J’ai fini par voir le film de James Cameron. C’est une expérience visuelle étonnante, jamais à proprement parler esthétique, je n’ai pas ressenti la moindre émotion de cette nature, mais j’ai sans cesse songé aux potentialités encore inexplorées qui frémissaient de toute part. Le cinéma ne pourra jamais plus être le même.

Depuis des années, je ne fréquente plus les salles obscures. Déjà parce qu’avec les enfants c’est un peu plus compliqué mais ce n’est pas une raison suffisante. En vérité, je m’ennuie au cinéma. Les films se languissent dans une position géostationnaire. Alors je peux prendre deux minutes pour noter quelques réflexions au sujet de ce nouveau film qui ferait presque date (et ainsi faire plaisir à J).

Cinéma

Tous les réalisateurs qui s’apprêtent à sortir des films d’action en 2D doivent se morfondre. Le 2D c’est terminé pour l’action et même pour le cinéma en général. Nous vivons la même chose que le passage du muet au parlant, du noir et blanc à la couleur.

Certains nous feront le coup de la photo argentique par rapport à la photo numérique. Ok, il restera des mecs pour faire de la 2D comme il y en a qui font encore du noir et blanc mais ils deviendront minoritaires.

En prime, Cameron donne de l’air à toute une industrie. Il devient inutile de pirater son film ! En tous cas le temps que nous ne nous équipons pas chez nous de systèmes de projection 3D. Et tant pis pour ceux qui resteront accrochés à la 2D.

Je suis sûr que le cinéma d’auteur peut s’emparer de la technique. Dans Avatar, les scènes les plus intéressantes sont pour moi les intérieurs, les couloirs… j’imagine qu’un auteur peut nous montrer la réalité autrement en 3D.

Fabulation

Avatar est un western avec le Blanc qui se fait initier par les Indiens et qui finit par se battre avec eux contre les Blancs. Nous avons déjà vu ou lu des centaines de fois cette histoire. Elle est sans surprise mais bien menée et les presque trois heures de projection passent comme un éclair même si la bataille finale est d’un classique et d’une banalité à toute épreuve. On frôle à ce moment soit la parodie, soit la série B.

Écologie

Avatar fera plus pour nous persuader qu’il faut protéger la Terre que Home et Al Gore réunis. J’ai lu dans NewScientist que, parce que nous sommes profondément irrationnels, il nous faut des histoires pour nous faire comprendre les choses. Les grands discours rationnels touchent trop peu de gens. Avatar réussira mieux que le GIEC et que Copenhague.

Star War

Cameron est devenu cinéaste à 22 ans pour faire mieux que Georges Lucas. Son rêve : créer un univers aussi riche que celui de Star Wars, engendrer un écosystème commercial et créatif. Je ne suis pas sûr qu’Avatar réussisse ce tour de force côté imaginaire (côté technique pari réussi).

Pas d’humour. Ni les balourds R2D2 et sysPO, ni les pitreries d’Ian Solo. Avatar est toujours sérieux, un peu toujours sur le même rythme, propre, jamais ironique, asexué… alors que Solo respire le sexe. Dans Avatar, on est dans la guimauve propre sur elle pour attirer tous les publics malgré le carnage final idéalisé à la grecque.

Cette bataille, même si spectaculaire, ne renouvelle pas le genre, bien au contraire. Aucune scène ne rivalise avec la destruction de l’étoile noire par Luke Skywalker.

Pas de tension. Il manque la Force, cette idée mystique qui traverse Star Wars. Dans Avatar, ce côté clair-obscur ne transparait jamais, c’est plat, un ragout écolo new age.

Politique

La caricature. Les Terriens organisés hiérarchiquement affrontent les Na’vis organisés hiérarchiquement, et même monarchiquement. Tu parles d’un rêve et d’une vision.

Cameron tenait pourtant sa Force. Les plantes et des animaux de Pandora sont interconnectés. Le réseau est là. Les Na’vis communient à travers lui mais eux-mêmes ne sont pas en réseau. Cherchez le bug même si c’est le réseau qui sauve la mise à la fin puisque Pandora elle-même matte les Terriens.

J’attends la suite. Un spectacle grandiose au service de belles idées mais encore surchargé des codes en vigueur au vingtième siècle. Star Wars reste plus moderne avec sa Force, une idée forte en un âge d’interdépendance croissante.

39
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

39 comments

  1. Toma says:

    Je ne suis pas d’accord pour le cinéma 3D. Premièrement il y a encore de gros progrès technique à faire, deuxièmement l’écartement entre nos yeux nous apporte une expérience différente pour chacun qui peut allez jusqu’à la grosse migraine… Pour ma part je reste défenseur du 2D.
    Pour le reste j’approuve fortement!

  2. Philippe says:

    l’histoire, c’est un Pocahontas-like

  3. Rosselin says:

    Bon, ben je vais aller le voir. Je peux y emmener mon fils de dix ans ?

    Sinon, une question : pourquoi toujours être dans un mode nécrophile : “ça y est, la presse est morte, le livre est mort, la télé est morte, le cinéma 2D est mort”, etc. On peut être bouleversé par la vision de l’avenir sans déclarer le passé mort.

    Tu te rappelles de ces deux films géniaux, visionnaires : TRON et One from The Heart (ils sont tous deux de la même époque 1980 et à racheter et revoir toutes affaires cessantes). Coppola avait vu le cinéma “électronique” dès cette époque. Mais aujourd’hui, il nous sort Tetro, un film classique en noir et blanc, comme la dernière Palme d’Or de Cannes (Hanneke, superbe). Et Wim Wenders a filmé le remarquable Soul of a Man avec une caméra d’époque (début du siècle dernier).

    J’ai acheté pour mon fils le DVD de l’intégrale de Mélies, un précurseur qu’on retrouve aujourd’hui chez le génial Gondry qui s’intéressera sûrement à la 3D, mais continuera la 2D aussi. Bach aurait sûrement utilisé un ordi. Mais aurait continué à faire chanter dans les églises.

    L’art n’avance pas en tuant son passé. Il se réinvente et construit son avenir sur un passé fort.

    Rappelle toi cet alexandrin de Nougaro. “Toi le bel avenir, veux-tu de mon passé ?”

    JR

  4. Giec 1.0 says:

    “Avatar réussira mieux que le GIEC et que Copenhague”

    Tu parles !

    Après avoir adoré le film, J est parti aux sports d’hiver où il se chauffe au fuel.

    Avec l’hédonisme de son stylisme 3 D, Avatar ne fait que renforcer la pente au confort et à l’hédonisme.

    La planète passera après le plaisir personnel.

    Pas de quoi faire baisser le taux de C02.

  5. Henri A says:

    Tout à fait d’accord avec Rosselin pour l’exemple Gondry. Je viens de visionner ” Soyez sympa, rembobinez !”, un film exemplaire en 6 D, qui résume un peu mieux ta démarche habituelle que les merdes de Cameron.

  6. @Rosselin Il y a toujours des mecs qui font de l’enluminure ou de l’imposition au plomb.. j’ai pas dit le contraire. Pourquoi ont dit que le latin est une langue morte ? Pas parce qu’elle n’existe plus, juste parce que presque plus personne ne la parle. ça ne veut pas dire que les chefs-d’œuvres écrits en Latin ont été balayés par l’histoire. Il en ira de même avec le cinéma.

    J’admire Tarkovski et Antonioni… Tous les deux ont commencé en noir et blanc et continué en couleur dès que possible. Un artiste utilise les outils de son temps.

    Alors oui Cameron n’a pas fait un chef-d’œuvre avec Avatar… mais la démo d’une technologie qui peut renverser le cinéma et lui donner un second souffle.

    Par ailleurs quand on parle de mort de la presse, des livres, du cinéma… c’est exactement de la même chose qu’il s’agit car le tuer en série est le même.

  7. 3 D 0 says:

    La 3D c’est pas neuf.

    Il y a plus de 20 ans, Paris Match avait publié un numéro spécial de photos 3D, avec lunettes dans le numéro.

    On mettait les lunettes, et on voyait les grands paysages de France en 3D, la Tour Eiffel, etc.

    La photo n’est jamais passée massivement à la 3D, alors que c’est ultra-simple techniquement.

    C’est pas au point niveau lunettes. Devoir mettre des lunettes, qui ne sont jamais au bon format des différents nez, qui tiennent mal car produites en série… ça ne séduit pas tellement le public.

    C’est pas aussi anodin comme transition que le passage du muet au sonore, ou du NB à la couleur.

    On est encore dans le gadget, et pas dans la transition transparente côté spectateur.

    Pas sûr qu’on s’y mette massivement avant la disparition totale de l’écran plat, la projection holographique en plusieurs dimensions.

  8. Avatar ferait presque date. http://bit.ly/4Mc2Lz #Avatar

  9. Tu as vu Avatar ou pas?

    La 3D est aussi vieille que le cinéma. Mais c’est la première fois que je vois un rendu aussi naturel. Y’a un saut quantique par rapport à ce qui se faisait avant. La séparation numérique des deux yeux change tout par rapport aux vieux filtres couleurs.

  10. Avatar ferait presque date: J'ai fini par voir le film de James Cameron. C'est une expérience visuelle étonnante… http://bit.ly/64wYDW

  11. Fab says:

    Entièrement d’accord avec vous : une fois qu’on fait l’expérience de la 3D, les films en 2D paraissent et vont paraître bien ternes. Heureusement, le cinéma ce n’est pas que de la technologie et des effets spéciaux, mais aussi un scénario.

  12. 000 says:

    Le cinéma est depuis longtemps très fort pour poursuivre sa maîtrise technique de l’image et des effets spéciaux.

    On a souvent de très bons directeurs photo.

    Le gros problème du cinéma, c’est le scénario.

    Très peu de films ont une histoire, des personnages et des dialogues qui tiennent la route.

    Alors ces nouvelles prouesses d’image ne m’emballent pas plus que ça.

    Ce n’est vraiment pas d’effets spéciaux dont le cinéma manque le plus.

    Et plus les films sont coûteux à produire, plus il faut élargir le public et, pour cela, avoir une histoire débile, compréhensible par un ado de 14 ans.

  13. C’est pas toi qui ici même a fait l’éloge du populaire. Ma position a toujours été claire: j’aime le cinéma d’auteur et les gros divertissements. Je déteste les productions intermédiaire, dont la France se fait souvent une spécialité (avec les histoires de couples).

    Si Antonioni ou Tarkovski étaient là aujourd’hui ils feraient de la 3D. Le prix de la techno va s’effondrer et devenir portable. Tout le monde pourra bientôt l’utiliser sans même y penser. Une grosse daube aura ouvert la voie.

  14. Merci Thierry, me voilà dispensé du billet que j’imaginais écrire. Et du commentaire “La 3D est aussi vieille que le cinéma. Mais c’est la première fois que je vois un rendu aussi naturel.” … Absolument. Et ce n’est pas faute d’avoir fréquenté Futuroscope et dôme Imax (Jean-Jacques Annaud : “Guillaumet, les Ailes du courage.”).

    Bien sûr que le scénario est téléphoné, à quelques inversions près (le feu qui attire les bêtes…), c’est un collage du “Nouveau Monde”, d’Aldébaran-Bételgeuse, du clip de Billie Jean et autres grands classiques qui eux-mêmes s’inspirent sans doute de “Paul et Virginie” – sans parler des niaiseries sur le réseau d’énergie. Mais c’est un choix judicieux à mon avis, pour permettre au spectateur d’ouvrir grand les yeux.

    Et ça laisse largement la place de faire une Part II (“Pandora”), une Part III (“Earth”) et j’en passe.

  15. Iza says:

    Raaaahhhhh, Gondry my love !!! “Be kind, rewind”, LE film qui m’a fait faire des kilomètres … C’est pas de l’éduc pop ça ?

    Sinon, je sens que je vais adorer Avatar, l’un n’empèche pas l’autre.

    Même si je reste sous le coup de Star Wars pour toujours, et de Dune à jamais. C’est comme ça. Des jedis, et qui “ne connaitrons jamais la peur car la peur tue l’esprit …”.

    C’est rigolo comme souvent fucking karma joue au ping pong avec ici. Ou alors c’est parce que j’ai comme toi la connectivite aiguë (et que je ne lis que 2 blogs ;-))

  16. "nous sommes profondément irrationnels, il nous faut des histoires pour nous faire comprendre les choses" http://tinyurl.com/yep48j3

  17. 000 says:

    “avec les histoires de couples.”

    Tout dépend comment c’est fait.

    J’aime bien les histoires de couples chez Claude Sautet, Resnais, même chez Chabrol, ou Jaoui / Bacri, Lelouch, Rohmer, …

    Ce n’est ni du grand cinéma d’auteur révolutionnaire, ni du pur divertissement populaire.

    En deux heures on cerne un moment d’existence, on cherche la vérité de ce moment, et pas la seule dramaturgie efficace ou les effets spéciaux, qui ne laissent aucune trace.

    Un petit film comme “Vincent, François, Paul et les autres”, ou “Un coeur en hiver”, ça compte plus que “Star Wars” pour moi.

    On a des vrais personnages en face de soi, et pas des playmobils pour ados.

    Dans le cinéma français récent, ce n’est pas tellement ce principe de base qui me gêne (“tourner autour d’un moment d’existence, sans chercher la forme révolutionnaire ou les grands effets visuels”), mais le traitement :

    le scénario n’est pas assez costaud pour tenir plus de 40 minutes, et il est étiré pour arriver au standard 1h40.

    Un film se fait trop rapidement sur le seul casting, alors que le scénario mériterait une réécriture.

    Et puis il y a la tyrannie de ce format standard : 1h30 – 1h40

    C’est beaucoup trop long pour la plupart des idées de films.

    Le Web fera exploser ce standard, à condition qu’il trouve une économie pour financer autre chose.

    La TV a créé des formats plus courts, mais en visant un public trop large, ce qui rabaisse le niveau.

    Il y a un monde entre un film populaire qui vise 1 million de spectateurs, et la télé populiste qui vise 8 à 10 millions comme Julie Lescaut.

    On peut faire de la qualité en visant 1 million, rarement en visant 10 millions.

    Le drame du Web, c’est qu’il offre toute la potentialité pour créer autre chose, à condition de sortir du tout gratuit qui bloque tout financement.

    Le piratage tue l’élan créatif du Web. Il l’avorte. Si je suis contre les pirates, c’est parce qu’ils tuent le meilleur potentiel du Web.

  18. Avatar écolo pour Bisounours says:

    “nous sommes profondément irrationnels, il nous faut des histoires pour nous faire comprendre les choses”

    Tout le monde a très bien compris le problème écologique.

    On n’a pas besoin de dix mille histoires pour comprendre encore.

    Le problème c’est qu’il faut accepter de sacrifier une part de confort et de niveau de vie, pour consommer moins.

    Il y a un monde entre comprendre un problème (qui ne touchera pas directement notre vie immédiate mais dans longtemps ou pour les hommes à venir), et accepter un sacrifice personnel immédiat.

    “Avatar” ne mène pas du tout à sacrifier son petit plaisir pour un futur plus écolo.

    En sortant d’Avatar, les mecs ont envie de s’équiper en 3D à domicile.

    L’achat de millions de projecteurs 3D ne mène pas à la réduction de la pollution.

  19. Henri A says:

    Bon ben j’ai vu avatar en 2 D chez moi,( coucou triple ! ):
    Une planète ou tout ce qui est vivant possède un câble ou une prise usb, voilà.

  20. Iza says:

    Chouchou, t’es passé à côté de Star wars, that’s all. Pas grave, mais imagine toi que ce genre de film peut construire aussi.
    A cause des mythes tout ça … je ne suis pas experte, mais je peux témoigner.

    “playmobil pour ados”. Peut être, j’étais ado, c’est vrai. Je ne peux pas dire comment j’aurais reçu ces films adulte. Impossible de refaire le parcours. Mais voilà, les contes construisent les enfants, les ados, et donc les adultes. ça ne leur enlève rien, c’est juste autre chose.

    Sinon dans les histoires de couple à la Bacri/Jaoui (que j’adore donc je prends ça comme exemple)… Plus encore qu’un moment d’existence, ce sont les modes de relation qu’on essaie de cerner. Et ça me parait utile pour tout le reste.

  21. Bertrnad says:

    Je me suis fait la même réflexion concernant cette idée de réseau. Les Na’vis sont connecté à leur terre, se branchent sur elle, vivent avec elle mais ne communiquent pas à travers elle. Ainsi pour faire venir les autres “tribus” les héros sillonent la planète comme de bon vieux terriens.

    Par contre il est clair que la 3D est impressionnante. Très beau rendu notamment au tout début quand le personnage sort de cryogénisation, qu’on voit les corps dans cet espèce de couloir. La sensation est assez incroyable.

    En fait pour le coup je ne sais pas si ça tue le film d’action en 2D ou le film d’animation en 2D. Mon DVD de L’âge de glace 2 ce soir m’a paru bien fade sur l’image même s’il a un humour que cet Avatar n’a pas. Car il est vrai que l’on ne sourit pas vraiment.

    Quant au message écolo il est très clair. C’est la “Terre” des Na’vis qui l’emporte (sans surprise). Et pour le coup je me suis aussi dit que Cameron avait puisé dans Tolkien (Les ents par exemple)

  22. AREVA en 3D says:

    “Quant au message écolo il est très clair”

    Le message écolo il est partout aujourd’hui.

    Même TOTAL et AREVA diffusent des messages écolos toute la journée.

    Il faut autre chose qu’un message, pour conduire des millions d’individus à se priver d’une partie de leur confort.

  23. Bacri/Jaoui j’aime aussi mais je classe dans la catégorie divertissement… et j’aime bien cette catégorie comme je le disais.

    QUand à Star Wars… c’est entré dans la culture comme la tour Eiffel.

  24. narvic says:

    Tiens, puisqu’on en parle, je viens de me repasser tout Star Wars d’un coup “dans l’ordre” (dans la version révisée 2004, pour les épisodes 4 à 6 / note aux connaisseurs): la magie opère toujours, malgré un grand nombre de visionnage depuis l’émerveillement initial de mon adolescence.

    Repasser la dizaine d’heures de film d’une traite (enfin, en trois jours) me procure même un plaisir inédit. C’est tout de même le signe, me semble-t-il, que l’histoire et sa réalisation sont “solides”…

    Pour ce qui est des “playmobiles pour ados”, des histoires courtes et des personnages sans épaisseur, je ne retiendrai que la remarque de Joseph Campbell qui assurait que George Lucas avait été son “meilleur élève”…

    @ Iza

    Quant à Dune, les adaptations cinématographiques ont été jusqu’à maintenant au mieux très décevante (David Lynch), au pire carrément catastrophiques (John Harrisson, Greg Yaitanes). Le projet – jamais abouti – de Jodorowsky en 1975 (avec Salvadore Dali en Shaddam IV !!) aurait peut-être eu de la gueule. Bref, Dune attend toujours son David Lean qui en ferait une sorte de “Lauwrence d’Arabie” interplanétaire…

  25. Star Wars la version originale française says:

    Je me fonde bien sûr sur la version originale de Star Wars, vulgairement pompée par le film :

    http://www.youtube.com/watch?v=NYjEPuEKpTE

    Une version honteusement oubliée, mais elle contient la quintessence du reste.

    “Tout est là”, disait Henri Alberti en la voyant.

    Cette version, et l’avis d’Henri Alberti, m’ont dispensé de voir le reste.

    “C’est tout de même le signe, me semble-t-il, que l’histoire et sa réalisation sont “solides”…”

    Oui, enfin … solides pour celui qui le ressent ainsi ! 🙂

    Il y a beaucoup de gens qui trouvent que Guillon est drôle.

    Tout dépend des références personnelles en la matière.

    Quelque chose n’est jamais mauvais dans l’absolu, mais en fonction d’autres exemples plus puissants ou plus fins, liés à notre expérience personnelle.

    Pour ce qui est du fond, un ado qui a lu Tolkien a été plongé dans un univers mythique autrement plus puissant que celui de Star Wars avec ses épées lasers à deux balles qui ne sont pas crédibles une seconde.

    En dehors de la littérature, la tétralogie de Wagner représente un univers mythologique autrement plus puissant, par la musique, que les playmobiles de Star Wars.

  26. narvic says:

    1. “m’ont dispensé de voir le reste”

    2. “autrement plus puissant que celui de Star Wars avec ses épées lasers à deux balles qui ne sont pas crédibles une seconde”

    Arrête ton char, Ben Hur !

    Ou bien tu as étudié la question et tu en causes, ou bien tu te tais.

    Pour ma part, je suis prêt à discuter en profondeurs avec ceux qui connaissent vraiment à la fois Tolkien (j’ai lu la totalité de son œuvre, y compris les œuvres poétiques, les contes pour enfants et les œuvres posthume), Lucas (visionné en intégral, y compris les “œuvres d’étudiant”) et Herbert (lu en intégral également et visionné toutes les adaptations), et discuter aussi de la question des adaptations au cinéma pour les œuvres littéraires, mais certainement pas avec ceux qui se sont “dispensés du reste”. Leur avis ne m’intéresse pas. D’ailleurs j’estime qu’ils n’ont pas d’avis.

    Cordialement. 😉

  27. écolo nunuche dixit Sabine H says:

    “Avatar fera plus pour nous persuader qu’il faut protéger la Terre”

    ça ne marche pas avec tout le monde :

    Sabine Herold sur Facebook :

    “Suis allée voir Avatar en 3D : très impressionnant, mais quelle morale écolo nunuche !”

  28. Sébi says:

    “Avatar réussira mieux que le GIEC et que Copenhague”

    Mouais, ça m’étonnerait, toute la fable écolo n’a pas empêché les veaux dans le public d’abandonner leur récipient à popcorn et leur bouteille de soda sur leur accoudoir ou par terre. Geste tout con et pourtant révélateur de beaucoup de choses : pas question qu’ils lèvent le petit doigt, quelqu’un le fera bien à leur place.

  29. J says:

    merci thierry -:)

    malgré ses faiblesses, ce film méritait bien un papier à mon avis ; après tout, King Kong de Schoedsack et Cooper est ”faible” aussi ; et pourtant…

    ps. heu, que la Force soit avec toi en 2010 🙂

  30. Guillaume says:

    Vu qu’il y en a qu’on développer, inutile que je le refasse, mais ce film montre bien que l’espèce humaine est méprisable (heureusement, il yt a quelque exceptions). Je trouve que les humains présents dans ce film surtout les militaires n’ont aucun honneur. J’espère que ce film fera réagir d’autres personne et que cela fera bouger des gens.

Comments are closed.