Tout le monde s’affole et tombe des nues avec cette histoire. Je suis mort de rire, j’avais déjà beaucoup ri en lisant l’article de Wired.

Nous sommes des centaines a avoir gagné notre vie avec des usines à contenus, moi en tête, cela depuis dix ans. Je vous passe Wikio. Une farm-links c’était une usine à contenu simplissime pour coincer Google.

Google a rafiné son algorithme. Des petits malins ont cherché des astuces. Alors que nous créions des contenus avec des robots, ils les font créer par des esclaves humains payés au lance-pierre.

Google n’y voit que du feu. Jusqu’à ce qu’il décide à blacklister ces sites comme il l’a fait avec certaines link farm historique ou a chasser leurs pages dans les bas-fonds de son index. Tout cela nous prouve simplement que Google perd en pertinence mais que tant qu’il sera dominateur, il faussera l’écosystème du Web puisque des gens chercheront à le baiser. C’est de bonne guerre.

Les usines à contenus ne sont pas une révolution mais une constante depuis qu’on peut gagner de l’argent sur le Web. C’est une martingale… C’est vrai que je la maîtrise plutôt bien… et comme il faudrait que je pense à gagner à nouveau un peu d’argent… pourquoi je reviendrais pas dans le jeu. C’est ça ou vous avez intérêt à acheter mes prochains livres.

PS : Que font les blogueurs qui veulent avoir du trafic ? Ils transforment leur blog en usine à contenus.

51

51 comments

  1. Usines à contenus : nouveauté seleument pour vierge du Web http://bit.ly/722VeG

  2. Le papier de RRW sur les usines à contenus fait marrer les pros du spamindexing http://bit.ly/722VeG Ils savent comment ça finit…

  3. Nathalie says:

    Elle voit des nains partout ? (^_^<) RT @crouzet Usines à contenus : pas une nouveauté http://bit.ly/722VeG

  4. RT @crouzet: Usines à contenus : nouveauté seleument pour vierge du Web http://bit.ly/722VeG

  5. Grégoire says:

    Crouzet : "Que font les blogueurs qui veulent avoir du trafic ? Ils transforment leur blog en usine à contenus" > http://tinyurl.com/yaoue3w

  6. Sam Ganegie says:

    A lire pour les faux culs ! RT @crouzet: Usines à contenus : nouveauté seulement pour vierge du Web http://bit.ly/722VeG

  7. Usines à contenus : pas une nouveauté http://bit.ly/881YDw

  8. Henri A says:

    Je n’ai pas réagis au précédent article parce que quand on me parle de médias, presse, etc, en général je sors mon révolver.
    Mais tout compte fait, “usine à contenus”, en ignorant le coté techno de la chose, est un bon surnom pour les médias, presse, etc…
    L’article que tu pointes fait la même erreur que triple zéro quand celui-ci nous sort son Proust à tout les usages possibles et impossibles.
    Dans l’article c’est le New York Times qui est utilisé, on va dire plus ou moins une référence, comparée au 99.9 % d’usines à merdes que l’on nomme les médias.
    Ce passage me fait immédiatement sortir mon flingue :
    “Les contenus issus de telles usines sont creux et ne contiennent aucune forme d’analyse, c’est ce qu’il est ressorti de plusieurs explorations faites par Marshall Kirkpatrick. Jack Herrick, le fondateur de wikiHow, parle lui carrément d’eux comme n’ayant ‘pas d’âme’, et même sans aller aussi loin, on peut certainement affirmer qu’il ne contiennent ni passion et reflètent souvent un manque critique de connaissances sur le sujet qu’il traitent. L’analogie utilisée par Mike Arrington est limpide : c’est du fast food.”

    On ne parle pas des médias et de la presse là ? Je ne vois pas trop ce que la passion vient faire là dedans, mais c’est encore autre chose.

  9. Usines à contenus : pas une nouveauté http://ow.ly/LXjL

  10. Desirade says:

    Bon, alors, écris plus vite d’accord. Parce qu’à la vitesse où tu vas tu seras bientôt obligé de tout reprendre depuis le début.

  11. triple z says:

    “On ne parle pas des médias et de la presse là ?”

    Il y a creux et creux !

    Un exemple de creux version Answers.com :

    http:// wiki. answers .com /Q/Did_elvis_like_black_people

    Did elvis like black people?

    elvis loved black people because he sung there music and had alot of blacks that liked him

    Un truc à la con comme ça, qui tient en deux lignes, avec l’effet Google qui porte massivement sur le titre, ça peut générer autant de trafic qu’un article “creux” des médias, qui sera quand même beaucoup plus documenté et aura demandé une heure de travail.

    Le Web version Google encourage la médiocrité : tout tient dans le titre, le reste peut être inexistant.

    Enfin Cozop c’est guère mieux 🙂 Souvent on ne perçoit pas bien la différence qualitative entre les annonces Google et la suite de l’article, sur Cozop 🙂

  12. narvic says:

    Vu comme ça, Thierry, rien de neuf sous le soleil avec le web. 😉

    Un exemple ? Wikipédia : inventée au 16e siècle! 🙂

    L’atlas d’Ortelius, premier éditeur à faire appel à ses lecteurs, à travers toute l’Europe, pour corriger et compléter son recueil de cartes géographiques : au moins 28 éditions successives, en au moins six langues, à sa mort en 1598, revues, corrigées et augmentées par la contribution coopérative (et bénévole) de sa communauté de lecteurs. Ortelius passe d’ailleurs auprès des historiens pour avoir préfiguré l’idée moderne de coopération scientifique. On n’en avait pas encore fait le précurseur de Wikipédia. Voilà qui est fait. 🙂

  13. @Narvic Ce qui m’énerve c’est tout les geeks à 2 balles qui ne comprennent rien à rien… ces usines à contenus ne sont que des pièges à googles Ads. Faut être imbécile pour pas le voir. Et je lis partout des grands discours. Même la presse est entrée dans ce jeu depuis des années. Faut arrêter de tomber des nues. Et dès que quelqu’un met un nouveau mot sur un vieux truc s’extasier.

    Entre l’Atlas que tu sites et Wikipedia il y a un monde… pas entre une link farms et une usine à contenus. Là le but est le même : baiser Google.

  14. Do not evil et ta soeur says:

    “baiser Google”

    Oui enfin Google il aime ça.

    Je soupçonne Google d’avoir volontairement favorisé les sites de merde pour détruire les mastodontes des médias et les mettre à genou.

  15. narvic says:

    Il y a tout de même quelque chose de nouveau dans la démarche de Demand Media ou dans les projets éditoriaux d’AOL, c’est l’industrialisation à un niveau inconnu jusque là du markéting éditorial sous couvert de journalisme. Il ne s’agit pas de baiser seulement Google, mais également tous les autres sites de médias, et surtout, bien entendu, les lecteurs.

    La démarche est bien d’orienter massivement la publication des contenus en fonction des attentes exprimées des lecteurs (détectées par des algorithmes en fonction des mots-clés relevés dans les recherches des internautes), et en fonction d’un financement publicitaire préalablement réuni. AOL envisage de regrouper 3000 journalistes pour ça (plus du double de l’AFP).

    A ce niveau, il ne s’agit bien entendu plus du tout de journalisme, mais de markéting. L’inondation du web d’actualité par un déversement de contenu de cette nature ne peut que déstabiliser encore un peu plus l’économie du journalisme en ligne, et décrédibiliser encore un peu plus les médias.

    D’un autre côté, c’est tant mieux pour les artisans propulseurs (auteurs et conseilleurs de lecture), dont le processus de construction sociale de leur crédibilité/réputation est assez solide pour résister à une telle inondation/pollution en vue. 😉

  16. Rien de nouveau sur le Web. Franchement. ça heurte les gens parce qu’il y a des nègres là ou on jouait avec des bots. On a tous fait ça pour piquer des visites aux médias depuis des années. Pour fabriquer des fausses pages qui semblaient réelles. C’est juste une autre méthode. Qui ne tient que si Google se laisse abuser.

    La Fnac l’a fait. Seul les médias n’ont rien fait. La nouveauté c’est qu’ils se réveillent maintenant. Je vois conceptuellement rien d’autre. Si tous le monde avait compris plus tôt, j’aurais moins gagné d’argent 🙂

    Comme tu le dis. C’est bon pour les propulseurs.

    PS : je me suis fais traiter de truand quand j’ai expliqué ça sur ce blog ! Les temps changent. AFP personne va oser?

    http://blog.tcrouzet.com/tag/bonweb/

  17. La belle révolution du Net says:

    Un bon article sur la merde organisée pour faire du fric :

    http://www.slate.fr/story/14365/forcats-info-conditionnelle-titres-point-interrogation

    Où l’on voit Agoravox et autres sites 2.0 se vautrer dans la manipulation d’informations au conditionnel pour générer du clic et du fric, sans le moindre respect du lecteur.

    Et après ils donnent des leçons au vieux monde…

    Ils sont encore plus nuls que lui.

    Quand on entend ce monde du 2.0, dégoulinant de conneries, se gausser du 1.0 d’antan, on a vraiment envie de sortir son révolver.

  18. Conceptuellement, il n’y a rien de bien neuf, par contre, le fait qu’une boite financé à hauteur de 350 millions de dollars et un géant comme AOL s’y mette, ça, c’est nouveau, et c’est plutôt flippant, non ?

    Par ailleurs, je suis pas sûr de te suivre sur la confusion que tu entretient entre link farms et ‘usine a contenus’, si le but est le même, faire du fric avec de la pub, la méthode est tout de même différente et le danger pour les producteurs de contenus encore plus.

  19. Thierry, je vois que tu t’en prends de nouveau à Wikio en voulant nous associer à tes pratiques. Permets-moi de te conseiller de balayer plutôt devant ta porte (Cozop).

  20. Daniel says:

    C’est “link farm” et pas “farm link”.
    Et ça n’est pas franchement en rapport avec une usine à contenu.

  21. J says:

    thierry, tu confusionnes une fois de plus il me semble…
    le terme ‘usine à contenus’ est parfait.
    rien à voir avec links farm.

    ce que je vois, ce sont deux logiques qui vont s’affronter.
    – une centralisatrice, issue des habitudes de thomsonreuters et autres pourvoyeurs d’info classiques, qui font venir les producteurs à eux contre rémunération ; c’est exactement le concept d’usine à contenus.
    – une décentralisatrice, dont google est pour le moment un acteur majeur, mais pas plus pas moins que les réseaux sociaux, qui ne fait pas venir les producteurs d’info mais traite leurs productions dispersées de façon à les rendre accessibles.

    on voit peut être là s’affronter en direct le capitalisme hérité et mis au goût du jour du Net, avec quelque chose qui aurait plus trait à une sorte de marxisme libéral quand les producteurs sont possesseurs de leur outil de production, individualisé.

    je pense qu’une des choses qui pourrait avoir le plus d’impact sur l’issue de cet affrontement est d’ordre politique ; car nous sommes là exactement dans le cas de figure Hadopi Versus Contribution créative ou autres Mécénat global.

    c’est un choix de société très important, et il serait bon que la gauche le modem et les verts s’en emparent enfin dans le cadre d’un programme politique de civilisation.

    bon, c’est à la va vite tout ça, mais bon 🙂

  22. Fermier says:

    “link farm”

    Ce qu’il appelle Link farm, ce sont les sites dont le contenu est fait de fils RSS aspirés automatiquement.

    L’objectif n’est pas de fournir un service éditorial original, mais de faire de l’audience.

    (Rien à voir avec les fermes à liens servant le référencement)

  23. Usines à contenus : pas une nouveauté http://bit.ly/4PE2Zo

  24. @Fabrice Oui nouvelle échelle, bonne figure, mais le principe est le même ratisser du trafic sur Google et descendre la presse au passage.

    @Pierre Tu as beau dire… mais Wikio reste un ratisseur de trafic… combien de trafic naturel sur Wikio ? D’une certaine façon, coZop fait la même chose, oui puisqu’on peut retrouver les pages que les gens publient chez nous ou qui sont linkés par les utilisateurs Twitter. C’est une question d’échelle après. coZop reste un service anecdotique sans prétention et qui n’existe quasiment pas. Et puis je peux dire ce que je veux. Tu réinventes bien le cinquième pouvoir 😉

    @Daniel Pas de rapport. Tu as compris comment ça marchait Google? Si tu es en haut tu prends le trafic. Peu importe ce que tu mets sur la page pour prendre le trafic. Qu’un zèbre écrive l’article ou un robot en compilant des fils RSS ou des résultats de recherche, c’est la même musique. C’est ce que j’ai appelé link farm. J’allais pas faire une longue théorie pour un truc qui en vaut pas la peine.

    @J Oui rien à voir… explique-nous. Ces services n’existent que comme parasites de l’écosystème Google. Personne ne va dessus directement. Ils n’ont pas d’usager en propre. C’est le propre les link farm. Une link farm aussi est centralisée (c’est mieux pour monétiser). Et Google n’est pas centralisé. Y’a que les couillons qui gagnent pas de tune qui sont décentralisés.

    Et si un jour les gens vont directement sur ces services, c’est qu’ils seront meilleurs que les journaux 😉 ça c’est possible en fait 🙂

    @Merci au fermier 😉

  25. Pas convaincu… Que des trucs comme Google, Wikio ou Cozop ratissent du trafic, certes, mais ils le renvoient vers les créateurs de contenus et ne proposent en rien un contenu alternatif, là, on est face à des boites qui produisent un contenu (pourri) alternatif et qui viennent concurrencer les créateurs de contenus à la source : Google.

    Quand à dire que Google descend la presse, franchement… je n’y crois pas un instant 😉

  26. J says:

    fabrice a assez bien résumé mon ‘rien à voir’.

  27. Bonsoir Thierry,
    Je suis ravi de voir qu’à nouveau tu écris des articles à ce propos.
    Le trafic c’est bien, mais si ça ne nous permet pas de vivre ça sert à quoi ? (Si ce n’est passer le temps) Bonne question… La réponse est aussi simple : A RIEN !
    Et comme en France, je crois que les gens comprendront avec un peu de chance d’ici 10 ou 20 ans. Pour beaucoup d’entre nous on a dix fois le temps de se lasser et de passer à autre choses…
    J’ai écris pas mal de texte chez moi depuis une dizaine de jours. C’est un peu comme une bouteille à la mer. Mais combien vont comprendre… Nul ne sait… A suivre…

    Amitiés à toi A+,

    Hugues 😉

  28. Usines à contenus : pas une nouveauté http://bit.ly/74KjPK Peuple des connecteurs > voir ausi http://bit.ly/8BPPnF

  29. @Fabrice

    1/ Google ne ratisse pas, c’est lui qui fait le trafic.

    2/ Donc c’est chez Google qu’il faut ratisser.

    Le ratisseur lui veut juste afficher une page avec une pub et vendre du clic.

    Les Link farm n’offraient aucun service, arnaque pure.

    Aujourd’hui Wikio et coZop ne sont pas des râteaux car Google favorise la source en général. Le lien vers la source suffit à la faire remonter. Voilà pourquoi il faut inventer une autre méthode. Traquer les mots clés, pondre des articles bidons mais originaux. C’est hyperrentable. Il ne s’agit pas de faire du contenu mais d’attraper des clics pour les envoyer sur des pubs.

    Tu peux t’y amuser sur ton site… 000 avait appliqué la méthode avec un grand succès.

    Mais vous vivez dans quel monde?

  30. Thierry, on va arrêter de jouer aux idiots 5 minutes, juste pour voir.

    Faire des petites install destinées à faire du spamdexing en générant des textes qui attirent Google pour faire du fric, certes, rien de nouveau. Ces textes sont la plupart du temps illisibles pour les humains, mais on peut les monétiser. On peut même vivre de telles activités, tout comme on peut vivre d’activités comme de se débarrasser de produits toxiques discrètement, ou de tout un tas d’autres activités, le spamdexing de ce type ayant l’avantage de ne pas etre illégal et d’être intellectuellement challengeant.

    Là, ce n’est pas le même niveau. On parle de 4000 articles générés par jour, par des boites générant de dizaines voir des centaines de millions de dollars par an.

    La différence se situe sur (au moins) deux niveaux :

    1/ Les contenus sont destinés aussi à des humains et sont parfaitement lisibles, ils sont originaux mais d’un niveau très faible.

    2/ Le processus est industrialisé, là où on avait jusqu’ici dans les activités que tu décris (et revendique) sont plus de l’ordre de l’artisanal, même si certains ont poussé jusqu’à la petite PME, on parle ici de Demand Media, avec 350 millions de dollars de fonds, ou encore de AOL, un acteur majeur de web. On est très loin d’un hacker malin cherchant à se faire du fric facilement où d’une bande de geeks intellos voulant montrer qu’il sont plus fort qu’un algorithme et se faire de l’argent au passage.

    Alors certes, je peux m’amuser à le faire sur mon site (les résultats seraient catastrophiques en ce qui concerne RWW, ceci dit), mais en aucun cas je ne pourrais écrire avec mes petites mimines 4000 articles par jour. Pour cela, il faut avoir mis en place des usines, pas des petites PME, c’est précisément ce que mon article souligne : Le passage de l’artisanat à l’industrie lourde. Une menace pour l’artisanat, au passage, je comprends ton énervement 😉

    A ma connaissance, tu n’est pas devenu multimillionnaire avec le spamdexing, même si tu en vis (ou en a vécu), cela relève de l’artisanat.

    Par ailleurs, je ne vois pas où tu a lu dans mon article que je considérait cette activité comme une nouveauté, c’est bien le passage à l’industrie lourde qui est un nouveau trend, lourd, vu les fonds investit.

  31. Tu demanderas à la Fnac et à eBay comment ils ont fonctionné pendant des années. Tous les gros sites ont utilisé la technique à une échelle industrielle jusqu’à ce que Google bloque la technique (donc j’en vis plus — et en plus j’ai été en France le premier frappé alors que j’étais le plus petit — cherche à comprendre j’avais été aussi le seul à ouvrir ma bouche sur le sujet et à faire le malin). C’est un peu comme avec ma quéquette Twitter tu vois.

    La seule différence aujourd’hui c’est qu’on fait ça au grand jour.

    Quand j’ai utilisé la technique sur bonweb on s’est retrouvé 90e site français en trafic. 500 000 unique jours. Ça me suffisait. Je n’ai jamais cherché à devenir riche. Y’a d’autres sites qui ont fait ça à une toute autre échelle… à l’époque y avait pas besoin d’une armée pour tromper Google.

    C’est ce qui change et c’est de ça que tu parles. Pour arriver au même résultat, il faut une armée de nègres. 350 millions. C’est ni plus ni moins que 700 petits spam indexeur artisanal (bonweb a fait 500 KF la bonne année). Il y en avait beaucoup plus de part le monde, beaucoup de bien plus gros que bonweb.

    Ce marché existe depuis longtemps. On l’adresse de façon un peu différente. Et si des gens croient que le journalisme est en danger, c’est parce que le journalisme auquel il pense est de la daube.

    Nous voyons juste à quel point Google est en train de devenir un goulet d’étranglement. Heureusement que les réseaux sociaux sont plus difficiles à infiltrer, pour le moment.

  32. La Fnac et eBay n’ont jamais eu 10.000 personnes travaillant sur de tels projets, Demand Media, si. Même s’ils sont de gros acteurs, ils ne sont jamais arrivés à ce point.

    500KF pour Bonweb, c’est un joli résultat, mais Demand Media est valorisé bien au dela d’un milliard de dollars. Encore une fois, c’est le passage à l’industriel que tu ne semble pas vouloir saisir.

    Ce que tu me décris est une époque héroique ou quelques corsaire pouvaient partir à la chasse au trésor et où certaines boites peu éthiques se sont lancés dans l’aventure (j’étais pas du tout au courant pour eBay, au passage, je ne savais pas du tout qu’ils produisaient des contenus de façon aussi frénétique). Aujourd’hui, on a changé d’ère…

    dernier détail, Demand ne fait pas de spamdexing, et rien qui ne soit pas dans les guidelines de google 😉

  33. Tu parles… c’est la grande régression, la centralisation qui annonce la mort d’une utopie.

    On reparlera des guidelines de Google. Ils ont le don de les modifier. Le spam indexing n’y était pas au début. Je les vois mal laisser des monstres se gaver sur leur dos.

    Note que j’ai jamais fait de spam indexing avec google. On a simplement créé un annuaire avec beaucoup de pages. Artisanalement… mais on gagnait plus de fric que les nègres de Demand Media.

    Le truc bien c’est qu’il vont finir par nous dégoûter d’utiliser Google… et que tout cela finira par se prendre les pieds dans le tapis.

  34. Tu parles… c’est la grande régression, la centralisation qui annonce la mort d’une utopie.

    Oui, d’une certaine façon, on peut parler du Minitel 2.0 de Bayard… Nul doute là dessus, c’est une grosse regression et une menace pour l’utopie des blogs d’experts (entre autre).

    On reparlera des guidelines de Google. Ils ont le don de les modifier. Le spam indexing n’y était pas au début. Je les vois mal laisser des monstres se gaver sur leur dos.

    Sauf que là ils ne font vraiment rien de mal, en dehors de faire des contenus médiocres… N’oublions pas que Google gagne aussi beaucoup d’argent au passage…

    On a simplement créé un annuaire avec beaucoup de pages. Artisanalement… mais on gagnait plus de fric que les nègres de Demand Media.

    Ne touches-tu pas là l’essence même du passage de l’artisanat à l’industriel, à savoir l’exploitation du prolétariat ?

    Le truc bien c’est qu’il vont finir par nous dégoûter d’utiliser Google…

    D’où mon titre : un danger pour les media, les blogs ET Google…

    Au final, on est d’accord 😉

  35. Pour les blogs… je te suis pas 😉

    La plupart font pire que Demand Media 🙂
    Et la presse aussi d’ailleurs 🙂

  36. Les 2 Web says:

    Le point commun qualitatif c’est qu’on attire, non pas avec le contenu réel, qui déçoit le plus souvent, mais avec le titre.

    Google valorise bcp trop le titre.

    Normalement, on ne devrait jamais tomber sur Wikio quand on fait une recherche.

    Wikio ne fournit que le titre et quelques mots, on n’a pas besoin de tomber sur cette page intermédiaire qui ne fournit qu’un titre et oblige à consulter une autre page pour le contenu.

    Un service comme Wikio n’a rien à faire sur Google.

    Qu’on aille directement sur Wikio quand on a besoin de faire une revue de presse.

    Il y a deux types de Web :

    – celui qui satisfait l’Internaute quand il arrive sur une page : elle répond à son attente

    – celui qui ne donne aucune satisfaction, et qui oblige à repartir déçu, ou à consulter une autre page liée.

    Google devrait désindexer le deuxième type.

    Wikio a gagné son référencement uniquement grâce au classement des blogs, et pas pour l’originalité du contenu.

    C’est inadmissible que Google valorise qualitativement l’ensemble de Wikio, quand on ne fait un lien vers lui que pour ce classement des blogs.

  37. Tu as tout résumé… Tout ça à cause d’un défaut le la technologie de Google… ça engendre des perversions dans tout l’écosystème web.

  38. Certes, mais comment faire cela avec un algo ? Comment mesurer la qualité d’un contenu, et pire encore, la satisfaction d’un visiteur faceà une page, avec un algorithme (coté Google, j’entends)… Sacré challenge…

    (et qu’est ce que Wikio vient foutre là dedans ?)

  39. 1/ Google peut ajouter un filtrage (une liste de sites que l’ont veut voir disparaître des résultats… ils y aurait des gens qui créeraient ces listes… on pourrait les activer sur notre compte). Pas compliqué. Il suffit de 1000 sites pour tout pourrir.

    PB. C’est souvent google la régie pub à l’arrivée et Google gagne double avec les sites pourri fait pour générer du fric… alors qu’un blog a un CTR toujours médiocre.

    2/ Ne plus utiliser Google que pour des requêtes pointues, ce que je fais le plus souvent.

    3/ S’informer via les amis sur les réseaux sociaux.

  40. 1/ Google peut ajouter un filtrage (une liste de sites que l’ont veut voir disparaître des résultats… ils y aurait des gens qui créeraient ces listes… on pourrait les activer sur notre compte). Pas compliqué. Il suffit de 1000 sites pour tout pourrir.

    Ca me semble plus une mission pour Greasemonkey (e.g. coté client), l’idée du filtrage, personnellement, j’aime pas…

    PB. C’est souvent google la régie pub à l’arrivée et Google gagne double avec les sites pourri fait pour générer du fric… alors qu’un blog a un CTR toujours médiocre.

    Absolument, il vont devoir faire des choix douloureux…

    2/ Ne plus utiliser Google que pour des requêtes pointues, ce que je fais le plus souvent.

    Ca c’est le début de la fin pour Google (d’ou mon titre)

    3/ S’informer via les amis sur les réseaux sociaux.

    et ça c’est la fin des haricots pour Google (d’où mon titre)…

    Au final, je vois pas bien ce que tu reproche à mon article, on est d’accord sur l’essentiel. Industrialisation, mort du petit artisanat, danger pour les producteurs de contenus sérieux, menace pour Google…

  41. Google 3.0 says:

    Au lieu de se fonder sur le lien, Google devrait se fonder davantage sur le temps passé sur une page.

    Quand on repart aussitôt d’un site, c’est que la recherche n’a pas été fructueuse.

    Si j’arrive sur Wikio, pour repartir aussitôt vers une autre page, il faut désindexer la page Wikio et ne valoriser que l’autre page.

    ça suppose une légère intrusion dans la vie privée, mais le système du pagerank par nombre de liens a vécu, trop facile à tromper.

    Cela encouragerait des services qualitatifs.

    Cozop pourrait se développer sur le principe de ses journaux de recommandations par des amis, modèle plus intéressant que le jeu avec les titres pour Google.

    Pour les usines à contenu qui fournissent un service original et pertinent, elles ne sont pas un problème.

    C’est à Google d’utiliser ses outils pour juger de la pertinence d’une page.

    Answers.com est parfois pertinent.

    (Reste le problème économique de la délocalisation de la production de contenu, qui n’est pas un problème pour l’Internaute mais pour les créateurs de contenu qui ne sont pas compétitifs sur le plan du coût du travail.

    Problème identique à celui des ouvriers des usines automobiles et autres.

    La solution c’est l’harmonisation mondiale du coût du travail)

  42. Trafic pub says:

    “C’est souvent google la régie pub à l’arrivée et Google gagne double avec les sites pourri fait pour générer du fric”

    +1

    C’est la vraie raison.

    Quand on tombe sur un contenu pourri, on est davantage attentif aux annonces Google, qui sont souvent mises en valeur sur ces sites.

    Si l’on est déçu, hop, on fait une nouvelle recherche Google.

    Les meilleurs sites n’ont souvent pas d’annonces Google, ou elles sont placées plus discrètement et moins visibles.

    Google mène un jeu d’équilibriste : être assez pertinent pour ne pas perdre son statut ; et en même temps augmenter un trafic qui profite à son modèle économique, au risque de faire perdre du temps à l’Internaute.

    C’est gagnant tant que Google n’a pas de concurrent sérieux.

  43. J’ai pas fait une critique de ton article Fabrice… J’ai parlé de mon état d’esprit. Les entrepreneurs à la Web09 ne pensent qu’à se faire de la tune… ils sont d’un vieux monde et nous font croire qu’ils inventent des trucs nouveaux.

  44. LeWeb09 ? Qu’est ce que ca vient faire la dedans ? Quel rapport avec la choucroute ?

    Sorry mais reprocher à des entrepreneurs de vouloir faire de l’argent en assumant en avoir fait des tonnes avec du contenu pourri sur BonWeb, j’ai du mal à voir la cohérence de l’ensemble de tes propos, et comme je me refuse à la parano, je crois que je vais en rester là.

    BTW, LeWeb09 a été pris en otage par Rania de Jordanie, sur des thématiques comme l’activisme, le role de Twitter en Iran, sans même parler de Danah Boyd et de son plaidoyer contre le filtrage des contenus. C’était vraiment pas une édition très business oriented…

  45. Justement j’ai toujours étais clair sur mes ambiguïtés. Je ne cherche à tromper personne. Et je prends pas un éléphant pour un tronc d’arbre ou un serpent comme dans la fable des aveugles.

  46. Toujours pas compris de quoi tu m’accuse…

  47. J says:

    c’est dommage thierry que tu aies ce côté un peu intégriste ; depuis que je lis ton blog, je t’ai vu de mémoire récente faire la moue vis à vis de noubel, ertzsheid, cardon, chappaz, maintenant le meur.

    quant à google, je n’en parle pas.
    alors que moi j’aime bien google, en tout cas tant que brin et page auront leur mot à dire.
    bayard a tout à fait raison de dire par exemple que vis à vis de la neutralité du net, google est exemplaire ; et c’est important la neutralité du net.

    car quelles seraient les conséquences de ce que tu préconises, l’intégration d’un critère “qualitatif” (???!!!) dans leur algo?
    google a la qualité de laisser les choses se faire aux pointes extérieures du net.
    ce qui pose un problème, c’est clair, quand dans ces bordures des poids lourds financiers tels thomson ou aol décident de peser comme c’est décrit dans le papier de fabrice.

    et je ne relève même pas que cela va à l’encontre de ton ex fond de commerce, l’autoroganisation, l’intelligence collective, le bottomup, et tout le toutim.

    tout ça est fouilli et contradictoire 🙂

  48. @Fabrice Tu es parano je confirme. Je ne t’accuse de rien.

    @J Le filtrage c’est pas Google qui l’applique mais les usagers. Et puis comme si Google ne filtrait déjà pas ? C’est quoi un algo?

    ertzsheid ? cardon ? Je les connais pas. C’est toi qui parle d’eux. J’ai jamais écris leur nom. Je les ai jamais lus. Jamais rencontrés. Et j’ai critiqué Loïc? J’ai juste dit que les entrepreneurs me gonflaient. C’est pas une nouveauté. je suis pour l’artisanat comme l’a si bien rappelé Fabrice.

  49. J says:

    (presque) sans commentaire… 🙂
    on connait tous ta faible propension à admettre les remarques de ce type, et à y répondre droit.

    personne n’est parfait, moi y compris, alors…
    et puis c’est comme ça qu’on t’aime bien, radical et parfois de mauvaise foi mais avec bon fond 🙂

  50. Pertinence quali Google says:

    “l’intégration d’un critère “qualitatif” (???!!!) dans leur algo?”

    La mission de Google c’est de fournir un résultat pertinent.

    Une page qui ne comporte qu’un titre et pas de contenu réel n’a rien de pertinent. Google ne doit pas diriger vers cela.

    Ce n’est pas parce que 1000 blogueurs font un lien vers le classement de blogs de Wikio, que le contenu de Wikio est pertinent.

    Wikio peut être très utile pour une revue de presse : dans ce cas on va directement sur Wikio, et on fait une recherche, comme avec Google

    Wikio est un équivalent de Google et ne devrait pas être indexé par Google.

    A wikio de populariser sa barre de recherche pour exister, sans parasiter les résultats sur Google.

  51. Modèle économique du Web says:

    “reprocher à des entrepreneurs de vouloir faire de l’argent en assumant en avoir fait des tonnes avec du contenu pourri sur BonWeb”

    On est justement face à un problème qui dépasse nos personnes :

    Le Web est organisé d’une façon, qu’on gagne de l’argent avec du contenu pourri,

    et qu’on ne gagne pas d’argent avec du contenu quali.

    C’est le coeur du problème, et ce qu’il faut changer.

    Le contenu qualitatif doit trouver un modèle économique, et le contenu pourri ne doit plus en trouver.

    Sinon le Web est une régression sur l’avant-Web, favorisant la pourriture et l’arnaque, encore plus qu’avant.

Comments are closed.