fais sciemment, soit pour le critiquer en tes lieux et place, soit pour essayer de le mettre à dos de tes interlocuteurs.
    Ca ne marche pas ainsi avec moi, car je vois très clair dans ton jeu.

    Tu parles du droit d’auteur, mais en réalité tu n’as jamais défendu ce qu’il contenait, à savoir la possibilité pour tout un chacun d’être reconnu, même si ce n’est pas par la “profession”, pour sa propre contribution à la culture. Tout ce que tu as défendu jusqu’à maintenant c’est à te goinfrer sur ce qui devrait revenir au véritable auteur de ce que tu utilise.

    Lorsqu’il s’agit de quelqu’un qui se fait beaucoup de fric, alors là, lui il faut le défendre. Tout le monde le connait, on ne peut plus se goinfrer sur son dos. Mais lorsqu’il s’agit de quelqu’un que la “profession” ne connaît ni d’Eve, ni d’Adam, alors là, il s’agit surtout d’invoquer la logique de masse pour déprecier son travail. il faut même le mettre au même rang que les pirates, ce malotrus qui n’a pas envie de véhiculer votre gloire.

    Et là, tout les moyens sont bons, jusqu’à l’usurpation d’identité, pour s’approprier ce qui devrait lui revenir. Inutile de me dire que tu défends les droits de l’homme alors que tu ne défend que les droits de la catégorie des spéculateurs. Tu n’as jamais défendu l’expression, qui fait partie du droit d’auteur, tu ne défends que le droit de spéculer sur un contenu qui ne t’appartiens pas, parce que ce contenu, tu ne le comprend pas.
    Et parce que, toi, tu ne le comprends pas, personne d’autre ne devrait le comprendre ? Tout le monde devrait s’en moquer ?

    Et bien, moi, je ne m’en moque pas !
    Et je vois très clair dans ton petit jeu. Selon toi, il ne faut surtout pas que les gens se mettent en contact les uns avec les autres. Car il en naîtrait surement quelque chose que tu ne pourras plus piller à ta guise, par les règles que vous vous êtes donnés pour empêcher la diffusion coute que coute.

    Le combat contre le piratage commence déjà par vous combattre vous, qui cherchez à limiter les connaissances et l’expression de tous pour donner du poids à vos petits éditoriaux de merde, dénonçant les uns, encensant les autres, attribuant et refusant des prix que vous pouvez vous permettre de distribuer pour diviser ! Car au fil des générations de spéculation sur la culture, vous avez trouvé le moyen de perdre la seule chose que vous possédiez : la faculté de puiser en vous-même vos propres ressources.

    Jack Lang, Lindström, toi = les trois facettes du même prisme = même combat !
    Retournez dans vos monastères de copistes éditoriaux ! Vous ne libérez personne. Vous voulez au contraire foutre tout le monde en taule parce que vous ne savez plus créer !

    Tu parles sans arrêt de bisounours, mais il n’y a que dans pinoccio que les gens libre ont des oreilles. Hé bien, ton nez s’allonge à chacun de tes commentaires pinoccio !

  25. Fin des pirates says:

    “à chaque fois qu’on t’interroge sur ce que tu as fait, tu réponds toujours en prenant ce qu’à fait quelqu’un d’autre”

    Je refuse ta façon de personnaliser les sujets de fond.

    Je ne suis jamais entré dans ce narcissisme de la blogosphère, où chacun avance son JE qui n’a aucun intérêt.

    C’est justement le culte de la personnalité, et les intérêts particuliers, qui pourrissent la blogosphère.

    Quand on parle de l’économie de la culture, on n’a pas besoin d’avancer avec sa carte d’identité: on parle d’un sujet qui dépasse ce qu’on est.

    Mitterrand est en charge du dossier.

    Comme tu n’as rien à répondre sur le fond, tu cherches à tout ramener aux personnes, mais ça n’a aucun intérêt. Tu n’es pas mon juge pour dresser mon portrait. Arrête de parler de moi car comme tu alignes 50 erreurs à la ligne, cela ridiculise tout ton argumentaire.

    Tous les blogs parlent de la liberté d’expression. Je n’ai jamais manqué de la défendre. Mais la liberté de pirater n’est pas la liberté d’expression.

    Si le piratage ne cesse pas, il conduira à une restriction de la circulation libre sur Internet, comme ultime parade. Le piratage est ce qui menace le plus la liberté sur Internet. De même que le vandalisme public appelle l’irruption de la police dans la société. C’est le délinquant qui fait naître le policier.

    Prétendre défendre la liberté d’expression, en laissant les pirates agir, c’est mentir: laisser agir les pirates ne fera que générer à terme une plus grande irruption de la police.

    Ceux qui ont la liberté d’expression à coeur doivent prendre fait et cause contre le piratage.

  26. Ton monde s'achève Pinoccio: notre univers est à venir ! says:

    Pinoccio, tu ne peux même plus porter ton nez tellement il s’allonge.

    Le culte de la personnalité, c’est de croire qu’un seul représentant peut personnaliser une culture. Ca c’est ce que transpirent chacun de tes commentaires.

    J’espère que ta diatribe sur certains des acteurs qui ne te font pas gloire remontera jusqu’au vrai pirate que tu es.

    Vous avez déjà inondé internet avec votre soutien scolaire payant, mais l’éducation nationale est en train d’y mettre bon ordre ! Il était temps !

    Ma joie est indiscible lorsque j’entends ici et là qu’on lit des livres que j’ai pris plaisir à lire et qu’on se mette à créer de partout. C’est ce que toi et ta bande de pirates incapables de créer vouliez nous retirer !

    C’est fini, le temps on nous nous faisait croire que les gens libres s’adonneraient à un divertissement perpétuel qui nous ferait pousser des oreilles d’ânes !
    Ton monde s’achève Pinoccio !

    Au besoin, on reconstruira notre culture, qui n’aurait jamais du nous quitter pour des gens comme vous ! On la fera voyager au-delà de l’univers et elle nous reviendra enrichie de son voyage au lieu de s’arrêter aux pinoccios que vous êtes, libérant chacun de nous de tous les carcans que vous voulez nous imposer !

  27. Fin des pirates says:

    Tu es juste un taré en fait.

    Les milliers de créateurs qui défendent les conditions économiques de leur art parlent d’un sujet qui te dépasse.

  28. Le crépuscule des rapporteurs : Comment le fric a eu leur peau... says:

    Normal puisque tu es une tare, pour tous.
    T’as quoi comme conseil à leur donner ?
    Se foutre définitivement à dos tous les consommateurs ?
    faire comme toi et écrire des commentaires bidons sur les arrestations ?

    Allez Pinoccio, tu n’avais déjà rien à dire d’intéressant sur le sujet qui est censé me dépasser, je te laisses à ta pleutrerie et à ta mesquinerie servile de mauvais rapporteur de faits divers. Tu vaux franchement pas tout le raffut qu’Henri, Thierry et les autres font de toi.
    Je te laisse à tes “niveaux différents” qui les avance tellement.

  29. Fin des pirates says:

    “Se foutre définitivement à dos tous les consommateurs ?”

    La qualité a un coût, ceux qui refusent ce prix construisent une société de merde = malbouffe industrielle et disparition de la culture.

    Le cinéma français est l’un des 4 grands cinémas du monde encore vivants. Pas par hasard, mais grâce à la politique culturelle de l’Etat.

    On va continuer ce qui marche: une politique culturelle qui s’impose face à la dérégulation et la seule loi du consommateur.

    La loi du consommateur a mené les autres cinémas européens à la mort. On a besoin de l’Etat pour dépasser les instincts grégaires les plus bas et construire une civilisation.

  30. breizh2008 says:

    RT @tweetmeme MAM ne kiffe pas Internet, c’est rassurant | Le peuple des connecteurs – le cinquieme pouvoir http://cli.gs/BRRPVZ

Comments are closed.