Je vous rassure, je suis aussi un con. Que faisons-nous ? Nous ne cessons de parler des médias traditionnels et de linker vers eux. Nous leur donnons ainsi un poids démesuré dans l’écosystème du Web.

De leur côté, ils parlent peu de nous, nous linkent encore moins souvent, parfois même en nofollow (pour éviter que Google remonte jusqu’à nous). Nous sommes les dindons de la farce. Ils refusent d’entrer dans le système ouvert du Flux et dans ses boucles de rétroaction. Avez-vous noté qu’il n’y a jamais de liens dans leurs textes !

La blogosphère reste à construire. Que devrions-nous faire pour nous défendre et faire entendre nos voix ?

  1. N’oublions jamais que nous n’existons que par les liens que nous traçons les uns entre les autres. Nous devons nous interconnecter. Dans le vieux monde, ils parlent de cross-marketing.
  2. Nous devons rendre visible la carte des interconnexions. C’est-à-dire non seulement introduire des liens dans nos articles mais aussi lister les gens qui pointent vers nos articles. Ainsi nos lecteurs peuvent voyager dans la partie de la blogosphère que nous construisons et se promener de proche en proche, guidés par la curiosité, sans avoir besoin de remonter jusqu’aux moteurs de recherche.
  3. Quand nous linkons vers un article d’un média traditionnel ou d’un pure-player qui gratte les subventions, nous devons linker systématiquement en nofollow. Nous ne pouvons pas aider ceux qui n’ont d’autre but que de pomper notre audience.
  4. Nous devons apprendre à regarder notre univers, à nous intéresser à ceux qui comme nous font œuvre sur le Web lui-même. Nous devons parler des artistes du Web, des écrivains du Web, des essayistes du Web, des news que nous révèlent nos contacts sur nos réseaux… ou même des livres dont les médias ne parlent pas. Nous devons arrêter de jouer aux perroquets sarcastiques. Prenons l’exemple de Marsupilamima qui parle de théâtre et non du théâtre dont parlent les médias ou de Pacco qui continue à refaire son monde.
  5. En parallèle, revenons à la vieille habitude de parler des autres blogs, réagissons à distance, linkons les informations en réel cette fois pour établir des routes de lecture dans notre écosystème et cessons de subventionner le vieil écosystème qui ne souhaite que nous étouffer.
  6. Tentons d’apporter quelque chose de plus, ne soyons pas simplement le miroir de ce qui se passe dans le monde médiatique, sinon nous nous retrouvons intégré à lui comme sa Némésis.
  7. Refusons de bloguer à l’intérieur d’un autre média à moins qu’il ne nous rémunère. Refusons d’aller générer du trafic, donc d’enrichir une entreprise qui, dans le même temps, lutte pour restreindre notre visibilité. Sous prétexte de gagner un peu de visibilité un jour, on perd toute visibilité à jamais.
  8. Que nous le voulions ou non, nous sommes en train de créer un nouvel espace informationnel. Nous devons avaler la presse, attirer dans nos rangs tous les journalistes, inventer comment rendre ce monde soutenable. Les journalistes ne sont plus, le temps des blogueurs-connecteurs est venu.
  9. Au final, ignorons Google. Cherchons à nous construire une audience qui nous soit propre.

73

73 comments

  1. ka says:

    Il parait que Google ne tient plus compte des nofollow : http://www.google.fr/search?q=google+nofollow

  2. Audiofeeline says:

    Quand tu parles des liens, je pense que Google aurait bien son mot à dire sur le sujet. En effet, la légende urbaine laisse à penser que faire des backlinks fait “baisser le PageRank”, ce qui est bien entendu absolument faux. Si un moteur comme Google décidait de communiquer clairement sur les liens sortants et pourquoi pas même leurs donner du poids en terme de référencement et de positionnement, les choses pourraient changer. Concrètement, selon moi, le problème vient essentiellement de la SEO.

  3. Nous devons ignorer ce que fait Google. Nous ne fichons de Google. Nous devons chercher à nous construire une véritable audience.

    Je vais ajouter ce point dans mon texte 😉

  4. Merci pour la citation mais surtout pour le reste. Je n’ai pas arrêté de m’élever contre cette pratique (7) des media en ligne qui consiste à faire bosser gratos des experts, des journalistes, des blogueurs et blogueuses de carpentras ou d’ailleurs. Nous sommes “riches” de nos expériences, de notre pratique, de notre curiosité, mais c’est à nous de décider comment nous répartissons cette richesse et aux autres de décider s’ils veulent en profiter ou pas.
    Mettons d’ailleurs à profit l’expérience des vases communicants lancé par françois bon (échange de blogs le premier vendredi du mois).

  5. Dès que je vais au théâtre, ce qui est rare, je viens écrire chez toi 🙂

  6. Prélude says:

    Pour obtenir des liens, il faut déjà publier du contenu pertinent et non pas des reprises d’articles écrit par de vrais journalistes.
    C’est un peu le “problème” des cons dont tu parles ici : pas de vrai contenu, que de la reprise. Pas pour tout le monde heureusement, mais je pense qu’un gros 98% fais du pompage.
    Alors pourquoi linker vers ces 98% ?!
    Et les 2% qui restent sont bien souvent des sites de niches, très spécialisés avec une audience bien ciblée.
    Mais c’est un peu ton point 6.

  7. Audiofeeline says:

    @Thierry Ignorer Google me semble un peu complexe tout de même, surtout en france où il représente tout de même 80% du trafic des sites web. Je pense très honnêtement qu’ils sont à l’écoute, le point que tu soulignes est très vrai et comme je l’ai dit c’est avant tout pour des raisons de référencement (pas forcément justifiées). Si les blogs ressortent si bien dans les résultats de recherche c’est justement parce qu’ils sont tous inter-connectés, une chose que les “gros” sites ne connaissent pas, ces mêmes sites sont des “cul-de-sac” du web, le problème est là.

  8. Je reçois 30% des moteurs en ce moment. Et les blogueurs qui justement ne parlent pas que des trucs médiatiques doivent avoir un tel chiffre. Ce serait un bon moyen de tester. Faudrait faire une enquête. Je questionne sur Twitter.

  9. En fait, la vraie question est “pourquoi blogue-t-on” ? Si c’est avec pour objectif de faire de l’audience, ou plus simplement de passer à la notoriété (avant de passer à la postérité), tout ce qui est écrit ici part du bon sens.
    Par contre, si l’objectif est d’informer, d’ouvrir les yeux des gens par tous les moyens (par altruisme)… alors qu’importe ! Que les lecteurs trouvent ces informations directement à la source (sur les 2% de blogs productifs) ou sur des sites de journaleux plagiataire… du moment que Mr Tout-le-Monde soit informé, qu’importe les moyens. Non ?

  10. Quand tu répètes un truc dit dans les médias tu ne lui donnes pas plus de visibilité, tu perds ton temps. Si tu veux toucher des gens, il faut que tu participes à la création de voix originales.

  11. Guillaume says:

    Faut arrêter avec ces titres agressifs censés attirer le chaland. Ce qui doit attirer c’est la qualité et l’intérêt des textes, pas l’usage excessif de titres provocateurs !

    Cela n’enlève rien à l’intérêt du contenu du billet.

  12. C’est quoi le but d’un titre sinon d’attirer l’attention ?

    Surtout pas de dire ce qu’il y a dans l’article… ça au moins les journalistes l’ont compris.

    Sans ce titre à la con tu serais là en train de me lire ?

  13. Guillaume says:

    Oui, je lis tous tes billets, même si je commente très rarement.

  14. J says:

    eh bien voilà, tu l’as ton statut pour les bloggueurs : ”cons”.

    et pour les commentateurs : ”sous-cons”.

    tout ça prend forme, tout ça prend forme… 🙂

  15. Cyrille says:

    Très juste. La blogosphère française ressemble de plus en plus à une extension sans saveur des média traditionnels. Sans apporter la moindre valeur ajoutée, sans présenter cet espèce de “contre-pouvoir” intellectuel et informationnel qui peut exister dans d’autres pays où la raison d’être des blogueurs n’est pas simplement de copier-coller une info déjà disponible partout y compris sur une myriade d’autres blogs.

    Un autre regard, plus critique, plus subjectif mais de fait moins consensuel, en somme.

    J’ajouterais juste à ton point 3. aux côtés des médias traditionnels tous ces imposteurs d’agrégateurs de contenus (wikio et autres) qui font du chiffre uniquement sur le contenu des autres.

  16. rimbus says:

    Bonjour Thierry
    En lien sous mon pseudo un article qui va bien avec celui-ci. Je me demande ce que tu en penses.

  17. Nofollow 0 says:

    “Il parait que Google ne tient plus compte des nofollow”

    Il a intérêt à ne plus en tenir compte, pour être pertinent.

    Tous les liens de Wikipedia sont en nofollow, et sont pertinents car processus strict de validation collective.

    Le groupe Le Monde pratique souvent le nofollow (Télérama, Le Post, les blogs du Monde comme Pisani…)

    J’ai remarqué que Google pouvait donner un PR 4 à une page dont le seul lien était sur Wikipedia.

    La fin du nofollow est une bonne chose, puisque cette balise a tout de suite été détournée de son emploi légitime, et ne correspond plus à rien sur le plan de la pertinence.

  18. Eric says:

    Oui, ma remarque sur Twitter portait juste sur le point “N’oublions jamais que nous n’existons que par les liens que nous traçons les uns entre les autres. ”

    J’ai cherché dans wikio backlink et j’ai vu que tu faisais très peu de liens externes. Pour quelqu’un qui conseille aux autres de s’entre linker, je trouve ça un peu fort.

    Tes théories sont OK, mais tu ne les applique pas. En gros, tu es un créateur, OK, donc un égocentrique, ça se conçoit. Mais ça me parait un peu too much d’être à ce point en contradiction avec ses théories.

    Je ne parle pas des nombreux links internes. Le billet d’aujourdh’ui est une exception, tu fais des liens vers trois blogs.

    Je ne remets pas en cause l’intérêt de ce que tu racontes, l’intensité que tu mets dans la profération de tes analyses. Mais je tenais à relever ce détail, cette contradiction fondamentale entre ce discours et la façon dont tu conçois le rapport à tes lecteurs!

  19. @Rimbus pas encore lu… j’ai ouvert dans mon nav.

    @Eric La matière dont je traite, vu que je suis en élaboration, n’est pas forcement dans l’interaction (surtout quand nous ne sommes pas nombreux à discuter de ça en France – l’interaction s’effectue alors ici). Tu veux que je linke vers qui ?

    Si tu lis la première partie de mon livre, tu verras que c’est bourré de citations… et que ça commence par de longues citations d’un blogueur.

    C’est au moment de la discussion postpartum qu’on linke parce qu’on se prête à la critique.

    Je critique cette obsession de regarder les médias (toit c’est ton job) et de ne voir le monde que par eux. C’est le ratio liens hors de la blogosphère qui compte.

    C’est très rare que je parle de ce qui se dit dans les médias… et regarde les vagues que ça fait… c’est pas très intéressant car si prévisible.

    Et n’oublie pas que je commence par dire que je suis aussi un con… que je ne fais pas assez ce que je conseille… 😉

  20. charlie says:

    C’est pas faux.

    (je cherche un truc à dire pour me faire de nouveaux amis…)

    En vrai, je m’en fous de ce débat nombriliste et prétentieux. La blogobidule s’agite, twitte, se gonfle de son importance une fois de plus. Déjà que les mêmes ont fait l’élection présidentielle en 2007, quand Bayrou a été élu…
    Entre les “journaleux” sur le web et la grande majorité des blogueurs qui se touchent, je ne vois qu’une différence : la carte de presse ou pas la carte de presse.
    Il faut, y’a qu’à… Mouais. C’est une forme sournoise d’idéalisme que d’ignorer systématiquement les conditions matérielles d’existence d’un phénomène. Le seul moment où ça été posé c’est (par zoupic je crois ?) avec la question des regroupements par projets pour mutualiser les moyens.

    Depuis que j’ai arrêté mon blog, je suis d’accord avec le titre 🙂

  21. Henri A says:

    Triple 0, sors du corps de charlie ( si je puis m’exprimer ainsi ) !
    “Entre les “journaleux” sur le web et la grande majorité des blogueurs qui se touchent”
    Henri, sors de ce qui se trouve à l’intérieur de l’enveloppe de charlie !

  22. On refait le blogomatch says:

    “quand Bayrou a été élu…”

    Sans oublier le grand débat à 4 !

    Deux grandes réussites de la blogo.

    Si les grands médias n’avaient pas étouffé ces réussites en n’en parlant pas, l’usurpateur ne serait pas à l’Elysée.

  23. Voilà un article comme je les aimes, bravo :-)))
    Amitiés A+,
    Hugues 😉

  24. charlie says:

    @ Henri : non, tu ne peux pas ! En plus, j’ai commencé le karaté aujourd’hui, alors…
    @ soblogofoot : je signe si tu rajoute le grand débat “pluraliste” à quatre 🙂

  25. Eric says:

    OK! Je comprends bien. Tu as ta méthode, ta logique.

  26. Eugène Saccomanobullé says:

    En tout cas depuis que Rachid Nekkaz est devenu premier ministre, il a tendance à oublier ses potes de la blogobulle, sans qui il ne serait jamais passé au second tour en 2007, en finale avec le béarnais républicain 2.0

  27. J says:

    Rachid Nekkaz?
    L’a pas le bon profil identité nationale celui là. Méfiance! Il a une casquette? Du bon côté?

  28. meriem says:

    Tiens hop, envie de faire un mini billet qui envoie vers ce billet.
    Pas depuis le blog partagé avec Lény mais depuis le mien: http://etapres.hautetfort.com
    (mais je suis quand même une conne, pouf-pouf)

  29. NicoleSarcosie says:

    Monsieur Crouzet, en vérité je vous le dis, vous ne pourrez plus très longtemps continuer à menacer la démocratie en vous attaquant ainsi aux journalistes professionnels.
    En vérité je vous le dis.

  30. khanouff says:

    Je découvre, ce billet sur lequel suis tombé ce soir par hasard m’a interpellé…
    Les blogs intéressants se font rares, peut être ou le temps manque pour tomber dessus, c’est sur…

  31. Dennis C Blair 0 says:

    En vérité, Crouzet, Charlie, Henri A, sont touTEs des agents sarkozystes.

    Ils / Elle dézinguent les journalistes pour permettre l’établissement d’une dictature sarkozyste.

    Si ça se trouve, Charlie c’est la fille cachée de Frédéric Lefèbvre. On ne les voit jamais ensemble : c’est louche. Quelque chose à cacher ?

  32. Neotrouve says:

    très intéressant
    je me permet de vouloir “linker” avec vous, n’hésitez pas à laisser vos blogs et com’ chez moi 🙂

    @+
    Néo Trouvetout

    Bloggueur de chez http://www.neotrouve.com

  33. L says:

    c’est vrai ça tient qu’on ne les voit jamais ensemble tous. louche…
    merci du tuyau, je vais me méfier.

  34. steph says:

    Quand on voit un reportage comme celui diffusé sur envoyé spécial hier, on se dit qu’à force de ne rien comprendre à ce qui se passe ici, ils en deviennent dangereux…
    Des vieux cons qui jugent de ce qui est bien ou pas, oubliant qu’ils ont eux même été de jeunes trouduc.

  35. Julien says:

    Je suis en accord : sur mon blog, j’essaie de citer le moins possible les médias traditionnels et de privilégier des sources de la blogosphère.

    Pour Google :
    – OUI pour ne pas s’en soucier
    – MAIS reconnaissons qu’ils aident la blogosphère en ne privilégiant pas les sources venant des médias traditionnels et ils nous donnent un levier complémentaire pour fidéliser de nouveaux lecteurs : si ils changeaient de politique demain la situation se complexifierait pour les blogs

    Bon week-end,

  36. mh, says:

    J’aime bien ce que vous diteet cette idée de “transversalité”.
    mh,

  37. eric citoyen says:

    Hello ,

    Un de plus et c’était les dix parfaits commandements !

    Bravo.

    Sauf que … c’est à l’inverse de la tendance actuelle…

    Mais encore Bravo

    @ +

    Bésitos

  38. narvic says:

    122 tweets pour 42 commentaires pour ce billet (à cette heure)… il y a quelque chose de pourri en ce moment dans le monde des blogs. M’est avis, du moins… 😉

    Lâchez vos comptes Twitter et (ré)-ouvrez tous des blogs, merde !

    Moi, je ne re-tweete plus, mais je backlinks sans difficulté ceux qui ont leur mot à dire dans les conversations auxquelles je participe (pas besoin d’être d’accord avec moi pour ça, mais sauf ceux qui m’insultent, tout de même !)…

  39. Oh la la – j’aime ça! Merci pour tes précieux conseils. Je les ajoute à mes résolutions pour 2010.

  40. josh says:

    Bonjour,

    Je n’ai pas tout compris à votre billet et le peu que j’ai pu en saisir est assez navrant. Les blogs, tout le monde s’en fiche, c’est juste la hiérarchie du m’as-tu-vu.

  41. rimbus says:

    @josh : ben justement c’est bien parce que tout le monde s’en fiche que tout le monde en parle !
    http://rimbusblog.blogspot.com/2010/01/quand-les-blogs-font-polemique.html

  42. Flepi says:

    RT @Barbayellow: Les blogueurs sont des cons : http://tinyurl.com/yh26pmh

  43. Pierre says:

    RT @Barbayellow: Les blogueurs sont des cons : http://tinyurl.com/yh26pmh

  44. zoupic says:

    Le fait de s’interlier, de s’interconnecter et de dynamiser et alimenter nos liens est bien primordial. Le faisons nous par esprit d’opposition aux autres, ou par sens? Est-ce que c’est leur comportement qui nous fait nous réunir, ou le faisons nous naturellement et spontanément?

    J’ai l’impression que l’univers des blogs est tellement vaste que c’est comme parler des hommes, il y a tellement de catégories, de buts, d’usages, d’audiences, de sujets, de motivations différentes..

    Tu te places en compétition avec eux: pour le trafic, les subventions. J’ai l’impression que si l’on construit un monde pour s’opposer à l’ancien, alors nous ne le ferons pas pour les bonnes raisons. Je ne souhaite pas non plus avaler les journalistes…

    Je crois en l’ouverture et en la discussion pour la transition, pas au combat.

    Se battre contre l’ancien monde, c’est lui donner du crédit. Il est dépassé technologiquement et structurellement. Le reste est une question de temps. Laisse-le se battre et se débattre tout seul.

    On peut passer beaucoup de temps à dire ce que c’est que le nouveau monde, la meilleure façon de le promouvoir, c’est de l’être.
    Pour ma part, j’essaye de ne pas réagir par différenciation, de me placer par rapport à l’autre, mais simplement de me placer par rapport à moi. De chercher au fond de moi où est ma place, et de l’occuper.

  45. @Zoupic J’ai un fond guerrier. Je m’oppose pas à eux. Je me bats pas contre eux. J’essaie juste de leur montrer que leur voie n’est plus soutenable. Et je vais ça une fois tous les 31 du mois, donc ça va c’est pas une trop grave maladie.

    Mais faut pas oublier qu’eux-mêmes cherchent à défendre ce qu’ils ont, qu’ils se battrons… et que parfois t’es alors obligé de sortir les armes, mêmes Gandhi en convenait.

  46. 000 says:

    “l’univers des blogs est tellement vaste que c’est comme parler des hommes, il y a tellement de”

    Absolument.

    L’approche “blogueurs contre vieux médias” est ridicule.

    Beaucoup de blogs ne valent pas mieux, et valent moins, humainement, qualitativement…

    L’approche selon la logique marxiste : “qui détient les outils de production : grand capital, ou petits internautes”,

    n’est pas satisfaisante qualitativement.

    L’approche qui m’intéresse est qualitative :

    – il y a les auteurs qui créent du fond et de la forme

    – et il y a ceux qui suivent l’actu pour faire de l’audience, gagner de l’argent, se faire un nom sur du vide. Une forme de parasitisme.

    On pourrait ajouter : il y a les connecteurs qui propulsent les auteurs, même sans créer eux-mêmes.

    On doit défendre ce qui est autre chose que du parasitisme. D’où qu’il vienne : vieux médias ou nouveaux.

  47. quim roig says:

    molt interessant: "Les blogueurs sont tous des cons" ( http://bit.ly/6PFJlp )

  48. K says:

    @zoupic
    “Se battre contre l’ancien monde, c’est lui donner du crédit. Il est dépassé technologiquement et structurellement. Le reste est une question de temps. Laisse-le se battre et se débattre tout seul.”

    Comme pas mal de gens qui ont utilisé le net depuis ses débuts en france et qui ont constaté les “évolutions” de ces deux dernières années, je me suis posé ce genre de questions.

    Comme toi, je pense en gros ce que tu l’écris ci dessus.
    Mais je ne crois pas non plus que celà suffise à tous les cas de figure.
    Si c’est très adapté au sujet presse papier et media en ligne y compris blogs, peut on en dire autant au sujet de choses comme Acta ou les récentes déclarations sur le filtrage de l’internet en France (à coup sûr la prochaine grande offensive de ceux qui pour conserver les anciennes règles et des intérêts $$$ bien installés sont prêts à tuer internet, droits individuels, et le reste)?

    Je ne le crois pas.

  49. zoupic says:

    @Thierry: Si effectivement se battre les uns contre les autres c’est se stimuler dans la compétition d’un modèle plus stable, ou la défense des libertés, alors il y a des causes pour lesquelles on peut se battre.

    @000
    Oui, dans le Flux tout se mélange, cependant, on a toujours le même problème, celui de la vie et de l’écosystème, quoi que je fasse (offre), j’ai un principe de réalité qui nécessite une entrée d’argent (besoin) ou l’accomplissement de tous mes besoins (maslow).
    Le numérique remet tout en question et nous peinons à organiser un feedback loop qui permette au créateur de récupérer l’énergie investie sans forcer la main et “susciter le désir..”

    D’où la question de la valeur, de sa mesure et de sa répartition.
    Bienvenue dans le monde subjectif absolu et pourtant, j’ai comme l’impression qu’il va falloir l’accepter.

    @K
    La question de la position est toujours difficile. Moi même je dis à Thierry de ne pas le faire, mais quand j’essaye de parler des monnaies libres, je suis bien obliger de comparer et d’expliquer en quoi l’ancien monde est obsolète.


    Dans cette transition, la question est de réorienter les flux. De flux pompés et régis par les entreprises capitalistes, il nous faut réorganiser les canalisations de toute cette société. Information, argent, travail, culture, politique, pouvoir décisionnel… tout est à refaire.

    Passer d’un monde pyramidal où chacun délègue à l’autre pour pouvoir mieux le critiquer de derrière la télé, à un monde où chacun est acteur et prend ses responsabilités sur sa vie et ses actes.

    Ca passe par une insurrection des consciences, c’est certain. De l’autre côté, il faut réorganiser le terrain/les tuyaux. Ma question habituelle, c’est où me placer pour pouvoir décupler mon énergie, le point de levier idéal pour faire dévier le courant?
    Dans certains cas, dévier le courant ne permet pas de faire changer les choses car le courant est trop fort, et du coup c’est moi qui revient dedans. Dans l’individuation, je vais aller m’isoler et réfléchir sur mon centre, puis revenir et proposer une alternative. Ensuite sans dévier le courant original, je fais juste la passerelle et communique ma position. Le courant principal continue, mais ceux qui veulent dévier peuvent venir jusqu’à chez moi.
    Le reste repose sur la question du rythme et du temps.
    Après j’essaye d’utiliser l’art pour ouvrir les consciences et provoquer le changement.
    Donc il faut de tout: des personnes qui s’opposent au courant (à hadopi) des personnes qui chahutent le courant, provoquent des remous, des personnes qui dévient le courant, et d’autres qui construisent les bases d’un écosystème supposé plus divers, respectueux des personnes etc.. Comme tout ça sont des mots, l’idéal est de nous amener collectivement à nous poser des questions et à accepter de voir que ce qu’on sait aujourd’hui: que l’ère de l’industrialisation va se finir dans la joie et la bonne humeur.

  50. Disons que je suis en accord avec la plupart des points, mais tu y vas un peu fort avec les #3,7,9

    #3: “linker” les média traditionnels avec Follow ou nofollow, ca ne changera pas grand chose, et c’est complètement faux que ceux-ci ne pointent jamais vers nous. Au lien de passer son temps à brasser du noir à savoir qui nous devons linker ou non, écrivons donc du contenu de qualité qui va être utile a nos visiteurs.

    #7: Ne pas écrire pour d’autres lorsque nous ne somme pas rémunéré? Écrire pour les autres amène de la visibilité et démontre notre statu “expert”, tant et aussi longtemps qu’une petite “bio” soit ajouté à notre texte. Je l’ai souvent fait, et mon site en a beaucoup profité.

    #9 Ignorer Google? Peut-être du coté SEO, tu as raison, mais il est relativement facile de générer des abonnement à nos sites à travers le trafic des engins de recherches… et en plus, le trafic de Google, c’est DE LOIN le plus payant.

    En tout cas, beau morceau de “link bait” 🙂

  51. Lit ceci puis va dormir | Les blogueurs sont tous des cons http://bit.ly/7c91SE (via @crouzet) Bonne nuit @tous

  52. PensezBiBi says:

    1. “Nous devons apprendre à regarder notre univers, à nous intéresser à ceux qui comme nous font œuvre sur le Web lui-même… Nous devons arrêter de jouer aux perroquets sarcastiques”.

    2. “Ne soyons pas simplement le miroir de ce qui se passe dans le monde médiatique”
    _________________________________________________________

    Avoir une voix singulière en tant que bloggeur, c’est très difficile.Difficile non pour écrire (j’ai écrit plus de 530 articles argumentés en une année et demi) mais pour les préparer… Déficit de temps ( et …je suis bcp plus âgé que les Trentenaires du Web si pointus)…

    Déficit de temps pour mes visées ( attaquer les idées véhiculées par la Presse conservatrice – pléonasme). Pour ça, il me faut à la fois consulter le monde médiatique ( essentiellement la Presse donc la lire beaucoup ) et écrire des articles dessus.
    Je passe donc bcp de temps à faire de longues et fastidieuses lectures de quotidiens ( Figaro, Monde, l’Equipe, etc JDD surtout) d’hebdomadaires pour justement construire mon regard critique de bloggeur.
    Mon regard est indissolublement lié aux Médias ( comment faire autrement si je veux tenir une position critique ?). Donc le détour est obligatoire, incontournable : reprendre des articles du monde médiatique, les retourner, les lire autrement afin de soulever ce qui derrière fait sens, ce qui derrière se cache. Volià entre autre (à80%) les raisons de mon blog…

    Ne soyons pas naïfs : tous les quotidiens et hebdos sont aux mains de grands groupes financiers. TOUS.
    Donc : pour constituer “notre” culture de blog critique, je me dois de m’emparer de ce qui est ( et – bien entendu essayer de ne pas devenir un “perroquet sarcastique” qui n’est qu’une position infantile).

    Enfin, je dois souligner que votre analyse oublie que ce Champ du Blog, ouvert très récemment, est porteur de contradictions à l’intérieur même de ce champ-là. Il est un peu vain d’espérer qu’un Espace-Blog vive par lui-même sans rencontrer de contradictions entre bloggeurs, entre tendances, entre chapelles, vain d’espérer que ce Champ-là reste en paix, reste unanimement en paix. Cette belle unanimité supposée derrière votre formule “NOTRE UNIVERS”, ce “NOUS” répété-est très contestable.

    Dans l’espace médiatique, la Tendance blog est dominée par les grandes forces médiatiques ( qui veulent s’y implanter et qui commencent à réussir) qui sont, elles – pour l’instant – dominantes.Et dans l’Espace-blog, il y a des opinions, parti-pris, positions que je combats…

    Je vous ai livré en vrac mes idées…Je ne sais pas si j’ai apporté un nouvel éclairage pour alimenter votre débat. Sachez que votre article m’a interessé même si je n’ai pas tout compris ! ( je suis plutôt vieille génération, un peu un extra-terrestre venu au blog que très récemment sans aucune culture informatique mais avec cette conviction que le blog est un outil dont les vertus sont d’être singulière et de faire… lien en cette Société si injuste).
    Bien à vous.

  53. David Doucet says:

    @Vogelsong Ça ramène à la question des contenus (point 7 défendu par @crouzet ). http://bit.ly/5qBhOP

  54. Les blogueurs sont tous des cons http://bit.ly/7DPRGF

  55. RT @LeVolontaire: Les blogueurs sont tous des cons http://bit.ly/7DPRGF

  56. Vogelsong says:

    aime la perle Rompre avec les Médias ? http://pear.ly/bc1TG vue dans http://pear.ly/k991 #futurs billets

  57. HawkFest says:

    Cyrille, tu dis : « Sans apporter la moindre valeur ajoutée, sans présenter cet espèce de “contre-pouvoir” intellectuel et informationnel qui peut exister dans d’autres pays où la raison d’être des blogueurs n’est pas simplement de copier-coller une info déjà disponible partout y compris sur une myriade d’autres blogs. »

    Le problème c’est qu’on veut tous faire du cash, inféodés à ses préceptes auxquels nous conditionnent les bombardements incessants des médias depuis l’ère Passe-Partout. On veut être “populaire”, et une grande naïveté combinée d’une insécurité propre à des colonisés culturels (se transmettant jusqu’au politique), nous offre trop facilement cette avenue du postiche. Comme dans postiche ton voisin, en t’oubliant derrière ce voile de honte duquel on veut coiffer ton identité… À mon humble avis, il faut aller jusque là pour comprendre.

Comments are closed.