C’est bon, après Copenhague, vous avez compris ? Nos gouvernements ne feront rien pour que le monde aille mieux. Leur seul intérêt c’est que nous consommions toujours plus. Vous attendez encore quelque chose d’eux ? Pourquoi même discutez-vous encore des faits et gestes de nos gouvernants. Ils sont les fruits d’un système, en aucune manière ses racines. Ils se balancent au gré du vent. Élisez d’autres personnes, vous obtiendrez le même résultat.

Que vous soyez de gauche, du centre ou de droite, vous perdez votre temps. Vos représentants ne peuvent rien pour vous. Vous leur prêtez des intentions qu’ils ont peut-être mais qu’ils sont incapables de tenir.

Il existe pourtant un moyen tout simple d’aboutir à un résultat plus spectaculaire que celui tant espéré à Copenhague. Cessez de surconsommer. Impossible vous allez dire. Vous avez raison. Nous sommes des machines à consommer. Mais alors il nous suffit de déplacer notre consommation, de la porter du matériel vers l’immatériel.

Nous hurlons que les créateurs sur Internet ne gagnent pas leur vie. Achetons moins d’objets inutiles et reportons nos dépenses dans les champs de l’immatériel, ces champs qui souvent en prime nourrissent l’esprit et nous font grandir en tant qu’être humain. Plus nous déplacerons notre consommation, plus les créateurs pourront travailler sereinement. Nous entretiendrons un feedback positif.

Après mon dernier billet, J-François Garsmeur a déclaré :

Crouzet vire au mystique de droite. À quand les Templiers ?

Quand je lui ai demandé en quoi j’étais de droite, il m’a répondu :

On est de droite quand on dit que la seule révolution possible c’est celle que l’on accomplit sur soi. On est catho aussi….

J-François ne doit pas être un de mes lecteurs assidu. Mon idée que nous devons mener notre individuation à son terme implique une explosion du capitalisme et du consumérisme. Peut-on être de droite aujourd’hui et être contre l’idée même d’entreprise ? Contre l’idée de capital ? Contre l’idée même de crédit ?

Simplement je n’ai pas non plus d’espoir qu’un quelconque gouvernement nous sorte de l’ornière, quel que soit sa couleur politique, notamment de gauche. Copenhague n’est qu’une nouvelle démonstration magistrale : la solution ne peut venir d’en haut. Alors oui je ne suis pas de gauche, mais je ne suis pas pour autant de droite. Et pitié ne dites pas que je suis du centre.

Je crois que pour atteindre les objectifs dont rêve la gauche, qui sont sensiblement les miens, il faut aussi croire en notre pouvoir individuel de lutter contre le consumérisme. Aucun gouvernement des pays industrialisés ne prendra seul une décision. Ils chercheront toujours un accord global, accord qui ne viendra que quand il sera trop tard.

En revanche, chacun de nous peut donner l’exemple, peut montrer que nous pouvons mener une vie passionnante sans pour autant nous vautrer dans le consumérisme.

Il ne s’agit pas d’attendre que les autres agissent mais de prendre les devant pour être les premiers à expérimenter une nouvelle façon de vivre plus pleine. Alors si nous nous éclatons, d’autres voudront s’éclater avec nous. Les gouvernements n’auront pas leur mot à dire. Nous dépasserons par nous-mêmes les objectifs de Copenhague.

Mais si à titre individuel nous sommes incapables de cette transition, inutile d’accuser les gouvernements d’en être aussi incapables. Ils sont beaucoup moins libres que nous. Si nous consommons moins, le gros du problème est réglé. Si nous arrêtons d’acheter des merdouilles en plastique made in China, la Chine polluera moins. Mais il faut faire de même pour les merdouilles françaises. Avec notre industrie du luxe, on n’a de leçon à donner à personne.

Notre problème, c’est le consumérisme. Rien d’autre. Si vous n’avez pas le courage de réduire votre consommation, ne demandez pas aux autres de le faire à votre place. Et surtout ne demandez pas aux gouvernements de vous imposer des décisions que vous êtes incapables de vous appliquer vous-mêmes. En plus, ils ne vous écouteront pas. Ils ne changeront pas la règle du jeu si vous ne la changez pas d’abord. Après ils n’auront plus d’autre choix que de vous suivre.

51
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

51 comments

  1. J parait il says:

    /////////soir.
    écoute thierry, je vais me permettre te donner un conseil “marketing” que j’ai la faiblesse de croire dans ton cas pertinent et rentable, et si tu l’adoptes il n’est pas impossible que je te demande un jour de t’en souvenir 🙂
    A tu laisses tomber pour ce bouquin ton positionnement ”spécialiste de l’internet et conséquences sur la société”, la fluidification, etc.
    B tu choisis un axe du genre Devenir plus humain grâce à internet, ou Cultiver sa richesse intérieure en ligne, bref tu vois le truc…
    C tu t’adresses à un éditeur papier spécialisé dans les ouvrages de développement personnel, spiritualité, voire ésotérisme.
    en toute amitié virtuelle.

    ps pour le précieux ridicule : commence immédiatement ta révolution intérieure, tu as du retard.

  2. RT @crouzet J+1 de la nouvelle ère http://bit.ly/8mPhS0

  3. ownicrew says:

    #OwniCrew J+1 de la nouvelle ère http://bit.ly/6w6oit

  4. Anar de droite says:

    J-François Garsmeur : “On est de droite quand on dit que la seule révolution possible c’est celle que l’on accomplit sur soi”

    C’est ce que disait Léo Ferré.
    Il était de droite ?

    “Achetons moins d’objets inutiles et reportons nos dépenses”

    Tout est là.

    La blogosphère politique française (du moins celle qui est mise en avant dans les classements divers) s’est complètement trompée de combat.

    Elle passe son temps à crier à la dictature, alors que la France est un pays extrêmement libre.

    A les lire, on se croirait vraiment sous Vichy.

    On n’est pas sous Vichy.

    L’urgence, ce n’est pas une résistance politique face à un oppresseur.

    Les problèmes politiques actuels sont dans la main des consommateurs.

    Sans aucun changement politique ni institutionnel, il suffit de consommer autrement, d’orienter autrement nos dépenses, pour tout changer.

    Sur le plan des médias, au lieu de parler sans arrêt de Sarkozy et des fausses stars mises en avant par les majors, il faut mettre en avant une nouvelle culture.

    “Et surtout ne demandez pas aux gouvernements de vous imposer des décisions que vous êtes incapables de vous appliquer vous-mêmes.”

    +1

  5. J says:

    charlie, serais tu intéressée par quelques échanges autour de ces sujets (société, politique au sens noble, internet, etc)?
    je ne cherche pas à me caser, rassure toi -:)

    mais je suis en train d’essayer de créer des liens avec un ensemble de gens qui ont de la jugeote, de la rigueur analytique, des envies de changements, et qui ne soient pas des sauvages casse tout.

    je te laisse un mail : infromout **at gmail PUNCT com

  6. J says:

    thierry, il me semble que tu oublies quelques détails dans tout ça ; mais j’avoue que je commence à hésiter à te faire des remarques… 🙁

    quant à anar de droite, qui je suppose est triple nouille ou son frère, il écrit : “L’urgence, ce n’est pas une résistance politique face à un oppresseur.”

    il n’a pas remarqué que l’urgence, c’est JUSTEMENT de recréer une force politique, et que l’oppresseur est clairement identifié même si très dispersé : il s’est emparé de ou immiscé dans tous les rouages du pouvoir, syndicats, partis, media y compris!
    cherche, c’est le b-a-ba, et ça n’a rien à voir avec la droite ou la gauche!

  7. Nouille anar says:

    “c’est JUSTEMENT de recréer une force politique …. l’oppresseur est clairement identifié”

    J, tu es le représentant absolu de la malhonnêteté intellectuelle.

    Tu cherches des coupables pour ne pas changer toi-même.

    J’imagine bien que tu ne veux rien changer à ton confort, à ta voiture, à ton train de vie, à ton chauffage l’hiver…

    Alors parler de créer une force politique, et cibler des oppresseurs … te laisse le temps de ne rien changer dans ta vie.

    Dans l’attente des élections, tu vis comme avant.

    Comme tous les mecs qui nous ont soulé avec leur messie Obama pour qui il fallait absolument voter…

    Obama a triplé le nombre de soldats en Afghanistan,

    et quand Sarkozy a demandé à Obama au téléphone s’il comptait se rendre au Sommet sur le climat avec des propositions, Obama a répondu :

    “est-ce que tu es prêt à envoyer plus de soldats en Afghanistan ?”

    Arrêtez de nous souler avec vos attentes de changements politiques, et changez votre mode de vie maintenant, ou bien assumez que vous vous en foutez.

  8. J says:

    rire 🙂
    tu es à mille lieux d’avoir saisi la première syllabe de ce que j’ai écris.
    cela n’a rien d’étonnant de ta part 000…
    je cherche justement à renforcer des liens avec des gens qui ont une représentation mentale de l’état présent des forces qui soit claire
    tu es un sujet bisounours, j’aime les citoyens éveillés 🙂

    re : il n’a pas remarqué que l’urgence, c’est JUSTEMENT de recréer une force politique, et que l’oppresseur est clairement identifié même si très dispersé : il s’est emparé de ou immiscé dans tous les rouages du pouvoir, syndicats, partis, media y compris!

    cherche, un cerveau comme toi doit bien pouvoir comprendre pourquoi Copenhague était une mascarade, car les décideurs ne sont plus des politiques, ces derniers sont devenus des cibles ou des serviteurs!

  9. Publicitaires et politiciens says:

    Dans un système libéral, l’oppression n’est pas politique, elle est publicitaire.

    Ce sont les publicitaires qui ont entraîné la population dans des consommations mal placées, polluant la planète et asphyxiant le pouvoir d’achat.

    L’alternative n’est pas du domaine politique,

    il faut une contre-publicité, orientant autrement les consommations.

    S’il y a des têtes à couper (virtuellement), ce ne sont pas celles des politiques, mais des publicitaires.

    Il y a une reponsabilité énorme de celui qui oriente la consommation de millions de citoyens.

    Les publicitaires ont été les mauvais propulseurs des 50 dernières années.

  10. Donjipez says:

    J+1 de la nouvelle ère: http://bit.ly/8zTW4f via @crouzet

  11. J says:

    tu as fait un pas, mais je ne suis pas certain que tu t’en sois aperçu 000 🙂

    car le problème qui ronge nos sociétés n’est pas la consommation.
    celle ci n’en est qu’une des conséquences.

    d’ailleurs, LE problème, s’il décidait que demain ça l’arrange que plus personne n’achète d’objets matériels, et bien comme miraculeusement il se perpétuera dans l’immatériel.

    mais qui est il pour décider, seul, LE problème???
    de quel droit???
    parce que tu crois que les pantins qui se sont trémoussés à Copenhague avaient ne serait ce qu’un degré de liberté?

    non.
    et c’est pour cela que le problème est éminemment politique, fondamentalement politique : ceux qui ont violé et enfanté dans les institutions des cités ne font pas de la politique, ils comptent.

  12. 00 says:

    “le problème qui ronge nos sociétés n’est pas la consommation … miraculeusement il se perpétuera dans l’immatériel”

    ça règlera déjà la question de l’environnement et du climat.

    Mais on sait que cette question ne t’a jamais vraiment intéressé, donc pas étonnant que tu ne comprennes rien.

    L’entente sur les moyens suppose déjà une entente sur les objectifs.

    Tes objectifs sont obscurs. Tu as un problème existentiel à régler avec les médias et le système, mais on ne sait pas très bien quels objectifs concrets tu défends, comme modèle de société.

    On sait quels sont tes ennemis, on ne sait pas où tu veux arriver.

    Quand on parle du climat et de la pollution, la consommation matérielle c’est au centre.

    Et aucun politique force à consommer sous peine de prison : il n’y a pas de libération politique à mener. Il y a une alternative culturelle à développer, contre la société de consommation matérielle.

  13. J says:

    j’ai bien peur mon pauvre 000 que tu ne puisses comprendre…

    je te laisse donc à tes fantasmes, sur ma personne, sur ce qu’est la ”politique”, et bien entendu sur ta grande valeur intellectuelle.

  14. Encore un excellent article que je vais m’empresser de faire suivre chez moi :-)))

    Malheureusement ce genre de discours ne fait pas encore assez recette. (Voir chez moi l’histoire du centième singe) Certains ne souffrent peut-être pas encore assez pour avoir l’humilité de se taire au lieu de critiquer sans apporter quoi que ce soit de positif.

    C’est aussi ça la liberté, (Com plus haut) dire n’importe quoi, se défouler à la première occasion, cracher sa haine au visage du premier venu, qui n’a pas la prétention de se positionner comme un sauveur. Non, mais tout simplement essayer de faire sa part…

    Le souci, c’est que dès que quiconque cherche à changer véritablement, (Ou a essayer) on a tôt fait de le dissuader à poursuivre cet élan dans son champ personnel. (Autour de lui, sur Internet, comme dans la vie réelle) Le souci, “encore un” ne vient pas des idées, du mental; car à notre niveau au même titre qu’un enfant de 5 ans, nous avons TOUS une forme ou une autre de bon sens. Le souci, vient essentiellement d’un manque de relation de cœur, qui crée continuellement un nouveau karma entre les uns et les autres. Pas étonnant ensuite que nous en arrivions au pathétique résultat du sommet de Copenhague !
    A qui la faute ???
    Aux autres ou a soi ???
    C’est en ce sens que je rejoins encore une fois Thierry :-)))
    Moi aussi, je ne suis pas parfait, mais comme l’histoire du Colibri (Pierre Rabhi), je fais ma part.
    Le chalenge aujourd’hui comme le dit encore Satprem :

    “ne vient pas d’une crise Morale, Politique, financière, religieuse. On n’est dans rien de tout ça. On est dans une crise évolutive. On est en train de mourir à l’humanité pour naitre à autre chose…”

    Tout est dit. Il est temps aujourd’hui de laisser le temps au temps… “TEMPS, ESPACE, CONSCIENCE”.
    Le temps (Cosmos – L’Univers considéré comme un système organisé “Ordre des choses”) crée un espace en son heure afin de permettre à la conscience (Au plus haut sommet de l’intelligence humaine, qui est non pas en haut, mais en bas…)d’effectuer le Retournement adéquat.

    A présent nous sommes de plus en plus nombreux à ressentir cette évidence. La question étant de savoir quand “va advenir le centième singe”, celui qui justement mettra l’impulsion dans nos âme, non pas pour créer une nouvelle mode, mais une nouvelle ère. Nous y sommes… A suivre donc…

    Amitiés A+,

    Hugues 😉

  15. J+1 de la nouvelle ère http://bit.ly/8mPhS0

    /via @crouzet

    #copenhague #fail

    No future ?

  16. @Thierry

    Oui, beaucoup de vrai et très proche d’une solution « idéale ». Et j’ai pitié, je ne pense pas que tu sois au centre : ça se saurait…

    Oui, le problème est lié au consumériste. Didier Long en conclusion de “Capitalisme et Christianisme” évoque une internationale des entrepreneurs. J’ai parcouru son ouvrage sans en disséquer la substance, mais là aussi un point de convergence (entrepreneurs responsables et non pas capitalo-capitalistes) bien que je sois quand même sceptique à considérer qu’un entrepreneur puisse se détacher du consumérisme ; là aussi, ça se saurait.

    @ J – arrêtes de descendre Thierry de la sorte, de grâce…

    [email protected] Thierry : on n’est pas de bisounours (comme dit souvent quelqu’un proche de toi… :- …) mais éradiquer tout système politique (parti), n’est-il pas un peu court ? Il faut sans doute passer par là pour avoir une « visibilité » (sans pour autant tomber sous les travers marketing de la chose…). Alors sans doute se fédérer pour créer un groupe (j’évite de parler de parti). Oui, cela a du sens pour revenir vers l’Humain. J’en suis persuadé, mais si l’on parle (je parle) de fédérer, alors, allons-y !!! Beaucoup de boulot. So what ? Si on on croit, si on le veut, faisons- le…

    N.B. : à relire ton Électrochoc politique du 2 janvier 2007, je me dis que ta stratégie « Bayrou » en 5 actes a du sens… quant à l’acte 4, je m’étais, aux prémices des dernières présidentielles attelé à un projet phare : créer des énergies issues du domaine maritime : solaire, éolien, marées, houle, courant, énergie thermique des mer, biomasse. Récupérer sur 7 axes l’énergie free que nos offre la terre a un sens mais les « politiques » n’en veulent pas même pour un territoire qui bénéficie des aides de l’Europe). Reste à trouver un financement privé ; je suis en quête depuis 2 ans et… ne désespère pas de trouver !

    @Nouille anar (000) : avec des discours comme ça, c’est certain, ça fait avancer le schmilblic… A quoi ça sert ??? Politiques-publicitaires même combat, mêmes causes, même effets, c’est le couple qu’il faut stopper.
    Reconstituer une force mais « politique » ? Sans doute une autre notion pour avancer ??? (désolé de réfléchir tout haut, mais faut bien commencer par un bout). D’accord avec toi, climat et pollution, le matériel revient vite au galop.

    Accordons cependant la priorité à ce qui qui donne sens à « l’art de vivre » rappelle Thierry.

    @ J : Ah tiens toi aussi tu parles de bisounours… mais ce n’est pas toi que j’évoquais quelques lignes plus haut…

    Aparté : en absence de net pour me recaler vers le print ces derniers jours, j’ai mis de côté mon activité virtuelle. Vais mettre à jour ma lecture du Peuple des connecteurs…

  17. J says:

    trois???
    jeanlou, je ne comprends pas.
    je n’ai pas descendu thierry.
    j’aime bien thierry.
    ce qui ne m’empêche pas de lui faire remarquer, comme d’autres y compris cette Charlie dont le blog semble en avoir impressionné plus d’un (…), quand je trouve qu’il dérape dans ses analyses, ou que c’est un peu confus, ou que bottomup est plus délicat seul pour organiser une société que pour la circulation sur un rond point, ou que le grand intérêt à décloisonner ne signifie pas que tout lien soit pertinent, ou encore que le “Change toi toi même pour changer le monde” est certes inattaquable mais que le prendre comme seul axe de vie est très ambivalent quant aux motivations profondes(Mozilla ou Wikipedia, par exemple, ont probablement plus changé le monde que les sages philosophes karmaïsés et dé-impliqués du ”politique”-noter les guillemets, merci)…

    celui que je descends, et que j’ai traité de Sujet bisounours (par opposition à Citoyen éclairé), c’est 000, et là sans états d’âme.
    je ne supporte pas quand l’insuffisance se pare de la suffisance sous prétexte de la littératie, qui plus est en traitant le peuple (? d’ailleurs) de masse ignare et méprisable.
    c’est comme ça…
    autant profiter de l’anonymat, même si cela peut couter des rencontres intéressantes pour s’être comporté comme un barbare parfois joueur parfois sincèrement méchant 🙂
    à propos 000, Avatar, t’as apprécié? 🙂

    quoi qu’il en soit jeanlou, bonne chance pour ton projet énergétique, tu t’attaques là à quelque chose de difficile…

  18. «La seule révolution possible, c’est d’essayer de s’améliorer soi-même, en espérant que les autres fassent la même démarche. Le monde ira mieux alors.»
    [ Georges Brassens ]”anar” de droite.(via Evene)Ce n’est pas de Ferré, donc, et c’est une déclaration dans une itw à la radio ce n’est pas gravé dans le marbre.
    A Crouzet : Oui je l’avoue je ne suis pas un lecteur assidu. J’ai repris des études en septembre et ne m’intéresse à la blogosphère que depuis peu, par obligation. Je t’ai découvert avec ta démonstration de l’inanité du concept « d’influence » (qui a la plus grosse. ?) un condisciple geek m’a dit que Le peuple des connecteurs » était intéressant. Tu as au moins le sens de la formule, plus que Joël de Rosnay et ses « pronétariens ». Il me semble que tes idées doivent beaucoup à ce monsieur, qui est lui-même un vulgarisateur des idées des autres. Mais je ne nie pas la légitimité des médiateurs, des passeurs, des compilateurs, des vulgarisateurs etc…
    Les notions de droite et de gauche née d’une Révolution dont, je suppose, tu ne nie pas l’importance, sont certes empreints de tautologie. Mais personnellement je ne mets pas des heures à comprendre si quelqu’un est de droite ou de gauche. Il existe une définition devenue classique : la gauche privilégie la justice, la droite l’ordre. Sur la plupart des questions concernant la vie en société, le clivage est apparent : bouclier fiscal, temps de travail…. Cette idée que les révolutions ne servent à rien qu’il faut mieux faire la révolution en soi est aussi vieille que les prémices du socialisme. Les utopistes contre Marx, Rimbaud contre Lénine, les hippies contre les gauchistes… Cette opposition est artificielle, inventée par les premiers contre les second. En réalité Marx et ses continuateurs prônent eux aussi un homme nouveau. Ils pensent toutefois que cette renaissance ne se fera que si on supprime la source de l’aliénation qui est le capitalisme. Au passage, les anarchistes et les sociaux-démocrates (genre PS) sont d’accord avec ça. Les divergences entre les différents courants de la gauche portent sur la nécessité ou non de passer par l’étape de l’Etat autoritaire. Il n’y a pas de place à gauche pour ceux qui veulent aménager le capitalisme (sauf provisoirement pour des raisons tactiques). Tu es donc à droite. Une autre définition de l’homme de droite, encore plus simple à utiliser est « l’homme de droite nie le clivage gauche/droite ». Si un jour tu t’engages, ce sera chez Bayrou ou à EE, puisque tu ne semble pas assumer le droitisme (Je découvre à posteriori dans un commentaire que tu roules déjà pour Bayrou).
    Tu peux ne pas croire en l’existence d’un dieu, et être pétri d’idéologie catholique. Jésus avait une bonne analyse des problèmes sociaux : il pensait que l’on ne peut pas âtre riche sans être coupable. Mais il prônait la passivité politique et pensait que l’homme devait se consacrer entièrement à devenir meilleur pour mériter une illusoire vie paradisiaque. Mais je reconnais que d’autres religions tiennent le même discours, ce n’est pas un hasard si elles ont été créés par des dictateurs ou des hommes qui aspiraient à l’être.

    A Anar de droite : tu es juste de droite, quand tu souhaites que rien ne change, et que l’on cesse de parler de Sarkozy. Pourquoi anar ? Sur le « consommer moins », je te renvoie à la tribune d’Isabelle Stengers dans Libération avant Copenhague : pourquoi ce serait aux consommateurs de se priver pour réparer les dégâts commis par les capitalistes privés ou d’Etat ? C’est un leurre de penser que l’on puisse sauver la planète en améliorant un système fondé sur l’épuisement des ressources : le capitalisme. Tant que l’économie sera dominée par des gens dont l’unique ambition est de faire cracher du dividende et de la plus value, tant que la valeur d’une activité ne prendra en compte que l’argent qu’elle rapporte, et non pas les améliorations en terme de bonheur humain et d’impact sur l’environnement on va droit dans le mur.
    Ceux qui se définissent comme « anar de droite » sont en général des gens qui revendiquent la liberté d’action et de mœurs voulue par la gauche sans accepter de partager leurs richesses. Ou se sont des gens qui veulent parler de politique sans avoir été capables d’y réfléchir ou de s’informer.

    A lespacearcenciel . Sans ironie aucune, il y a des consutation psy gratuites, il faut y aller dès lundi. Si le singe est sur ton dos, on t’en débarrassera. S’il est dans ta tête on te donnera des médicaments pour que tu dormes mieux.

  19. mehrez says:

    #copenhague J+1 la nouvelle ère http://tinyurl.com/yafjgrq

  20. J says:

    au secours charlie, au secours Dieu et ses saints, papa et maman, il y en a un autre nouveau de catégorisateur, peut être pire que le premier encore, je raconte pas les catégorisations ; ça me fait penser à la manière dont les montagnards servent la pougne dans les bronzés font du ski : à l’étalée, geste large 🙂

  21. La pierre sur le chemin says:

    “A quoi ça sert ??? Politiques-publicitaires même combat”

    Les réponses “citoyennes” ne sont pas les mêmes, quand on a besoin d’un changement de loi, et quand on a besoin d’un changement de comportement du peuple.

    Il y a des époques de l’histoire où le problème est politique : une loi pose problème, il faut changer la loi.

    Pour le climat, le problème c’est le comportement des citoyens.

    Il n’y a pas de loi obligeant les citoyens à consommer sous peine de prison.

    Il n’y a pas de mauvaise loi à supprimer pour se libérer.

    Le problème n’est pas politique ni institutionnel, il est comportemental : les influences publicitaires poussant à consommer.

    Cette distinction est fondamentale.

    La blogosphère est pleine d’activistes qui en restent au niveau politique, ciblant Sarkozy comme si c’était le problème.

    Sarkozy est davantage un inutile à contourner qu’un problème à faire sauter pour avancer. Au moins pour la question du climat.

    Les gens qui se fixent sur un problème à faire sauter, quand on peut simplement contourner l’obstacle et avancer sans lui, ont une mauvaise analyse de la situation.

    La blogosphère est pleine d’activistes qui s’arrêtent face à cette pierre sur le chemin, et nous font croire qu’elle empêche d’avancer, quand il suffit d’utiliser ses jambes pour passer au-dessus ou à côté.

    Bayrou par exemple s’est complètement enfermé dans l’anti-sarkozysme, au lieu de montrer la voie qui permet d’avancer.

    Forcément, Bayrou a intérêt à faire croire que rien n’est possible tant qu’il n’est pas à l’Elysée.

  22. Léo Ferré says:

    “Ce n’est pas de Ferré, donc”

    Je ne pensais pas à cette référence de Brassens, mais bel et bien à Léo Ferré :

    “Je suis révolutionnaire de la vraie révolution, c’est à dire la révolution au niveau de l’individu.

    La révolution ça se fait d’abord chez soi : là-dedans : dans la tête. Les gens ils sont sales dans la tête.”

    Léo Ferré

  23. J says:

    mon dieu que le concept de Politique est littéralement raboté par ce qu’on peut appeler de simples consommateurs de la vie politique…

  24. Politique versus Culturel says:

    “le concept de Politique”

    J’appelle “politique” ce qui passe par la loi.

    “Culturel” ce qui passe par le comportement.

  25. Iza says:

    Oups. J’ai ai un peu marre en effet que la “gauche” (que j’aime tant) n’intervienne ici que pour montrer qu’elle a encore plus d’œillères que les pires des pires.

    Merde !. C’est parce qu’on tient ce genre de raisonnement, camarade, que nous en sommes là. La “gauche” (enfin celle que tu défends) sombre de ne pas vouloir le débat, de ne pas savoir soulever un peu le drap (pour voir ce qu’il y a dessous), de se draper dans sa dignité de gauche et en profiter pour donner quelques leçons au passage. Et re-merde!

    Pourtant il y a à faire. Mais si on est capable de cet effort là, de se remettre en question !

    Parce que 000 a tort. La publicité, c’est de la politique. De la vraie, de celle en effet qui sans états d’âme considère que le bon peuple peut bien s’affamer à consommer des conneries, pourvu que ça dégage de la marge. ça trahit une vision du monde franchement dégueu, et la combattre, c’est de la politique (si ça n’en est pas, je me demande bien ce qui en est).

    Non la politique ce n’est pas changer une loi. Proposer une alternative culturelle, c’est de la politique. Et le rôle de la culture dans la transformation sociale, c’est bien une idée de gauche, mais la gauche telle que je l’aime et je la rêve, celle qui pense que tout le monde, même le plus modeste et le plus loin de “l’élite” (ça c’est pour toi, ami 000), a droit à s’épanouir, à vivre non seulement dans la dignité mais aussi dans la joie, dans l’action, dans la passion et j’en passe.

    Et Pierre Rabbhi alors, il est de droite ? C’est pas moi qui fait de l’obsession sur les colibris qui vais renier cette référence.

    Alors certes, Thierry grossit un peu le trait, pour se faire comprendre et parce qu’il aime la provoc. Je pense moi qu’il y a des choses à faire dans l’action publique (on prend le chemin exactement inverse en ce moment, c’est bien la preuve qu’on peut améliorer ça).

    Mais toi, monsieur de gauche, tu fais quoi là ? tu grossis pas le trait ? tu caricatures pas ? et je ne parle même pas du mépris dont tu accables Hugues.

    Ya des jours, j’te jure, ya des arbres et des 4×4 qui se perdent …

  26. Politique / Culturel says:

    “La publicité, c’est de la politique”

    Quand tout est politique, plus rien n’est politique.

    Je m’en tiens à la distinction suivante :

    – quand ça passe par la loi (à changer), c’est politique

    – quand ça passe par le comportement (la consommation), c’est culturel.

    Ce ne sont pas les mêmes “propulseurs” qui changent les lois politiques et qui incitent à changer les comportements culturels et consuméristes.

  27. @JF Garsmeur Pour info les pronétaires de Joel et Carlo est sorti exactement en même temps que le peuple des connecteurs. Si tu avais lu ces deux livres tu comprendrais qu’ils n’ont guère de rapport l’un avec l’autre… Je n’avais jamais lu Joël à cette époque. Mes sources sont dans le texte, citées explicitement, pas en dehors.

    Pour le reste tes propos sont si empreints d’essentialisme qu’ils pourraient servir d’exemple canonique 🙂

    Je ne peux m’empêcher de m’en servir dans le prochain billet.

  28. Politique; Economique, Culturel says:

    La politique désigne l’organisation de la Cité au sens normé : les lois.

    Quand on étend la politique à tout, on brouille les solutions.

    Le mot “culturel” désigne très bien les comportements des individus ne reposant sur aucun impératif légal, mais sur un mimétisme plus ou moins grand, une individuation plus ou moins grande, sous influence de divers propulseurs, mais librement au sens légal du terme.

    La société de consommation c’est un phénomène culturel, pas politique : aucune loi force à consommer.

    Si on ne distinguer pas les niveaux on ne comprend plus rien:

    1 – politique (les lois)
    [avec distinction du pouvoir politique exécutif et du pouvoir judiciaire. Mais tout cela a en commun la notion de norme légale.]

    2 – économique (ce qui est valorisé financièrement dans une société. Ce n’est pas le politique qui fixe le salaire d’un trader ou d’un écrivain, qui valorise ou non tel type de métier)

    3 – culturel (les comportements, les pensées, et les pratiques de consommation)

    Un changement culturel peut induire un changement dans la valorisation économique des divers métiers. Tout cela sans loi.

  29. J says:

    tu dis des choses que j’aime bien iza, et ça fait plaisir de retrouver ton humanité.
    mais par contre, je ne suis pas certain que penser en termes de Gauche et de Droite, ou pire de partis de gauche ou de droites, nous fasse avancer un chouia dans le sens d’une sortie par le haut ; au contraire.

    si tu veux, c’est un peu comme quand j’écris cette pourtant banalité ”urgence de recréer une force politique” et que triple0 traduit pas ”élections, sarkozy, bayrou, parti, etc”.
    dans le genre castration conceptuelle, il n’y a pas mieux…!
    incapable de concevoir, par exemple, que recréer une force politique ça pourrait tout simplement vouloir dire redonner du pouvoir au Politique face au monde Economique (financier de fait), Politique émanant bien entendu de principes démocratiques de base tels que représentativité ou défense de l’intérêt général.

  30. Consommateurs et monde politique says:

    “redonner du pouvoir au Politique face au monde Economique”

    Il est impossible d’être élu (de faire partie du pouvoir politique) en allant contre le monde économique.

    C’est le consommateur qui est libre de dire merde au monde économique, en consommant autrement.

    Il y a trop de consommateurs pour qu’ils soient tous assassinés, donc les consommateurs sont libres. Ils sont sous influence, mais ils sont libres de consommer autrement.

    Un pouvoir politique qui dirait merde à Total serait assassiné (au moins politiquement : éjecté).

    Derrière Sarkozy tu as Paul Desmarais, et tu auras toujours les financiers derrière le monde politique.

  31. J says:

    mais oui dugland000, ‘toujours’ 🙂
    une évolution sur 100 ans avec exponentielle sur les 30 derniers, pour atteindre un point T disons exacerbé, ça pas pensable apparemment.
    tu es réellement handicapé avec la question du Temps toi.

    ‘toujours’, ‘jamais’ : et hop, tout est dit.
    tripleO en 33 en allemagne, exemple un peu exagéré mais bon ça me parle : “ben zeu voit pas plus de problème que depuis TOUJOURS puisqueu depuis TOUJOURS il y a des zens qui veulent la guerre et qui zaiment pas d’autres zens, et que JAMAIS ben les zens du peuple ils comprennent que c’est mal ; et que il faut que les zens du peuple ils zapprennent à être sages et que ben qu’ils fassent leur révolution zirardienne passeque sans ça ben que rien ne change JAMAIS.
    ouaaah, quelle clairvoyance, pour toujours et à jamais…

  32. 00 says:

    “en 33 en allemagne”

    Bing. Je parlais justement plus haut des imbéciles dans ton genre qui se croient encore sous Vichy face à un problème politique majeur.

    “33 en allemagne, exemple un peu exagéré mais bon ça me parle”

    ça te parle, oui : tu es obsédé par l’obstacle politique, même quand il n’existe pas.

    On a vaincu le nazisme mais pas le pouvoir économique.

    1945 marque plus que jamais le pouvoir des financiers : plan Marshall, Trente Glorieuses consuméristes, belles affaires boursières sous Mitterrand, années 80 = années fric, etc.

    De gauche ou de droite, tous les partis ont mangé dans la main des financiers.

    Il n’y a que les consommateurs qui peuvent s’en émanciper, car ils sont trop nombreux pour être menacés.

  33. J says:

    oh dieu qu’il est con!
    je refuse de croire qu’il ait pu lire quelque philosophe que ce soit, girard y compris.
    tout juste est il arrivé à déchiffrer les caractères imprimés, un par un. 🙂

    bon, une fois de plus tu m’as donné le vertige, je vais bouffer…
    donc a+, enfin peut être pas si j’y arrive

  34. @ J – merci

    Je ne m’attaque pas, c’est à nous à nous attaquer…

    Si c’était facile, clair, cela aurait déjà été fait.

    Avatar : j’en sors à l’instant et c’est un beau conte écologique, je suis conquis et c’est ma part de rêve. Il y aura des esprits chagrins pour le descendre en flèche : tant mieux, tant qu’il y aura des différences…

    C’est le signe d’une saine série d’échanges en perspectives, là ou ailleurs…

    Allez le voir !!! en 3D, impératif !!!!

  35. [from philippe_paradigma] J+1 de la nouvelle ère: Mais si à titre individuel nous sommes incapables de cette tran… http://bit.ly/7pBMyb

  36. Henri A says:

    A J ( l’homme qui voulait attraper un ours avec une canne à pêche )
    A Triplet ( l’ours qui se baladait avec des palmes et un tuba )

    Sommes nous libre de ne pas manger, de ne pas faire caca, de ne pas dormir, etc.. ?
    En France, sommes nous libre de ne pas utiliser la monnaie, de ne pas avoir de compte bancaire ?
    Nous sommes entourés de contraintes. Pour simplifier ; contraintes physiques, chimiques, biologiques et sociales.
    Nous sommes interdépendants pour le meilleur et pour le pire sachant que le bien ( bon ) et le mal ( mauvais ) n’ont rien à voir avec la définition même de l’interdépendance.
    Le choix est un luxe. Le rayon d’action d’empathie se rallonge avec beaucoup de difficultés puisqu’il faut enfreindre une multitude de « lois » ( physiques, chimiques, biologiques et sociales ).

    Triple tripes , pourquoi cet intérêt si urgent pour le réchauffement climatique, alors qu’en inversant ta logique, les problèmes se résolvent tout seul ? L’eau monte ? Il suffit de se munir d’une bouée. La température augmente ? Tous en slip. Etc…

  37. Graeme says:

    RT: @PhilippeMartin: J+1 de la nouvelle ère http://goo.gl/fb/fzTS pourquoi, c'est une idée !

  38. la culture n’est pas l’apanage de a gauche, elle appartient à tous

    comme la politique (zut, ya triple 0 qui va nous refaire son couplet)

    tout est lié, le culturel, la politique, l’économie, c’est un tout.

    pourquoi les dissocier ?

    Pour mieux opposer droite/gauche ? Ces notions ne veulent plus rien dire.

  39. Ours avec palmes et tuba says:

    “tout est lié, le culturel, la politique, l’économie, c’est un tout.”

    Ben non. Un problème n’est pas forcément lié à l’existence d’une loi.

    Un problème peut être purement culturel, et ne pas nécessiter une alternance politique.

    Dire que tout est lié c’est forcer l’alternance politique quand elle n’est pas nécessaire, quand elle détourne les forces et les espoirs, et quand elle divise sur de l’accessoire.

    Tout ne passe pas par la politique.

    “L’eau monte ? Il suffit de se munir d’une bouée. La température augmente ? Tous en slip”

    Ce serait vrai si la pression pour l’espace n’était pas aussi importante (liée à la population mondiale).

    Il y a une différence, entre modifier un peu sa consommation (baisser le chauffage ou la clim), et s’adapter à la vie extrême dans un désert.

    Le bouleversement important lié au climat peut induire un exode violent de millions de personnes, refusant de s’adapter à une soudaine désertification, et partant peupler un espace plus agréable.

    (C’est la thèse du Pentagon, d’une crise climatique surtout problématique par les exodes et les guerres consécutives).

    Dans le cas d’une disparition de la nourriture par exemple, l’exode est inévitable.

    Il y a une différence entre accepter de vivre à la dure pour limiter la pollution et la crise climatique, et accepter de crever de faim, littéralement.

    PS:

    « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

    (UNESCO)

  40. #veille J+1 de la nouvelle ère [del.icio.us]: Mais si à titre individuel nous sommes incapables de cette.. http://twurl.nl/nj6ykg

  41. Oui, triple 0

    OK pour le triptyque valeurs/ traditions / croyances

    Faut le dire et assumer, et surtout ne pas éluder l’affectif, c’est une composante…

  42. Twidi says:

    A lire: J+1 de la nouvelle ère http://bit.ly/4PR7ID

  43. Merci Iza :-)))
    Amitiés A+,
    Hugues 😉

    Pour les vilains garnements qui ne sont pas gentils du tout avec moi, vous savez ce que dit le proverbe :

    “Et bien il est dit que lorsque le sage montre la lune, les imbéciles regardent le doigt !”

    Parler à des Murs, non merci préfère passer mon chemin…

  44. “Nous hurlons que les créateurs sur Internet ne gagnent pas leur vie. Achetons moins d’objets inutiles et reportons nos dépenses dans les champs de l’immatériel, ces champs qui souvent en prime nourrissent l’esprit et nous font grandir en tant qu’être humain. Plus nous déplacerons notre consommation, plus les créateurs pourront travailler sereinement. Nous entretiendrons un feedback positif.”

    Pour moi, c’est là qu’est l’essentiel. Tant que le monde n’aura pas compris ça, rien ne changera… mais cela viendra, petit à petit. Un exemple comme Copenhague sert à nous montrer d’où ne viendra pas le changement qu’on attend. Vers qui se tourner alors ? D’abord vers nous même, bien sûr !

  45. phyrezo says:

    « Pour le reste tes propos sont si empreints d’essentialisme qu’ils pourraient servir d’exemple canonique »

    Ouais !! un collègue 🙂

    @JF Garsmeur
    Bienvenu au club des essentialistes de Thierry. Tu verras avec le temps on comprend ce qu’il veut dire, et il n’a peut-être pas complètement tort…

    Par contre, bien que tout deux essentialistes, nous sommes surtout essentiellement différents.

    Merci à Iza de nous redonner un peu d’espoir à gauche, parce qu’entre Buffet, Aubry et Garsmeur on a un peu l’impression d’être au XX° siècle… Encore avec que pour Garsmeur il y a de l’espoir, il semble commencer à s’intéresser à des choses qui peuvent lui ouvrir les yeux.

    JF, j’adore la manière particulièrement efficace et rapide avec laquelle tu classes les gens. J’ai trouvé mon maître… moi qui ai tendance à avoir besoin de faire des catégories, ce qui horripile ma femme. Tu dois en tirer une vision bien claire du monde : il y a les gentils et les méchants, … alors que ma femme, à force de nuancer, vit dans un flou … foutu relativisme qui t’empêche d’y voir clair.

    Donc Thierry est Bayrouiste convaincu (il a dormit chez moi et je peux te dire, qu’il porte même un pyjama orange), et l’espace arc-en-ciel doit d‘urgence prendre des médocs pour arrêter de se poser des questions qui sortent la dualité si rassurante.

    « Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade » [Krishnamurti ]

  46. Commandos freeWOmen says:

    Pas de panique !

    Les commandos FreeWOmen sont passés à l’action pour faire baisser la consommation et les transports.

    Charlie Bravo est sur tous les fronts :

    http://www.lepost.fr/article/2009/12/21/1851983_transports-qu-est-ce-qui-roule-encore.html

    Transports: qu’est-ce qui roule encore?

    1. Pas le RER C (Le Figaro)

    Un bloc tombé sur la voie a provoqué le déraillement d’un train. La circulation devrait reprendre en partie mercredi, totalement en fin de semaine

    2. Pas le RER A… ou si peu (Le Figaro)

    La grève a été reconduite mardi, pour la 13e journée consécutive. Le trafic devrait se limiter à un train sur deux aux heures de pointe… et c’est tout.

    3. Pas l’Eurostar (L’Express)

    Mais le trafic devrait reprendre mardi, en service réduit. Les tests réalisés cet après-midi so sont révélé concluants. On attend les dernier résultats.

    4. Pas les trains au départ d’Austerlitz (Nouvelobs.com)

    Les trains de nuit ont été supprimés et aucun train grandes lignes ne partira, suite au déraillement du RER C, à cause des travaux sur la voie.

    5. Pas les voitures… enfin pas partout (La Tribune)

    Poids lourds interdits sur l’A16 et A26 dans le Pas-de-Calais, A8 coupée dans le Var, et dans l’ouest l’A13 est peu conseillée… à cause du temps.

    6. Pas les avions (Le Parisien)

    Ils ne roulent pas… et ils ne volent pas. Cela concerne d’abord ceux au départ d’Orly et de Roissy, où 20% des vols ont été annulés ce lundi.

  47. Bricoleur says:

    Tout-à-fait.Bien entendu il sortira quelque chose un jour de l’impéritie de ceux qui nous ont gouvernés, et continuent à le faire sous couvert de démocratie. Mais qui c’est Isabelle à part ta compagne ?

  48. Peretz says:

    je voulais surout savoir si Isabelle s’appelait Stengers, celle de “La sorcellerie capitaliste”? Bouquin intéressant.

Comments are closed.