L’État spolie les blogueurs, le remake

Commençons l’année en beauté. Lisez-vous les billets avant de les commenter ? Les lisez-vous avant de les retweeter ? Les lisez-vous jusqu’au bout ? Pensez-vous aux contradictions volontaires que l’auteur peut y introduire ? Aux dissonances comme en jouent parfois les musiciens ?

J’ai écrit L’États spolie les blogueurs juste pour déclencher une réaction mimétique. Juste pour effectuer une nouvelle expérience comme Narvic pourra en témoigner. Les réactions mécaniques qui s’ensuivirent, par leur prévisibilité, me désespèrent.

Parfois je me demande si le Web ne nous rend pas con. J’ai encore l’espoir qu’il nous aide à nous individuer, à nous dégager de la masse et que l’idée même de la masse se volatilise. Le Web est un outil puissant pour effectuer cette transition mais est-il capable d’aider beaucoup de gens comme je le prétends dans mon prochain livre ?

Quand je vois à quel point nous pouvons faire réagir à l’aide d’un titre déviant et de quelques provocations populistes, je suis pessimiste. Avant d’écrire mon billet, durant les jours précédents, ma timeline Twitter m’avait donné le bourdon.

« Mais êtes-vous vivants ? » C’était la question que je ne cessais de me poser. « Vous réagissez tous à la même chose, vous imitez les téléspectateurs de TF1, vous avez les mêmes rêves, pourquoi refaire tout cela ici ? » Je n’en tirais qu’une conclusion « Va ailleurs ! »

J’étais bien loin de contempler le peuple des connecteurs. De temps à autres, des François Bon mettaient un peu de lumière dans le brouhaha mais par ailleurs je ne contemplais que ragots médiatiques. Sommes-nous en train de construire un nouveau monde ou bel et bien de sombrer ?

Que je sois clair. Je me fiche pas mal de l’indépendance de la presse que je ne lis pas. Vouloir informer les gens frise la prétention extrême, souvent partagée par les hommes de gauches qui sont persuadés de savoir ce qui est bon pour le peuple dans lequel ils évitent de se ranger.

Je ne m’intéresse qu’à l’indépendance de l’homme, à commencer par la mienne. Alors quand certains ont cru lire dans mon billet que je réclamais quelque chose pour moi… Un mot, une nouvelle fois, s’est affiché dans mon esprit « superficialité », et on commente quelqu’un, sans même savoir ce qu’il pense, on réagit comme un chien de Pavlov… se croyant plus intelligent que celui auquel on s’adresse alors qu’il est préférable, toujours, de se croire plus bête.

Ce billet n’était qu’un piège. Vous auriez dû l’ignorer comme vous ignorez les billets qui pour moi ont beaucoup de sens et que nous ne sommes que trois ou quatre à discuter mais à vraiment discuter, parfois au risque de nous étriper, cherchant à vivre au-delà de notre point de confort.

Je me dis parfois autant ne plus bloguer et me contenter d’échanger des mails avec les gens qui me nourrissent et que je nourris peut-être. Publier un livre de temps en temps et voilà. Non. Je sais bien que l’ouverture de la conversation est fondamentale, bien plus fondamentale aujourd’hui que de publier des livres. Mais tant qu’il y a conversation. Alors bien sûr certains commentaires m’éclairent. Je n’aurais pas écris mon prochain livre sans vos commentaires et je vous en remercie… mais quand je vois les foules lyncheuses débarquer je prends peur.

Ici il peut y avoir de la vie, de l’intensité, je l’ai connue avec autant d’acuité qu’en me promenant en montagne ou qu’au cours de conversations endiablées. C’est possible mais en vérité tout aussi rare que hors d’ici. Alors à quoi bon ? Ce qui m’intéresse c’est aller au-delà. Le Web n’est-il pas en train de prendre une tournure qui nous amène en deçà ? Pas au-delà du désir mimétique comme je l’espère mais bien vers les foules lyncheuses ?

Nous disposons d’une arme de destruction massive. Si nous ne nous dominons pas, nous risquons de sombrer dans la barbarie. Certains autoritaristes pourraient retourner cette arme contre nous. L’indépendance se gagne et se défend à chaque seconde. Ici comme ailleurs. Bonne année tout de même.

48
Ne manquez aucun article
Soutenez mon travail en achetant mes livres.

48 comments

  1. Anna Gueye says:

    RT @crouzet: L’État spolie les blogueurs, le remake http://bit.ly/7nUIAE

  2. RT @crouzet
    L’État spolie les blogueurs, le remake http://bit.ly/7nUIAE – allons-y voir

  3. F says:

    sais pas trop où tu vas, parce que tu as développé un axe de réflexion essentiel pour nous tous, sur la question des flux et des “propulseurs”

    après, le monde c’est une grosse machine lourde et molle mais c’est pas d’aujourd’hui, tu peux tranquillement relire Saint-Simon ou la correspondance de Flaubert en attendant que ça bouge

    le web c’est usant, parce qu’on a des outils pas encore sophistiqués, ça use la vue, la comprenette, ça demande une énergie de réflexion considérable et surtout ça va vite

    si on veut tenir, c’est pas en allant demander au vieux monde ce qu’il ne peut pas donner – pour ma part, y suis bien résolu – suis encore vraiment curieux des “respirations” du monde web, expansions et contractions des blogs, explosions des réseaux sociaux, et leurs transformations diverses – face book, l’été 2007, on s’en servait de chat privé entre webmasters, twitter nous servait aussi à ça au printemps dernier

    alors expérimenter, oui, privilégier les réflexions qui comptent (et combien d’amitiés nées de ces écoutes, ces partages), pour le reste s’en tenir à ce qui nous semble juste – aucun effort spécifique en dehors de ce qui fait plaisir – si on est au bon endroit, forcément ce tout petit lieu où on est se renforcera

    là dans ce billet tu découvres l’armure : c’est se mettre à la merci du camp de l’ombre, c’est pas la peine

    ce qu’il y a de miraculeux dans le web c’est ça : le droit de ne rien demander à personne – quelque par ça peut être un fichu lieu de plaisir aussi

  4. J says:

    🙁

    “Je me fiche pas mal de l’indépendance de la presse (extension : centres d’information) que je ne lis pas.”

    et c’est bien pour cela thierry que tu n’as pas l’étoffe pour traiter avec tout le sérieux nécessaire de sujets comme l’organisation politique et sociale, l’innovation dans ces domaines, et le rôle qu’un possible cinquième pouvoir y joue, car tu es partiel.
    ceci s’est aggravé depuis que tu as glissé dans le désir mimétique à toutes les sauces, l’absolutisme conceptuel d’une individuation supposée, ou pire du chant bien simpliste ”change toi toi même et le monde changera”.

    je considère que les progressistes rationnels ont perdu un membre, et les démissionnaires mystiques en ont gagné un.
    dommage dans la mesure où ce sont les premiers qui seront utiles dans les années qui viennent pour contrer les lyncheurs inconscients et surtout les plus dangereux, les lyncheurs salariés et très conscients.

    désolé, je suis déçu par l’évolution du rédacteur du peuple des connecteurs, et te le dis!

    avec respect, toutefois.

  5. @fbon Je suis comme Achille… j’ai mes points faibles… et ton comment fait du bien. ça fait aussi du bien de savoir qu’on n’est pas seul, qu’on construit, ce qui me fait mal c’est de voir que ça va pas assez vite, un pas en avant, un pas en arrière… Flaubert oui, il ne me quitte pas. On devient écrivain en lisant la correspondance. Il m’arrive souvent de parler de lui comme d’un ami proche. C’est ce qu’il est d’ailleurs.

    Je dois être en postpartum. J’ai mon manuscrit sur le flux achevé. Et je suis toujours autant dans l’incertitude à son sujet. N’est-ce pas un objet anachronique qu’un livre ? je l’ai composé comme une série d’une cinquantaine de posts mais ça reste un livre.

    Je suis allé bien plus loin que dans les billets publiés à ce jour, même si l’essentiel des intuitions sont déjà connues… so what ?

    @J La rationalité évolue comme tout le reste… Si je suis irrationnel pour toi c’est peut-être que tu n’es pas assez rationnel pour moi.

  6. L'État spolie les blogueurs, le 'remake' http://is.gd/5J0rB </par/chez @crouzet

  7. ownicrew says:

    #OwniCrew L’État spolie les blogueurs, le remake http://bit.ly/5oC7E6

  8. Henri A says:

    “Si je suis irrationnel pour toi c’est peut-être que tu n’es pas assez rationnel pour moi.”
    Pas mal comme formule !

  9. 000 says:

    “Je n’en tirais qu’une conclusion « Va ailleurs ! »”

    Thierry, le problème, c’est que tu as choisi comme contacts des gens qui vivent du buzz vide, et qui sont ainsi.

    Personnellement je suis retourné sur Facebook, où il y a des groupes où il est possible de parler d’autre chose :

    on se retrouve entre gens qui aiment Rohmer ou Wagner ou Bresson, et on ne parle pas de Jean Sarkozy ni de Rachida Dati.

    Twitter est le royaume du vide, du marketing idiot : 140 caractères, juste la place pour un slogan mimétique, aucune place pour l’essentiel.

    Quand tu ajoutes comme contacts des blogueurs vides obsédés par le marketing et l’actualité, tu ne peux pas t’attendre à autre chose.

    Va trouver sur Facebook des groupes qui apprécient autre chose que l’actualité.

    La plus grande imposture du Web, c’est d’avoir donné autant de visibilité à une poignée de crétins sans culture qui forment la “blogosphère influente” sur Twitter et sur Wikio.

    Des mecs dont la journée se limite à retwitter le dernier scandale médiatico-débile du jour.

  10. jeanloub says:

    Oui pour ma part j’attends aussi beaucoup de ton livre sur les flux.

    Sans doute parce que j’ai besoin de savoir. Pas sans doute, certainement.

    Ton crobard du 25 octobre suivi de ton article m’a fait saliver – j’aime ces ruptures que tu proposes.

    Pour la télé, j’ai plus de repère, ne regarde plus depuis +2 ans.

    Enfin si tu publies, tu auras un client ; un pdf m’ira bien aussi 🙂

  11. Charles Mougel says:

    “Ici il peut y avoir de la vie, de l’intensité, je l’ai connue avec autant d’acuité qu’en me promenant en montagne ou qu’au cours de conversations endiablées.”

    Tu vis un truc, une promenade en montagne, une conversation qui a un sujet qui TE parle… forcément, tu as envie de partager, de faire venir tout le monde, pour “qu’ils connaissent ce que tu vis”. Tu fais des livres, tu te transforme en guide, et… tu te retrouves avec des “touristes” ou des retraités, qui vibrent franchement pas pour les même choses que toi, et le résultat c’est que tu n’as rien partagé. Pire, tu auras fait croire, que ce que tu avais vécu initialement, c’est ce qu’ils vivent eux.

    Il y a des gens qui se foutent royalement de la montagne, comme du web, et tu auras beau faire ce que tu veux, cela ne les fera pas changer d’avis. Et au pire, tu les aidera à trouver de bonnes raisons pour affirmer leur désamour. Oui, certains en montagne ne verront qu’un coin peaumé, où il n’y a rien, et chercheront derrière chaque semblant d’habitation, un bon petit bar pour oublier ce qu’ils viennent de rater. Sur le net, ceux-là rechercheront les titres qui buzz, les scandales, les rumeurs.

    Mais il y a aussi, qui cherchaient déjà un peu, ou qui ne savaient pas qu’ils cherchaient un truc, et il te suffit alors de leur donner le petit coup de pouce de la découverte, d’ouvrir la petite porte qui va les aider à explorer ce qu’ils n’imaginaient pas possible.

    Et pour ces derniers, je pense qu’il faut continuer, même si cela signifie que pour un “sensibilisé” à ce que tu voulais partager, il y en a 9 qui sont passés à coté.

    Non ?

    PS : pour twitter, je me dis souvent, que si je veux aller chercher des news, je sais où les trouver.
    PPS : la différence entre moije partage, et jete conseille, étant ce que je n’aime pas là-bas… on dit qu’il s’agit de filtre social, alors qu’il n’y a pas d’autre filtre que la fonction recherche. (et l’ergonomie de facebook va dans le même sens, puisqu’ils se copient). Au lieu de lutter contre le bruit, on l’amplifie. (et le car de touristes passe sur le sentier)

  12. jeanloub says:

    Marci Charles, c’est exactement ça, je suis passé par là, j’ai trouvé une ambiance correspondant à ce que je cherchais (sans vraiment savoir ce que je cherchais)

    Bref, le bonhomme et ses idées m’ont séduit, j’y ai pris goût, je reviens de temps à autre et puis d’un coup le gars qui t’a fait aimer son truc, y décide de fermer boutique.

    Un peu comme un bureau de poste en campagne. Pof, rideau, pas assez de clients, pas rentable.

    Ici c’est : bon, personne ne m’écoute, je plie les gaules…

    Je caricature un max pour connaître un peu Thierry mais ça pourrait être vu comme ça par d’autres.

    J’ai besoin de creuser cette affaire de flux parce que ça vient chapeauter un projet que je mets en place (je suis un pion seulement) et cette théorie tient la route.

    Donc j’attends avidement la suite. Je pense que ça viendra, mais faudrait pas lâcher prise, parce que là, grosse déception…

    Il m’apparaît que cette histoire de flux est le pivot d’un changement de civilisation qui se construit autour de ça, l’épicentre du phénomène en quelque sorte.

  13. nicolas760 says:

    Le web favorise t'il l'indépendance de l'individu, ou le contraire ?http://is.gd/5J0rB /@crouzet >@lionelchollet

  14. fito cuba says:

    http://bit.ly/1d1rb3 L'État spolie les blogueurs, le remake: Twitter est le royaume du .. http://bit.ly/6eByK5

  15. Merci Charles… tu as tout résumé. Je déteste le tourisme 🙂 J’ai même écrit un livre appelé Tourista contre eux 🙂 Je n’avais pas fait le lien.

  16. Bonjour Thierry,
    Encore une fois tu as tout juste 🙂
    Dans un monde régit par l’argent, faut tout de même pas s’attendre à des miracles.
    Le miracle c’est nous, dans la simplicité :-)))
    Vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres…
    Sauf que beaucoup rêvent d’un grand chez soi à partir de chez les autres… Ça ne marche pas comme ça… Auquel cas ça se saurait… Non ???
    Prendre le risque de faire le saut de la foi dans un monde régit par des règles qui sont contraire au bien être et à la vie de chacun.
    De deux choses l’une, soit il faut être fou… Soit inconscient. J’opte plutôt pour la seconde option.
    La conscience est plus difficile à obtenir et à comprendre que l’inconscience dominante propre au troupeau !
    Mais bon, pour le moment, il doit en être ainsi…
    Amitiés A+,
    Hugues 😉

  17. Lully says:

    TCrouzet rêvait d'un peuple de connecteurs… il trouve une foule de connectés http://tinyurl.com/yap4s2k

  18. B. Majour says:

    Bonjour

    “J’ai écrit L’États spolie les blogueurs juste pour déclencher une réaction mimétique. Juste pour effectuer une nouvelle expérience comme Narvic pourra en témoigner. Les réactions mécaniques qui s’ensuivirent, par leur prévisibilité, me désespèrent.”

    Rigolo ce désespoir. 🙂

    Un désespoir mimétique ou… mécanique ?

    “Parfois je me demande si le Web ne nous rend pas con. J’ai encore l’espoir qu’il nous aide à nous individuer, à nous dégager de la masse et que l’idée même de la masse se volatilise. Le Web est un outil puissant pour effectuer cette transition mais est-il capable d’aider beaucoup de gens comme je le prétends dans mon prochain livre ?”

    Veux-tu dire que certains ont besoin d’être aidé ?
    Qu’ils sont aptes à le reconnaître ?
    A le découvrir par eux-mêmes ?

    Avant le Web existait le… livre ! le texte imprimé.
    Des millions, des milliards de pages.
    De liberté, d’individuation.

    Nous devrions être tous libres.

    “Un mot, une nouvelle fois, s’est affiché dans mon esprit « superficialité », et on commente quelqu’un, sans même savoir ce qu’il pense, on réagit comme un chien de Pavlov… se croyant plus intelligent que celui auquel on s’adresse alors qu’il est préférable, toujours, de se croire plus bête.”

    Si on se remémore l’expérience de Pavlov, on repense à la cloche activant la salivation du chien. Et pas que la cloche.

    “Pavlov remarqua qu’un chien qui revenait dans le laboratoire de recherches après plusieurs fois, se mettait à saliver avant même qu’on le nourrisse. Le chien salivait à voir simplement la pièce, le plat où on mettait la nourriture, la personne qui la lui donnait ou encore à sentir l’odeur de la viande.”

    Là où tu utilises “superficialité”, tu devrais mettre “conditionnement”.
    La réponse t’apparaîtra alors plus juste, et plus juteuse dans ses implications.

    Penser, un seul instant, que passer sur le Web va casser nos années de conditionnement, c’est comme imaginer que les blogueurs vont réclamer à l’Etat une part des 60 millions d’euros distribués à la presse. Ou même que les journalistes vont refuser cette manne (par esprit civique, peut-être ? ;-)… en pensant que cet argent provient de la poche de tout le monde.)

    C’est comme croire que l’Etat fournit cet argent en pure perte, à une entreprise moribonde, has been. Et qu’il vaudrait mieux laisser périr ce qui a existé pour laisser la place à on ne sait quoi.

    Une prise de parole citoyenne, peut-être ?
    Le débat sur l’identité nationale montre bien ce qu’il en est.

    Et rejoint bien ce que tu dis ici : “Parfois je me demande si le Web ne nous rend pas con.”
    Le Web ou la société ?

    “Je me dis parfois autant ne plus bloguer et me contenter d’échanger des mails avec les gens qui me nourrissent et que je nourris peut-être.”

    Et oublier des joueurs sur le côté, sur la touche temporelle ?
    Nooon. Pas glop, pas glop !

    On ne peut pas être partout, ni avec le temps pour tout.
    Un livre, un blog permet une certaine disponibilité d’esprit.
    Condensé d’idées réunies en un seul endroit.

    “Pas au-delà du désir mimétique comme je l’espère mais bien vers les foules lyncheuses ?”

    Quand on titille l’essaim, n’est-il pas logique que les guêpes sortent en nombre. 🙂
    Les guêpes sont conditionnées pour défendre le nid, c’est dans leur instinct.
    Soit : tu me déranges, je te chasse… ou je te lynche.

    As-tu touché un point sensible chez les blogueurs. La reconnaissance par l’argent ?
    Ou alors l’obligation de réfléchir à ce qu’est la presse. A ce qu’elle sera demain.

    Au fait que l’on peut s’en passer… allegro !

    Car (ailleurs) on peut lire ceci :
    Une étude de The Diffusion group montre que les vidéos personnelles représentent en 2008, “42 % des vidéos streamées sur Internet, mais générer seulement 4 % des recettes. Au contraire, 58 % des vidéos streamées seront des vidéos “professionnelles”, et celles-ci devraient générer 96 % des revenu”.

    Plusieurs conclusions peuvent en résulter.
    Les vidéastes “amateurs” ne sont pas rémunérés à leur juste valeur. Soit parce que leurs vidéos ne sont pas de bonne qualité (mouaip), soit parce qu’ils ne savent pas monnayer leurs services (Yes !)

    Dans le monde de la Pub/Presse, on ne traite qu’entre gros, ou avec ceux ayant pignon sur rue.
    (i.e. Si tu veux de l’argent, groupe-toi avec d’autres ? 🙂 )

    Dans le monde Pub/Presse/Etat, on ne traite pas autrement. Car, si les petits commencent à pleurer après les sous de l’Etat, ça va devenir le monde à l’envers… Alors vite, on va devoir leur dire : vous voulez des sous ? Déclarez-vous en tant que travailleur de presse. Sinon, on ne peut pas vous en donner. Et le package Fisc/Ursaf/etc. viendra vous embrasser à deux bras : welcome, travailleur, welcome ! alors regardons vos cotisations, votre tranche d’imposition augmenté de ce nouveau “cadeau”.

    Oui, ce que l’Etat donne d’un côté, il le rattrape de l’autre. 🙂

    Et puis, n’est-ce pas le propre de l’argent d’être un flux monétaire, de circuler de main en main, de banque en banque, de pays en pays.

    Un flux, ça circule. C’est conçu pour circuler.

    Comme l’information.
    Comme les idées.

    La provocation propulse-t-elle l’information ?
    L’influxe-t-elle ?

    Ta démonstration me paraît éclairante. :-)))

    Maintenant, de là à parler d’un piège…
    Pour qui est le piège exactement ?
    Qui n’a plus envie de bloguer, qui est dans la réponse mécanique du désespoir. 🙂

    Vas-tu te laisser piéger par tes propres maux/mots ?

    Et puis, tu devrais te souvenir de :

    “Si le fardeau est trop lourd, pensent aux autres, derrière toi !

    Si tu ralentis, ils s’arrêtent
    Si tu t’arrêtes, ils se couchent,
    Si tu faiblis, ils flanchent
    Si tu doutes, ils désespèrent,
    Si tu hésites, ils reculent
    Si tu critiques, ils démolissent …
    Si tu marches, ils courent,
    Si tu cours, ils te dépasseront
    Si tu pries… alors ils seront des saints.”

    Bonne année 2010. 🙂
    B. Majour

  19. RSLN mag says:

    Subventions aux sites d'info, suite : @narvic affine http://bit.ly/4xV4A9 ; @crouzet regrette que son billet ait été lu http://bit.ly/7nUIAE

  20. Iza says:

    Bonne année Thierry.

    Tu en reviendras… c’est juste que c’est compliqué de sortir de ça. Que c’est compliqué de se débarrasser de tous ces reflexes parasites : lynchages (tu y as droit régulièrement ..) mais aussi, comme une deuxième couche, masques, caricatures etc.. dès qu’on essaye de discuter tout de même.

    C’est compliqué. ça demande un apprentissage relationnel, humain, cognitif, que sais-je … un apprentissage long et laborieux finalement, qui ne peux tout simplement pas se passer à la lecture d’un billet ou de deux.

    Combien d’énergie avons nous dépensé ? combien de pages avons nous écrites dans ces petites fenêtres ces trois dernière années ? j’aimerais assez le savoir … Mais ce n’est pas en vain, j’ai la sensation que nous cheminons ensemble par ici, vraiment.

    Je racontais à un ami il y deux jours ce qui se passe, de quoi nous parlons, comment notre réflexion évolue, par petites touches.

    J’en profite pour te redire tiens, que la question de savoir comment emmener le plus grand nombre vers le haut, vers le sens, vers l’action féconde … reste la question la plus importante. Tu participes à ta façon, mais ça ne peut suffire. Ce n’est pas une question secondaire, annexe. C’est LA question. bises du nouvel an à tous !

  21. J says:

    et pour moi, pas de bonne année??? on a parlé une fois quand même, non mais.
    le monde est mal fait, il faut le changer, clair -:)

  22. Fin de la récrée says:

    Bon, faut arrêter de déconner maintenant.

    versac est forcé de tout lire pour savoir si on l’insulte,

    et pendant ce temps il perd de l’argent, au lieu de bosser sur la gestion de réputation en ligne de Danone et de Lustucru.

  23. jeanloub says:

    Pôvre J – (F?) – K – 666#2

    Pas eu la bonne année d’Iza,

    remarque même pas de moi non plus (zut ya fin de récré qui va pousser une sofflante)… tant pis,

    B
    O
    N
    N
    E

    A
    N
    N
    É
    E

    À

    J – K et pendant qu’j’y suis à

    Iza
    TC
    et tiens aussi à
    000

    et bien sûr à
    F du Québec

    et tous les zautres !

    Quoi, j’ai pas dit Versac ?
    Ah ben non j’ai pas dit Versac !

  24. jeanloub says:

    @ fin de la récrée (alias triple)

    Lustucru ? tu l’as cru ?

    Ah ben j’croyais qu’c’était BARNIER

    (mais pas l’UMP) 🙂

  25. K says:

    je repasse cause le post bonne année.
    merci merci.
    itou itou.

    ps : vous déconnez vis à vis de versac à mon avis, position trop intégriste à mon goût. barnier n’est pas le diable. visez mieux si vous voulez casser du bloggeur qui friquote avec les vrais malsains, il y en a un tout désigné.

  26. 000 says:

    “barnier n’est pas le diable”

    Je n’ai pas fait l’honneur à versac de le considérer comme l’agent du diable.

    Il serait plus intéressant !

    Je préfère un Karl Rove à un petit exécutant terne et gris qui remplit juste la soupe des petits fonctionnaires du pouvoir,

    tout en se répandant en circonvolutions pour dire que “non, il n’a pas pour client l’UMP, mais seulement Barnier”.

    Cela dit, J, tu devrais t’interroger sur le fait que le système perdure beaucoup plus à cause des gentils comme Barnier, qu’à cause des méchants comme Lefèbvre.

    C’est justement parce que Barnier est gentil et propre sur lui, qu’il endort encore plus le peuple et que rien ne bouge.

    Barnier c’est comme Sabatier à la télé. Plus c’est gentil plus ça lobotomise.

  27. Good cop / Bad cop says:

    Et puis avec le couple Lefèbvre / Barnier,

    on a typiquement le couple classique Bad cop / good cop

    pour bien baiser le peuple.

    ça m’étonne que toi tu ne comprennes pas le danger de cette dialectique lobotomisante, du méchant et du gentil,

    douche froide puis caresse, pour bien paralyser la volonté.

  28. jeanloub says:

    Pour alors, j’suis OK avec triple, quand même

    L’argument est infaillible.

    L’a raison, le bougre, c’est clair, un tanden gentil/méchant
    (pour pas dire… c’que j’ai pas dis, mais j’suis quand même à 2 doigts de l’dire…)
    tel que manigancé, ça t’endort un paquet de gus, grave plus qu’un vaccin grippe A, pour sûr !

    Ouais, j’suis d’acc, faut s’méfier du duo, même si ya pire par ailleurs, mais c’est quand de la clique au hyper gesticulateur ; après bon d’accord… mais enfin quand même !

    Ouais, là j’pense que t’as bien fait d’aller au pieu, J, tu tiens pas la marée.
    Sinon, tu peux t’rouler dans la neige (non pas dans la farine…), ça réveille y paraît…

    Après pour les histoire de télé, j’sais pas, m’intéresse pas, j’sais pas qui y sont.

  29. De NKM à Lefèbvre en passant par Barnier et Versac says:

    Le génie de Sarkozy, c’est de vouloir absorber toutes les composantes de la vie politique.

    Pour que l’alternative se fasse à l’intérieur de ses propres composantes, et pas contre lui.

    Beaucoup de gens s’interrogent :

    “pourquoi est-ce qu’il laisse Lefèbvre sortir des propos aussi violents et caricaturaux ?”

    Le rôle de Lefèbvre c’est d’élargir la dynamique interne du sarkozysme.

    Lefèbvre fait paraître les autres sarkozystes plus gentils et plus intelligents.

    Au lieu d’avoir une opposition droite / gauche, pouvoir / opposition,

    on a une opposition (fausse) entre les gentils sarkozystes et les méchants sarkozystes.

    La blogosphère hurle contre Lefèbvre, et ensuite se rassure :

    “heureusement il y a des mecs plus corrects comme Barnier, et puis NKM qui est épatante, écolo, qui reçoit les blogueurs, qui aime Internet, qui est contre Hadopi, etc.”

    NKM est la bobo-gauchiste sarkozyste de service, qui élargit la dynamique encore.

    Tout ça est génial. Génial parce qu’il y a assez de truffes pour se faire prendre.

  30. jeanloub says:

    @ triple.

    Oui, sauf qu’on n’est pas des truffes, nous…

    C’est tout vu !

  31. K says:

    Bien entendu ce n’est pas faux ce que vous dites, vous me prenez pour un naïf ou quoi.

    Mais à mon avis ce n’est pas ce qui doit guider au premier chef une analyse des positions et des rôles au sein de l’ump.

    Je vois personnellement une autre manière de regarder tout ça en fonction de critères que je ne souhaite pas écrire.

    Par ailleurs, désolé, mais votre regard est tacticien, et personnellement je privilégie le regard stratégique.
    Qui au passage me semble bien plus adapté au traitement de ce très particulier devenu parti politique…

  32. @ K

    Mais qu’est-ce que t’es susceptible !

    Tu vas pas nous faire une attaque, quand même ? Pour une fois que je suis d’ac avec triple, tu prends la mouche un peu vite. Respire un coup, ça ira mieux !

    Cooooooool, on est en 2010 🙂

    Oui, je sais : so what ? !!

  33. K says:

    ?
    qu’est ce que tu racontes jeanlou, j’ai réagi simplement aux arguments.
    et ai exposé un peu les miens.
    rien à voir avec l’amour de ma vie 000 -:)

    à lire car dans le sujet, et à méditer je trouve, le papier dans marianne sur les bloggeurs et cette idée saugrenue de NSD.

  34. NSD, c’est quoi? ou qui ?

    Vas-y, fais claquer l’url de Marianne. Steup …

  35. Iza says:

    Hé les gens, les J, K, Jeanlou, Triple, Henri et les autres ….

    Vous êtes gonflés !!! J’ai terminé par : “bises du nouvel an à tous”

    à TOUS !

    Alors je précise : je vous souhaite (je nous souhaite) une année pleine de discussions folles, où nous nous heurterons surement mais où nous grandirons dans cette découverte de nos différences … vous vous souvenez, celles qui nous enrichissent, qui nous individuent ….qui nous font uniques, et peut être (espérons le) responsables, tout en restant interdépendants … donc forçés de collaborer … même si ça n’a rien de simple.

    Je nous souhaite de continuer ça, et de faire mieux bien mieux, de continuer à expérimenter et à gagner, goutte d’eau du colibri après goutte d’eau du colibri, un peu de terrain… sur le chemin de l’émancipation, de l’action constructive, de la reflexion, du libre arbitre …

  36. @Iza

    Que du bonheur !

    Tu sais dire avec tant de justesse ce que nous n’avons pas su exprimer !

    Oui, expérimentons, quitte à nous en envoyer des vertes et des pas mûres.

    Nos sommes le labo de demain (restons modestes). Et au-delà, nous prenons un plaisir intense à faire la nique aux “grands” médias… ceux qui prétendent détenir la vérité.

    Le débat est toujours constructif, in fine !

    Merci de l’avoir dit avec tant de talent et de conviction : cela nous revigore.

  37. 000 says:

    “Je vois personnellement une autre manière de regarder tout ça en fonction de critères que je ne souhaite pas écrire.”

    C’est tout J, ça.

    Pour le niveau tactique, on peut déjà voter Cécile Duflot en 2012 ce sera moins pire que les autres.

  38. @ 000

    C’est clair que le J y s’mouille pas trop dans l’affaire…

    Quant à niveau tactique, si tu permets qu’on participe (merci) on peut sans doute envisager une autre altenative ?

    Et puis y a autre chose à voir, 2012, c’est quand même loin (pas pour eux, faut qu’s’y grouillent, mais ça c’est leur problème, parce que faut pas se leurrer, Duflot ou un(e) autre, c’est quand même la même clique de 1.0, n’est-ce pas ?).

    On peut voir les choses différemment et ça je peux, contrairement à J, l’écrire…

  39. J says:

    @iza
    colibri, colibri, c’est mimi tout plein, mais ce sont plutôt des aigles qu’il faut à nos sociétés pour sortir de ce merdier!
    merci pour les bises du nouvel an, ça fait chaud à l’écran.
    que la tienne d’année t’apporte plein de petits gens à éduquer.

    @aux tacticiens
    ben oui, je ne souhaite pas l’écrire.
    remarque pour les votants : au fil des années, de moins pire en moins pire, est arrivé ce qui est arrivé.

  40. Cosa Damus says:

    “ben oui, je ne souhaite pas l’écrire”

    Tu as raison.

    Personnellement je connais la formule de la paix universelle, et aussi, d’avance chaque semaine, les bons numéros du loto.

    Mais je ne dis rien, les meilleures choses doivent rester secrètes, comme le 06 de Charlie.

  41. K says:

    tiens, tu reparles de charlie ta mystérieuse sanctum sanctorum -:)
    maline mais un peu snob non? -;)

    oui je ne souhaite pas en parler, mais rien à cacher, juste de la lassitude. ça pue.

  42. 000 says:

    “maline mais un peu snob non?”

    Charlie n’est pas snob, mais :

    1 : tes blagues sexistes ça doit la gonfler. Elle est féministe.

    2 : elle est intelligente, donc autre chose à faire que parler des heures pour rien

    3 : elle se défoule avec ses gants de boxe, donc pas besoin de jouer au ping pong ici.

  43. Xavier says:

    J’ai dévoré le “5e pouvoir” et les “connecteurs”. J’y ai trouvé une fraternité de pensée et d’aspirations qui m’ont enthousiasmé. Et aussi de la candeur 😉

    L’outil Internet facilitera peut-être la transformation, la libération et l’autonomie de l’individu.

    Mais il ne changera pas l’Homme et ses hommeries. La Boétie, Thoreau, Arendt ou Fukuoka l’ont bien dit : la servitude volontaire plait et il est difficile d’aller contre. Elle rassure, elle est douillette.

    Pas de quoi se désespérer donc de commentaires à côté de la plaque. Cela n’enlève rien aux débats que tu lances ou aux idées que tu “agites”.

    Ces “touristes” et ces commentateurs qui ne lisent pas ou qui ont des réactions claniques il faut l’accepter. C’est leur droit même si l’éducation au débat est fatigante. C’est surtout tant pis pour eux.

    Haut les coeurs donc, une nouvelle année s’avance.
    Toujours fidèlement

  44. dernier coup de gueule 2009 de @crouzet L’État spolie les blogueurs, le remake http://ow.ly/TcI8 le début ici http://ow.ly/TcJv

  45. Sammy says:

    Bonjour !

    Je dois dire que je suis rassuré, le premier article m’ayant mis dans une rage froide… Je ne suis pas le seul à être tombé dans la panneau, mais pas pour les mêmes raisons que ceux que vous critiquez dans ce debrieffing… J’étais véritablement en colère contre ce que j’ai considéré comme une stupidité méprisante et populiste, et même insultante dans les derniers paragraphes.

    Maintenant, j’avoue être assez partagé : êtes-vous courageux ou irresponsable ? 😉 C’est assez courageux de se mettre à dos certains blogueurs/lecteurs qui ont écrit des articles incendiaires contre la presse à votre suite, et qui risquent de se sentir à juste titre floués, voire ridiculisés… mais c’est aussi un peu irresponsable de courrir le risque de passer pour un populiste de la pire espèce aux yeux d’autres lecteurs (moi par exemple !)

    Cependant, je reconnais à votre initiative le mérite d’éclairer d’une triste le lumière un état de fait navrant : la blogosphère, qui s’imagine comme le laboratoire de l’information, de la citoyenneté et d’autres concepts ronflants, renfermeraient un bon gros tas de populistes démago et réac… Merci pour la leçon, quoi qu’il en soit !

    Un dernier point néanmoins : en tout état de cause, je ne peux pas être d’accord avec une phrase comme “Je me fiche pas mal de l’indépendance de la presse” Je crois comprendre votre pensée, mais un tel propos n’est pas acceptable, à mon sens. Si la presse, si l’information n’étaient pas libres, nous ne pourrions pas écrire nos petites opinions et nos petits états d’âme sur nos blogs. On peut adresser nombre de critiques souvent justifiées aux entreprises de presse, mais de la liberté de celle-ci découle une bonne part de la nôtre. Non que l’une ne soit la condition nécessaire à l’existence de l’autre (et encore, ce point demande à être appronfondi…), mais la disparition de la liberté de l’une est souvent l’ultime symptôme de l’asservissement d’un peuple.

  46. La presse est-elle libre ? C’est une question que je ne voulais pas traiter. Et je m’en fiche effectivement parce qu’on peut s’informer autrement. Ce qui m’intéresse c’est la liberté du Net dans lequel les journalistes entrent peu à peu et font leur travail. La presse c’est un vieux paquebot rouillé. C’est à notre liberté à tous que je m’intéresse.

Comments are closed.